Contenu | Menu | Recherche

When you shoot, shoot. Don't talk !

Freedom City

.

Références

  • Gamme : Mutants & Masterminds
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Green Ronin Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : mars 2003
  • EAN/ISBN : 0-9723599-4-X
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 192 pages en quadrichromie à couverture rigide.

Description

Freedom City est le premier univers publié pour Mutants & Masterminds. Il décrit une ville imaginaire ayant la plus grosse concentration de super-héros (et donc aussi de super-vilains) au monde. Les sources d'inspiration sont nombreuses: en premier lieu Astrocity, la série de Kurt Busiek, dont la page de garde (un panneau routier "Welcome to Freedom City - Next 3 exits") est tirée, mais aussi le New York de Marvel (l'éditeur de Spiderman et des X-Men), et surtout les villes imaginaires de DC Comics. Freedom City en reprend en effet plusieurs principes : des villes inventées de toute pièce, dont l'emplacement exact est laissé vague. Freedom City est plutôt typée comme une ville de la côté Est américaine, mais un encadré propose plusieurs endroits possibles. Freedom City fait ainsi penser à Metropolis, la ville de Superman, et pour certains quartiers à Gotham City - celle de Batman.

Après un chapitre sur l'histoire de la ville et de son univers, l'ouvrage se décompose en deux grandes parties. La première décrit les différents aspects de la ville : présentation générale de sa géographie, gouvernement, sécurité publique (police, pompiers...), un long chapitre sur la vie courante (business, éducation, art, santé, média, magie et mysticisme, militaires, parcs publics et autres lieux de loisirs, politique, religion, restaurants et bars, science et technologie, vie social, sport, vie de la rue, super-héros et vie courante), le monde du crime, et un complément sur "autour de Freedom City" - on y trouve la description d'autres lieux d'intérêt sur Terre, dans le reste de l'espace, et dans d'autres dimensions.

La deuxième partie, qui constitue le dernier chapitre et occupe la moitié de l'ouvrage, est une description des super-hommes de la ville.

L'ensemble est présenté avec de très nombreuses options, laissant le MJ adapter cet univers à ses parties. On trouve ainsi des encadrés "Et si...?" qui propose une alternative à certains aspects de la ville ("Et si untel était un vilain?"). Chaque super-héros possède dans sa description un paragraphe "Villain option" qui propose une histoire alternative à ce héros qui en aurait fait un vilain. D'une manière générale, on trouve beaucoup d'indications et de conseils sur la manière d'utiliser les descriptions en jeu.

Le tout est complété par une fiche de personnage et une carte de la ville, l'oligatoire page de l'Open Game License, et une page de publicité pour les autres ouvrages de la gamme. Et toujours à la manière d'Astrocity, la dernière page présente un panneau routier "now Leaving Freedom City - Drive Carefully".

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Slawick Charlier  

Après l'excellente surprise du livre de règles, j'attendais avec impatience de voir ce qu'ils pouvaient nous proposer comme univers. J'avais là aussi une certaine appréhension : le peu d'informations entrevues ne laissaient pas envisager quelque chose de très original, voir un simple copier-coller patchwork de ce qui se fait en comics.

Et une nouvelle fois la surprise est de taille. Ce n'est pas très original, c'est vrai. Mais, premier point positif, ça ne prétend pas l'être, en annonçant directement ses sources d'inspiration. Deuxième point positif, ce supplément n'est pas un patchwork sans cohérence des comics dont il s'inspire. L'univers est cohérent, et grâce à une écriture correcte, donne vraiment l'impression d'exister. Enfin, les clins d'oeil sont multiples et assez plaisants à repérer, et concernent aussi bien les éléments les plus importants de l'univers que des détails sans importance. Evidemment, ce manque d'originalité peut paraitre comme un défaut : même si l'hommage est bien fait, on préférerait jouer dans les univers originaux, et un supplément de ce genre sur Astrocity aurait été du bonheur.

Côté forme, c'est le bonheur. Contrairement à bon nombre de description de ville, à aucun moment l'auteur n'oublie que ce livre est destiné à être joué. On n'a ni à faire à un guide bleu imaginaire chiant à lire et peu pratique à utiliser en jeu, ni à un univers certes homogène mais qui n'a pas intégré la variable "joueurs". Les options qui parcourent le bouquin sont, au même titre que celles que l'on trouvait dans le livre de règles, toutes très à propos et très intéressantes. Tout est conçu pour permettre au MJ d'intégrer au mieux les joueurs, et les rendres veritablement acteur de la ville, et non spectateurs extérieurs et passifs (comme c'est à mon goût trop le cas dans Vampire et L5R). Même le "catalogue" de personnages est bien conçu et est intéressant à lire et à faire jouer. Plus qu'un catalogue technique (la partie technique occupe d'ailleurs très peu de place), on trouve ici une description centrée autour de la question "comment intégrer ce personnage dans vos partie" (mention spéciale à la Villain option).

Quelques petits défauts quand même : des passages un peu pénibles à lire, comme la description géographique (mais c'était difficile de faire autrement); l'aspect "rêve américain" typiquement US qui mène à quelques incohérences : on nous prèsente un monde du crime peu reluisant - il faut bien occuper nos héros - qui cadre mal avec certaines descriptions idylliques (les taux de chomage données sont... ridicules...). Quelques pages gachées à la fin aussi : les 3 pages de la feuille de personnage, la page de pub, la license du D20 (obligatoire, mais c'est quand même une page de gachée) sont assez difficiles à digérer alors qu'il n'y a pas de scénario (peut être la plus grosse déception). Rien de catastrophique non plus.

Pour la présentation, rien à redire : 192 en couleurs bien maquettées, des illustrations excellentes, qui sont même meilleures que dans le livre de règles car plus homogénes. Fini Heroes Unlimited avec son auteur imbu de lui-même et son système dépassé, fini Champions et son univers pas très intéressant, fini DC Heroes/Blood of Heroes, excellent système de jeu mais trop complexe pour le commun des mortels. MMs s'impose comme le meilleur jeu de Super-Héros: du grand art.

Le Cosmocat  

Le livre commence sur une présentation d'un prétendu auteur de comics ayant été à l'origine d'une soi-disant série intitullée "Freedom League". Prétendu ? Oui, à ce moment on est déjà dans la fiction, et cet auteur n'existe et n'a pas existé ailleurs que dans les pages de la gamme M&M. Un indice : la date de l'hommage qui lui est rendu à cette page est "décembre 2003" (pour un livre qui est sorti de presse en mars de cette même année...)

En bref : Freedom City est un magnifique travail de synthèse des éléments les plus marquants des univers de supers-héros. Voilà. Et en plus, c'est écrit en gardant la jouabilité à l'oeil et l'humour à la pointe de la plume. Un must, en somme, qui pourrait même servir d'exemple pour des travaux personnels de description de ville.

XS  

Bon, autant le dire tout de suite, si vous n'aimez pas les comics Marvel et/ou DC, passez votre chemin.

Pour une fois, d'ailleurs, je commencerai par parler du "mauvais" : Freedom City ne fait pas dans la dentelle. C'est du 100% "quadricolore" : les super-héros ont de super costumes, tout le monde sait qu'ils existent et on fait appel à eux quand le monde est menacé. La ville a, par le passé, été deux fois envahie par des armées surnaturelles : une fois, dans les années 60, par des légions mort-vivantes surgis des enfers et une autre fois, au début des années 90, par des soldats sanguinaires vomis d'une autre dimension.

Il y a des mutants sur la lune, des atlantes sous la mer, des mondes parallèles et des dimensions interdites. Les jeunes mutants vont dans une école spéciale. Donc en plus d'être peu fin, ce supplément est pour ainsi dire cousu de fil blanc : c'est un recyclage des X-men, de Superman, de Batman et de tout ce qui s'est fait dans le genre. Freedom city, c'est un peu le New-York de Marvel, avec une pointe de Metropolis et de Gotham City. Alors bon, une fois que j'ai dit tout ça, on pourrait penser que ce supplément est à éviter.

Et ben justement non. Car si recyclage il y a, c'est un recyclage de génie, et personnellement, je ne demande pas mieux dans ce registre : les auteurs respectent "les règles du genre". Ils ne veulent pas faire original à tout prix et commencent par le commencement, en nous présentant des situations classiques, relevées ça et là de pointe d'originalité. Parfois, on peut reconnaître une touche des 4 fantastiques, un clone de Wonder Woman, un sosie de Flash ou un double de Dr Strange... Mais tout cela se lie et s'assimile avec aisance, et l'ensemble contribue à prouver que les règles de M&M permettent effectivement de jouer tous les clichés et archétypes connus, tout en ajoutant des innovations.

En plus, l'ensemble est présenté dans un ouvrage d'une grande qualité, matérielle et graphique, comme le reste de la gamme.

Alors bon, voilà un supplément qui remplit à 400% son emploi et qui complète tout à fait le livre de base... Je ne saurai que trop le recommander, sauf si vous avez détesté Mutants and Masterminds, ou sauf si vous êtes un puriste absolu des univers Marvel ou DC et que vous ne supportez pas de dévier de la "droite ligne".

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Comme l'ont si bien souligné les autres critiques, Freedom City est une compilation heureuse de tous les éléments qui ont fait les univers de super héros depuis que les costumes, masques et capes volantes ont la côte.

Le système de création extrêmement flexible de mutants et masterminds permet bien de créer toute une variété de héros et de vilains (alors que certains systèmes achoppent par exemple sur la super-science ou sur la magie) et de les rassembler dans un même décor (il y a même un fantôme). C'est le cadeau qui nous est fait avec freedom city. Ca aurait pu être un terrible patchwork mais tout a été bien ordonné dans un bel ensemble, répartissant les épisodes soit dans le passé de la ville, soit dans les différentes équipes de héros, chaque héros ayant quelques nemesis particuliers, eux même formant à l'occasion équipe avec d'autres.

La ville elle même est décrite avec clarté et logique, tout en restant toujours amusante à lire. On peut y trouver les personnages secondaires, les lieux favoris qui rajoutent un plus dans la vie quotidienne souvent tourmentée des super héros, ceci également dans l'esprit de bien des comics. Il y a même un chapitre consacré aux autres lieux sur terre, dans l'espace ou dans le multivers qui peuvent intéragir de façon privilégiée avec Freedom City. Malgré le manque d'index, on retrouve rapidement les infos cherchées, c'est dire si l'organisation est impeccable.

Les héros sont souvent des clins d'¿il à des personnages fameux, modifiés mais reconnaissables. Je n'ai pas encore testé suffisamment le système de jeu pour juger des règles de mutants et masterminds, mais pour ce qui est de ce background, je peux apprécier combien il est riche et intéressant. Autant Aberrant, mon jeu fétiche pour les super héros, arrive à proposer un univers se démarquant de la production passée, autant Freedom City propose quelque chose qui rassemble et sublime la production passée. C'est donc une question de choix, entre deux excellents univers. Pour ce qui me concerne, j'aime les deux.

Si je devais résumer en deux mots, je dirais que Freedom City est l'endroit ou j'aurais envie de m'installer pour être le super héros qui sommeille en moi. Mais je crois que je vais me contenter d'être gamemaster.

Ninive  

Avec ce premier décor de campagne, M&M transforme l'essai et confirme les qualités du livre de base. Le décor proposé est une métropole américaine du type New York City bourrée de super-héros et placée au centre de toutes les menaces planétaires, dans la plus grande tradition des comics. Les comics sont présents dans le supplément à plus d'un titre : les auteurs se sont inspirés des BD existantes pour dresser leur décor. Ils ne s'en cachent pas d'ailleurs et le résultat est une réussite. (ce que certains ont pu appeler à raison "DC+Marvel amélioré") Ainsi, même le plus étourdi des lecteurs reconnaîtra au détour des pages un personnage de comics, parfois à peine remaquillé. Le tout est très bien mélangé et semble plutôt cohérent.

La ville de Freedom City est détaillée par le menu à un niveau rarement atteint en jeux de rôle : quartier par quartier, tout nous est décrit, des restaurants aux chaînes de télé, en passant par des lieux plutôt insolites mais là encore inspirés des comics (un club où seuls les superhumains sont admis, une école pour jeunes surhommes...) Le reste du monde est décrit plus rapidement mais avec efficacité. Juste de quoi faire un ou deux scénarios, mais l'essentiel de la campagne est censé avoir lieu à Freedom City. Le supplément s'achève avec une longue galerie de personnages, super héros et super vilains. Ce n'est pas la partie la moins intéressante car la présentation est efficace : origines, personnalité, tactiques, utilisation dans la campagne (ça c'est génial) et une option "super vilain" pour tous les héros présentés.

Au final, Freedom City est un remarquable travail, et un univers très plaisant. A ne pas manquer donc. 4 pour le contenu et 1 de plus pour la présentation, qui est sublime.

Faënril  

Mon deuxième achat après Mutants and masterminds, car j'avais du mal à adapter un autre univers. Freedom City est un superbe ouvrage. Dés la première page, vous êtes plongé dans l'univers de cette ville avec un panneau d'entrée :-).

Le livre détaille tous les quartiers et tous les aspects de la ville et une foule d'idées sont données dans des encarts colorés. La description des PNJ est excellente et on n'a pas de mal à imaginer les sources d'inspirations des auteurs.

J'ai rarement vu un supplément de background aussi bien fourni. Bravo Green Ronin !

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques