Contenu | Menu | Recherche

Globalement inoffensif

Immortal : the Invisible War

.

Références

  • Gamme : Immortal
  • Sous-gamme : Invisible War
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Precedence Entertainment
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1994
  • EAN/ISBN : 1-885681-00-3
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livre de 296 pages à couverture souple.

Description

"Immortal : the invisible war" est la première édition du jeu et permet de jouer dans un univers contemporain où Merlin, Hercule ou Marilyn Monroe sont encore vivants et continuent d'influencer le monde des mortels comme ils l'ont toujours fait.

Le livre commence avec 3 textes d'ambiance puis continue avec 3 pages en couleur où s'étale une brève chronologie des Immortels.

"Communique" (18 pages) est un mélange de nouvelle et de correspondance qui introduisent l'ambiance.

"And I remember" (6 pages) donne quelques explications sur l'univers.

"Eternity" (10 pages) décrit l'anatomie, la psychologie et autres détails des Immortels.

"Guidance" (10 pages) explique le fonctionnement du système de jeu.

"Perpetual society" (24 pages) fait l'état des lieux des différentes factions d'Immortels, de leurs intérêts, de leur méthodes et de leur finalité.

"Personas" (56 pages) est le chapitre qui décrit comment créer votre personnage en donnant des détails sur l'aura des Immortels. Basée sur 6 couleurs, l'éclat de l'aura est tributaire des caractéristiques de votre Immortel. Vous devrez également choisir l'allégeance de votre personnage pour le rendre complet.

"Talents" (14 pages) définit toutes les compétences accessibles aux Immortels.

"Battle" (36 pages) donne moult détails sur les différentes manières de trucider vos adversaires au corps à corps ou avec une arme à feu.

"Serenade" (38 pages) explique comment fonctionnent les pouvoirs des Immortels. Chaque pouvoir possède 5 niveaux de maîtrise différents.

"World" (16 pages) est un chapitre en couleurs qui décrit les différents décors qui définissent l'univers de jeu en retraçant les ambiances des lieux marquants.

"The production" (10 pages) fournit des conseils au MJ pour animer le jeu, créer un scénario, organiser une campagne, prévoir une ambiance sonore à sa table et donner un ton unique à ses parties.

"Purity" (12 pages) traite des 'Tabous' qui rendent impure l'aura des Immortels et explique comment ces derniers peuvent tenter de se purifier.

"Nivalea" (12 pages) offre un exemple de scénario qui se nomme 'Corpus delicti' qui est livré avec des personnages prétirés et dont la trame est analysée afin d'expliquer les techniques narratives au MJ.

A la fin du livre, un court lexique est donné ainsi qu'une très longue liste d'armes (101 armes de mêlée, 46 armes de jet, 38 armes à projectiles et 82 armes à feu) et une petite liste d'armures.

L'ensemble du livre contient des définitions en bas de page et des explications sur certains concepts dans les marges. L'ouvrage contient un mélange de dessins en noir et blanc et de compositions en couleurs.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Cédric Ferrand  

La lecture de ce livre a été très difficile pour moi. Ne croyez pas que le niveau intellectuel nécessaire soit élevé, non, c'est juste que... ben c'est pas bon comme jeu. C'est horriblement prétentieux, ça lorgne sans vergogne vers beaucoup d'autres jeux et c'est pas agréable à la lecture.

Tout débute par une idée très originale et pas du tout éculée : incarner un immortel dans un univers vaguement décalé par rapport au nôtre. Dingue comme idée, non ? Mais bon, l'originalité de la chose ne s'arrête pas là puisque les immortels en question sont réunis par groupes et se font une guerre invisible, comme ça, pour tuer le temps en attendant la prochaine rediffusion de Dallas.

Ils deviennent plus puissants en tuant d'autres immortels (je suis certain que parfois ils disent même des trucs genre "Il ne peut en rester qu'un !") mais c'est pas bien car ça pollue leur aura. "Waouw, mais c'est du jamais vu !", dira le premier imbécile venu à qui je conseille de retourner regarder Thalassa. Si on rajoute à ça un système de jeu qui ne tient pas la route, un background insipide (où Marilyn Monroe est des nôtres, au même titre que Merlin, Hercule ou autre Sphinx) inspiré par une muse sans doute très fatiguée à force d'essayer de rendre vaguement créatif un pilleur malhabile.

Je n'aime pas les clones de Vampire, surtout quand ils sont moins bons. Rendons au Loup Blanc ce qui appartient au Loup Blanc et laissons les plagiaires se masturber l'esprit sur de pâles copies ineptes.

Ah oui, j'oubliais les illustrations : c'est dingue ce qu'on peut faire des trucs laids dès qu'on s'amuse avec Photoshop. Les photos retouchées à l'informatique vont de "Beurk !" à "Nooooon !" en passant par "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?". C'est limite si je n'attaque pas en justice la maison d'édition pour la perte de 2/10ème à chaque oeil que la lecture de cette daube a provoquée.

Il évite le 1 fatidique parce qu'il est toutefois unique en son genre : il possède 267 armes différentes pour s'amuser à détruire les petits PNjs du MJ. Reparlez-moi de Storytelling après ça ! Ce signe particulier le fait donc sortir de la crasse indifférence et de l'anonymat que mes yeux réclament.

Ne l'achetez que pour l'offrir à votre pire ennemi (avec l'espoir qu'en le lisant plusieurs fois, il deviendra totalement aveugle) ou pour un usage personnel en allumant un bon feu de cheminée lors d'une de ces froides journées d'hiver.

Ghislain Bonnotte  

Immortal : The Invisible War pourrait se résumer ainsi : un jeu extraordinairement riche et puissant, mais à la production malheureusement ratée.

- système de jeu : à la première lecture, "mais c¿est n¿importe quoi, c¿est une usine à gaz, bouh !". Après explication de texte et test en situation, un constat : c¿est un des meilleurs systèmes de jeu que j¿ai jamais utilisés. Simple, intuitif, rapide, et orienté roleplay, pas rollplay.

- background : excellent, et très riche. L¿auteur s¿est appuyé sur des experts en mythologie et théologie, et crée ainsi une cosmologie impressionnante de complétude et de cohérence, et laisse néanmoins une place à la civilisation humaine, contrairement à d¿autres jeux au thème similaire. Les possibilités sont tout simplement étourdissantes, et des intrigues à tiroir titanesques se laissent deviner. Le problème : une présentation décousue, difficile à appréhender. Pour y retrouver ses petits, le MJ devra être motivé, et y consacrer du temps. Le fait que l¿auteur, pour préserver le mystère, va jusqu¿à garder aussi le MJ dans l¿ignorance de la plupart des coulisses n¿arrange rien.

- Ecriture : le style, très convenable pour du roman, ne convient pas à la rédaction d¿un jeu de rôles, qui par son approche et son écriture ne peut s¿adresser qu¿à des vieux briscards. Les informations sont loin d¿être aussi bien organisées que la table des matières pourrait le laisser croire. Et il n¿y a rien qui n¿aide vraiment le MJ à gérer une campagne au quotidien (pas d¿info locales sur comment les immortels vivent cachés parmi les humains).

- Illustrations : quelques magnifiques retouches photos en couleur sont isolées dans un ensemble qui va du moyen pour les retouches à ridicule pour les dessins. Dommage. (L¿auteur du livre est l¿auteur des illustrations qui sont des retouches photos).

L¿impression d¿ensemble au final que donne ce jeu est qu¿il n¿est publié avant d¿être fini, ou bien que le responsable de la maquette et de la rédaction n¿avaient pas leur diplôme. Ce qui gâche un jeu au demeurant excellent, et l¿a empêché d¿être apprécié à sa juste valeur. Je conseillerais ce jeu aux rôlistes expérimentés, motivés pour décortiquer un livre bien mal écrit mais au contenu d¿or. Je met un 4 pour le fond, la forme ne vaut pas plus que 1.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques