Contenu | Menu | Recherche

Restez sur vos gardes, ne faites confiance à personne, gardez vos dés à portée de main

Castle Gargantua

.

Références

  • Gamme : Portes Monstres & Trésors / Labyrinth Lord
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Kabuki Kaiser
  • Langue : anglais
  • Date de publication : octobre 2015
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple ou rigide, de 114 pages format 13,97x21,59cm (1/2 Letter), en impression à la demande.

Description

Dans la droite lignée des précédentes productions de Kabuki Kaiser, "Castle Gargantua" est un générateur aléatoire de donjon. Ses nombreuses tables permettent de concevoir au fur et à mesure le lieu que vont explorer les personnages des joueurs : sa localisation, les rumeurs qui l'entourent, les monstres qui l'habitent, l'atmosphère qui règne dans ses différentes pièces, les trésors qui y sont cachés, s'il y a des pièges, etc.

L'usage des tables aléatoires permet ainsi de renouveler totalement le donjon d'une partie à l'autre. Deux parties de "Castle Gargantua" seront tout à fait différentes dans leurs péripéties et les joueurs n'auront pas la même expérience du jeu.

A noter que, contrairement à "Ruins of the Undercity" et "Mad Monks of Kwantoom", "Castle Gargantua" n'a pas été conçu pour être joué en solo. Le supplément est clairement conçu pour des parties classiques avec MJ d'un côté et joueurs de l'autre.

"Introduction" (4 pages) présente le lieu en lui-même, le fameux "Château Gargantua", qui est tout à fait inhabituel. Il s'agit en effet d'un château gigantesque, labyrinthique, inspiré à la fois par la fable "Jack et le Haricot Magique" et par les écrits de François Rabelais, avec une bonne dose d'horreur macabre en plus (à la Clive Barker).

"Quest and rumors" (4 pages) propose plusieurs tables aléatoire de légendes, une table par race/classe.

Suivent deux illustrations pleine page, puis le chapitre "Laws" (6 pages) qui revient plus avant sur l'atmosphère du jeu et sur les règles de déplacement. Ces dernières subdivisent le château en cinq zones thématiques : "Blood" (ambiance gore), "Lust" (perversions sexuelles), "Wine" (alcoolisme et démence), "Stone" (architecture gigantesque) et "Gold" (zones riches en trésors). Le déplacement entre ces cinq zones obéit à des règles spécifiques et au tirage de dés. Ce chapitre est complété par "Squares" (1 pages), qui explicite plus avant le concept de détermination aléatoire des zones.

"Castle Guards" (2 pages), s'attarde sur les seuls "monstres errants" du donjon : des créatures artificielles (automates/golems) qui peuplent le Château Gargantua en l'absence du Maître des Lieux et gardent les lieux .

Puis vient la description des cinq zones du château : "Blood" (7 pages), "Lust" (8 pages), "Stone" (9 pages), "Wine" (7 pages) et enfin "Gold" (52 pages), qui a la particularité de présenter sept lieux différents, avec ses protagonistes, ses quêtes particulières. Ces sept lieux sont autant de mini-scénarios disposés au cœur du méga-donjon.

A ce stade de présentation, il convient de noter que l'auteur a tenu à soigner l'atmosphère, en insistant sur l'aspect sinistre et déroutant du lieu. Les zones explorées, les monstres rencontrés et les phénomènes étranges décrits se distinguent par un ton résolument "adulte" et par un attachement à l'étrangeté (la "Weirdness"), typiques d'un autre JdR old-school :  "Lamentations of the Flame Princess".

De plus, le jeu se veut difficile avec un taux de mortalité plus élevé que la moyenne. L'endroit étant (ou ayant été) habité par des géants, un bon nombre de créatures pourront être de tailles largement supérieures aux PJ (en fonction de leur niveau). La prudence sera donc de mise pour survivre.

Enfin, l'ouvrage se clôt sur une courte bibliographie, intitulée "annexe N" (un clin d’œil à AD&D) et sur une série de tableaux à photocopier/imprimer et permettant de suivre la construction du méga-donjon au fur et à mesure des lancers de dés.

Cette fiche a été rédigée le 10 novembre 2015.  Dernière mise à jour le 7 décembre 2015.

Critiques

batronoban  

J'aime ce genre de publication certes ancrée dans la tradition de D&D, mais dans une veine qui propose des donjons/aventures basées sur l'aléatoire, assez rejouables, assez flexibles et pleines d'idées avec des décors pittoresques.

L'auteur présente donc un système assez ingénieux à base de couleurs et de zones, un peu comme un jeu vidéo, pour typer et générer des évènements et des PNJs. Comme dans le mouvement old school il faudra que le meneur sache improviser et rebondir sur les brefs éléments donnés.

La direction artistique est très bonne, avec un choix d'illustrateurs couleurs particuliers, avec un style bien à eux qui rend très bien.

Les inspirations de Gargantua sont un peu dark (on sent l'influence de Lamentations of the flame princess) et du plus bel effet : et puis ça ne part pas dans tous les sens, c'est assez appréciable.

Le livre est très pro, bien écrit, avec une recherche ludique intéressante. je n'avais pas apprécié les précédentes productions de l'auteur (que je trouvais assez fades et peu intéressantes pour y jouer solo) mais celle-ci m'a tapé dans l'oeil, et je vais y faire jouer dès que possible ou y piocher des idées.

Le gros problème reste son absence de VF. L'auteur est français, mais il publie en VO car il estime qu'il fera plus de ventes. Je trouve cette philosophie certes rationnelle mais dommage ; j'espère qu'un éditeur comme les XII singes publiera ce module en VF !

A prendre en premium color pour profiter de la qualité formelle voulue par l'auteur, en impression à la demande à l'heure où j'écris ces lignes.

Critique écrite en novembre 2015.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques