Contenu | Menu | Recherche

Ceux que le gouvernement intergalactique appelle quand il ne reste plus aucun espoir

Truce at Bakura Sourcebook (The)

.

Références

  • Gamme : Star Wars D6
  • Sous-gamme : Nouvelle République
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : West End Games (WEG)
  • Langue : anglais
  • Date de publication : février 1996
  • EAN/ISBN : 0-87431-256-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 154 pages en bichromie (noir, blanc et bleu pour les titres).

Description

The Truce at Bakura est un supplément de contexte consacré au roman éponyme de Kathy Tyers. Chronologiquement, il se situe juste après la bataille d’Endor, lorsque chaque camp panse ses plaies après la mort de l’Empereur. L'ouvrage est émaillé de plusieurs extraits du livre pour décrire des personnages ou des situations. Il comprend également de nombreuses notes se référant soit au roman, soit à d’autres publications (jeux de rôle, comics ou romans). Il s’ouvre sur 2 pages blanches, suivis de l’habituelle introduction (A long time ago in the galaxy far, far away …), puis l’ours et la page du titre du supplément, ainsi qu'une table des matières (1 page)

Introduction : Report to the Provisional Council of the Alliance of Free Planets (2 pages) présente brièvement le contexte dans lequel évolue le nouveau gouvernement constitué qui deviendra sous peu la Nouvelle République.

Chapitre 1 : The Aftermath of the Battle of Endor (8 pages) résume brièvement la bataille d’Endor entre les vaisseaux de l’Alliance et l’Empire qui avait été largement délaissée dans le film Le Retour du Jedi, ainsi que la méthode au culot de Han Solo et de ses amis pour prendre possession d’un croiseur impérial grâce à des uniformes capturés.

Chapitre 2 : The Bakura Incident (11 pages) résume le roman. L’Alliance intercepte un appel de détresse destiné à l’Empereur, provenant d’un système lointain, Bakura. Ne pouvant se décider à abandonner des civils à leur sort et malgré les pertes de la bataille d’Endor, Mon Mothma et l’Amiral Ackbar décident d’envoyer une flottille de secours commandée par Luke, composée de quelques vaisseaux dont ils peuvent se passer. La flottille arrive sur Bakura alors que la planète essuie une attaque et parvient à la repousser. Nereus, le gouverneur impérial local apprenant la mort de l’Empereur et qu’il ne doit attendre aucune aide de l’Empire accepte l’aide de l’Alliance. Malgré la trêve, la tension ne cesse de monter et Léia n’hésite pas à prendre contact avec des dirigeants locaux opposés à l’Empire. Nereus apprend d’un humain détenu et endoctriné depuis son enfance par les Ssi-Ruuk, la race d’agresseurs, que ceux-ci sont intéressés par les pouvoirs de Luke et accepteraient de ne pas envahir la planète en échange du Jedi. Une entente secrète est donc établie et Luke est capturé suite à un subterfuge. Malgré leur promesse, les Ssi-Ruuk attaquent la planète. Alors que les forces combinées de l’Empire et de l’Alliance semblent submergées, Luke, emprisonné à bord du vaisseau amiral, utilise ses pouvoirs pour se libérer et rendre le vaisseau inopérant. Les Ssi-Ruuk, qui ne connaissent rien de la Force, sont si impressionnés qu’ils abandonnent le navire, laissant une flotte sans commandement. Dès la fin de la bataille, les forces de l’Empire se retournent aussitôt contre les vaisseaux de l’Alliance, détruisant le navire amiral de l’Alliance et tous ses occupants. Sur la planète, la révolution est en cours et la base impériale est capturée. Utilisant ses pouvoirs et ses talents de diplomate, Luke contraint le commandant impérial à se rendre avec sa flotte et la garnison au sol. Nereus est tué en voulant abattre Luke avec son blaster. Bakura est libérée.

Chapitre 3 : Forces of the Alliance (19 pages) présente les protagonistes majeurs du roman du côté de l’Alliance, dont Luke qui ne cesse de gagner en puissance depuis sa confrontation avec l’Empereur et son père, ainsi que les héros habituels (Léia, Han, Chewba et les 2 fameux droïdes), plus les officiers principaux du vaisseau amiral de l’Alliance. Ce chapitre comprend aussi 2 pages sur la Déclaration de l’Alliance des Planètes Libres, une charte destinée à toutes les Planètes désireuses de rejoindre les prémices de la Nouvelle République et qui repose sur 5 piliers : l’interdiction de cibler les zones civiles durant les actions militaires, l’égalité entre les espèces, responsabilité sociale (liberté d’expression), tolérance et moralité.

Chapitre 4 : Forces of the Empire (16 pages) décrit les protagonistes majeurs du roman du côté de l’Empire, dont Nereus, le grand méchant de l'affaire et gouverneur impérial local qui voue une loyauté aveugle à l’Empire, ainsi que plusieurs hauts officiers aigris : leur affectation dans ce secteur reculé est tout sauf une promotion. La base impériale de Bakura est décrite sur 4 pages, dont un plan détaillé de 2 pages.

Chapitre 5 : Bakura (22 pages) est consacré à la planète : dotée de 2 lunes et de 3 continents, Bakura a un climat tempéré avec une forte couverture nuageuse et beaucoup de précipitations. Le terrain est essentiellement composé de montagnes verdoyantes, de forêts et de plaines, peuplées essentiellement d'humains vivant en harmonie avec la race native, les Kurtzen. La planète a été colonisée il y a 153 ans par la corporation Bakur. Peu après, elle est a dû faire face à une révolte des droïdes locaux qui ont anéanti 40% de la population. Ils sont bien sûr désormais interdits. Isolée et peu puissante, la planète a été facilement annexée par l’Empire. Son gouvernement est autonome en apparence, mais en réalité inféodé à l’Empire.

La religion majoritaire est la voie de l’équilibre cosmique qui repose sur un système de dualisme extrême où les Jedis sont mal vus, car leurs pouvoirs déséquilibrent les forces cosmiques. Le chapitre décrit également des PNJ importants pour le roman, notamment des sénateurs (résistants ou favorables à l’Empire), ainsi que des membres de leur famille. Le complexe gouvernemental abritant le Sénat est également abordé.

Croisement entre des sauriens et des oiseaux dépourvus d’ailes, mais avec des mains, les Ssi-Ruuk sont dépeints dans un chapitre de 18 pages et constituent une nouvelle race belliqueuse, incapable d’utiliser la Force. Leur société est structurée par de puissants clans familiaux et des castes strictes. Le gouvernement est un impérium, avec un souverain assisté par un conseil des anciens et un conclave (un groupe de dirigeants spirituels). Les luttes de pouvoir et les factions y sont nombreuses. Leur politique est globalement expansionniste et les Ssi-Ruuk se considèrent comme une race supérieure. Le chapitre décrit aussi les P’w’ecks, une race apparentée aux Ssi-Ruuk vivant sur la même planète. Ils sont plus petits, moins forts et servent d’esclaves.

D’après leur religion, l’âme d’un Ssi-Ruuk ne peut trouver le repos éternel que si le corps meurt sur une terre consacrée (leur planète et éventuellement les planètes colonisées). Par conséquent, ils ont peur de mourir dans l’espace et utilisent au combat essentiellement des drones, dont l’énergie est tirée de la force vitale d’êtres vivants capturés, notamment des humains. Lorsque Luke menacera le vaisseau amiral avec ses pouvoirs, tous les Ssi-Ruuk l’abandonneront de peur d’être tués dans un lieu non consacré.

Le gouverneur impérial local est un passionné de chasse qui ne collectionne pas les corps entiers ou les têtes, mais les mâchoires. Une quinzaine de races de toutes sortes dont il a fait ses trophées sont décrites dans Chapitre 7 : Creatures (10 pages), dont une mâchoire humaine, provenant d’une femme criminelle qu’il a traquée sans merci. Egalement friand de bestioles pour mener ses interrogatoires, huit espèces parasites sont décrites (dont 7 parasites internes).

Chapitre 8 : Starships (17 pages) présente 2 vaisseaux de l’Alliance (un croiseur-transporteur modifié de type Quasar et un vaisseau médical), 1 vaisseau amiral impérial (croiseur léger de type Carrack) et 1 type de patrouilleur intersystème. En outre, 7 vaisseaux Ssi-Ruuk sont décrits : croiseur lourd, croiseur léger, droïde de combat (starfighter), vaisseau-usine (qui fabrique de nouveaux droïdes de combat en utilisant les ressources des planètes capturées), navire écran (servant à protéger les gros vaisseaux), transporteur d’assaut planétaire (comprenant les troupes d’assaut) et barge de débarquement planétaire (embarquée dans le transporteur susnommé).

Chapitre 9 : Vehicles (5 pages) passe en revue les principaux véhicules en usage sur Bakura : 1 voiture des nuages et 2 airspeeders. Il y a aussi un vaisseau atmosphérique (décliné en 3 versions) provenant d’une planète qui a été envahie par les Ssi-Ruuk.

Le gouvernement de Bakura interdit les droïdes à ses concitoyens, mais l’Empire ne s’en prive pas : 4 nouveaux droïdes impériaux sont donc décrits dans Chapitre 10 : Droids and Equipment (9 pages), de même qu’un droïde de sécurité Ssi-Ruuk. Le matériel comprend entre autres des armes utilisées par les Ssi-Ruuk, ainsi que leur méthode de lavage de cerveau. Chapitre 11 : Skills (2 pages) introduit une nouvelle compétence, Lavage de cerveau.

Chapitre 12 : The Force (2 pages) fournit deux nouveaux pouvoirs de la Force qui apparaissent dans le roman : Life web qui permet de détecter de larges concentrations d’une race spécifique et Life Bond qui permet de créer un lien très fort entre deux êtres très proches, chacun ressentant les émotions et les douleurs de l’autre.

Chapitre 13 : Adventures in the Alliance of Free Planets (3 pages) donne quatre synopsis d’aventure :

  • raid sur une planète pour mettre en place une cellule de résistance à l’empire
  • balise de détresse activée sur une planète distante qui s’avère être celle d’un vaisseau Ssi-Ruuk écrasé
  • trahison sur Bakura : certains sénateurs Bakuriens veulent revenir dans l’Empire et contacter la flotte impériale
  • défection : toutes les forces impériales ne se sont pas rendues

Afterword : the Alliance (1 page) examine les conséquence des événements : les dirigeants de l’Alliance, ne pouvant combattre sur deux fronts, décident de négocier la paix avec les Ssi-Ruuk, le but étant de leur trouver une autre source de puissance que le fluide vital d’êtres vivants.

Afterword : the Empire (1 page) est un extrait du journal de bord d’un capitaine de la marine impériale qui, refusant de se rendre après les événements de Bakura, relate que le COMNPOR n’est pas intéressé par les Ssi-Ruuk et qu’il a donc décidé de son propre chef de monter un groupe de conspirateurs impériaux pour exterminer les Ssi-Ruuk.

Le livre se clôt sur 2 pages de publicité pour des produits de la gamme et 2 pages blanches.

Cette fiche a été rédigée le 8 octobre 2012.  Dernière mise à jour le 19 octobre 2012.

Critiques

The King  

 

 

Voilà un excellent cadre de campagne. La plupart des sourcebooks de SW sont issus d’un résumé de quelques comics qui limitent naturellement bien plus le développement qu’un roman de 300 pages, comme c’est le cas ici. Excellent, parce qu’il est très original dans le fond comme dans la forme : enfin un supplément axé sur la diplomatie et les intrigues politiques, ce qui commençait à manquer à cette gamme (à l’exception de Lords of the expanse). Même si l’Empereur et Dark Vador sont morts, le gouverneur local n’a rien à leur envier en atrocité, mais l’Alliance des planètes libres (qui n’est plus la rébellion mais pas encore la Nouvelle République) n’est pas assez puissante pour le faire chuter d’un claquement de doigt. Les deux forces devront donc s’allier si elles veulent survivre à une confrontation avec les Ssi-Ruuk. Cette nouvelle race est également présentée en détail et est loin de servir de simple faire valoir, puisque leur technologie et leur société sont suffisamment originales pour donner envie de s’y plonger.

Pour la première fois dans un supplément de cette gamme, les personnages sont particulièrement bien développés, y compris leur mentalité et leurs mobiles d’action (les extraits du roman y sont pour beaucoup). Bref, ce supplément fournit vraiment de la matière à scénarios, voire à campagnes à une période où l’Empire n’est plus omniprésent (mais reste encore puissant). Ma note reflète la qualité, ainsi que la quantité des informations fournies par rapport aux autres suppléments de ce type. Il n’y a vraiment rien à jeter.

 

Critique écrite en octobre 2012.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques