Contenu | Menu | Recherche

L'Ordinateur est votre ami

Carcosa

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide, en couleurs, de 274 pages format A5.

Description

Carcosa, de l’aveu de l’auteur, est un univers médiéval-fantastique, étrange et horrifique. Il est inspiré des oeuvres de Sword & Sorcery, des comics d’horreur, de science-fiction et des dieux et créatures inventées par H.P. Lovecraft. Le titre vient de Robert Chambers et de son Roi en Jaune. Il est donc possible d'y croiser des cultistes assassins mais aussi des robots, des extraterrestres, des dieux cruels, des dinosaures, des barbares et des sorciers.

Cependant, il ne contient ni prêtres ni magiciens, ni elfes, ni nains ou halflings. 13 cultures humaines se partagent la part du lion. Les objets magiques sont également absents, au contraire des équipements futuristes apportés par divers aliens.

L’auteur explique que l’on peut utiliser Carcosa comme une simple mine à idées pour d’autres jeux, ou comme une campagne hors du temps et de l'espace pour Lamentations of the flame princess, que l’on intègre ou non les variantes de règles proposées.

Le livre détaille le monde sous une forme particulière : celui du hex-crawl, c’est à dire que le meneur invite les joueurs à explorer l’univers sur la base d’une vaste carte divisée en 400 hexagones, comme pour les premières éditions de D&D. Chaque hexagone ou presque fait l’objet d’un bref descriptif d’un évènement ou d'une créature rencontrée, ce qui aboutit à environ 800 “rencontres” dans l’ensemble du livre.

Carcosa peut se jouer soit avec les règles de Lamentation of the flame princess (ou autres jeux “old-school” dérivés de D&D) soit avec les règles fournies dans l’ouvrage. Outre les treize ethnies humaines (chacune d’une couleur différente), l'ouvrage propose deux classes : sorcier et guerrier. Il inclut également des psioniques dont les pouvoirs sont abondament décrits.

L’auteur modifie également les règles classiques en rendant aléatoire le calcul des Dés de Vie et des dommages. En effet, le type de dés utilisés variera à chaque combat, du dé 4 au dé 20. L’objectif est de rendre les combats extrêmements variables et inattendus en terme de puissance.

Le livre est abondamment illustré et ses intérieurs de couverture présentent la carte en grille hexagonale numérotée de Carcosa. Le texte intérieur met en valeur les noms des créatures et les références de page via des couleurs différentes.

Après une page de titre, deux pages de crédits et une page de sommaire, l’ouvrage débute par une Introduction (9 pages) qui présente l’ambiance de ce monde, ses variantes de règles et ses particularités. Puis Characters (12 pages) détaille les deux classes (et variantes) de personnages proposées : sorcier et guerrier, mais aussi les psioniques, puisque chacun a de 0,5 à 6% de chances d’avoir des pouvoirs mentaux.

Desert Lotus (2 pages) présente ensuite différents effets bizarres (comme des poisons) provoqués par la poudre de ce lotus de différentes couleurs. Il est suivi de  Space Alien Technology (4 pages) qui dévoile les artefacts (armures spatiales, champs de forces, etc) inspirés des comics des années 50 présents sur Carcosa. En effet plusieurs races d’aliens sont présents ou ont laissé des traces de leur passage. Technological Artifacts of the Great Race (6 pages) dévoile les artefacts de la Grande Race, invention de Lovecraft, des être inter-dimmensionnels capables de voyager dans l’espace-temps. Parmi ces objets se trouvent  par exemple des portes spatio-temporelles ou des monolithes vivants.

Sorcerous Rituals (34 pages) détaille des rituels destinés aux sorciers, très nombreux et détaillés. Tous sont extrêmes et complexes : sacrifices humains, mutilations, et souvent en multiples étapes, a réaliser dans des lieux précis de la carte. Par exemple l’un des rituels les plus simples, “L’ensorcellement maudit de Celui Qui Est Empoisonné” demande à ce qu’on arrache la peau de deux hommes avec de la lave jusqu’à ce qu’ils meurent. Leur douleur affaibli alors une entité ignoble nommé la Putrescence dans un jardin bien particulier… La pratique de ces rituels risque de faire vieillir le sorcier, au-delà des dangers inhérents à l’invocation d’êtres blasphématoires. Monster Descriptions (38 pages) détaille de très nombreuses créatures de Lovecraft ou de sword & sorcery,  à commencer par Cthulhu mais aussi des dinosaures, des fourmis géantes, des momies, etc.

Carcosa Campaign Hex Map Descriptions (102 pages) constitue la plus grosse partie du livre. Il donne deux idées ou rencontres pour chacun des 400 hexagones présentés sur la carte. Ces hexagones ne représentent toutefois qu’une petite partie de la gigantesque surface de Carcosa. Chaque rencontre est décrite sur un à trois paragraphes, avec la mention en couleur d’éventuelles créatures. Des rencontres possibles sont des jungles, des cannibales, des aliens, des trésors, des décors pittoresques, des sacrifices humains, des donjons, des cultistes, des tentacules, des sorciers, des guerriers, des dinosaures, des villages de survivalistes, des maladies d’outre-espace, voire tout cela à la fois. Carcosa est ainsi un monde extrêmement bizarre, imprévisible et dangereux. Notons encore que de très nombreux croisements sont faits entre différentes rencontres, lieux, rituels et créatures.

Fongoid Garden of the Bone Sorcerer (20 pages) est une région d’introduction qui se déroule sur l’hexagone numéro 2005 de la carte générale. Désert, cryptes millénaires, champignons bizarres et un petit donjon plein d’enfants d’une divinité horrible constituent l’essentiel de cette partie, avec plans à l’appui. Humanity on Carcosa (4 pages) décrit brièvement les moeurs et la vie des hommes sur cette planète, qui bien entendu n’est pas très rose.

Le reste du livre offre de nombreuses tables et générateurs aléatoires afin de créer à l'improviste et de rendre unique les différentes rencontres :

  • Random Monster Tables (6 pages) livre diverses tables aléatoires de rencontres, que ce soit en surface ou sous la terre.
  • Spawn of Shub-Niggurath (6 pages) est un générateur de monstres uniques, bizarres et tentaculaires. En effet cette engeance est très présente sur Carcosa.
  • Space Alien Armement (8 pages) offre un générateur aléatoire d’armes extraterrestres.
  • Random Robot Generator (6 pages) est un générateur de robots aléatoire.
  • Mutations (12 pages) fournit une cinquantaine de mutations possibles.
  • Sorcerous Rituals Reference Tables (8 pages) liste les titres de l’ensemble des rituels décrits dans le livre.

Un Index détaillé (3 pages) termine l’ouvrage. Cette édition est une version étoffée par rapport à la première édition amateur parue sur Internet.

Cette fiche a été rédigée le 25 novembre 2015.  Dernière mise à jour le 4 octobre 2016.

Critiques

batronoban  

Carcosa est une merveille, Carcosa est grotesque, Carcosa est injouable, Carcosa est inspirante, bref ce superbe bouquin, au papier si particulier au toucher, à la couverture douce et aux illustrations old-school mais cohérentes m'a assez marqué.

Le contenu est complètement bizarre, et assez extrême : des règles très très aléatoires, qui sont déconcertantes, assez pour qu'on se demande si ce n'est pas une farce. 

Des descriptifs très sanglants et très gore de centaines de rituels à base de tortures diverses et variées, des dieux lovecraftiens et pervers, et surtout une titanesque carte et un listing de centaines de rencontres sur ce continent.

Alors en général c'est bref : on a de une à trois phrases qui nous disent" tiens, vous voyez une ruine avec 1d8 hommes rouges qui luttent contre 1d4 homme-serpents", et paf débrouillez vous avec ça ! Comme le propose l'auteur il s'agit plus d'un réservoir à idées que d'un vrai univers à jouer. Mais bon, on peut y jouer, pour de vrai, entre deux DVD de Starcrash et de Conan, mais faudra que le meneur développe largement des intrigues et évènements en rapport avec les (trop) brèves rencontres.

En général c'est l'ambiance bizarroïde, de série Z, voire très trash qui donne du sel à l'ensemble. C'est écrit avec passion, avec méthode, on sent le mec qui veut aller jusqu'au bout de son délire, et on a même un donjon entier fourni, prêt à jouer. Les peuples sont cools et bizarres, y'a des homme-serpents, des machins tentaculaires, des sorciers affreux, des noms de rituels à dormir dehors... le tout dans un superbe livre A5 façon grimoire blasphématoire.

Le travail fourni par l'auteur est absolument titanesque, il y a des détails partout, c'est un pur chef d'oeuvre du gonzo trash med-fan old-school !!!

Carcosa fait partie d'une trilogie de publications étonnantes et remarquables chez l'éditeur de Lamentations of the Flame Princess, avec Vorheim et A red and pleasant land.

Bref : à posséder absolument, rien que pour le délire. Des perles de folie douce comme ce livre, ça manque cruellement chez les éditeurs actuels, très, très, trop sérieux, malheureusement.

Critique écrite en décembre 2015.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques