Contenu | Menu | Recherche

Leader européen des sites de jeu de rôle

Corporate Shadowfiles

.

Références

  • Gamme : Shadowrun
  • Sous-gamme : Années 2053-2060
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : FASA Corporation
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1993
  • EAN/ISBN : 1-55560-211-8
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 120 pages plus 32 pages en quadrichromie.

Description

Ce supplément décrit le fonctionnement des mégacorporations dans l'univers de Shadowrun. Comme de coutume, il se présente sous la forme d'un document électronique daté de 2054, issu du mouvement Néo-Anarchiste, et mis en ligne sur Shadowland, réseau informatique clandestin fréquenté par les shadowrunners. Le texte est copieusement annoté par différents intervenants venus apporter des compléments d'information ou des rumeurs dont la pertinence est laissée à l'appréciation du meneur de jeu.

Après le sommaire et une courte introduction présentant le supplément, Big Brother is here (3 pages) expose rapidement l'importance des mégacorporations dans le Sixième Monde.

Le chapitre suivant, Megacorporate primer (21 pages), décrit le fonctionnement général de ces entités qui régissent plus ou moins l'univers des shadowrunners. L'auteur développe en détail ce que sont les mégacorporations, le concept d'extraterritorialité et son histoire, ainsi que l'organisation typique de ces sociétés.

Doing business (29 pages) présente tous les moyens qu'ont les mégacorporations d'amasser les nuyens, de manière légale ou non : le marketing, la concurrence, les différentes formes d'investissements, les marchés boursiers, les monnaies corporatistes, etc. Le chapitre se termine par un exposé sur les impôts et les différentes façons de ne pas en payer.

Competition (23 pages) aborde ensuite le coeur du sujet, à savoir la lutte sans merci que se livrent les mégacorporations. Sont passées en revue la compétition commerciale, les fusions-acquisitions et autres OPA, ainsi que les opérations armées, depuis les opérations de sabotage jusqu'aux manoeuvres militaires à grande échelle.

Zurich Orbital habitat (21 pages) est consacré à la station orbitale abritant le siège de la célèbre Zurich-Orbital Gemeinschaft Bank ainsi que la Cour Corporatiste. La première partie du chapitre décrit l'histoire, la structure et les rares élus ayant l'autorisation de résider dans la station. La deuxième est dédiée à la Cour Corporatiste, son origine, son fonctionnement et ses 13 membres, tous issus des plus grandes mégacorporations. Enfin, la dernière partie est dédiée à la Zurich-Orbital, principal interlocuteur des mégacorporations et premier acteur de la sphère financière mondiale.

Rating corps (10 pages) est un ensemble de règles permettant de décrire une mégacorporation et ses activités, et de simuler ses interactions avec ses concurrentes. Le chapitre se conclut par une fiche de profil corporatiste vierge.

Pour terminer, Corporate profiles (32 pages en quadrichromie), contient des informations sur les principales activités, la structure et la sécurité des huit plus grandes mégacorporations du monde de Shadowrun, à savoir : Arès, Aztechnology, Fuchi, Mitsuhama, Renraku, Shiawase, Saeder-Krupp, et Yamatetsu.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 20 octobre 2014.

Critiques

sk8bcn  

Et bien, cette lecture est une première pour moi. C'est la première fois que j'apprécie autant un supplément qui ne sert autant à absolument rien.

La première grande partie du livre va vous apprendre comment fonctionne le monde corporatiste. L'auteur doit extrapoler sur la réalité parce que le socle parait bien véridique (je ne suis pas expert dans les OPA et le mode de fonctionnement des Conseils d'administration mais les informations présentées semblent crédibles). Du coup la lecture en est vraiment intéressante. On comprend comment fonctionne une OPA, ce qui peut être fait pour s'en prémunir et les risques induits, etc. Seulement, dans le cadre du jeu de rôle, ça ne sert à rien. Une émission de stocks options, ça ne fait pas un cliffhanger de scénario. Au plus, les runners pourraient avoir à "influencer" un votant pour l'établissement du conseil d'administration, mais pour créer un tel scénario, pas la peine d'avoir ce livre.

La deuxième grande partie concerne Zurich-Orbitals. On apprend qui y vit, comment on est choisi et comment se présente la structure de la base. Pour le background de SR, c'est intéressant mais c'est une forteresse inviolable dont les acteurs impactent la cour corporatiste, ce qui est à des années-lumières des préoccupations de runners.

La 3ème partie ne sert à rien : des règles hyper lourdes sans intérêt qui simulent si une corpo perd ou gagne des parts de marché, sachant que le système tend à ramener les scores à leurs valeurs d’origine.

La 4ème présente l'état du Big 8 (les corpos AAA), présentés aussi dans plein d'autres bouquins. Là, on a du concret, mais comme ça existe par ailleurs, l'intérêt en jeu en est à nouveau moindre.

Alors on final, on a quoi ? Un livre d'une lecture vraiment intéressante, que j'aurais pu lire dans un dossier d'un magazine de finance. Mais un supplément Shadowrunner sans aucun intérêt pour le jeu.

5/5 pour l'intérêt de la lecture et la qualité d'écriture. 1/5 pour l'intérêt en jeu. Je finis donc par un 3 - Moyen, avec plein de doutes sur comment le noter.

Critique écrite en juin 2014.

matreve  

Chummer, this drek is a fraggin' book! Corporate Shadowfiles (CS) est à l'image du meilleur de ce que le jdr peut produire.

S'il fallait une preuve pour tous les Mireille Dumas & Consorts que non seulement, le jdr n'est pas nocif mais qu'en plus de divertir, il peut aussi être un support pour instruire, alors il faudrait leur passer un exemplaire de Corporate Shadowfiles.

Car celui-ci ne se contente pas d'être un supplément - par ailleurs très réussi - sur l'économie en 2053 dans le monde de Shadowrun et la description des grandes megacorps qui trustent le pouvoir. CS est un vrai manuel d'économie sur les mécanismes du système capitaliste.

Pour qui est novice en la matière, cela vaut non seulement un bouquin de fac (si, si !) vu l'excellence du rédactionnel. Mais, joignant l'utile à l'agréable, c'est aussi une mine d'inspirations pour monter des intrigues complexes, parfaitement ancrées dans l'univers corporatiste qui sous-tend le genre cyberpunk. Et sortir par là, en raison du contexte fantasy de Shadowrun, du recyclage de donjons (format quête d'artefact magique et / ou tabassage de streumon de fin de niveau), qui sont parfois le raccourci facile et systématique sur ce jeu...

Tout n'est évidemment pas parfait. Les notions présentées sont parfois arides, cela manque d'un scénario pour illustrer le propos et les 8 megacorps qui devraient être les méga-stars de ce supplément sont expédiées en quelques maigres pages (certes en couleur mais tant pis pour en savoir davantage sur les Red Samurai de Renraku…). Certaines notions enfin collent bien au contexte des années 1990 où a été écrit ce supplément : il est ainsi par exemple question dans la storyline d'une attaque lancée sur le deutschmark dans les années 2040. Hum ! Mais c'est un point de détail : le supplément a étonnament bien vieilli, ce qui rend l'ère des megacorps pas si éloignées de nos réalités actuelles (pour le meilleur et pour le pire :)

Au final, la lecture est passionante et est grandement aidée par les commentaires pertinents postés sur le Shadowland qui ouvrent beaucoup de possibilités (notamment sur les pages des megacorps ce qui atténue leur aspect expéditif - je vous recommande celles consacrées à Renraku où il est déjà question de l'Arcologie et de sa gestion informatique bien avant un certain événement : ces gens de FASA sont décidément très forts !).

Avec un tel supplément – certes daté mais seulement en apparence – vous avez l’opportunité de diversifier intelligemment votre portefeuille d’actifs Shadowrun et de suivre ainsi les bons conseils d’investissement de votre Johnson régulier. N'hésitez donc pas une seconde à lancer une OPA hostile si un imprudent souhaitait en céder les parts.

Critique écrite en octobre 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques