Contenu | Menu | Recherche

Un Grog, ça coule comme de l'eau de source

Star Drakkar

.

Références

  • Gamme : Star Drakkar
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Studio Kortex
  • Langue : français
  • Date de publication : septembre 2005
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Document de 60 pages en format paysage, fourni avec version imprimable spéciale pour fabriquer un livret format A5, version N&B sans illustrations pour l'impression, trois fiches de personnage de couleurs différentes, un écran quatre volets en couleurs et une feuille de présentation des différents fichiers fournis

Description

Le livre de base de Star Drakkar est organisé selon les grandes parties suivantes :

A l'abordage, par Odin! (2 pages)
Cette partie accueille introduction au livre et au jeu, crédits et remerciements.

Persos (6 pages)
Ce chapitre expose tout d'abord les cinq étapes nécessaires à la création d'un PJ de Star Drakkar. Après des exemples de noms masculins et féminins, douze classes de personnages sont ensuite détaillées, avec un portrait et deux pouvoirs ou talents spéciaux pour chacune : Bombardier, Brikotek, Chasseur, Cuistot, Cyberserker, Gödi, Huscarl, Matelot, Navigateur, Robothrall, Scalde et Xéno.

Mécaniques (19 pages)
C'est ici le système de règles de Star Drakkar qui est décrit. Le fonctionnement des jauges et le combat s'y taille la part du lion. Seize Exploits brutaux (comme Hurlement de bataille ou Attaque de xénobovin) et seize Exploits obstinés (comme Foie en crystobéron ou Aura du tyran) sont fournis. La technologie accessible aux PJ est ensuite traitée, avec les armes, armures et équipements nécessaires au pillage dans l'espace. Les règles de combat spatial et la description de 21 vaisseaux vikings et aliens complètent ce chapitre et l'utilisation des points de Butin vient en conclusion.

Galaxie (15 pages)
Ce chapitre fournit le background culturel et historique des vikings de l'espace : leurs origines, leur philosophie et structure sociale, leur police politique indépendante -le directoire Loki-, leurs habitudes alimentaires et religieuses. Le reste de la galaxie est brièvement abordé avec la Communauté Galactique, au coeur de laquelle existe l'OUM ou Organisation Unifiée des Mondes. A noter que la monnaie de la Communauté est le crédit galactique ou "galac", pièce carrée créée sous l'influence de la race alien des delphinoïdes. En encart sont décrits sommairement les quatre royaumes barbares que sont Alfheim, Muspellheim, Niflheim et Falafel. Ensuite, c'est la galaxie qui vous ouvrira ses bras. Dix-huit races aliens et autant de victimes sont ensuite présentées, avec portrait, background et caractéristiques : Andromeks, Crystariens, Delphinoïdes, Fruxoniens, Fyoumandjous, Glankons, Globuliens, Heutrons, Iwoukis, Jotunns, Karbuürs, Mäkros, Mantocéphales, Oursiens, Pandépizes, Poulpax, Shbouzes et Zaartech. La race des Génøvikings fait l'objet d'une présentation séparée. Ennemis jurés des vikings de l'espace, les Génøvikings sont des mutants sanguinaires fruit de manipulations génétiques odieuses des temps passés.

Sagas (12 pages)
Les quatre types de campagne différents offerts par Star Drakkar sont évoqués ici : guerre, commerce, diplomatie et pillage. Le stardrakkar Mjölnir du capitaine Gunar Gunarson, vaisseau à bord duquel les PJ peuvent parcourir la galaxie, est ensuite présenté avec 12 PNJ de son équipage. Suit le scénario d'introduction "La Mine du Dieu Dormant", dans lequel les PJ sont confrontés au mystère de la disparition du personnel de l'avant-poste minier Nidavellir 21. Quatre pistes d'aventures et onze événements ou mini rencontres complètent ce chapitre

Appendices (4 pages)
Cette section propose un générateur d'aliens génériques (ou "GAG"), une feuille de personnage et deux mini-écrans illustrés pour les combats rituels entre vikings.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Mathieu  

Ecrasez ces bandes de morveux, par Odin ! StarDrakkar est un jeu vraiment défoulant, dans un univers pas sérieux du tout, et rempli d'aliens. Bon, faut aimer le bourrinage, ça c'est sûr, parce que là on est servi !

Première approche : la mise en page est correcte et agréable, même si les illustrations sont souvent un peu simples. Le style d'écriture est vraiment marrant, et met bien dans la peau du bon gros Viking de base. A noter qu'il y a plusieurs pdf fournis, dont un qui permet de faire un magnifique petit livert A5. Un écran est aussi proposé, qui peut être bien pratique, et qui met mieux dans le ton du jeu. Là encore, petit hic sur l'illustration principale, un peu kitch mais qui passe.

Au niveau du jeu, il y a plein de petites idées bien sympa à découvrir, la première étant le bourrinomètre, dont le nom évocateur rend compte de la finesse du jeu (Muarg ? C'est quoi ça ta finnesse, j'lui pète la gueule moi !). On note aussi l'initiative super marrante sur la table si on suit le concept proposé (tiens, prend toi une initiative dans ta pouille !), et les pouvoirs spéciaux des vikings assez cocasses. Bah oui, il faut bien différencier ces vikings, parce qu'au niveau des caracs (qui sont au nombre de deux : la brutalité et l'obstination) c'est pareil pour tout le monde ; un bon coup de bourrinomètre et ça te requinque un gars. Du coup, ça incite vachement plus à jouer les différences en role-play, ce que comprennent vite les joueurs.

Bon, en bref, une bonne déconnade, une bonne défoulade, et une bonne rigolade (et un bon castagnage d'aliens et de bisounours). Et puis c'est même un jeu qui pourrait se jouer en campagne sans problème, au moins sur 4-5 scénars, en faisant varier les styles de jeu et les ambiances (très ouvert là dessus, grâce au vaste univers proposé).

Mario Heimburger  

Frapper de l'alien sur un air "Viking Attitude" de Lori Raffarindottir, écumer la galaxie à la recherche de butin et d'alcool, vivre comme des vrais marins mais sans les savonnettes, la belle vie, quoi. Le jeu que sans nul doute Croc aurait aimé écrire. Star Drakkar se situe dans la galaxie jdr entre Mousquetaires de l'Ombre pour son format court, son concept simple et son orientation action, et Zombies pour la thématique et la possibilité malgré tout de jouer des suites de suites pendant de nombreuses séances.

Selon la croyance croquienne selon laquelle un bon jeu s'explique en une phrase, SD est un excellent produit : tu joues un Viking dans l'espââce. Ici, pas de prise de tête : les personnages sont des brutes assumées, et la réflexion et la diplomatie ne sont utilisées qu'en de très rares cas. Le viking, c'est pas une tapette, hein ! Manipulé par une race ET aujourd'hui disparue, ce peuple brutal a acquis la technologie lui permettant de fondre sur une galaxie jusqu'alors assez paisible. Son organisation est rudimentaire ("chacun à sa place") et ses objectifs simples ("vivre, combattre et s'amuser") et pourtant les possibilités offertes sont nombreuses.

Cette simplicité est déclinée le long d'un texte dense auquel il ne manque aucun aspect. Création de personnages, règles, background, bestiaire (les autres races ET), scénario d'introduction et idées de campagnes. En plus, ce n'est pas un PDF, mais trois qui sont mis à disposition : une version imprimable (couleur), une version à l'écran et une version N&B pour une impression économique. Cerise sur le gâteau : l'écran est également fourni ! Pour 9 euros, le rapport qualité-prix est vraiment excellent.

Les règles sont à l'image du jeu : elles prennent en compte toutes les situations tout en restant simples, visuelles, ludiques. Les personnages ont deux jauges (Brutalité/Obstination) et tous les jets se font en lançant un dé (ou plusieurs mais on ne garde que le meilleur) et en additionnant la caractéristique pour battre un seuil de difficulté. L'originalité réside dans l'extrême fluctuation des caractéristiques et la possibilités pour les personnages de passer des points d'une jauge à l'autre en sacrifiant une action. Ces jauges servent à tout : points bonus (en sacrifiant des points) et points de vie (quand les deux arrivent à 0, t'es mort). Des exploits et capacités spéciales dépendant de la classe et/ou de l'expérience viennent ajouter du fun. L'expérience, c'est le butin qui donne accès soit à des améliorations de jauges ou exploits, soit à du matériel.

On le voit assez vite : c'est rapide, nerveux, efficace. Le combat spatial et la gestion de la technologie se basent sur les mêmes principes simples mais pas simplistes. Malgré sa thématique, SD met à disposition assez d'informations pour jouer et s'amuser longuement. Le format des scénarios, volontairement court, sera donc idéal pour les après-midi ou les débuts de soirées. Les joueurs prendront certainement plaisir à ne pas se prendre la tête et à caricaturer leurs personnages, tandis que le meneur aura plaisir à placer les vikings dans des situations de décalage comme une négociation délicate avec une reine. Chaque race extraterrestre décrite (une vingtaine) peut servir dans une histoire et les opposants possibles sont assez nombreux pour varier les plaisirs du combat et l'enjeu des scénarios.

Au final, SD est un modèle de ce qu'on peut faire en PDF : un jeu rapide, fun, mais non bâclé et plus riche qu'il n'en a l'air. Après, on aime les jeux second degré ou non. D'habitude, je suis pas fan, mais SD me donne furieusement envie de sortir ma hache. Et ça, c'est un signe...

Alahel  

Voici vraiment un jeu qui gagne à être connu ! Parmi la myriade de JdR en PDF qui fleurissent sur Internet, SD est jusqu'à présent le produit le plus abouti qu'il m'a été donné de lire.

Sur le fond, le pitch est simpliste et facile à assimiler : vous jouez des vikings dans l'espace. Les règles sont très simples mais tout à fait cohérentes et complètement intégrées au monde. Le principe fondateur de ces règles est la jauge de brutalité / obstination, ce qui rappelle le mode de fonctionnement des URC dans le jeu Heavy Métal - sauf que dans SD, le système fonctionne et ne plombe pas le rythme des parties, bien au contraire. On retrouve les dons (heu ! Pardon les Exploits) hauts en couleurs et chers à l'auteur qui permettent de customiser à loisir son viking favori. Les éléments de background sont complets et les différentes races extraterrestres sont fort sympathiques.

Sur la forme, les illustrations sont délirantes et donnent une cohérence forte au monde de SD. La déclinaison en 3 PDFs (Lecture, Impression et N&B) utilisable selon les besoins est la bienvenue, sans parler de l'écran et des FdP, fournis en couleurs ou en N&B. Je pense que bien des produits professionnels devraient s'en inspirer.

Alors bien sûr SD n'est pas sans défaut, le thème assez réducteur peut rebuter, l'humour potache parfois assez lourd (comme par exemple les Heutrouns originaires de la planète Puduk) peut déranger, et SD ressemble plus à un petit jeu sans prétention (comme le dit d'ailleurs l'auteur) qu'a un univers de campagne...

Ceci dit, je suis persuadé, qu'à l'instar de Bloodlust, il y a matière à une excellente campagne (M'sieur Nieudan, on compte sur vous) qui pourrait permettre à SD de trouver sa place dans la cour des grands, et c'est ce que je lui souhaite.

Julien Bontempelli  

Depuis Toon, j'attendais un jeu qui puisse vanner un MJ en 2 heures de temps. Un jeu, qui, en fin de partie, vous fait dire : "Ouf! J'en suis sorti vivant !".

Car Star Drakkar, c'est un mélange d'adrénaline pure et de rire tonitruant, mijotant dans de l'hydromel (pardon, du synthémel) et sauppoudré de grandes blondes.

Le PDF est très bien structuré, allant à l'essentiel pour tout, avec un humour débile complètement assumé, et fourni avec des tonnes de goodies utiles, notamment l'écran le plus poilant que j'ai jamais vu.

Tout d'abord, le pdf du jeu :
1 - Persos : la création de personnage est simplissime. Il faut 5 minutes pour créer un perso, les classes de perso sont hilarantes et permettent de balayer rapidement l'ensemble des possibilités de membre d'équipage d'un drakkar de l'espace.
2 - Mécanique : la mécanique du jeu est complètement imbriquée dans la thématique. 2 caractéristiques, aucune compétence, et la possibilité de passer des points de l'une à l'autre en permanence. Cela permet de laisser libre cours à un role-play débridé et insensé, qui se termine généralement en crises de fous rires autour de la table de jeu.
3 - Univers : la description du cadre de jeu est elle aussi bourrée d'humour et de références. Elle n'est cependant pas dépourvue d'intelligence et permet d'imaginer des campagnes de longue haleine, à condition que le MJ arrive à tenir sa table plus de 2 heures (je n'ai pas encore réussi avec Star Drakkar).
4 - Sagas : enfin, Star Drakkar se termine par un cadre de campagne, un vrai "StarDrakkar" avec de vrais vikings complètement azimutés dedans. Le scénario d'introduction est complètement dingue, petit bijou d'humour absurde et décalé.Enfin, un petit mot sur l'écran.

Le grand problème pour un MJ menant un jeu pdf, c'est de ne pas avoir de bout de carton à se mettre devant le nez pour cacher ses tricheries à ses joueurs. Star Drakkar est fourni avec un écran qui reprend les tables importantes du jeu (4, et vous avez toutes les règles dedans) et donne au MJ quelques conseils allant du fondamental (Comment attirer des filles autour d'une table de Star Drakkar, Comment ne pas se faire piquer la dernière fraise tagada...) au complètement fou (Comment jouer à Star Drakkar sérieusement...).

Bref, un jeu complètement fou, du thème au système, permettant de nombreuses heures de rire et de massacre d'alien mignons qui font "oink".

Lesendar  

Et bien presque tout a été dit par les gens au dessus de moi... Star Drakkar ça a vraiment été ma surprise de l'année! Sans exagérer, de tous les pdf sortis, c'est celui qui ayant l'air le plus léger, propose le plus de possibilités pour les joueurs! Jouer des Vikings de l'espace, dans un univers si délirant et qui est accessible à tous les joueurs tant il est stéréotypé sans en être fade et insipide. C'est vraiment quelque chose de superbe!

Les types de perso, les races E.T et tout le reste est superbement illustré si on aime le style dessin animé stupide et met dans une ambiance pastel et kitsch, tout en étant bourrine de par les rêgles et le thème du jeu!

Star Drakkar, c'est un jeu qu'il vous faut si:
- vous ne voulez pas vous prendre la tête sur des rêgles ingérables ;
- vous voulez vous amuser et rigoler une soirée ;
- vous voulezfaire une partie plus longue que du Toon, mais moins longue qu'une nuit entière ;
- vous aimez jouer des Boeufs rigolards qui aimez en mettre sur la trogne de tous vos ennemis^^

Un jeu excellent avec un Gameplay accessible et un Background sympathique, que demander de plus pour Noël?

 

Faites péter l'astérhum! Dans cet univers futuriste, voyageurs et marchands de l'espace craignent les terribles Vikings qui piratent, tuent et boivent sans compter.

Ecrit avec un humour féroce, Star Drakkar bénéficie d'illustrations burlesques et d'une présentation soignée que seules quelques erreurs de maquette viennent entacher. Il répond aussi parfaitement au besoin de l'édition électronique avec pas moins de trois versions fournies selon que l'on souhaite l'imprimer ou le lire à l'écran, sans compter une fiche de personnage et un écran.

Les PJ sont définis par deux jauges, brutalité et obstination. A la création, leur somme doit faire 7, mais elles pourront être ajustées en cours de partie. Ajoutez quelques capacités spéciales et un équipement uniquement défini par son niveau technologique, et vous obtenez des règles proches de Post Mortem qui exploitent au maximum leur simplicité et offrent un gameplay d'une étonnante richesse.

La deuxième partie, destinée au MJ, comprend un petit tour de l¿univers et de la société viking, des aliens, différents types de campagne envisageables et surtout la description d'un vaisseau et de son équipage pour accueillir les joueurs. Un scénario ressemblant à un épisode de Star Trek version bourrin et quelques synopsis achèvent l'ouvrage. Star Drakkar prouve que l'on peut faire court et complet, simple mais pas simpliste. Du grand art!

Slawick Charlier - Casus Belli n°35

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques