Contenu | Menu | Recherche

La société pardonne souvent au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

Asylum

.

Références

  • Gamme : Post-Mortem
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Oriflam
  • Langue : français
  • Date de publication : novembre 2004
  • EAN/ISBN : 2-914536-45-3
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret agrafé noir et blanc (19 x 25 cm) de 32 pages.

Description

Après Donjonia et Brain\waste, c'est au tour d'Asylum d'avoir son "livre d'enclave". Asylum est l'enclave des univers d'horreur indicible. Ce supplément pastiche donc principalement L'appel de Cthulhu.

"Vue Globale de l'Indicible"
Le supplément commence par une présentation générale de l'enclave, qui est dirigée par Zavathoth. On y apprend que cette puissance a transformé l'enclave en haut lieu touristique en utilisant le slogan "faites-vous la peur de votre mort". Quelques règles particulières à l'enclave sont également fournies dans ce chapitre : table d'effets infinis et nouveaux pouvoirs d'origine contrôlée.

"Au-delà du seuil"
Ce chapitre présente la géographie de l'enclave, à l'exception d'Asylum City, qui dispose de son propre chapitre. Autour d'Asylum City, on trouve une lande contrôlée par les couleurs tombées du ciel, le village de Biggornouth qui est peuplé d'hybrides humain-poiffond, le chenil de Tindall l'os, les montagnes hallucinantes, et la station de sport d'hiver Terroriaz.

"Asylum City"
Coeur de l'enclave, cette ville ressemble à une métropole américaine des années 1920, qui dispose d'un éclairage éléctrique permanent, puisque l'enclave toute entière est plongée dans une nuit éternelle. Au-dessus de l'enclave luit Buyyoth, une lune glacée dont la surface est habitée par d'étranges créatures, les Fungi de Buyyoth... Ce chapitre détaille les quartiers les plus notables d'Asylum City, avant de révéler quelques-uns des sombres secrets de Zavathoth.

"Esprits frappés"
Ce chapitre contient les inévitables règles de folie, qui gèrent aussi bien les petites lubies passagères que les troubles plus graves.

"Vacances à Londres ou Le Medium qui en voulait trop"
Dans ce scénario trépidant, les PS auront l'occasion de contrer les plans machiavéliques d'une puissance avide de pouvoir et assistée par un officier anglais nostalgique de la gloire de l'Empire Britannique.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

fianosther  

Pour moi, c'est probablement le meilleur supplément d'enclave paru à ce jour : les idées foisonnent, les jeux de mots et calembours, les clins d'oeils et les private joke sont légions. C'est sûrement un des plus drôles suppléments de Post Mortem ! Mais surtout, c'est à mon avis l'enclave d'univers la plus "jouable" en terme de création de scénarios ou de campagne mais aussi la plus "fermée" en terme d'univers : en effet elle est uniquement axée sur Lovecraft et sa période historique alors que Donjonia était plus "méd-fan" générique et Brain Waste "cyber" générique.

En règle générale, sur tout ce qui est paru pour Post Mortem, force est de reconnaître que les meilleurs suppléments sont ceux écrits par l'auteur du jeu Bertrand "La Mort" Bry.

Slawick Charlier  

3e enclave a avoir son supplément, voici le monde de ... Zavathoth! L'Appel de Cthulhu (et les autres jeux du genre) est sans aucun doute l'exact opposé du Cyberpunk: il se prête parfaitement à la parodie mortifère. Le mélange proposé ici est détonnant: dans un monde où on ne peut pas mourir, la peur est une attraction touristique très lucrative. Et sert ainsi les desseins de Zavathoth et de son panthéon, tout en attirant une faune aussi variée que dangereuse.

Ce supplément est peut être le plus drôle de PM... à condition de connaitre Lovecraft ou l'Appel de Cthulu, car les nombreux jeux de mots ne feront peut être pas rire du tout les autres. L'ensemble sert un dessein intéressant et original, où le potentiel de PM s'exprime bien mieux que sur Brain\Waste et Donjonia. Hélas, au même titre que l'humour cité plus haut, ce supplément est centré quasi exclusivement sur Cthulhu, si bien que les non connaisseurs risquent de ne pas l'apprécier pleinement.

On attend aussi toujours une intrigue d'envergure qui s'étendrait à plusieurs enclaves et permettrait à PM d'être plus qu'une somme de micro-backgrounds indépendants les uns des autres. Quelques aspects de cette enclave peuvent heureusement facilement influer sur le reste du monde de PM.

Dommage donc, car le traitement réservé à l'oeuvre de Lovecraft est excellent, et qu'en étendant ce travail à d'autres univers d'horreur, Asylum aurait pu être le premier supplément-enclave vraiment intéressant.

Redzar  

Et voici donc le supplément de l'enclave de l'indicible, et oui ici on est dans l'horreur et bien plus on est dans un parc à horreur.

Comme quoi dans l'au-delà tout peut être une marchandise et l'horreur ne fait pas exception.

Autant le dire ce supplément bien spécifique à l'univers de Lovecraft est surprenant et au final assez génial. La lecture est un régal car c'est bardé d'humour, les idées fusent de toutes parts, les possibilités de scénars itou, il y a vraiment de quoi rendre les PS complètement dingues, bref du bon boulot.

Sur toutes les enclaves d'univers c'est celle qui a le plus d'impact sur l'au-delà et donc qui peut être facilement génératrice de campagnes dignes de ce nom.

Le scénar final a de quoi faire passer de bons moments.

Au final un supplément d'enclave très bien ficelé et a avoir si vous jouez à Post Mortem, le seul bémol c'est que je le déconseillerais pour les premiers pas des PS (personnages spectres), il vaudrait mieux attendre qu'ils aient un peu de bouteille. En même temps c'est normal, il s'agit d'un parc à thème et avant d'aller au parc on regarde d'abord où l'on est.

 

On craignait que la gamme Post-Mortem ait été aspirée dans les limbes... On avait tort. N'est pas mort ce qui à jamais dort.

Asylum est une enclave de l'Au-Delà. Ce que j'ai appris à son sujet ne laisse pas de me torturer l'esprit. Chacune de mes nuits est hantée par les hurlements grotesques qui retentissent là-bas, des mélopées incantatoires que des sorciers déments prononcent pour éveiller des divinités immondes, endormies dans des forteresses cyclopéennes dont l'architecture non-euclidienne suffit à projeter dans les eaux les plus noires de la folie quiconque les regarde ! Iiiyaaa ! Iiiiyaaa ! Cthumu !! ... Cthumu ?

Asylum est en fait un parc d'attraction géant dédié aux horreurs cthuliennes où les spectres payent en SAN (Système d'Appoint Numéraire). Construit autour de l'Hôpital Psychiatrique Lovecraft, les spectres viennent y contempler les attractions touristiques burlesques bâties par Zavathoth, la Puissance qui dirige l'endroit.

L'enclave est remplie de créatures atroces, de sectes vénérant d'affreux monstres, et même des cafards qui projettent d'envahir le monde. Tout ça est parfaitement burlesque et on retrouve dans chaque page du supplément un petit trait satirique consacré à notre Grand Ancien du JdR : l'Appel de Chtulhu. Comme d'habitude, le supplément se conclut par un canevas de scénario. Celui-ci est franchement réussi, et il projettera les PS dans un univers vivant qui va bien dérouiller.

De deux choses l'une : soit vous jouez à Post-Mortem ou comptez le faire, auquel cas vous trouverez dans Asylum des outils de jeu pertinents et plutôt bien fichus. Soit vous ne comptez pas jouer à Post-Mortem. Dans ce cas, la lecture de ce supplément vous permettra de vous taper une bonne tranche de rire. Du tout bon vous dis-je !

Eric Paris - Casus Belli n°28

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques