Contenu | Menu | Recherche

C'est méchant un Grog

Ambush at Altair

.

Références

  • Gamme : Starship Troopers
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Mongoose Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mai 2006
  • EAN/ISBN : 1-905471-62-9
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret agrafé de 32 pages à couverture souple.

Description

Cet ouvrage est une campagne au sens qu'on lui donne généralement dans le jeu de rôle, mais également au sens militaire. Il représente un engagement important dans le système Altaïr, prenant les personnages par surprise pendant qu'ils y font relâche. Alors que leur navire n'a pas eu le temps de réarmer, ils devront engager le combat sur Altaïr V pour stopper la progression des arachnides avec les moyens du bord et en sous-nombre, comme il se doit.

La campagne se déroule à la manière d'un jeu de figurines, avec des missions qui se succèdent, certaines dépendant de l'issue de la précédente. Au total, ce sont 15 missions d'environ une page qui sont proposées avec pour chacune un plan schématique en 3D isométrique, un briefing à lire aux joueurs, la description des lieux et des évènements ainsi que ses caractéristiques techniques : type de mission, durée, adversaires, terrain, équipement, support prévu, expérience à gagner.

En dehors de la page d'introduction qui présente l'ouvrage, on trouve cinq pages de règles pour mener la campagne, avec de nombreuses tables ayant trait au déploiement et au rare matériel disponible, aux véhicules et aux déplacements sur la planète. Des conseils sont également proposés pour maintenir le rythme de jeu, gérer les inter-missions et remplacer les personnages décédés. Pour finir, une page de conclusion explore les possibilités liées aux fins possibles du scénario du point de vue des personnages, des arachnides, des civils, et des conséquences de ces évènements sur la guerre en cours.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Coredump  

Franchement, j'ai cru qu'il s'agissait d'une campagne de jeu de figurine. C'était tellement proche de ce que je peux connaître pour BFGF ou Epic... Ah mais non, la couverture le dit bien, c'est pour le jeu de rôle. Et là, je pense qu'il y a erreur.

Du rôle ? Vous pourrez toujours le chercher, il n'y en a pas. Les briefings sont à lire aux joueurs, ensuite ils sont parachutés dans l'action : infiltration, affrontement, exfiltration... les missions seront variées, mais ne vous y trompez pas. En définitive, il s'agira toujours d'affrontement. Pas d'intrigue, pas d'interaction, cette campagne, j'en suis persuadé, était sans doute prévue pour le jeu de figurines. Le seul "twist", c'est le manque de ressource des personnages qui, faute de munitions, vont devoir avoir des idées. Pour le reste, ça reste du "pan pan boum boum" jusqu'à la fin. Le moindre déplacement suscite un jet sur la table des rencontres aléatoires, et oooh une dizaine d'arachnides qui passaient par là. Et je ne parle pas des scénarios où les adversaires seront présents par dizaines, voire par centaines, et tout le catalogue de créatures arachnides y passera.

Bref, vous l'aurez compris, cette campagne ne m'a pas, mais alors pas du tout emballé. Je lui concède qu'elle est cohérente, mais les rares opportunités d'intrigue (avec les control bugs par exemple) sont éludées. A réserver pour votre jeu de figurines.

Fervalaka  

La couverture d'Ambush at Altaïr est correcte et reste la seule originalité iconographique de cette campagne de 32 pages. L'intérieur est très pauvre avec seulement 3 représentations de matériel qu'on a déjà vues dans d'autres suppléments, ainsi qu'un pauvre dessin du livre des règles (page 251), et les petites cartes stratégiques en 3D auxquelles nous sommes habituées. Cela dit, le prix très modeste de cette aventure permet d'encaisser le coup de la présentation spartiate.

Pour le scénario en lui-même, l'ambition des auteurs était clairement de proposer une nouvelle fournée de missions militaires pures comme on en a déjà vu des dizaines dans le livre des règles pour la Campagne de Pluton, ou encore dans The Arachnid Empire. La seule spécificité réside sans doute dans le casting des personnages excluant les MIT n'ayant pas au moins atteint le niv 6.

Je crois intimement que des joueurs et des meneurs évoluant dans l'univers de Starship Troopers n'ont jamais eu comme ambition de cueillir des bleuets et de mener à bien de complexes investigations politico-diplomatiques. Mais, en même temps, s'il s'agit uniquement de buter des monstres à la variété limitée avec un arsenal lui aussi restreint, la solution s'appelle Doom. On doit bien se rendre compte que dans Ambush at Altaïr, les joueurs seront obligés d'éliminer AU STRICT MINIMUM (et j'ai compté sans inclure les tables aléatoires) : 108 hoppers, 21 plasma bugs, 240 warriors, 8 tankers, 12 ripplers, 28 cliff mites et 25 blasters. Que de plaisir en perspective à lancer des pelletées de dés pendant des soirées entières !

En essence, cette suite de scénarios n'est pas différente de ce qui a pu être proposé dans les campagnes militaires précédentes ; elle s'adresse seulement à des personnages plus aguerris. Vu sa date de parution, on aurait cependant espéré qu'elle aurait bénéficié des contenus de United Citizens, Federation ou de The Arachnid Empire pour proposer quelque chose de nouveau, au lieu de vouloir satisfaire de très hypothétiques bourrins préférant depuis deux ans le D8 à la manette de jeu en mode inversé. On remarquera aussi l'inutilité totale d'avoir autre chose que des Troopers de base sans spécialisation avec quelques compétences clefs (Repair en particulier) montées.

Ce qui, à mon très humble avis, constitue une énorme erreur de politique d'édition, pourrait bien avoir posé la première pierre du caveau de Straship Troopers RPG, non pas par son contenu, mais par le moment choisi pour le sortir. On ne peut s'empêcher de faire un parallèle avec l'excellent Buffy RPG proposant des règles simples, efficaces dans un style flamboyant, à même de permettre d'évoluer dans autre chose qu'un ersatz d'univers de la série, et qui pêche horriblement par une absence totale de scénarios dignes de ce nom sur toute la gamme.

Starship Troopers prendrait donc le même chemin. En prenant en compte son prix raisonnable, ce supplément mériterait un 3 dans l'absolu puisqu'il s'agit d'une variation sur le même thème exploité depuis le début de la gamme. Mais étant donnés les précédents pléthoriques et le choix de la chronologie éditoriale, je ne mets qu'un 2.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques