Contenu | Menu | Recherche

C'est sérieux là ! On joue !

Castille

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Encyclopédie des nations de Théah : tome 4
Livre à couverture souple de 152 pages.

Description

Le chapitre I s'ouvre sur l'histoire des premières tribus à vivre sur les terres qui deviendront plus tard la Castille jusqu'aux derniers événements de l'invasion montaginoise. Puis ce sont les huit grandes familles qui sont décrites ainsi que la petite noblesse. Suivent alors les descriptions des lieux importants, de la culture castillane avec les arts, les cérémonies (avec entre autre la tauromachie), de la vie quotidienne et de l'économie. Une présentation de l'Eglise du Vaticine termine ce chapitre.

Comme à son habitude le chapitre II présente les personnalités de la noblesse, de l'armée et du peuple.

Le chapitre III apporte son lot de règles pour la création de personnage avec la Main du Destin, avec de nouvelles spécialisations, de nouvelles écoles d'escrime (combattre avec un fouet ou en se basant sur les techniques de la tauromachie) et une de sorcellerie, et des nouveaux avantages...

Le chapitre IV s'ouvre sur une petite partie pour le joueur ou comment jouer un bon Castillan, suivi par les secrets des PNJ (pour le meneur) et quelques créatures locales.

En annexes, La Bucca, une prison expérimentale est décrite ; la Confrérie de la Côte, rassemblement de pirates écumant le sud des terres de Théah (ces informations appartiennent au supplément Pirate Nation en version originale).

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 10 juin 2010.

Critiques

juan sanchez siffredi callone  

Bien qu'il ne comporte pas assez de renseignements sur les personnages importants de Castille (par exemple, la rivalité entre sandoval et le cardinal verdugo est très peu détaillée), ce supplément sur le plus fantastique peuple de theah (oups, je suis trahi) n'est pas dépourvu d'intérêt.

En effet, la partie sur la bucca et le fameux capitaine allende est très intéressante et l'historique de la nation en début d ouvrage est enrichissant. De plus, les nouvelles écoles d'escrime disponibles pour les PJ apportent un plus d'originalité.

Bref, un supplément pas parfait mais utile.

Ashram  

Et bien, voila une extension tout à fait correcte ! Une présentation intéressante du pays (quoi qu'elle aurait pu être plus complète, notamment sur le conflit contre la Montaigne), des personnages hauts en couleur... Mais cette extension vaut surtout pour ses écoles d'escrime (magnifiques, tout simplement !) et bien sûr la présentation de la sorcellerie d'El Fuego Adentro, la magie la plus bourrine de Theah, mais aussi l'une des plus plaisantes à jouer !

Danto  

Franchement, je craignais le pire avec cette extension. Et j'ai été agréablement surpris. La Castille est une des nations incontournables du jeu faisant partie d'un trio au coeur de l'Histoire avec la Montaigne et la Vodacce. Il était donc impensable de passer à côté.

Alors certes, certes, ça sent bon la caricature. Mais comme d'habitude en fait. Théah, c'est l'Europe, avec une vision très simpliste (pour ne pas dire simplette ?). Autant dire que pour la description des mentalités, on repassera. Mais pour le reste... QUE DU BONHEUR !

Les écoles d'escrime sont géniales, la magie interdite est super, la description des nombreuses familles nobles laisse entrevoir quelques aventures au pays du soleil chaud, et surtout, surtout, la situation politique de la Castille ! L'inquisition exerce toute sa puissance dans ce pays, et elle est dirigée par un personnage extrêmement charismatique. Autant dire que les héros auront la tâche rude dans ces terres pour faire régner la justice.

On finit par un scénario honorable et un petit traité sur la piraterie du coin. Autant dire que je n'ai pas jeté mon argent par les fenêtres avec ce supplément. Mais, comme c'est souvent le cas avec S7M, il faut savoir le prendre au second degré et oublier certains passages.

Tiens, je mets 4 parce qu'en plus les illustrations sont parmi les plus sympas des suppléments Nations !

zanwot  

Castille, la nation ratée. De toutes les nations de 7th Sea, la Castille est pour moi la plus dure à noter, avec une hésitation entre 3 et 4.

On peut résumer l'appréciation que j'en ai à des règles géniales et vraiment inspirantes pour les personnages, autant avec les écoles d'escrime, la sorcellerie, que les familles nobles, mais un background fade, sûrement dû en partie à une volonté d'en garder pour les suppléments Eglise Vaticine, Collèges invisible et El Vago.

 

Fais péter le costume à paillettes pour le boucher à taureau et les castagnettes pour les massacreuses de parquet, mon petit Luis, nous partons en Castille. Mouais, bon ben c'est de moins en moins convaincant ces encyclopédies des nations. Quand la routine s'installe, la banalité s'étale sur le supplément (Taillefine 0%). Prions Theus que ça va s'arranger, car là c'est vraiment moyen. Et pourtant y'a plein de choses à dire sur la Castille. Mais non : une bonne partie des particularismes castillans est proprement ignorée. Et cela concerne des points non négligeables de background sur lesquels nous étions en droit d'attendre moults éclaircissements : l'Inquisition, la place du Collège Invisible, l'influence croissantine, Sandoval vs. Verdugo (2,5 pages... c'est un peu court jeune don), El Morro (pas de description complète), El Vago (déjà effleuré dans les Chevaliers de la Rose et de la Croix, ainsi que dans Rilasciare mais toujours pas traité en profondeur)... Mais aucune révélation valable ne vient vous titiller le neurone à intrigue. Soupir. Par contre, vous avez droit à toute une série de clichés touristico-artistiques (danse, tauromachie et sieste) dont on aurait pu aisément se passer. Faut vraiment être d'outre-atlantique ou Bernardo l'ami de Don Diego, pour passer sous silence ces poncifs et supporter cette indigeste d'idées préconçues... Il ne manquait plus que la description de la paella. Grognements.

Bon... Je mets le holà (à défaut d'un Olé) à mes récriminations et je vous résume l'extension : la description par le menu (un gaspacho, un !) des différentes régions et des grandes familles (OK), la culture (ah ah !), l'Église du Vaticine (bof), les personnages (bâclés pour certains des plus célèbres). Les épées de Damoclès, les métiers et avantages castillans sont très moyennement originaux. Par contre le nouvel équipement, les écoles d'escrime (à noter, l'école d'escrime du fouet... Zorro quand tu nous tiens !) et la sorcellerie d'El Fuego Adentro apportent vraiment un souffle (léger genre " inspirez, expirez ") d'originalité.

Et voici maintenant le plus gros ratage de l'extension... Et hop, grattements de guitares flamenco... j'ai nommé les secrets des PNJ... qui n'ont rien de secrets à qui possède 2 synapses (sauf la partie concernant un vilain qui fait partie du Novus Ord... arrgh, je l'ai presque dit... madre dios !).

Le bon point, c'est la partie réservée à la Confrérie de la Côte, la Bucca et le capitaine Allende (un vrai personnage à la Alexandre Dumas). Mais c'est trop court. C'est véritablement le premier embryon de textes (hormis les règles) sur la piraterie. Les chiens de mer, traités dans le supplément Avalon, formés de corsaires, est une organisation trop atypique et donc anecdotique (même si elle fait du dégâts).

Conclusion : " Autant les Castillans sont glands, autant les Pirates sont rates "... C'est pas gagné pour le nouveau millénaire !

- Jeff

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :