Contenu | Menu | Recherche

Restez sur vos gardes, ne faites confiance à personne, gardez vos dés à portée de main

Dark Empire Sourcebook

.

Références

  • Gamme : Star Wars D6
  • Sous-gamme : Nouvelle République
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : West End Games (WEG)
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juin 1993
  • EAN/ISBN : 0-87431-194-2
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 132 pages à couverture rigide, dont 16 pages en quadrichromie.

Description

Ce supplément décrit les événements décrits dans le comics de chez Dark Horse, relatant une période située à 6 ans après la bataille d'Endor. L'empereur Palpatine a retrouvé un corps et tente de retrouver son pouvoir.

The New Republic
Composé de 21 pages, ce chapitre donne un rapide historique et les statistiques de jeu de 16 personnages, côté Nouvelle république, ayant un rôle actif dans les comics. On y trouve les héros principaux mais aussi quelques personnages secondaires.

An Empire reborn
Ce chapitre de 12 pages traite de la partie ex-Empire. On y trouve des explications sur les différentes tentatives de reprise du pouvoir des divers dignitaires de l'Empire et comment l'empereur a réussi à ressusciter. Comme pour le chapitre sur les héros de la Nouvelle République, on y trouve un descriptif des statistiques des personnages actifs des comics.

The neutral sector/ The fringe
Ce chapitre de 16 pages couvre les différents personnages secondaires de cette période. On y trouve entre autres des contrebandiers et chasseurs de prime comme Boba fett ou Dengar.

The Force
Ce chapitre de 14 pages traite des deux facettes de la force, lumière ou côté obscur, du jedi holocron, du book of anger de personnages du côté obscur et de quelques pouvoirs de la Force.

Planets
Ce chapitre de 14 pages est consacré au descriptif des différentes planètes apparaissant dans la période. Entre autres, on y trouve des descriptions de Byss et ses clone labs, Calamari, Coruscant dévastée et du système Nal hutta.

Starships
Ce chapitre de 20 pages décrit les divers vaisseaux utilisés par les deux camps. Entre autres, on y trouve un Super star destroyer, un vaisseau prison, le Slave II de Boba fett et des nouveaux E-wings.

The world devastators
Ce chapitre de 8 pages décrit l'arme suprême de cette période, les World devastators. On y trouve un historique et des statistiques de jeu.

Vehicules
Ce chapitre de 8 pages se concentre sur les descriptions de jeu des divers speeders et autres véhicules présents dans la série. On y trouve, entre autres, des V-wing, des Imperial patrol vehicles, TIE tanks, hutt floaters et des waveskimmers.

Equipment
Ce dernier chapitre de 5 pages décrit quelques équipements tels que les energy cages, cages prison pour Jedi, des planetary shields, et cylindres spaarti, ou cylindres de clonage.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 7 avril 2010.

Critiques

The King  

Malgré des dessins un peu … enfin bref destinés à un jeune public, les suppléments de Star Wars D6 m’ont souvent plutôt agréablement surpris par leur intelligence et celui-ci ne déroge pas à la règle. Et cette fois, toutes les illustrations sont tirées des comics Dark Horse desquels s’inspire ce supplément.

En fait, le décor de campagne, car c’en est un, nous montre le paysage actuel : depuis la mort de l’amiral Thrawn, la guerre civile fait rage au sein de l’empire (Coruscant est un champ de ruines) et Palpatine agit encore dans l’ombre jusqu’à ce qu’il déclenche une nouvelle guerre et anéantisse quasiment Calamari. La Frange est également décrite : la contrebande bat son plein depuis que ce qui reste de l’empire est occupé ailleurs et que Jabba le Hutt a laissé une place vacante. On y trouve aussi d’anciens potes à Han Solo avant qu’il ne rencontre Luke sur Tattoine.

Le chapitre consacré à la force comprend un excellent passage sur la philosophie de la force qui faisait défaut dans le livre de base. Il y a également quelques nouveaux pouvoirs qui requièrent quasiment tous d’avoir gouté le côté obscur (comme Luke) et restent donc jouables et cela peut même être très intéressant pour tester la réaction des joueurs Jedi lorsque la possibilité d’utiliser ces pouvoirs s’offrent à eux (après tout, les pouvoirs de la force ne se manifestent pas sous forme d’un manuel indiquant « attention, réservé au côté obscur »).

Outre le lot habituel de nouveaux vaisseaux (modèles plus récents), véhicules et équipements, on découvre une nouvelle arme secrète : le réseau impérial de sécurité contre l’hyperespace, doté de puits gravitationnels qui forcent les vaisseaux à quitter l’hyperespace (ou les empêchent de partir dans l’hyperespace) en créant une ombre gravitationnelle.

Je trouve malgré tout ce supplément plutôt faible en raison de la sempiternelle lutte entre l’Empire et les rebelles qui sont devenus la Nouvelle République. On prend les mêmes personnages et on recommence, comme si personne chez Dark Horse, West End Games ou même chez les auteurs de romans n’avait le courage de tourner la page et de proposer autre chose dans un univers de Space Opera suffisamment riche pour offrir d'’immenses possibilités. On doit donc se farcir le méchant empire contre la gentille république qui n’a curieusement qu’un chef d’Etat (Mon Mothma) pour gouverner des milliers de planètes. Quant à savoir comment elle a été élue ou réélue, …

Critique écrite en août 2012.

matreve  

Dark Empire est quelque sorte le Unearthed Arcana de la gamme Star Wars. Les Star Destroyers de classe Super avec leurs 8 km de long vous semblaient étriqués ? Bienvenue à ceux de la classe Eclipse qui fait le double avec un super laser hérité des Death Star en prime.

Le reste est à l'avenant : nouveaux chasseurs, nouveaux droïds de combat, bref, ça tabasse dans tous les sens.

Bon, OK, mais on fait quoi avec ce bordel ? Après une Nouvelle République plus mièvre que la Trilogie si c'était possible, Dark Empire relance tout le bastringue galactique mais arrive un peu comme un cheveu sur la soupe.

Si vous avez fait jouer à vos joueurs les événements de la Nouvelle République, vous n'aurez pas manqué de leur faire jouer la faillite de cette restauration, minée par les luttes et dissensions internes. En revanche, vu l'état des Impériaux pendant cette période, il vous faudra bien tordre la chose pour faire passer la pilule que ceux-ci se sont reconstitués tout un arsenal comme celui évoqué brièvement ci-dessus. N'hésitez donc pas à secouer fort et servez brûlant avec en guise de cerise sur la gâteau le retour de l'Empereur que vous ne manquerez pas de sonoriser avec la Marche Impériale à fond les ballons.

Si on ne se limitait pourtant qu'à cela, Dark Empire ne vaudrait pas plus que l'Unearthed Arcana. Mais ce supplément vaut aussi pour toutes ses révélations sur la Force : jedi holocron, Skywalker flirtant dangereusement avec le Côté Obscur... l'intérêt de ce supplement réside dans le matériel exploitable pour faire une formidable campagne autour de cette énergie mystérieuse (laissez tomber la justification génétique débile de la fausse Trilogie).

Dark Empire est donc une excellente aide de jeu pour prendre vos joueurs à contre-pied, retrouver l'ambiance larger than life de la vraie Trilogie tout en la mâtinant d'une noirceur jusqu’ici inconnue. Du boulot en perspective (on aurait préféré bien entendu une campagne mythique plutôt qu'un sourcebook bien fait) mais pour un résultat qui ne peut qu'en valoir la peine.

Critique écrite en juillet 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques