Contenu | Menu | Recherche

L'imagination est plus importante que le savoir (A. Einstein)

Trilogie de la Crasse (La)

.

Références

  • Gamme : Trilogie de la Crasse (La)
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Batro' Games
  • Langue : français
  • Date de publication : septembre 2018
  • EAN/ISBN : 978-2-490197-15-6
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 288 pages à couverture dure au format 15x23 cm, avec deux signets en tissus.

Description

À la fois romans et jeu de rôle, La Trilogie de la Crasse propose trois histoires qui dépeignent trois aspect de son univers et un jeu de rôle complet s'y déroulant. Elle inclut et complète le Dossier Hommes-Porcs qui avait ouvert la gamme.

L'ouvrage s'ouvre sur 6 pages faisant se succéder le titre, les crédits et informations légales, le sommaire et une présentation de l'auteur des romans.

Les trois romans qui composent la Trilogie suivent, avec chacun une page titre.

En Attendant Raspoutine (61 pages)

Les Cafards gèrent le Tas de Merde. Un monde constitué d'une plage infinie sur laquelle viennent s'échouer des immondices en quantités inépuisables. Immondices que des humains passent leur temps à trier pour les envoyer dans des usines où ils sont convertis en quelque chose supposé alimenter la matière de l'univers. Tous ces humains sont morts. Mais parfois certains réussissent à fuir ce monde. C'est ce qui arrive à deux hommes que l'on va suivre dans leurs pérégrinations sur une Terre pas si familière que ça, plusieurs décennies après leur mort. Ils sont lancés à la poursuite de Raspoutine, le moine fou également échappé du Tas de Merde et qui fait des remous susceptibles d'attirer l'attention. Leur route va cependant croiser celles de flics spéciaux chargés de retrouver et éliminer les gens dans leur situation et de Cafards dissimulés sur Terre.

Dossier Hommes-Porcs (68 pages ; il s'agit d'une version légèrement révisée de Dossier Hommes-Porcs)

Dossier Hommes-Porcs prend d'abord la forme du récit de Christian H., escort-boy de luxe à Paris qui se voit offrir un mystérieux contrat avec un client spécial, riche, mais d’apparence inhabituelle. Le client en question s’avère très vite être un porc bipède avec pieds et mains humaines, membre haut placé du peuple des Aatma Soar. Ces derniers, créés par les Mantree en guise de cadeau gastronomique aux Dieux, et ayant reçu le don d’intelligence et de parole par l’Androgyne Roi, forment une communauté secrète. À sa grande surprise, Christian se liera à cet individu aussi étrange qu’inquiétant et le suivra dans un univers réservé aux initiés.

Ce récit est complété par une lettre de suicide de Camille T., 19 ans, adressée à ses parents et relatant sa relation avec un groupe de Soars clandestins s’étant enfuis de leur cité ; un lexique écrit encore une fois par un personnage de l’univers de la Trilogie des Bidonvilles, à savoir François Simon, diplomate en poste à Shahar, la cité Soar ; et enfin un rapport des services secrets chinois qui aborde le cas de la secte Sankhya, sensée recenser la population des Soars ainsi que le problème très particulier de l’absence de femelle au sein de cette population.

Hshl 

Hshl (64 pages) aborde ensuite le monde des Mouches. Celui-ci, au milieu des humains, leur est invisible, sauf pour quelques personnes (mal)chanceuses. Le roman suit l'histoire d'une de ces sensitives, hantée par des visions de personnes au visage dégoulinant d'asticots. Cette jeune femme rentre en contact avec Black Rain, une société visant à l'étude de ces phénomènes. Se rendant compte que les hommes-mouches, comme elle-même, sont pourchassés par les Soars et les Cafards, la jeune femme va être amenée à découvrir l'origine des mouches, avec le meurtre de l'Hommonde, et la coexistence dans notre monde des Soars des Cafards et des Mouches, pour tenter finalement d'aider aux desseins de Black Rain.

Le Monde de la Crasse, le jeu de rôle (72 pages) présente ensuite les règles du jeu de rôle permettant de jouer dans le monde de la Crasse.

Ce chapitre commence par une Introduction (12 pages) présentant l'univers et les thèmes qui le sous-tendent, les espèces hybrides qui le peuplent et des conseils pour adapter le ton du jeu aux souhaits des joueurs. Enfin des conseils sur la façon de joueur les Hommes-porcs, les Cafards et les Mouches concluent cette section.

Scénarios (37 pages) propose des guides pour créer des scénarios adaptés aux trois types de personnages hybrides, mêlant idées à développer, exemples de scénarios et trames de campagne adaptées. Des scénarios mixtes Soars-Cafards ou Humains-Soars sont proposés.

Les Règles proprement dites occupent alors 21 pages, couvrant successivement la création des personnages, leurs Aptitudes et Spécialités, la résolution des actions, les pouvoirs surnaturels, les conflits et leurs conséquences, et enfin la progression des personnages par le biais de l'expérience. Le chapitre s'achève sur une page proposant une fiche de personnage.

L'ouvrage se termine sur :

  • un index des romans (2 pages)
  • deux cartes (Shahar et une cathédrale des Cafards) (2 pages)
  • une interview des auteurs (12 pages)
  • une page blanche.

Cette fiche a été rédigée le 23 septembre 2018.  Dernière mise à jour le 19 octobre 2018.

Critiques

Feldo  

J'ai pu participer à une partie test avec Batro en tant que MJ.

Que dire ?

On a là un jeu vraiment tripant !! Pas dans le sens hippie (bien qu'un peu) mais dans le sens où on se fout vite fait plein de tripes partout. Alors, oui, c'est jouissif de jouer un cafard qui prend la place de quelqu'un en lui éclatant les entrailles... Oui, c'est drôle de côtoyer des hommes-porcs qui sont aussi obscènes que puissants... Mais ce qui rend la chose encore plus alléchante (chuuuut... calme-toi) c'est qu'au delà du délire porno-gore, un monde semble attendre derrière, prêt à écraser nos rêves et attiser nos penchants les plus sales.

Pour autant, j'ai juste été joueur pour le coup et je ne me rends pas bien compte de l'étendue de l'univers, c'est juste qu'on sent qu'il en a sous la pédale. Après, le format est très original, avec un background réuni sous forme de romans ?!

Pour moi qui, en tant que MJ, n'aime plus trop les gros jeux à rallonge (je replonge quand même dans Warhammer 4 par nostalgie :p ) et favorise les jeux en quelques pages ou dizaines de page en PDF, je me dis que "peut-être", avec un BG romancé je pourrais revenir vers du jeu plus gros, à voir !

En attendant, pour en revenir à ma partie test, j'y incarnais donc un cafard qui a des pouvoirs et une hiérarchie bien drôles, je me suis retrouvé à endosser des peaux diverses (mais sii... comme dans le début de Men in Black !!) en veillant à ne pas laisser trop de traces (parce que bon, on évolue quand même dans un monde d'humains qui ne connaissent pas notre existence pour la plupart). Il y a aussi un côté onirique ou plutôt, comment dire, hmm, psychédéliristique... toujours dans l'ambiance du Festin Nu creusé depuis un moment par Batro. On y traverse donc plusieurs mondes dont d'immenses décharges infernales gérées par les cafards.

Quant à l'aspect porno-gore, disons qu'on a eu droit pour introduction à la lecture d'un extrait du roman. Bien écrit, évocateur, ça met dans le bain ! Et quel bain ! C'est pas pour tout le monde je suppose :D Enfin, personne n'en est sorti traumatisé et on a eu la preuve qu'il y a tout à fait moyen de jouer à ce jeu sans faire vomir qui que ce soit, mais si vous êtes du genre prude (public rare en jdr je suppose =)), vous pouvez quand même passer votre chemin :p

N'ayant testé qu'un one-shot, je ne peux pas juger le jeu sur une campagne, avec évolution des persos, etc. Idem pour le système, il était si simple que je ne m'en rappelle même pas (c'était y'a des mois aussi), mais une orientation narrativiste est de toute façon ce qui me paraît le plus indiqué à ce genre d'univers où l'ambiance et l'originalité priment sur le reste.
Même si les presque 300 pages du bouquin doivent permettre de tenir longtemps, c'est un jeu qui est sans doute très adapté à de petites campagnes de 5 à 6 scenarios, à vue de nez (en plus des one-shots qui évidemment sont tout indiqués aussi). Si vous en tant que MJ, ainsi que vos joueurs et joueuses, êtes prêts à plonger dans la merde d'un univers injuste et moche, n'hésitez pas.

En somme, la trilogie de la crasse, c'est une très belle sculpture de caca.

Critique écrite en octobre 2018.

Cyberlutin  

La trilogie de la crasse se veut être un jeu de rôle porn gore. Donc destiné à un public adulte, mais aussi pour des joueurs confirmés.

Il est composé de 3 nouvelles décrivant l’univers et d’une partie règle, création de personnages et synopsis / campagne.

Chaque nouvelle donne  une vision des trois grandes factions du jeu à savoir les cafards, les soars (hommes porcs) et les mouches.

N’étant pas familier des univers trash, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. De plus j’ai toujours un peu cet a priori sur l’utilisation de l'argot dans des écrits. Pour moi ça peut rapidement tourner à la facilité d’écriture, à savoir donner un semblant de style avec un vocabulaire relativement pauvre.

Heureusement ici il n’en est rien. L’argot sert à faire ressentir au lecteur le côté sale et rugueux de l’univers qu’il découvre mais on sent que l’auteur en a encore sous la pédale malgré ce style.

Les scènes “gores” sont rarement décrites dans le détail (rarement , pas jamais) et le plus souvent factuelles. A mon sens, ça peut rendre le récit lisible par un public plus large, mais c’est un compromis qui ternit légèrement la promesse faite par le titre.

Développer l’univers par le biais de  nouvelles est pour moi beaucoup plus digeste que dans le traditionnel jeu de rôle… Et permet en plus d’appréhender le champ lexical qui permettra au MJ de décrire les scènes à ses joueurs.

Et si on peut se dire que retrouver les éléments précis ne sera pas chose aisée, un index est présent à la fin du livre pour palier au problème.

GROS point faible de cet ouvrage, mais surtout présent dans la partie roman: Il y a un VRAI problème de relecture. Il y a beaucoup de coquilles et ça devient invasif sur la partie roman.

Il y en a quelques unes sur la partie règle mais c’est moins flagrant.

La partie règle se veut plutôt simple et laisse la part belle à la narration.

En gros quelques D6, une dizaine d’aptitudes avec possibilité de spécialités exprimées sous forme de relance. Des réussites sur la moitié des faces (soit 4,5,6) et le tours est joué.


Au niveau création de personnage, là aussi ça semble plutôt simple et rapide sur le papier.

Cela dit, il y a des questions à se poser et (pour l’exemple) prendre une spécialisation se fait au prix d’une description sur le pourquoi du comment !

Encore une fois on sent que la partie narrative est mise à l’honneur.


Concernant les synopsis/ campagne.

Si vous vous initiez à l’exercice de maître du jeu, passez votre chemin. Ce livre n’est pas fait pour vous.

Ici pas de prêt à jouer, mais plutôt des synopsis bien développés mais qui laissent la liberté au Maître du jeu d’y mettre son grain de sel.

J’ai, en ce qui me concerne un coup de coeur sur la campagne des mouches, qui nous permet d’en découvrir un peu plus sur le pourquoi du comment de ce multivers.

Elle trouvera probablement son dénouement dans la partie réservée aux mantes absente de l’ouvrage. Un dénouement que je pressent sombre à souhait.



Pour conclure, La Trilogie de la Crasse est une petite perle qui méritait amplement de voir le jour et qui vous permettra de jouer des raclures égoïstes comme nul par ailleurs.

Physiquement l’ouvrage est de qualité. Il manque un peu d’illustrations à mon goût mais celles présentes  sont évocatrices.

 

A découvrir d’urgence

Critique écrite en novembre 2018.

Cedric Pelletier  

[J'aurais bien mis "BEURK" en notation pour la blague, mais le jeu ne le mérite pas]

Bien que gérant d'une boutique de JDR, j'étais passé à côté de la campagne Ulule. Eh bien, quel dommage ! Quand j'ai vu ce livre débarquer sur mes rayons, je l'ai d'abord feuilleté par curiosité puis je ne l'ai plus laché.

A quelques coquilles près (mais on s'en fout), l'écriture est vraiment léchée et en totale adéquation avec l'univers et l'ambiance de chacune des trois nouvelles. Bien que ce soit excrémement sale, on est loin du gore facile, la purulence est vraiment recherchée et calibrée, justifiée par l'univers et les situations, les auteurs ne tombent pas dans la facilité.

Les trois univers, bien que liés les uns aux autres, ont vraiment leur identité propre et les nouvelles réussissent à donner le background aux MJ/Joueurs sans sortir d'un schéma narratif fluide et agréable à lire (je ne parle pas du contenu qui est souvent horrible / malsain / abject etc, bref, tout ce qu'on lui demande ! )

En résumé, je vous le recommande activement. Pour ceux qui se poseraient la question : oui, c'est la seule critique que j'ai posté parce que je me suis inscrit aujourd'hui, uniquement dans cette optique ! Je suis MJ sur Vampire, INS et l'Appel de Cthulhu / Cthulhu Dark depuis près de 20 ans.

Critique écrite en novembre 2018.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques