Contenu | Menu | Recherche

Sex, Drugs and Rock & Rôle

Africa

.

Références

  • Gamme : Rifts
  • Sous-gamme : World Books
  • Version : première édition, première impression
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Palladium Books
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juin 1993
  • EAN/ISBN : 0-916211-58-4
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

WB4 - Africa. Livre de 160 pages à couverture souple.

Description

Cette première impression du livre comportait plusieurs erreurs, notamment des pages de textes absentes. Parmi celles-ci, les caractéristiques de Viktor Lazlo, pourtant promises en quatrième de couverture, les différentes tables de montées en niveau des nouvelles classes, et la R.C.C. (classe raciale) de Tree People. Viktor Lazlo est présenté dans Rifts Sourcebook Three: Mindwerks ; le reste des textes manquants peut se trouver en ligne.

Les impressions suivantes corrigent ces erreurs, et bénéficient d'une couverture différente.

Cette fiche a été rédigée le 18 septembre 2010.  Dernière mise à jour le 15 octobre 2011.

Critiques

GCM  

Ouh que c'est mauvais...

C'est vraiment parce que j'aime Rifts que je mets "pas terrible" au lieu de "beurk". Kevin Siembieda est persuadé d'être un gars plein d'imagination et, effectivement, ça lui arrive... parfois. Mais pour Rifts Africa: non, rien. Il annonce un peu au début qu'il y connaît que dalle au continent africain mais il s'est documenté, il a regardé à la télé des documentaires du National Geographic avec des lions, des gnous et des masaïs. Du coup, hop!, un supplément pour Rifts.

Mais c'est la misère au final. 

Bon y'a les quatres cavaliers de l'apocalypse (un vieux mythe africain que tout le monde connaît) qui sont très méchants et très forts et ils se sont donnés RDV aux pyramides de Gizeh pour devenir super méchants et super forts et tout défoncer. Pourquoi? Parce que. Ces quatre là sur leurs montures ont de la gueule ceci dit mais j'ai pas un début de scénario les impliquant. Alors une campagne...

Y a un empire égyptien mythologico-vilain peuplé de créatures monstrueuses venues tout droit des contes tolkieno-européens. Des orcs au service d'un pharaon dément? Oui. Kevin S. n'a rien trouvé d'autre en regardant son docu sur la migration des gnous. Les dieux égyptiens présentés sont très très éloignés des légendes égyptiennes mais ils ont plein de M.D.C. (non c'est pas de la drogue) alors... Et cet empire malveillant n'inspire vraiment pas grand chose comme idées d'aventures malheureusement. Qu'est-ce que mes joueurs iront foutre là bas? Autant jouer à Twilight.

Puis y a l'Afrique. Et là: zob. On n'apprend rien. Quelques noms de peuples, quelques gnous, deux, trois endroits sans intérêt... RIEN. A l'extrême rigueur j'ai trouvé de l'intérêt à la nécromancie et à quelques races et classes de persos, pas plus.

Bref, un beau gâchis où on retrouve les tares de Siembieda: une ignorance crasse du reste du monde -- malgré un enthousiasme certain -- et une imagination qui sent parfois la naphtaline. Une afrique de blancs des années 30, avec des gnous bioniques.

Dommage, l'Afrique de Rifts méritait beaucoup mieux. Je me suis fait avoir avec Rifts England (qui m'a séduit pour des raisons très mystérieuses) mais on ne me la fait pas deux fois!

 

Critique écrite en juin 2015.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques