Contenu | Menu | Recherche

Anything that provides an alternative to popular commercial mass media can't be all that bad (Hewitt)

Veins of the Earth

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre en couleurs de 372 pages à couverture rigide au format A5.

Description

Veins of the Earth est un supplément destiné à créer des environnements souterrains et présenter une vision différente de l’Outreterre de D&D et autres donjons naturels. L’auteur appelle ce monde les Veines de la Terre et offre de nombreux outils pour une campagne dans des cavernes en mettant l’accent sur la faible visibilité, une obscurité semblable à un océan, quasi vivante, et bien entendu les créatures qu’on peut y rencontrer.

Après une page de titre, une page blanche, une page de remerciements et un sommaire (2 pages), le livre s’ouvre sur une note d’intention de l’auteur, Why the Underworld (5 pages).

Le premier chapitre, Pariahs of the Earth (42 pages), est un bestiaire présentant une cinquantaine de créatures souterraines originales. Chaque créature est présentée sur 2 à 5 pages chacune. Elles sont toutes présentées sous le même format :

  • Leurs caractéristiques typiques de Lamentations of the Flame Princess mais aussi par leur compétence en escalade, leur capacité à voir, leur odeur et les bruits qu’ils font. L’auteur accentue ces détails inhabituels dans les descriptions du meneur de jeu, pour souligner le manque de lumière et de visibilité dans cet environnement.
  • Leur comportement et leur histoire (plusieurs créatures présentées dans le livre sont en conflit et sont liées entre elles).
  • Le trésor que l’on peut trouver dans leur antre.
  • Leurs motivations ou leurs réactions, généralement présentées sous forme de table aléatoire.
  • Une illustration.

L’auteur présente ainsi des vampires fossilisés prêt à agresser les aventuriers imprudents, des foetus zombies de dragons, une mille-pattes de la taille d’un train et ses 999 points de vie qui dévore ce qu’il considère comme de l’art, un peuple d’hommes-champignons qui sert d’esclaves à tous les autres peuples du monde souterrain, ou encore une mante-crevette tueuse et quasi invisible.

Cultures in the Veins (30 pages) présente plusieurs cultures intelligentes souterraines avec leur histoire, leur motivation et des illustrations : on trouve par exemple une race d’immortels décadents venus du monde des cauchemars, des esprits élémentaires, d’étranges mécaniciens capables de créer des machines qui lobotomisent leurs victimes, une race humanoïde obsédée par l’idée du travail (un schéma de leur fonctionnement de pensée est même fourni). Leurs caractéristiques ne sont pas indiquées.

Light and Dark (20 pages) fourni des conseils pour le meneur afin qu’il mette l’emphase sur le peu de visibilité des cavernes, puis évoque les moyens magiques ou techniques de projeter de la lumière et leurs conséquences en jeu (par exemple l’initiative est déterminée par la lumière environnante autour de tel ou tel personnage). L’auteur complète le chapitre avec des notes sur le combat et une feuille de personnage refaite pour l’occasion.

Encumbrance, Exploration, Climbing and Travel (16 pages) propose des règles alternatives pour gérer l’équipement, l’exploration, l’escalade, les rencontres aléatoires et les déplacements puisqu’un environnement exigu et ténébreux complique les mouvement des personnages. En général, ces règles rendent cet environnement plus dangereux que ce que le livre de base propose.

Generating the Veins (60 pages) est un générateur aléatoire et une méthode précise pour créer un réseau de cavernes pleines de dangers et de rebondissements. Entrées, création d’une caverne, chemins possibles, poches de gaz, mines... l’auteur explique avec de nombreux schémas pédagogiques comment générer un souterrain crédible. Il utilise des plans abstraits plutôt que des cartes traditionnelles, ainsi que de nombreuses tables aléatoires.

Items, Treasure and Spells (38 pages) livre des tables aléatoires de 100 entrées chacune pour déterminer les possessions, les trésors et les sortilèges des différentes races évoquées dans le livre, tous mettant l’emphase sur le thème des cavernes. Ainsi, on trouve ainsi un sort qui crée des spores, des fantômes visibles uniquement avec la vision infrarouge, ou encore un autre qui vole la force des chutes d’eau.

Madness & Change (12 pages) examine la manière de trouver à manger dans les cavernes, l’hypothermie ou même les mutations surnaturelles qui peuvent adapter le corps et le comportement des aventuriers à cet environnement extrême.

Appendix (27 pages) offre 12 styles de "météo" faites de ténébres ou de vagues sombres, un précis sur le langage écrit avec des noeuds, un exemple de réseau de cavernes générées avec le chapitre éponyme, un glossaire, une note d’intention pour bien utiliser le guide, les sources des citations utilisées.

Le livre se termine par un index détaillé, la fiche de personnage spéciale ainsi que de nombreuses tables utiles comme les difficultés pour escalader (8 pages en tout).

Cette fiche a été rédigée le 7 juin 2020.  Dernière mise à jour le 7 juin 2020.

Critiques

batronoban  

Veins of the Earth est l'un des essentiels de cette gamme pléthorique. Pourquoi? Parce qu'il présente une vision intense, très développée, de nombreux conseils et pleins d'idées sur les mondes souterrains.

Il vous fournit aussi carrément un monde de campagne à construire vous-même, un monde claustrophobique et souterrain.

Outre le bestiaire qui fait froid dans le dos vu les monstres présentés, on a droit à de larges sections sur comment décrire l'ambiance claustrophobique et obscure des cavernes. C'est une sorte de traité de spéléologie ludique, écrit avec un style très agréable à lire (l'auteur parle à la première personne et explique avec didactisme ses idées, son cheminement de pensée et pourquoi il a choisi telle ou telle facette de règle ou de background).

Les ajouts de règles sont très bien pensés, je ne les trouve pas trop lourds. L'auteur fait aussi un effort en expliquant étape par étape la création d'un réseau de souterrains crédible, l'impact des sources de lumière, de l'équipement, etc.

La qualité du livre est excellente : papier épais à l'odeur agréable, reliure et couvertures très solides.

Paradoxalement, je ne met pas 5 pour plusieurs raisons:

Je pense que vu la taille de l'ouvrage, un format A4 aurait été plus pratique, notamment pour l'utilisation des schémas ou des nombreuses tables aléatoires. Deuxièmement les illustrations. Très clairement ça ne plaira pas à pas mal de monde. Si vous trouvez que la couverture c'est un dessin de gosse, laissez tomber. Le livre est rempli d'illustrations crayonnées de ce genre, souvent au fusain (enfin je crois), relativement abstraites. Mais, à mon sens, c'est exactement ce qu'il fallait : c'est un bon rendu d'après moi de la vision des PJ embrouillée par les ténèbres omniprésentes, le peu de visibilité, la fatigue vis à vis des créatures qu'ils vont rencontrer.

Et bizarrement, ces dessins me filent vraiment la chair de poule. Je sais pas pourquoi mais ils me mettent mal à l'aise, alors j'aime ça. C'est un livre dérangeant, mais utile, plein d'idées et plus jamais je ne pourais lire un supplément sur les donjons naturels après la qualité artisitique et ludique que j'ai trouvé à ce Veins of the Earth.

Enfin le prix, 60 euros à l'heure où j'écris ses lignes. Bien entendu, ça le vaut! Mais psychologiquement, il faut quand même avoir vraiment une grosse utilité dans votre campagne pour l'acheter vu le montant.

Cet auteur que je connaissais déjà avec Deep Carbon Observatory et Maze of the Blue Medusa est admirable, vraiment. J'en veux encore!!!

Critique écrite en juin 2020.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques