Contenu | Menu | Recherche

Le site du GROG, c'est comme le dieu de l'Ancien Testament : beaucoup de règles, aucune pitié !

Dorastor

.

Références

  • Gamme : RuneQuest
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Avalon Hill
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1993
  • EAN/ISBN : 1-56038-074-8
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Dorastor, Land of Doom. Livret de 128 pages à couverture en couleurs souple, + 2 encarts (1 plan et livret de 16 pages).

Description

Le seul nom de Dorastor suffit à faire frémir même le plus courageux des guerriers Orlanthi. C'est en effet une contrée marquée à jamais par le Chaos et qui recèle les pires horreurs de Glorantha. Il n'en a pas toujours été ainsi et Dorastor a une riche histoire.

Au premier âge, Dorastor était le siège de l'empire doré dirigé par le dieu Nysalor qui fut conçu par des hommes comme un être parfait. Cependant, le côté lumineux de Nysalor fut peu à peu occulté par son côté obscur et chaotique et Nysalor devint Gbaji. Un homme, Arkat, se dressa contre Gbaji et après une guerre longue, destructrice et meurtrière, il abattit le faux dieu et dévasta Dorastor. Mais l'empreinte du chaos et des guerres fut trop forte et Dorastor devint une terre maudite et souillée à jamais par le chaos.

Aujourd'hui encore, Dorastor produit les pires monstruosités chaotiques et l'ensemble de ses habitants semble affecté par le chaos. Un broo nommé Ralzakark se proclame empereur mais peu des différents habitants qui survivent à Dorastor le considèrent en tant que tel. Vivent à Dorastor des elfes, des telmori, des araignées géantes et toutes sortes de créatures chaotiques.

Les contrées environnantes qui font partie de l'empire lunar vivent dans la crainte perpétuelle de vomissements chaotiques de Dorastor. L'empire lunar quant à lui a initié des contacts avec Razalkark et commerce avec lui. Il a également lancé un programme de colonisation des abords immédiats de Dorastor, le Riskland, en y envoyant des bannis orlanthis.

La première partie du livret présente tour à tour l'histoire de Dorastor, ses lieux notables, ses habitants, ses créatures chaotiques puis les "personnalités" du pays.

La deuxième partie est consacrée à une campagne où les personnages sont forcés de se rendre comme colons dans le Riskland. Leur tâche est de mener à bien une ferme dans une communauté Orlanthi. Ils y seront vite confrontés aux dangers de Dorastor.

Le supplément se conclue par une présentation de cultes : celui de Dorasta, la déesse locale de la Terre, de Telmor, le dieu loup, et celui de l'Illumination, propagé par Nysalor en son temps et par l'empire lunar aujourd'hui.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 22 juin 2009.

Critiques

Stef  

Dorastor est le cauchemar de tous les aventuriers de Glorantha. Cet aspect cauchemardesque est bien rendu dans le supplément avec notamment des personnalités chaotiques hautes en couleur. Le background historique est particulièrement intéressant.
La campagne dans le Riskland part d'une idée relativement orginale : monter une ferme dans un pays agité et reculé dans une communauté orlanthi. Interactions communautaires, organisation de la ferme et des défenses: des bons moments de role playing en perspective, même si les scénarios proposés sont relativement classiques...
Le seul hic dans le supplément reste l'exploitabilité de la riche description de Dorastor. Si la campagne permet aux personnages de le côtoyer, il est assez difficile d'imaginer les personnages s'aventurant profondément à l'intérieur de Dorastor : sauf pour les suicidaires, les super-grosbills ou peut-être des héros de HeroWars.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :