Contenu | Menu | Recherche

Dans le web 2.0, c'est quand même le 0 qui prend le dessus (Manu Larcenet)

Polaris

.

Références

  • Gamme : Polaris (Médiéval)
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : These Are Our Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 2009
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 138 pages.

Description

L'ouvrage s'ouvre sur une courte page de crédits, une page de dédicaces et un sommaire, en VO. La VF ajoute une page avec la liste des soutiens de la campagne de financement participatif qui l'a rendue possible.

La première partie (de la page 7 à la page 28 en VO, 22 en VF) s'intitule Ici Il y a des Rumeurs et décrit l'univers du jeu. Elle raconte les rumeurs sur la splendeur de la civilisation de Polaris avant le premier lever de soleil, comment la corruption et l'hérésie progressèrent dans le cœur de ses habitants exposés au Soleil et enfin comment les démons sortirent de l’Égarement pour détruire Polaris. Elle aborde également la vie d'un chevalier (les personnages des joueurs) tout au long de l'année et ses devoirs envers son peuple.

La deuxième partie (page 33 à 82 en VO, 24 à 65 en VF) s'intitule Ici Il y a des Règles et décrit la création des personnages, les différents rôles que les joueurs sont amenés à endosser, la résolution des conflits de narration et les conseils de jeux. Elle présente notamment les phrases-clés qui permettent de structurer le jeu et l'histoire en aidant les joueurs à résoudre les conflits dans la narration.

La troisième partie (de la page 91 à la page 119 en VO) s'intitule Ici Il y a des Appendices. Elle contient des variantes de règles pour jouer à trois, à cinq, lorsqu'un des joueurs est absent, etc. Elle contient également des exemples pour créer les personnages, des inspirations d'autres jeux et les remerciements. L'ouvrage se termine par une publicité, une liste de noms de chevaliers (reprenant des noms d'étoiles importantes), un rappel des phrases-clés et une feuille de personnage à photocopier.

La VF court de la page 67 à la page 90 pour les variantes de règles, l'aide à la création et la liste des noms d'étoiles. L'ouvrage se termine alors sur une feuille de personnage (1 page), la table de référence des phrases-clés (2 pages) et une page de publicité pour d'autres jeux de l'éditeur.

Chaque partie est séparée de la suivante par une double page d'illustrations, une simple page en VF. La version .pdf en VO est légèrement différente puisque la couverture, les publicités, le rappel des phrases-clés et la feuille de personnage ne s'y trouvent pas.

Cette fiche a été rédigée le 9 octobre 2010.  Dernière mise à jour le 10 octobre 2010.

Critiques

Fabien  

Polaris est un jdr à la fois beau et intelligent.
Beau parce que les textes sont concis, écrits dans un anglais élégant et évocateur de son univers magnifique mais mourant, plein de grandeur et de trahisons. Le ton est encore renforcé par des illustrations à couper le souffle.
Intelligent pour de nombreuses raisons. D'abord parce que le mécanisme central du jeu, l'enchère de propositions grâce aux phrases-clés, permet d'arriver à des situations vraiment tragiques, où pour atteindre un but plus haut le chevalier doit sacrifier ce qu'il a de plus cher, doit se sacrifier. Extrêmement efficace. Par ailleurs la description de l'univers tout autant que la création de personnages donnent une très grande liberté de création aux joueurs. La description de l'univers est de l'ordre de la légende, permettant aux joueurs de l'utiliser et de le développer comme ils le souhaitent. La création de personnage, centrée sur 4 éléments fondamentaux (les titres du chevalier, ses possessions sacrées, sa destinée et des capacités), permet de créer des personnages très différents, allant du chevalier errant combattant quotidiennement les démons au seigneur possédant un grand pouvoir et jouant avec les arcanes du pouvoir. Enfin, le fait de faire tourner les rôles parmi les joueurs permet non seulement de ne pas avoir à créer de scénario à l'avance (très pratique !), mais aussi de créer l'histoire à plusieurs de manière vraiment coopérative : chacun peut surprendre les autres avec ses créations.
On peut reprocher à Polaris la difficulté de compréhension de ses règles, en particulier les phrases-clés, qui mérite d'en faire un schéma pour bien les utiliser. Mais c'est mineur par rapport aux autres qualités du jeu.
Polaris est donc un jeu innovant, aussi agréable à lire qu'à jouer et proposant des parties magnifiques et riches en choix : un incontournable du jdr indépendant !

Critique écrite en décembre 2010.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :