Contenu | Menu | Recherche

Dans le jdr, il y a plus d'égo que de talent

Eclipse Phase

.

Références

  • Gamme : Eclipse Phase
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Catalyst Game Labs
  • Langue : anglais
  • Date de publication : août 2009
  • EAN/ISBN : 978-1-934857-16-8
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre couleur à couverture rigide de 400 pages.

Description

Le livre de base d'Eclipse Phase s'ouvre, ainsi que chacun de ses chapitres, par une nouvelle d'ambiance située dans l'univers transhumaniste de ce jeu. Il se poursuit par un chapitre introductif (Entrez Dans la Singularité, 14 pages) qui présente le jeu de rôle, les thèmes principaux du jeu (transhumanisme et horreur) et le livre de base.

Le livre se poursuit par un long chapitre (Le Temps De l’Eclipse, 82 pages) présentant l'histoire et la société transhumaniste d'Eclipse Phase. Le chapitre est subdivisé en sous-chapitres abordant chacun un aspect particulier. Le début du chapitre est ainsi consacré à l'histoire de l'humanité, viennent le développement de la technologie, l'expansion dans le système solaire, la guerre contre des IA extrêmement puissantes qui a laissé la Terre en ruines et la transhumanité exsangue, la découverte des portes de Pandore qui permettent de voyager vers d'autres systèmes solaires, et les premiers contacts avec des extraterrestres.

Cette première partie se poursuit par la présentation, brève, des avancées technologiques majeures, tels que les IA personnelles, les portes de Pandore et la capacité de numériser la personnalité. La politique, les forces de l'ordre, l'évolution de l'économie, les habitats et les différentes factions ont ensuite chacun droit à un sous-chapitre. La description des différentes colonies humaines, du système solaire et d'ailleurs, occupe les trente dernières pages du chapitre.

Les chapitres suivants sont consacrés au système de jeu et ses différents éléments particuliers. Mécanique Du Jeu (16 pages) s'intéresse ainsi au cœur du système de jeu : lancer 1D100, ajouter des modificateurs et obtenir la valeur de la compétence utilisée afin de réussir l'action. Création Et Evolution Des Personnages (26 pages) contient les règles de création de personnage. Une répartition de points de création permet "d'acheter" les différentes options du personnage. Ce chapitre se termine par une liste de morphs (corps à occuper) et les règles d'expérience. Exemples de Personnages (16 pages) propose 16 personnages prétirés tous assez différents.  Compétences (16 pages) dresse la liste et détaille l'utilisation des compétences et des aptitudes.

Le combat est traité dans le chapitre suivant (Action et Combat, 30 pages). Après la présentation des différentes phases du combat (initiative, première phase d'action, déclaration et résolution), les différentes complications possibles sont détaillées, telles que l'asphyxie, la gravité, les grenades. Le chapitre se conclut par les règles de soins et de santé mentale. Les pouvoirs psychiques sont le sujet du chapitre suivant (Piratage Mental, 18 pages).

La Toile (32 pages) présente cet espace virtuel, accessible à quasiment l'intégralité de la population. Ce chapitre, après une description générale de la Toile, discute principalement de la manière de s'y connecter, des IA, des sécurités et des moyens de les contourner, de l'espace virtuel et du hacking de cerveau.

Futur Accéléré (28 pages) discute des différents changements sociaux induits par le passage à une société transhumaine. La possibilité d'effectuer des sauvegardes de sa psyché, de changer de corps, de créer des doubles de soi-même, de fabriquer n'importe quoi en utilisant des nanomachines ou de vivre dans l'espace ou dans d'autres environnements, a modifié profondément le rapport à la vie privée, à l'identité, à la sécurité, à la mort ou même à la sécurité. Tous ces éléments sont abordés ici.

L'avant-dernier chapitre du livre de base est consacré à l'équipement (Equipement, 56 pages). Après quelques règles, sont tour à tour présentés :

  • l'armement,
  • les véhicules et robots,
  • la nanotechnologie,
  • les drogues,
  • les équipements pour se connecter à la Toile ,
  • les moyens d'améliorer les corps.

Information de jeu (40 pages) est réservé au maître de jeu. Il présente à son intention les différents secrets du jeu, dont certains sont ouverts. La véritable origine des TITANs (les IA qui ont ravagé la terre), leur héritage et les portes de Pandore sont abordés. Les véritables intentions des extraterrestres qui ont pris contact avec l'humanité sont également discutés. D'autres secrets mineurs sont également abordés.

Le livre de base se conclut par des tables utiles à la maîtrise (4 pages), une liste d'œuvres de fictions ayant servi d'inspiration à Eclipse Phase (1 page), un index (4 pages) et une fiche de personnage (2 pages).

 

Cette fiche a été rédigée le 27 septembre 2009.  Dernière mise à jour le 24 janvier 2014.

Critiques

potife  

Tombé sur le pdf par hasard, et sans payer, je me suis pris une grosse grosse claque... A part quelques références, le domaine du jdr "hard science" est surtout occupé par des jeux qui pensent que l'intérêt du genre réside dans l'écriture de règles aussi lourdes et indigestes que le manuel d'entretien de la propulsion ionique d'un mange poussière.

Dans Eclipse Phase, j'ai tout de suite été séduit par la réelle personnalité de l'univers, même si le transhumanisme en jdr était déjà abordé. Et le choix des auteurs semble bel et bien d'avoir été de faire porter l'important sur la complexité de l'univers et des concepts qui le caractérisent, et non sur les règles elles-mêmes.

Pour être honnête, je dois reconnaître qu'elles ne sont pas spécialement légères, par rapport à certains systèmes alternatifs. Dans Eclipse Phase, il y a des régles, des dés, des caractéristiques, des chifffres, mais si c'est touffu, ce n'est pas le bazar, et je n'ai pas noté de complaisance dans la complexité. Là où il y a des règles, c'est qu'il y a un concept.

Sur les concepts, je me suis régalé : l'humanité, dans Eclipse Phase, s'est construit des tas de nouveaux modes de vie, par la force des choses, et le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est très très dépaysant. De ce point de vue, ce JDR fait réellement voyager MJ comme PJ : une technologie décrite avec précision mais à un niveau pertinent, des descriptions qui sont presque autant d'idées de scénarios (exemple : la technologie de l'upload de sa personnalité dans un corps à grande distance, pour éviter le voyage physique, etc.). De la même manière, le rapport entre les Intelligences Artificielles et les humains est très intelligemment abordé. Le traitement de ce thème emprunte à DUNE, à Blade Runner, mais pose aussi de nouveaux défis : quelle est réellement la différence entre un infomorph (intelligence humaine décorporalisée et survivant dans l'infosphère) et une IA ? Sommes-nous notre corps, ou est-il réellement un simple véhicule ? Les clones dont les corps et les consciences ont été élaborés à grande vitesse sont-ils des machines, des humains, ou autre chose ? Bref, le tout est profond, tout en étant le prétexte à du JEU DE ROLES. Au delà de l'argument philosophique, le jeu offre toutes les possibilités d'ambiances, mais ne néglige pas la bonne vieille castagne des familles à coups de laser et de mini-nuke...

Plus concrètement, le jeu regorge d'options, de matériel, mais ca n'est jamais étouffant. On se sent à l'aise dans ces multiples choix, et on arrive bien à construire l'aventure ou le personnage qu'on imagine.

Les illustrations nombreuses sont de qualité, elles sont aussi d'un niveau très constant, s'intègrent admirablement, tant dans le contexte que dans la mise en page. Sur ce dernier point, je ne suis pas un typographe ni un maquettiste, mais j'ai trouvé l'ensemble très lisible, et digeste, pour ne pas dire "BEAU". Vu la masse d'informations du bouquin, c'est un peu un tour de force.

Concernant le système de jeu, il n'est pas très poétique. Je veux dire par là que, hormis les profils de l'esprit du PJ, et le profil du "corps" qui s'additionnent, le fonctionnement et la conception du système de jeu ne font pas vraiment écho avec la structure du jeu. Il est relativement classique dans son fonctionnement, et ne fait pas appel à trop de concepts déroutants. Il permet raisonnablement de modéliser les interactions entre joueurs et le monde du jeu, et c'est tout. Il pourrait être remplacé par un système générique de votre convenance.

Le tout appelle des suppléments, mais est largement jouable avec le seul livre de base. Je suis clairement acheteur de toute la gamme, en VO ou en VF (pas les deux tout de même...).

Critique écrite en octobre 2009.

Cryoban  

Ayant toujours été un grand fan de SF tendance Hard (même si le doux vrombissement d'un sabre laser qui s'allume ne saurait laisser personne de marbre), j'ai suivi l'arrivée d'Eclipse Phase avec intérêt.

Premier point qui n'est pas des moindres, l'ensemble du jeu est publié sous une licence Creative Commons. Ce qui veut dire en gros qu'on peut librement utiliser tout ou partie du jeu et le mettre à disposition d'autres joueurs. Ceci à condition toutefois que cette nouvelle création soit aussi sous licence CC et qu'il n'en soit pas fait une utilisation commerciale. C'est donc une idée plutôt sympa.

Ensuite passons à ce qui fâche ou au moins laisse perplexe, je parle bien sûr des poulpes stellaires ! Et il ne s'agit absolument pas d'un être tentaculaire innommable vivant dans le vide entre les étoiles rêvant d'engloutir le cosmos. Non, il s'agit tout simplement de poulpes standards autrement dit de pieuvres à qui l'Homme a donné la conscience et qui à présent sont devenus de super techniciens/mécanos avec leurs 8 bras et qui rêvent (ça, ça à l'air d'être une constante chez cette espèce) d'aller nager dans l'océan de leurs ancêtres... hummm. Là, j'avoue, j'ai du mal à adhérer, même si l'explication fournie est subtile et presque crédible.

Il y a quelques autres petits trucs du même style qui parsèment le jeu et qui me font un peu tiquer.

Le second point qui m'a un peu déçu, est le système de jeu. Il est somme toute plutôt classique, mais pour un jeu actuel, je le trouve un peu lourd et l'équilibre de l'ensemble me semble très délicat à maintenir surtout au vu des possibilités absolument innombrables qu'offre cet univers. Mais là c'est une affaire de goût et le système parvient à retranscrire assez intelligemment la complexité technologique de la transhumanité.

Nous arrivons à présent au cœur de ce jeu, à savoir la notion de transhumanité. Il faudrait plusieurs pages pour décrire toutes les possibilités qui s'offrent aux joueurs (et aux PNJs) qui peuvent changer de corps plus ou moins à volonté (enfin s'ils en ont les moyens financiers). Ces corps peuvent être organiques ou artificiels et seront spécialisés en vue de certaines tâches qui vont du combat au labeur en faible gravité en passant par le sexe ou la communication. Si nécessaire, un être peut même ne plus avoir de corps et se télécharger dans un système pour voyager ou pour y séjourner en tant qu'entité virtuelle. Au final la notion d'humanité a été redéfinie et un MJ imaginatif devrait parvenir à faire vivre à ses joueurs des moments existentiels particulièrement jouissifs.

Bien sûr le jeu ne se limite pas à l'évolution de la transhumanité, il y a un univers autour. On y voit des factions politiques ou biologiques qui s'affrontent pour essayer d'imposer leurs visions ou juste pour leur simple droit d'exister. Tous craignent la menace des Intelligences Artificielles qui sont devenues dangereusement proches de l'humanité (à moins que ca ne soit l'inverse). Des portes de Pandore ont été découvertes menant ailleurs dans la galaxie et où déjà les premiers explorateurs ont mis à jour des traces d'autres civilisations éteintes pour des raisons inconnues.

Comme dans un rêve qui tourne lentement au cauchemar, l'humanité grisée par son évolution réalise peu à peu que l'univers est un endroit très sombre où les humains ne sont pas les bienvenus.

En conclusion, Eclipse Phase est un jeu de SF d'excellente facture et il renouvelle agréablement le genre. C'est aussi une fabuleuse boîte à idées. Je regrette par contre l'aspect assez mécanistiques des règles, bien qu'elles restent du domaine du raisonnable en terme de complexité et sont peut-être un mal nécessaire pour parvenir à donner toute sa saveur à un univers où la technologie est le pivot central.

Critique écrite en avril 2010.

MotokoSempaï  

Découverte par hasard sur le net de ce petit bijou au détour d’un forum. Comme le voulaient les auteurs, c’est par le système du P2P que j’ai récupéré mon exemplaire. En lisant la nouvelle d’introduction j’ai accroché de suite. La lecture de l’univers est à elle seule une découverte.

Pour l’ouvrage il est superbe visuellement.

Le thème post-apocalyptique du début est sombre et violent comme j’aime. Avec un zeste d’espoir dans ces humains ou plutôt transhumains exilés dans l’espace. Et là on tombe dans le cœur de l’univers : la transhumanité. Je connaissais ce concept mais pas sous ce terme exactement, avec Eclipse Phase ce dernier est disséqué sous tous ces aspects pour mieux nous imprégner. Des foules de questions se bousculent alors. Qui nous définit vraiment ? Notre égo, notre morph, l’ensemble des deux ? Et quand on n’en a pas ? Notre évolution nous sauvera-t-elle ou arriverons-nous encore à nous détruire ? etc.

L’humanité à quitté sa planète avec des pertes extrêmement lourdes et aucun espoir d’y revenir, ou alors il faudrait faire front commun mais dans l’espace la transhumanité a essaimé à travers l’univers et du coup s’est isolée, la manière de vivre, de penser n’a rien à voir entre un habitant de Mars, de Jupiter ou du milieu extérieur. On imagine sans peine les possibilités de scénarios à la lecture de chaque aspect de la société transhumaine décrite dans les moindres détails.

Et le côté conflits pour le pouvoir entre différentes factions est bien présent.

En tout cas je salue le lexique du début de l’ouvrage, sans lui on est vite perdu dans les différents termes utilisés.

Sinon j'ai relevé deux points de l'univers qui tombent comme des cheveux sur la soupe : les Portes de Pandore… Bon là je me suis cru dans Stargate, cela fait désordre !! Les TITANs pouvaient avoir fui par ailleurs. Encore mieux, certains transhumains partent en exploration à travers ces Portes, bons billets aller sans retour quasi, mais là c’est abuser.

Et ensuite il existe des espèces éveillées (animaux amenés au seuil de la conscience) bon encore là, je marche mais de là a avoir des octomorphes (comprenez des corps de céphalopodes à huit bras avec une conscience) qui évoluent avec la transhumanité… Des primates je conçois, et d’ailleurs il n’y en a pas (??) mais des pieuvres pas trop.

Enfin bref hormis c’est deux points le reste de l’univers est cohérent et bien pensé.

Pour le système de jeu… Je suis ultra nulle en technique alors pas la mieux placée pour en parler.

Pour finir ce jeu est excellent, j’attends la version française avec hâte car de un j’aime les livres papiers, de deux mon anglais scientifique ne m'a pas permis de saisir toutes les nuances.

Critique écrite en novembre 2010.

Thomas 'Rolapin' ZULIANI  

Eclipse Phase est vraiment un jeu de rôle fascinant et l'univers décrit est à la pointe des réflexions actuelles des auteurs de science fiction et de hard-science en particulier.

Sur le plan matériel, le livre est très beau, tout en couleurs avec des illustrations splendides et une mise en page très fouillée et moderne tout en restant lisible. Les encadrés sont nombreux, les illustrations régulières et il est difficile de ne pas être charmé par la couverture.

Sur le plan du contenu du background, c'est tout aussi bon. Le sujet principal est bien entendu toujours l'Homme, cette fois ci dans son évolution future et ce qui fait ou pas un être humain. Est-ce qu'une intelligence artificielle ou un animal évolué peut être considérée comme être pensant ? Quand est-ce que des modifications sur un être humain ne permettent plus de le considérer comme tel ? Et pour poser ces questions, c'est tout un bagage transhumaniste ou post-humaniste qui est ici évoqué. L'immortalité, le changement de corps, la copie de personnes, la peur des machines, les modifications de l'économie, la disparition de la pauvreté, etc... tout cela forme un tout cohérent et intéressant à jouer.

En plus de cela, c'est un monde développé mais encore largement inexploré qui nous est présenté. Développé dans le sens ou de nombreuses planètes sont décrites avec leurs factions et leurs intrigues politico-sociales. Inexploré parce qu'on en est encore finalement à un stade assez peu avancé dans la thématique de l'exploration spatiale et qu'il est facile de s'approprier l'univers pour y placer ses éléménts.

Sur le plan du système de jeu, je suis moins conquis. Le système est efficace et reconnu puisque c'est une variante du système de Shadowrun 4. Le problème c'est qu'il est un peu lourd et que des couches supplémentaires ont été ajoutées pour gérer la multitude d'aspects de l'univers. Pas toujours avec succès. Difficile de conjuguer les règles simples de hacking d'Ego avec leur absence pratique dans la description de l'univers : à quel point est-il réellement simple de se faire contrôler l'esprit ? De même, on nous dit que la gestion de la réputation est sûre et inviolable mais comment est-elle gérée ? Pourquoi n'est-elle pas piratable comme le reste ? Des éléments intéressants introduits (les mèmes, l'économie par la réputation par exemple) n'ont pas de système vraiment approprié à mettre en valeur ces idées. Au final, c'est du détail : le système fonctionne ainsi mais j'aurais aimé un système plus moderne pour un jeu qui est à la pointe des réflexions de la science-fiction.

Enfin, le jeu est sous license Creative Commons, ce qui est très bien puisque cela laisse la possibilité à tous de s'approprier le contenu et de produire du matériel à partir de cela, de manière à enrichir le jeu. Cela permet aussi facilement de produire un autre système de jeu pour Eclipse Phase si besoin.

Critique écrite en novembre 2010.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :