Contenu | Menu | Recherche

Only after disaster can we be resurrected. (Tyler Durden)

Balade d’un Troubadour Muet (La)

.

Références

  • Gamme : Ecryme
  • Sous-gamme : Ecryme - 2ème édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Editions du Matagot
  • Langue : français
  • Date de publication : novembre 2018
  • EAN/ISBN : 978-2-916323-36-7
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret de 96 pages à couverture souple en noir et blanc.

Description

La balade d’un troubadour muet est la suite de la geste (campagne) initiée dans Hodologie à rebours du livre de base et prendra fin dans Du Sang dans les Canaux de Venice. Cette seconde partie se décompose en 4 scénarios.

Après une page de garde et une page réunissant sommaire et crédit, l’introduction, rappels et conseils sont développés sur 5 pages.

L’intrigue reprend les protagonistes introduits dans Hodologie à rebours soit l’Enfant (une coquille possédée par l’écryme), les Effluences (Loge faisant des expériences sur les orphelins), le métropolite Anthelme (fameux troubadour) et Claire (fillette énigmatique).

Dans Escale à Sableryne (36 pages), l’action reprend là où l’avait laissée Hodologie à rebours. Les personnages joueurs sont à bord du Transécryme et doivent trouver un moyen de localiser Claire, kidnappée par le Lys Noir. Les terroristes, quant à eux, ont été trahis par le jeune prince de Sableryne qui compte opposer tour à tour les citadins du Transécryme, son père, le Lys Noir et l’Aragone. La fin permet d’introduire la fantastique dans la campagne.

Au-delà des rêves (20 pages) débute In Medias Res avec un réveil à côté d’un corps. Cet épisode est un voyage dans l’esprit de la jeune Claire, véritable monde onirique à part entière. Sa conscience s’y est fractionnée en plusieurs personnalités notables d’une cité fantasmagorique. Les personnages doivent les réunir pour sauver la Fillette avant qu’elle ne se fasse submerger par les germes de corruption laissés par l’Enfant.

Le Pas chaloupé du Métronome (21 pages) débute par l’arrivée du Transécryme en gare de Méandre. Dans ce bourg servant d’antichambre à Venice, les personnages découvrent un contact du métropolite Melchior pendu et éviscéré. Ce cadavre va les plonger dans une enquête fantastique où ils seront confrontés à une marionnette envahie par les émotions de son créateur. Version morbide du conte de Pinocchio, cette ballade peut être jouée simultanément avec la suivante.

Le Retour de l’Équarisseur (7 pages) fait intervenir la réaction de l’écryme à la peur provoquée par les meurtres du Métronome. En effet, la mer acide donne naissance à une créature copiant les meurtres de la marionnette… en tout cas, tels qu’ils sont perçus par les habitants de Méandre.

L’ouvrage de conclut par 4 pages d’aides de jeu sous forme de plaques pour Le Retour de l’Équarisseur. Une page vierge viens en fin d'ouvrage.

Cette fiche a été rédigée le 9 mai 2019.  Dernière mise à jour le 6 août 2019.

Critiques

Varek  

Alors oui, cette campagne propose une trame classique et une progression globale linéaire (ça se passe dans un train, difficile d'y échapper). Mais punaise que c'est bien écrit et, plus encore, que c'est bien construit pour découvrir le jeu EN DOUCEUR, progressivement. On passe d'un train à une seigneurie traversière, puis un bourg. On peut y jouer sans presque rien connaître d'Ecryme.

L'implication des personnages dans l'aventure est faite via des flashbacks. Contrairement à la campagne Dearg pour Esteren où ça ne marchait pas, ici pas d'esbrouffe. Tout a une importance et en plus cela apporte des indices sur la trame générale.

Les scénarios sont variés et permettent d'appréhender le potentiel narratif d'Ecryme. Il y a de tout (enquête, exploration, diplomatie, occulte, horreur), mais ça ne fait pas patchwork dégueulasse. Tout est légitime et lié par l'importance réelle et tangible de l'écryme qui instille de l'émotion dans toute cette histoire.

En plus du cadre, les PNJ sont à chaque fois très détaillés et travaillés. Ils ont des motivations légitimes qui complèteront ou entreront en conflit avec celles du groupe, promettant des moments mémorables. Entre bassesse politique et onirisme sombre, il y a de quoi faire pour les PJ. En prime, la manière dont les scénarios sont construits donne une vraie marge de libertés aux MJ. Un vrai plus !

Critique écrite en août 2019.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques