Contenu | Menu | Recherche

Le jdr, et plus si affinités

Vampire Kingdoms

.

Références

  • Gamme : Rifts
  • Sous-gamme : World Books
  • Version : première édition, quatrième impression
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Palladium Books
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1994
  • EAN/ISBN : 0-916211-52-5
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

WB1 - Vampire Kingdoms. Livret à couverture souple de 176 pages.

Description

Ce premier World Book pour Rifts est consacré au midi de l'Amérique du Nord (en fait majoritairement au Mexique post-riftien) et à ses nombreux et hargneux habitants. A l'image de celui du livre de base, le plan de cet ouvrage est assez difficile à dégager.

Comme le nom l'indique donc, le sud du Rio Grande est le territoire de prédilection des Vampires. On va ainsi trouver là une description copieuse des particularités techniques des vampires (on reconnaît la patte de K. Siembieda : les vampires ne sont pas de simples morts-vivants post-victoriens, mais les émanations d'intelligences extra-dimensionnelles comblées de particularités intéressantes : pouvoirs spéciaux, faiblesses, Racial Character Class, familles et sous-catégories, organisation sociale complexe, capacités de combat différentes contre la magie, la technologie, les dragons, etc.) mais aussi de l'impact de leur irruption sur la population humaine locale.

Dans l'ambiance multi-genres de Rifts, Texas, Nouveau Mexique et Mexique tiennent donc lieu de Far West horrifique. El Paso et Ciudad Juarez (décrite abondamment) sont des cités "libres" où des aventuriers, mercenaires et cow boys font relâche entre deux expéditions de purification ou deux attaques de banque pour prendre du bon temps, faire réparer leur robot de combat ou déjouer les plans d'un gang. Une aide de jeu permet de créer des shows itinérants (du genre cirque Barnum et autres Freak Show) dans la plus pure tradition de l'Ouest, mais où la femme à barbe et Wild Bill Hicock sont avantageusement remplacés par des D-Bees tous plus dépaysants les uns que les autres. L'auteur nous propose deux exemples marquants : l'un plutôt burlesque et le second véritablement horrifique.

Plus on descend au sud, plus le pouvoir des vampires se fait grand, de sauvages et solitaires monstres errants dans les nuits glacées jusqu'aux royaumes vampires autour de Mexico. Dans les anciennes cités mayas de Tula, Muluc, Milta règnent les créatures de la nuit, élevant les humains comme du bétail...

Toujours plus au sud, la péninsule du Yucatan est devenue un cauchemar dimensionnel, réminiscence de démoniaques fantômes précolombiens.

Pour l'anecdote, on découvre au fil des pages 13 nouvelles RCC et plus de 25 nouveaux monstres. Pour ces derniers notamment, ce World Book One comble un manque certain du livre de base.

Plus qu'à la géographie physique, c'est à l'aspect ethnographique que s'attache l'ouvrage. On suit les exploits et la réputation de nombreux groupes de mercenaires, gangs et autres PNJ, décrits en détail.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 15 octobre 2011.

Critiques

Ainarick  

Ouais... Que dire de Vampire Kingdoms ? Y'a des choses dedans ! C'est même une des caractéristiques du style de l'auteur, il les remplit ses bouquins, avec des tas et des tas de considérations diverses et variées sur des problèmes que finalement vous ne vous seriez probablement pas posé, le plus souvent...

L'idée que les vampires, forts de pouvoirs surhumains, aient l'idée de réduire l'humanité en esclavage et de se tailler des royaumes me plaît bien. Pour être franc, l'idée que des vampires par milliers, forts de pouvoirs surhumains, passent leur temps à se cacher au nom d'une conspiration de la mort m'a toujours fait marrer, alors évidemment...

Alors dans le monde de Rifts, ben ils ont décidé de meuler les hommes et d'en faire du bétail. Ca se tient. Pour tout dire les régions décrites sont plutôt intéressantes, ce côté far west avec des monstres qui rôdent la nuit, les gangs de Ciudad Juarez, et les pnjs en nombre, tout cela est assez séduisant. Bon, si vous ne savez pas à quoi ressemble un mexicain (normal) ou la jungle centro-américaine, vous n'en apprendrez rien, ici on se concentre sur le sévèrement burné qui fait des dégâts MDC.

C'est du Rifts, les caracs sont chiffrées avec deux zéros au moins, tout le monde est bardé de pouvoirs (destructeurs : le premier type croisé dans la rue est généralement capable de faire voler en éclat un building en urinant dessus), la plupart sont de races extradimensionnelles, avec des alignements pourris à deux termes (genre miscreant evil parce que ça pète), c'est plutôt haut en couleur. Le cirque de l'horreur est assez marrant et donne bien envie d'être testé sur vos pjs préférés.

Cette première extension est plutôt une réussite dans le style, elle apporte beaucoup d'éléments et un peu de décor pour jouer à Rifts, et ouvre quand même pas mal de possibilités. Qu'on aime ou pas, on ne peut la refermer sans avoir noté des idées.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques