Contenu | Menu | Recherche

Dans le web 2.0, c'est quand même le 0 qui prend le dessus (Manu Larcenet)

Immortalis

.

Références

  • Gamme : Immortalis
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : 12 Singes (Les)
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 2014
  • EAN/ISBN : 978-2-918045-65-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Folio à deux volets contenant :

  • livre à couverture souple de 64 pages au format 16 x 23 cm
  • six fiches de règles
  • dix feuilles de personnages pré-tirés
  • huit aides de jeu couleur

Description

La campagne de Immortalis, le Crépuscule des Celtes est proposée dans le livret. Après le sommaire et les crédits (1 page) et un préambule de six pages présentant le contexte pseudo-historique et le déroulement et les enjeux de la campagne, suivent les cinq scénarios qui la composent.

  • L'Incarnation des Héros (12 pages) commence à Massilia (Marseille) où débarquent les reliques, et d'où ils partiront pour Bibracte, en royaume Eduen. Une fois sur place, le druide Diviciacos les soumettra à un rituel qui devrait leur apporter ensuite l'aide des dieux, s'il se déroule jusqu'à son terme.
  • Double Mission (12 pages) voit les PJ envoyés sur une double quête. D'une part il leur faudra gagner l'appui du roi Eduen Julius Sacrovir et convaincre ses conseillers, d'autre part il leur faudra se rendre sur le site d'Alesia pour y retrouver un objet susceptible de servir de bannière à leur cause, le légendaire bouclier de Vercingétorix. Cette dernière tâche les amènera à revivre le siège de la ville. Cette double mission est préconisée comme menée par les premiers rôles d'un côté, les seconds rôles de l'autre.
  • Election Sous Influence (14 pages) les amène en pays Séquane, les tribus voisines, pour obtenir l'aide de leur roi. Celui-ci sera nommé par un processus d'élection dans lequel s'affrontent plusieurs ambitions, déclarées ou non.
  • Dans In Media Res (10 pages), les PJ sont de retour à Bibracte, autour de laquelle les légions romaines commencent à dresser leurs fortifications. Afin de gagner du temps, les PJ vont être envoyés en mission de sabotage et d'espionnage dans les lignes romaines. Une partie de cette mission risque de se montrer moins facile que prévu mais pourrait leur apporter une proposition d'alliance inattendue.
  • Dans Vae Victis (9 pages), les PJ pourront particper à la bataille de Bibracte et à sa chute. Selon leurs actions, le rituel engagé par Diviciacos pourra aller à son terme ou non, avec des conséquences fort différentes pour les Eduans et pour le monde en général.

Dix personnages pré-tirés sont proposés sur dix fiches pouvant être données aux joueurs. Le background de chaque personnage est présenté au recto de la fiche, avec son portrait, alors que les données techniques sont sur le verso.

Les règles sont présentées sur six fiches recto-verso détaillant chacune un aspect de celle-ci :

  • personnages
  • mécanique de jeu
  • actions et combats
  • primes et pénalités
  • équipements
  • personnages non-joueurs

Huit fiches couleur sous forme de feuilles volantes servent d'aides de jeu à donner aux joueurs pour sept d'entre elles, la huitième présentant une publicité pour Asgard, le Crépuscule des Dieux, paru dans la même collection.

Cette fiche a été rédigée le 28 décembre 2013.  Dernière mise à jour le 7 mars 2014.

Critiques

Jérôme 'Loludian' Barthas  

Immortalis est un jeu qui m’intriguait. J'aime beaucoup le système des Clés en Main, qui permet de jouer rapidement et facilement, sans beaucoup de boulot pour le MJ. Mais le thème ne me parlait pas des masses, ainsi que la couverture, que je trouvais peu parlante.

Après une discussion avec un des auteurs, j'ai sauté le pas. Et bien m'en a pris ! Immortalis est une campagne sympathique. Elle n'est pas révolutionnaire, les scénarios vont du bon au très bon (celui dans l'Autre Monde en particulier est très original).

Comme d'habitude avec les Clés en Main, les actes des PJ font monter ou descendre des jauges, qui vont déterminer le final de la campagne.

Ce que j'ai trouvé unique, et audacieux, c'est la touche "fin des celtes", assez déprimante mais qui donne de beaux moments de roleplay et de bravoure. Les PJ savent qu'ils ne se démènent pas pour gagner, mais pour perdre le plus tard possible en conservant au maximum l'honneur des Celtes.

En point positifs, je noterai :

  • l'uchronie qui permet de revisiter sans trahir (Jésus dans le druidisme !)
  • certains scénarios très originaux
  • un système efficace
  • une ambiance unique, assez amère, où les PJ savent assez vite qu'ils ne luttent pas pour gagner, mais pour perdre le plus tard possible.

En points négatifs, je noterai :

  • quelques poins non gérés (si les PJ acceptent dans le scénario 4 le deal de Claudius, ce n'est pas géré dans le scénario 5)
  • quelques scènes un peu répétitives (les négociations du scénario 3)

Critique écrite en juillet 2016.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques