Contenu | Menu | Recherche

A government is a body of people, usually notably ungoverned

Streets Tell Stories

.

Références

  • Gamme : Underground
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Mayfair Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1993
  • EAN/ISBN : 0-923763-89-9
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Boîte cartonnée comprenant : Deux guides de 64 pages ; 16 pages perforées ; 16 pages d'indices ; un poster (carte) ; un journal.

Description

Streets Tell Stories est un package complet de campagne pour Underground, qui présente la ville de Los Angeles et propose plusieurs scénarios dans cet environnement. L'ensemble se présente sous la forme d'une boîte comprenant de nombreux accessoires.

Un premier livret, Stories, débute sur une présentation du supplément et ce qu'il est possible d'en faire. Chaque objet présent dans la boite est décrit, puis le livret présente les différents types de campagne jouables dans Los Angeles avec des objectifs de campagne pour les joueurs.Le livret détaille ensuite le quartier de Jessep Hill où vont se dérouler la plupart des aventures. Le quartier est décrit avec un grand luxe de détails et de nombreux NPC sont proposés.
Enfin, ce livret s'achève sur deux chapitres présentant de nombreux scénarios, l'un regroupant trois scénarios qui peuvent survenir quelles que soient les actions des joueurs, l'autre présentant treize scénarios qui surviennent en réaction aux actions des joueurs.

Un second livret, Streets, détaille l'ensemble des quartiers et de la situation de Los Angeles en 2020. Après une nouvelle d'introduction, un tract de l'Underground vous invite à découvrir Los Angeles : son gouvernement, sa violence et sa manière de vivre. Le livret présente ensuite la ville de Los Angeles d'une manière générale, avec un éclairage particulier sur la scène des gangs présents dans la ville. Chaque quartier est détaillé dans le chapitre suivant, avec les paramètres qui lui correspondent. Différentes organisations de L.A. sont présentées dans un chapitre a part, avant une conclusion qui explique la psychologie de la cité, ou comment les gens parviennent à supporter le stress d'une ville où la violence est aléatoire.

Un ensemble de 16 fiches destinées à être ajoutées au Notebook détaille des individus et un endroit particulier de L.A. avec un grand luxe de détail. Une carte de downton L.A. et des trois niveaux de Jessep Hill accompagne le tout. Enfin, 16 pages d'indices et de " matériel de jeu " en couleurs complètent la boîte.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Ka Teznik  

Street Tell Stories est l'un des meilleurs suppléments que j'ai pu rencontrer.

Par le matériel d'abord :
l'abondance de fiches, indices, cartes est plaisante et agréable à utiliser : présenter aux joueurs une photo d'une scène de crime est toujours plus efficace que sa description. Pareil, avoir une fiche séparée par NPC important est toujours pratique pour le MJ, qui n'a plus à rechercher la bonne fiche dans un bouquin de 150 pages.

Le livret sur les rues présente très clairement L.A. et décrit bien l'ambiance de la ville. Sommet, le livret sur les histoires présente un cadre de campagne très clair, bien détaillé, et avec un format tout à fait génial : la présence de scénarios de réaction est AMHA une idée géniale.

Bref, un supplément indispensable.

Wintermute  

Ok, c'est un setting pour Underground. Le matériel n'est pas si énorme que cela, c'est même assez mince, mais bien fait quand même.
La description de Los Angeles est cauchemardesque à souhait, ponctuée ici où là d'humour noir très satirique sur notre époque. On pourrait peut être reprocher à l'ensemble de n'offrir qu'un rapide survol de L.A finalement. Même le quartier dans lequel jouer est assez court dans sa description.

Cependant les perspectives de jeux sont nombreuses. Cela va des intrigues corporatistes à la campagne façon COPS, en passant par celle que je préfère, à savoir la campagne "civile" : jouer des vétérans qui essayent de vivre au quotidien au milieu de la violence des gangs et des ravages de la drogue. Face à cela que vont-ils faire ? Monter leur propre gang afin de combattre le feu par le feu ou bien jouer les vigilants de quartier. Et à ce moment là qui nous protégera de nos protecteurs, etc, etc...
Ajoutons enfin que le quartier évolue en fonction des actions des joueurs, que cela provoque des situations, fournies sous forme de synopsis, et vous aurez alors un cadre de campagne très adulte et très modulable.
Bref c'est un supplément très intéressant. Dommage que le jeu en lui-même n'ait pas si bien marché.

Critique écrite en janvier 2010.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques