Contenu | Menu | Recherche

When you shoot, shoot. Don't talk !

Linceul de Noctua (Le)

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Document de 9 pages.

Description

Les Chroniques de Pendragon sont des scénarios proposés sur abonnement / souscription, sur une base mensuelle, par les éditions Icare. Les scénarios sont envoyés au format électronique aux abonnés. Ceux-ci, une fois la saison terminée, reçoivent un exemplaire du livre rassemblant les scénarios, au format papier. Le Linceul de Noctua est le premier scénario de la saison 1.

Rassemblés autour de la dépouille d'un ami chevalier, les personnages se rendent à sa demande à l'abbaye de Noctua pour prévenir et prendre en charge son fils. Une fois sur place, ils découvrent que l'abbaye a été attaquée et ravagée par une bande de pillards saxons qui se sont emparés d'une relique qui y était hébergée, le linceul du titre. La traque de ces pillards, au fil des rencontres, les amène en présence d'un adversaire redoutable.

Après une page de titre et crédits, le scénario se déroule au fil des six pages suivantes. Deux pages présentant les personnages non-joueurs importants terminent le texte.

Cette fiche a été rédigée le 9 décembre 2011.  Dernière mise à jour le 19 janvier 2012.

Critiques

sébastien urbanek  

Bon, avant tout, soyons honnête : Pendragon je connais mais je n'y ai jamais joué même si je connais un peu le Mythe Arthurien (que ce soit par films ou autres supports). Il faut dire également que le jeu n'étant pas encore sorti je ne peux juger vraiment de manière globale. Mais disons ceci déjà : l'idée de sortir des scénarios qui serviront à garnir la campagne est une idée excellente. Un scénario par mois, au prix d'un abonnement dérisoire. Combien de jeux, servis par de bonnes règles ont péché par manque de scénarios ? Pourtant ceux-ci sont tout de même l'essence même des jdr. Car, même si l'on est doué pour écrire de bonnes histoires, on ne peut en écrire indéfiniment et ne parlons pas de ceux qui sont incapables de coucher sur le papier des intrigues qui permettent de faire vivre notre loisir préféré.

Mais revenons donc à la critique en tant que telle. Ce scénario à la trame linéaire est idéal à mon sens pour introduire sans douleur de nouveaux joueurs dans le Mythe Arturien. En effet les pjs auront coeur à traquer de vils Saxons et cela les mènera à rencontrer un Chevalier déchu, torturé au coeur brisé. Ainsi le scénario se veut sombre et pas du tout dans une ambiance digne de Disney. Cela me plait. Certains critiqueront la linéarité mais quand il s'agit de scénarios courts cela ne me gène pas. Combien d'excellents scénarios édités dans le vénérable Casus Belli étaient linéaires mais en même temps d'une grande qualité (comme les Seigneurs du Vent de Denis Beck, édité dans CB34) ? Evidement il ne faudrait pas que tous les autres scénarios le soient par la suite mais de toute façon ce qui compte, ce sont les bonnes idées, de bons décors, de bons méchants et le MJ fera le reste. Ce qui est le cas pour le Linceul de Noctua car il contient les ingrédients indispensables pour passer une bonne session avec des copains et des copines.

Critique écrite en décembre 2011.

LeGobelin  

Un bon scénario d'introduction qui donne envie de découvrir la suite de la gamme ! On peut reprocher un poil de linéarité qui conviendra à un groupe débutant mais qu'un mj chevronné devra peut être légèrement retravailler pour donner plus de possibilités. Les multiples conseils présents dans le scénar facilitera d'ailleurs ce travail. Sinon cela parait parfait pour faire découvrir à des joueurs le monde de Pendragon : des situations permettant d'exploiter leurs traits, leurs passions et leurs compétences, un scénario bien ficelé et des moments épiques alternant avec des scènes ou le roleplay peut avoir une grande importance ! Vivement la sortie des règles pour jouer ce scénario, nul doute que mes joueurs attendront ensuite la suite de la campagne.

Critique écrite en décembre 2011.

zuzul  

Voilà un bon scénario pour découvrir l'univers de Pendragon. Etant ancien MJ de ce jeu (dans un autre millénaire...) il me fut agréable d'être pris par la main pour redécouvrir les traits et passions et comment les utiliser en jeu, sachant qu'ils sont un des moteurs principaux du système.

Comme l'ont dit les critiques précédentes, il offre de bons moments de Roleplay et son ambiance, plus sombre que féérique, convient parfaitement à la période de jeu sous Uther.

Il reste très linéaire et conviendra largement plus à des débutants du jeu ou du jeu de rôle qu'à des joueurs habitués de la bretagne enchantée.

Critique écrite en janvier 2012.

Mac Lane  

J'attendais beaucoup de ce premier épisode et je dois dire que j'ai été plutôt déçu... 

Sur la forme :
- Le style n'est pas toujours très clair. Il faut se référer aux annexes pour comprendre l'histoire, or celles-ci se trouvant à la fin (normal pour des annexes) la lecture n'est pas facilitée. L'auteur sait où il veut en venir, mais ce n'est pas toujours évident pour le lecteur.  
- La relecture du texte a dû être plutôt rapide. Il y reste quelques fautes d'orthographes et même quelques mots manquants. 

Sur le fond :
- L'implication des PJs dans l'histoire n'est pas évidente. Ils sont censés être de jeunes chevaliers qui ont peu d'expérience et qui doivent encore faire leurs preuves, comment ont-ils pu devenir suffisamment amis avec Sire William pour que ce dernier en fasse ses "exécuteurs testamentaires" ? C'est un point qu'il faudra creuser. A mon sens au moins un des chevaliers devrait être de la famille de Sire William. 
- Le moteur de la quête des PJs, le linceul, est une relique chrétienne, or tous les chevaliers joueurs ne seront pas forcément chrétiens. Dès lors pourquoi des personnages païens partiraient-ils en quête du linceul ? Il importera donc que le MJ insiste sur les liens existant entre Sire William et les PJs, ou fasse jouer leur haine des saxons, pour rendre cette quête crédible. A la lecture du scénario, cela ne semble pas si évident. 
- Le scénario est très linéaire : les chevaliers suivent la piste du linceul et affrontent le gros méchant qui le détient. Le seul véritable rebondissement intervient à la fin lorsque les PJs découvrent la nature de leur adversaire. Ils n'ont pas vraiment de moyen de se faire une idée avant et lorsqu'ils le découvrent, ils n'ont pas d'autre choix que de tuer leur adversaire pour parvenir à leurs fins.
- Les motivations du principal PNJ sont étranges et, à mon sens, ne correspondent pas vraiment au souffle épique et merveilleux propre aux légendes arthuriennes. Si j'ai bien compris, il souhaite augmenter son pouvoir pour combattre les saxons mais je trouve que les moyens qu'il utilise pour parvenir à ses fins sont plutôt tortueux... 

En conclusion : Pour ce premier épisode, je m'attendais à avoir un scénario qui pose des jalons pour les épisodes à venir de la chronique. Un scénario qui exploite davantage le cadre dans lequel les chevaliers débutants vont évoluer, à savoir Salisbury. Un scénario qui introduise ou développe certains des personnages récurrents de la campagne, qui explore certains des thèmes forts des légendes arthuriennes, qui soit peut-être lié aux évènements de la GPC. Je ne dis pas que ce scénario est mauvais, mais à la lecture j'ai l'impression que ce n'est pas vraiment un scénario de Pendragon et encore moins le premier épisode d'une chronique épique.

Critique écrite en mars 2012.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques