Contenu | Menu | Recherche

Only after disaster can we be resurrected. (Tyler Durden)

Empire du Soleil Défunt (L')

.

Références

  • Gamme : Empire du Soleil Défunt (L')
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Vagabonds du Rêve (Les)
  • Langue : français
  • Date de publication : décembre 2017
  • EAN/ISBN : 9791091437189
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 44 pages à couverture souple au format 16 x 24 cm.

Description

Après une page blanche, le livre s'ouvre sur les crédits et mentions légales, et le sommaire (2 pages).Puis viennent deux pages qui présentent le jeu et ses principales sources d'inspiration.

Dans Le Soleil Défunt (10 pages), l'auteur détaille la mort de la déesse soleil Amaterasu, l'état du Japon depuis cet événement, et les conséquences, que ce soit sur le soleil devenu rougeâtre et le jour devenu sombre, ou encore dans les différentes sphères du pays (les samouraï, le clergé...) et bien évidemment détaille les ninjas et leurs deux principaux clans (Koga et Iga).

Dans Lieux Notables (6 pages), l'ouvrage décrit les conséquences de la mort de la déesse soleil sur les villes et les villages du pays, en s'attardant sur certains lieux d'importance comme Kyoto, Edo ou encore Osaka.

Le chapitre Protagonistes (6 pages) présente différentes personnalités et factions de l'univers du jeu comme l'Empereur ou Mikaboshi, mais aussi Les Fils de l'Étoile, adorateurs de Mikaboshi, ou encore Les Quatre Lames, groupe de tueurs à gage et truands, tombés sous la coupe de ninja renégats...

Enjeux (2 pages) détaille le type de missions pouvant être jouées et les actions à long terme possibles, liées cette fois aux particularité de l'univers du jeu.

Le système 2D+ (14 pages). Dans ce chapitre, les règles du jeu sont détaillées : règles de base, création de personnages, combat, dommages, soins, expérience, matériel... On y trouve ainsi les techniques ésotériques du ninjutsu accessibles aux personnages-joueurs et qui leur donnent leur spécificité de ninja (camouflage, combat aveugle, métamorphose...). Ce chapitre se conclue sur les adversaires et les êtres surnaturels.

L'ouvrage se termine sur la fiche de personnage (1 page). Le traducteur intervient pour les caractères japonais.

Cette fiche a été rédigée le 18 mars 2018.  Dernière mise à jour le 16 juin 2018.

Critiques

Solaris  

Pas facile de se mettre en lumière quand on est un ninja, surtout quand en face, il existe L5A ou enore Tenga... Et puis, format 44 pages pour un jeu de rôle professionel, c'est audacieux.

Le pari est risqué, et sa lecture est encore plus intrigante. Amaterasu est assassinée, le soleil rougeoie et le Japon sombre. Ambiance post-apo médiévale japonaise où les Dieux sont réels et influent vraiment sur certains aspects de l'univers. Et puis cet empire fragile, ce peuple martyr et ces héros désabusés ou désespérés donnent vraiment une touche particulière.

Avec des règles simples mais efficaces, ce jeu surprend aussi par sa force. Sans parler des idées qui fourmillent dans le livre et qui peuvent être exploitées pour une vraie grosse campagne. Les ninjas sont, au final, des gens ordinaires du peuple, mais héroïques par leur entraînement et leur "pouvoir" de ninja.

C'est bien écrit, inspirant, et vraiment c'est bluffant de voir que 44 pages peuvent avoir un potentiel aussi fort que L5A par exemple. Bien sûr, la gamme n'est pas la même, il faut tout faire et il n'y a pas de carte géographique ou de sourcebook efficaces. Mais 44 pages à 12 euros, ça mérite de s'y intéresser et de le posséder pour montrer que parfois, un jeu de cette enverure peut tout aussi se révéler riche en plaisir de jouer sans tomber dans la caricature du ninja assassin ; les factions et même les décors sont déjà bien en place !

Bref, il ne faut pas s'attendre à du prémâché et du dense, ça reste un jeu court. Mais si le MJ a de l'imagination et n' a pas besoin de tonnes de pages et suppléments pour créer, alors ce jeu est une très bonne base.

Et si les illustrations sont rares, le livre est agréable, bien écrit, et clair à la compréhension.

Pourquoi pas 5 alors ? Pour un détail, une simple carte même schématique, du Japon et de ses grandes villes et provinces de l'époque aurait été bienvenue. Peut-être que des aides de jeux existeront par la suite, mais pour moi, c'est le détail qui manque.

Critique écrite en avril 2018.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques