Contenu | Menu | Recherche

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort

D4 - Hungry Are the Dead

.

Références

  • Gamme : Pathfinder - Golarion
  • Sous-gamme : Module / Modules
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Paizo
  • Langue : anglais
  • Date de publication : décembre 2008
  • EAN/ISBN : 978-1-60125-120-6
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 32 pages en couleurs.

Description

Ce scénario fait partie de la série des modules Pathfinder. Il s'agit de petits scénarios prêts-à-jouer, situés dans le monde de Golarion, et fournis avec des personnages pré-tirés. Cette aventure est prévue pour des personnages de niveau 6. Les modules de la série D sont orientés vers des aventures de type "donjon". Les événements de ce scénarios sont liés à ceux des modules Crown of the Kobold King et Revenge of the Kobold King, mais des pistes sont données pour le jouer indépendamment.

Dans les précédents modules, les personnages se sont débarrassés (à deux reprises) des kobolds, mais la magie nécromantique employée fait peser une nouvelle menace sur le petit village de Falcon's Hollow, et ce sont bien évidemment les personnages qui vont s'en charger. Les 29 premières pages constituent le scénario en lui-même, avec introduction et synopsis, puis descriptions des différents événements qui forment la trame de celui-ci. Un appendice de deux pages décrit ensuite en détails une nouvelle créature mort-vivante, le Festrog. Les caractéristiques des personnages pré-tirés concluent le livret. Les plans des deux niveaux du donjon exploré au cours de l'aventure se trouvent en deuxième et troisième de couverture.

Cette fiche a été rédigée le 11 juin 2009.  Dernière mise à jour le 15 février 2014.

Critiques

The King  

Je ne suis pas contre un dungeon crawl de temps en temps, mais j’ai toujours un soucis avec cette absence de logique dans certaines salles ou encore ce « besoin » d’expliquer la vie précédente d’un sous-boss que les joueurs n’ont aucune chance de connaître et dont le MJ n’a pas grand-chose à faire, puisqu’il est là pour servir de défouloir. Et puis, il y a peu de chance de sympathiser avec un mort-vivant.

Globalement, je trouve ça un peu dommage de se limiter au dungeon crawling de la part d’un univers aussi riche que Golarion. Ajouter des mythes de création comme pour le Glorantha de Greg Stafford ou de superbes cadres de campagne ne sert pas à grand-chose si toutes les aventures se terminent en hack & slash. Certains ne jurent probablement que par ça, mais après plus de 40 ans de jdr, d’autres ont prouvé qu’on pouvait aussi prendre du plaisir dans d’autres situations.

Passées ces critiques, ce module m’a fait penser à l’univers glauque, scabreux et parfois gore de Ravenloft. C’est une aventure avec des morts-vivants, non seulement il s’intègre dans le cadre d’une mini-campagne, mais il parle également de l’un des grands méchants de Golarion, à savoir Tar-Baphon, dont l’un des sceaux qui l’empêchent de revenir a été brisé ici. Et comme j’aime les univers bien construits, j’apprécie que ce module ne soit qu’une pièce parmi le « metaplot » du roi-liche. En effet, la campagne de la Couronne Putréfiée (c.à.d. les 6 Adventure Paths) est entièrement consacrée à cet infame personnage et à son retour. Si les joueurs ont fait cette présente aventure et entament ensuite la Couronne Putréfiée, ils auront ce sentiment de cohésion et de destinée qui donnent l’impression de vivre dans un monde qui avance et n’est pas figé à une série de dungeon crawls destinés simplement au pillage et au déglinguage de boss de fin de niveau. Les menaces qui pèsent sur le monde sont donc perceptibles depuis les premiers pas d’aventuriers et accompagnent les joueurs au fur et à mesure de leurs pérégrinations.

Pour en revenir à ce module, je le trouve bien, sans plus. Quant au nouveau monstre, il peut paraître assez stupide pris comme ça, mais j’apprécie assez ses capacités qui risquent de surprendre les joueurs.

Critique écrite en avril 2018.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques