Contenu | Menu | Recherche

A government is a body of people, usually notably ungoverned

One o'Clock Wake-Up

.

Références

  • Gamme : Godlike
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Arc Dream Publishing
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juillet 2003
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Document de 9 pages.

Description

Scénario à part dans la gamme du jeu, One o'Clock Wake-Up est destiné à un groupe de 13 personnages humains, simples soldats pris dans la tourmente de la Bataille des Ardennes, le 19 décembre 1944.

Les soldats se réveillent en pleine nuit, mais pas de beaux rêves : ils se sont évanouis suite à un très dur bombardement qui a réclamé les vies de tout ceux qui les accompagnaient. Ils sont seuls, personne en vue. Une carte un peu ruinée semble indiquer que la sécurité se trouve de l'autre côté de la rivière, à condition de traverser le village de Flussburg. Petit souci : celui-ci est occuppé par des hommes du Überkommandogruppe SS Heinrich Himmler, le fer de lance de la contre-offensive allemande, composé uniquement de Talents. Les personnages vont-ils arriver à traverser la rivière ?

Le scénario décrit la situation initiale et détaille les positions allemandes dans Flussburg et fournit leurs caractéristiques, ainsi que 13 personnages pré-tirés.

Cette fiche a été rédigée le 20 avril 2011.  Dernière mise à jour le 21 avril 2011.

Critiques

Loris Gianadda  

Honnêtement, c'est un sacré foutage de gueule. Pour le prix (5$), on récupère 9 pages aérées comportant un "scénario" (?) qui n'aurait rien à envier à un donj' : "vous ne vous rappelez plus trop ce qui s'est passé, et il va vous falloir traverser le village plein de monstr... euh... de soldats allemands ... pour survivre." Suivent les caracs et positions des dits soldats/Talents et les caracs de 13 prétirés humains.

Je veux bien être gentil, mais là faut rien exagérer. Le "2" que j'y colle, c'est parce que pour un foutage de gueule, il fait montre d'un minimum de qualité, mais quand même. Si je veux des scénars comme ça, je crois que j'ai pas besoin de Stolze... Je peux me les écrire moi-même... Pour le même prix, préférez "Operation Rascal" qui, s'il ne casse pas trois pattes à un canard, a le mérite d'être quand même un peu plus étoffé.

Critique écrite en avril 2011.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques