Contenu | Menu | Recherche

Fluctuat, nec mergitur

Weekend Warriors

.

Références

  • Gamme : Savage Worlds
  • Sous-gamme : Savage Worlds - Editeurs tiers
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : 12 to Midnight
  • Langue : anglais
  • Date de publication : décembre 2003
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Document de 50 pages en couleurs.

Description

Weekend Warriors est le deuxième scénario d'horreur contemporaine publié sous format électronique par 12 to Midnight pour le jeu de rôles générique Savage Worlds. C'est un scénario one-shot jouable en une ou deux sessions. Weekend Warriors est prévu pour six joueurs mais peut être joué avec moins ou plus de participants (dix PJ prétirés sont fournis). Les joueurs endossent le rôle de réservistes américains appelés à renforcer provisoirement la sécurité d'une vieille base militaire perdue dans le désert. Evidemment, cette mission de routine ne va pas se dérouler exactement comme prévue.

Weekend Warriors se déroule de nos jours au Nouveau Mexique. C'est un scénario d'horreur orientée action inspiré des nombreux films de zombie des années 80. La poignée de réservistes que sont les PJ se trouve loin de tout, perdue dans le désert avec pour seul refuge une base militaire infestée de zombis, de vautours spectraux et d'une entité démoniaque venue d'une autre dimension, malencontreusement invoquée par des chercheurs militaires. La mort n'est en outre pas une délivrance puisque les PJ tués pendant l'aventure reviennent très vite sous forme de mort-vivants, toujours sous le contrôle des joueurs, mais avec des buts bien sûr radicalement différents.

Weekend Warriors est divisé en trois sections, une d'introduction et de background et deux de scénario. Des appendices techniques et aides de jeu concluent le livre. Tout au long du scénario, des encarts avec un sergent instructeur fournissent des conseils divers au MJ et des photos de soldats et d'équipements illustrent les différentes sections.

Une préface de l'auteur explique tout d'abord les raisons qui l'ont amené à créer Weekend Warriors et le pourquoi de son intrigue et de certaines scènes (2 pages).

La première section est consacrée à la préparation du scénario par le MJ (5 pages). Le background de l'histoire, un synopsis de l'aventure, des notes sur les parties test et la façon de gérer la partie et ses nombreux plans en forment le contenu.

La section 2, "Weekend Warriors", comme son titre l'indique, est celle de l'aventure elle-même (à l'exception de sa scène finale, objet de la troisième section). L'aventure commence alors que les PJ sont divisés en deux groupes. Le premier, constitué de simples réservistes, est dans un camion qui les emmène à la base de Camp Trepidation pour une mission temporaire de six mois. Le second, constitué d'officiers, est dans un hélicoptère. Deux accidents simultanés, provoqués par un même événement, font se regrouper les PJ, à quelques centaines de mètres de l'entrée de la base, où ils font leur première mauvaise rencontre. A part cette première scène scriptée, le reste de l'aventure est non-linéaire, dépendant grandement de l'exploration de la base par les PJ et des actions que ceux-ci décident d'entreprendre : tenter de contacter leur hiérarchie en se rendant au quartier de commande, soigner leurs blessés en se réfugiant dans l'infirmerie, trouver un réconfort spirituel dans la chapelle, se fournir en armes à l'armurerie etc. Chacun des lieux de la base est détaillé, avec une ou plusieurs descriptions à lire aux joueurs, le contenu détaillé de chacun ainsi que les mini-évènements liés aux différents endroits. Des indices sur ce qui a pu transformer Camp Trépidation en endroit de cauchemar peuvent être découvert ici et là, ainsi qu'au gré de rencontres souvent violentes avec les militaires de la base revenus d'entre les morts.

La troisième section, "NBC Laboratory" est celle de la conclusion de l'aventure. Elle emmène les PJ au c¿ur du laboratoire ultra secret où ont été conduites des expériences interdites dont le résultat a échappé au contrôle de l'US Army. C'est en ce lieu qu'a lieu la rencontre avec le Reanimator, l'entité derrière l'horreur de Camp Trepidation. Des indications tactiques particulièrement précises sont fournies au MJ pour cette rencontre finale.

Quatre appendices concluent Weekend Warriors (13 pages) :
¿ Le premier détaille les créatures que peuvent rencontrer les PJ au cours de l'aventure : les zombis "humains", le chien zombie, le Reanimator et les Death Shriekers. Un archétype de zombie dominé, applicable aux PJ zombifiés, est également fourni.
¿ Le deuxième appendice décrit les armes, équipements et véhicules utilisables pendant Weekend Warriors.
¿ L'appendice suivant fournit trois petits tableaux qui regroupent les divers modificateurs relatifs aux situations où les PJ cherchent à réparer/saboter des matériels, entrer par effraction ou force dans des bâtiments fermées etc.
¿ Le quatrième appendice est formé de 12 aides de jeu à remettre aux joueurs. Il s'agit d'abord de petits textes dépendant de la fonction remplie par leur personnage et les connaissances préalables ou non que celui-ci a de Camp Trepidation. Suit un plan général de Camp Trepidation, puis un aide de jeu technique à remettre au joueur dont le personnage est zombifié, qui donne à la fois du background sur la situation et la marche technique à suivre pour transformer le PJ en un mort-vivant digne de ce nom. Six cartes d'inventaire, à donner selon les lieux visités précèdent enfin dix archétypes de personnages prétirés (Driver, Grenadier, Intel, IT, Medic, Operator, Recon, Rifleman, Gunner, Sniper). Ces archétypes sont purement techniques : les noms et backgrounds sont à déterminer par les joueurs.

Le site internet de 12 to Midnight fournit gratuitement un fichier regroupant les 57 plans utilisables pour le scénario.

12 to Midnight propose également une version de Weekend Warriors pour d20 Modern.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 4 janvier 2017.

Critiques

2-Gun Bill  

Reprenons à nouveau le schéma des personnages de Savage Worlds pour isoler les bons et mauvais côtés de Weekend Warriors, ceci afin d'essayer d'en tirer une critique pertinente :

LES ATOUTS
- Weekend Warriors est plus conforme au style de jeu entraîné par les règles Savage Worlds que la première (mais néanmoins réussie) aventure de 12 to Midnight, Last Rites of the Black Guard,
- Forme parfaite : deux colonnes, une structure claire, des photos polaroïd de soldats (des vrais qui ont envoyé leur photo à 12 to Midnight !) et de matériel militaire en illustrations,
- L'humour (noir) n'est jamais absent : en page 26, le groupe de soldats zombifiés était en train de faire une partie de jdr,
- Lors de l'achat du scénario, deux fichiers pdf sont fournis, un fichier pleinement illustré et un fichier "light" plus clément pour l'impression avec seulement le texte de l'aventure,
- Spécialité de 12 to Midnight, les aides de jeu de qualité sont appréciables,
- Weekend Warriors est une aventure avec des PJ militaires qui ont de la ressource mais ne sont pas absolument des commandos invulnérables. Leur statut de réservistes montre bien qu'ils ne sont là que par ce qu'ils n'ont pas eu d'autre choix.

LES HANDICAPS
- Les archétypes de personnage ne sont pas assez développés : aucune information de personnalité ou de background n'est fournie. Or, il peut s'avérer difficile pour des joueurs non-américains de jouer correctement des réservistes US,
- Une grosse préparation est nécessaire pour le MJ, vu le nombre de bâtiments qu'il est possible de visiter sur la base, ce qui à mon avis ne devrait pas être le cas pour une aventure one-shot.

AUTRES ATTRIBUTS
- Le nombre de plans est très élevé mais nombre d'entre eux ne sont pas indispensables : ils sont disponibles gratuitement et peuvent être utilisés dans n'importe quel autre jeu,
- Le combat final est très planifié côté MJ : c'est un massacre à coup sûr à moins que les joueurs ne soient de fins tacticiens et que leurs personnages soient eux-même préparés au pire,
- L'aventure n'est pas linéaire dans son déroulement : seule la première et la dernière scène sont très "scriptées", tout le reste est ouvert.

Pour conclure, Weekend Warriors est un scénario d'exploration et d'horreur qui mélange ambiance et action violente. Il est bien approprié à une soirée de jeu où le groupe veut se faire peur tout en ayant un peu de répondant face aux horreurs. Pour votre soirée jdr Halloween idéalement !

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques