Contenu | Menu | Recherche

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort

Dogmes et Panthéons

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 224 pages, intérieur en quadrichromie.

Description

Ce supplément, comme son titre le laisse deviner, s'attaque au panthéon ô combien fourni de Faerûn et de Toril en général. Mais peut-on encore parler de panthéon au singulier quand on découvre 115 dieux ? Le titre de l'ouvrage le met au pluriel, et vous allez vite comprendre pourquoi.

Une introduction de huit pages pose les repères pour la lecture de l'ouvrage. On y distingue les divinités natives (apparues après la création du monde) des étrangères (provenant de plans ou de mondes extérieurs, vénérées avant la création de Toril). Les liens raciaux ou culturels derrière les panthéons sont ensuite discutés avant d'aborder des points tels que les divinités mortes. Mais la mort n'a parfois rien de définitif pour une divinité, prenez Baine par exemple : il vient tout juste de revenir, plus fort que jamais... Un autre point intéressant consiste en l'institutionnalisation de la foi, et la nuance entre les commandements d'une divinité et l'interprétation faite par les sectes concernées. Le reste de l'introduction explicite les notations telles que le rang de la divinité (sorte de niveau reflétant sa puissance, allant de 1 à 20 et plus), ses caractéristiques (points de vie, classe d'armure, etc.), ses domaines, la faculté d'accorder des sorts, ses capacités spéciales, etc. Plusieurs encarts traitent de points particuliers : attribution de points d'expérience suite à une rencontre avec une divinité, adoration de démons, etc.

Toutes les divinités de l'ouvrage comprennent
- nom
- symbole, décrit et dessiné
- plan d'origine
- alignement
- éléments de la vie courante associés (ex : haine, tyrannie, révolte, douleur)
- type d'adorateurs
- alignements des prêtres
- domaines de sortilèges
- arme de prédilection
- illustration de la divinité
- histoire et relations avec les autres cultes
- description du dogme
- clergé et temples
- caractéristiques en jeu (niveaux, immunités, sorts, capacités, possessions, etc.)

Certains textes descriptifs sont repris du livre Les Royaumes Oubliés, mais d'autres ont été modifiés ou remplacés, et plus de précisions sont fournies sur chaque divinité. Là où une divinité était décrite en une demi-page, elle l'est maintenant en trois pages. Le premier chapitre décrit les divinités "majeures" de Faerûn, pas les plus puissantes mais les plus courantes : celles déjà présentées dans Les Royaumes Oubliés. Elles sont 31 au total : Azouth, Baine, Chauntéa, Cyric, Eilistraée, Gond, Heaum, Ilmater, Kelemvor, Kossuth, Lathandre, Lolth, Malar, Mask, Mailikki, Mystra, Oghma, Séluné, Shar, Shaundakul, Sylvanus, Sunie, Talos, Tempus, Torm, Tymora, Tyr, Umberlie, Uthgar, et Waukyne.

Le second chapitre décrit les "autres" divinités de Faerûn, celles qui étaient listées dans Les Royaumes Oubliés mais pas décrites. Cette fois-ci la description est plus courte et correspond aux descriptions faites dans Les Royaumes Oubliés pour les divinités "majeures". On trouvera le reste du panthéon de Faerûn : Akadi (déesse de l'air), Aurile (déesse du froid), Beshaba (déesse de la malchance), Déneir (dieu des glyphes), Eldath (déesse de l'eau qui chante), Trouveur Grifwiverne (le barde sans nom), Garagos (dieu de la guerre), Gargauth (le dieu perdu), Grumbar (dieu de la terre), Gwaeron Bourrasque (dieu des pisteurs), Hoar (le seigneur des trois éclairs), Istishia (roi des élémentaires d'eau), Jergal (dieu de la fin de toute chose), Lliira (déesse de la joie), Loviatar (déesse de la douleur), Lurue (dame des licornes), Milil (dieu du chant), Nobanion (dieu des bêtes), Cavalière Rouge (déesse de la stratégie), Savras (déesse de la divination), Sharess (déesse des chats), Shiallia (danseuse des bois), Siamorphe (déesse du droit divin), Talona (déesse du poison), Tiamat (déesse des dragons), Ubtao (dieu des dinosaures), Ulutiu (dieu de la glace), Valkur (dieu navigateur) et Velsharoon (dieu nécromancien).

Le panthéon des elfes noirs s'ensuit : Ghaunadaur (l'observateur), Kiaransalee (déesse des revenants), Selvetarm (champion de Lolth) et Vhaeraum (dieu masqué).

Le panthéon nain lui succède : Abbathor (dieu de l'avarice), Berronar Purargent (mère de sureté), Clangeddin Barbedargent (dieu de la bataille), Duerra des Abîmes (déesse des arts invisibles), Dugmaren Brilletoge (l'explorateur errant), Dumathoïn (dieu gardien des secrets), Gorm Gulthyn (dieu au masque de bronze), Haela Brillehache (déesse de la chance), Laduger (dieu de l'artisanat), Marthammor Duin (dieu gardien des voyageurs), Moradin (dieu forgeron), Sharindlar (déesse de la vie), Thard Harr (dieu de la jungle) et Vergadain (dieu des marchands).

Le panthéon elfe comprend : Aerdrië Faenya (déesse ailée), Angharradh (la déesse triple), Corellon Larethian (dieu créateur des elfes), Sashelas des Abîmes (dieu des fonds marins), Erevan Ileserë (dieu caméléon), Fenmarel Mestarine (le loup solitaire), Halani Celanil (déesse au coeur d'or), Labelas Enoreth (dieu philosophe), Rillifane Rallathil (dieu des feuilles), Sehanine Lunarc (déesse des rêves), Shevarash (le chasseur nocturne), Solonor Thelandira (dieu archer).

Le panthéon gnome quant à lui inclut Baervan Ermiterrant (la feuille masquée), Baravar Sombretoge (dieu de l'illusion), Callarduran Doucemains (dieu de la pierre), Flandal Peaudacier (dieu du métal), Gaerdal Maindefer (dieu protecteur des collines), Garl Brilledor (dieu protecteur), Segojan Hanteterre (dieu enseveli), et Urdlen (la taupe).

Du côté des halfelings, on trouve : Arvoreen (dieu défenseur), Brandobaris (dieu de la furtivité), Cyrrollalie (déesse de l'amitié), Sheela Peryroyl (déesse des champs), Urogalan (dieu de la terre), Yondalla (déesse protectrice).

Le panthéon de Mulorand comprend Anhur (dieu de la prouesse physique), Geb (dieu des mineurs), Hathor (déesse nourricière), Horus-Rê (dieu du soleil), Isis (déesse des rivières), Nephthys (déesse du commerce), Osiris (dieu de la nature), Sebek (dieu des crocodiles), Seth (dieu des morts), Thot (dieu de la magie).

Chez les orques on vénère Bahgtru (dieu de la force), Gruumsh (dieu sans sommeil), Ilneval (dieu guerrier), Luthic (déesse sorcière), Shargaas (dieu de la nuit), Yurtrus (dieu de la pourriture).

Le chapitre "Lieux de culte" présente sur trente pages, trois temples prêts à inclure avec plans et description des lieux, mais aussi des PNJ et des intrigues. L'abbaye de l'épée est située en Cormanthor, on y vénère Tempus. Hullack appartenait autrefois aux fidèles d'Eldath mais a été corrompu par les adorateurs de Malar. Enfin, le troisième temple est situé dans un phare : il s'agit d'un temple à Saerloune.

Le chapitre "Champions de la foi" fournit une liste de classes de prestige dédiées à certaines divinités : Arachnée (Lolth), Auspicien (Tymora, Beshaba), Garde Mortuaire (Kelemvor), Maître Tyran (Baine), Gardien des Mystères (Mystra), Archonte Elémentaire (Akadi, Grumbar, Istishi, Kossuth), Maître Sylvain (Sylvanus), Oeil Doré (Waukyne), Garde du Coeur (Sunie), Emissaire de Myrkul (Myrkul), Nightcloak (Shar), Adepte Oculaire, Etoile d'Argent (Séluné), Seigneur des Tempêtes (Talos), Strifeleader (Cyric), Lame Dansante (Eilistraée), Techno-Forgeron (Gond), Serviteur de l'Onde (Umberlie), Porteur de Pourpre, Marcheur du Vent (Shaundakul). Le chapitre se termine sur un modèle pour créer un mortel élu par Bane.

Les appendices contiennent onze nouveaux dons, des capacités divines en quantité, un nouveau domaine de sort (repose) et deux nouveaux sorts lui appartenant ainsi qu'une table des divinités "monstrueuses" avec leur alignement, leurs domaines, symboles, etc. Enfin, le panthéon faerûnien complet est résumé sur une table de deux pages.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

mickey  

Faërun est un monde vaste et très divers. Cette diversité s'exprime même pour les Dieux. La couverture s'enorgueillit d'en présenter plus de 115 dans ce supplément. Certes, les Dieux sont un élément indispensable des Royaumes, certes il leur fallait un supplément rien qu'à eux... mais peut être pas celui là.

Je m'explique. Ce supplément est (presque) un catalogue de Dieux. Chose inutile. On a une description partielle du culte, les dogmes, une vingtaine de caractéristiques de Dieux, trois endroits utilisables tel quel et une vingtaine de classes de prestige qui vont du débile (l'adepte occulaire... ridicule) à l'intéressant en passant par tout un lot d'indifférents.

Au lieu de faire ainsi, de proposer 2 pages de caractéristiques de Dieux, une dizaine de classe de prestiges ridicules, et de détailler TOUS les Dieux existant (de toutes les races, sauf les monstres) ils auraient mieux fait d'étoffer plus les Dieux existants et importants quitte à en mettre moins. La qualité au détriment de la quantité. Car les idées sont bonnes, les cultes méritent à être développé. Savoir s'il existe un "pouvoir central" ou si toutes les chapelles sont indépendantes, s'il y a des clivages de pouvoir au sein du clergé. Le principe des indices des Dieux est très intéressants aussi, car ainsi même un dieu majeur peut être inquiété par un autre majeur et ça introduit une hiérarchie ¿ et donc des trames de magouille ¿ qui peuvent être autant de pistes de campagne pour le MJ.

Au final, ce supplément est intéressant alors qu'il aurait pu être indispensable, dommage.

fairbansky  

Dogmes et Panthéons est un bon supplément. Effectivement, il a peut être le tort de se presenter un peu comme un manuel des monstres, c'est à dire un gros catalogue. Heureusement, les différents panthéons sont tout de même assez développés. Les joueurs qui créent leur personnage pourront y trouver leur divinité et y noter ses traits principaux.

Il est à noter que les auteurs ont eu le bon goût de développer un peu plus les dieux les plus importants tout en laissant tout de même les informations les plus importantes sur les dieux mineurs, qui sont d'ailleurs classés à part.

Au niveau de la forme, c'est toujours d'une très grande qualité avec de beaux dessins et de la quadrichromie partout. Un petit effort de background et c'était un 5/5.

Le roi kobold  

Il y a quelques mois, j'aurais sûrement mis un 4 voire un 5. Seulement entretemps je me suis mis à Lancedragon et j'ai commencé à faire une allergie à tout ce qui est remplissage par insertion de blocs de carrac. Or ce livre compte bien un tiers de sa surface en caractéristiques des dieux et de leurs avatars...

Personnellement je ne joue à DD que dans les faibles niveaux, et je fais évoluer les joueurs très très lentement, les campagnes grosbill ou épiques c'est pas vraiment mon truc, et ce côté "catalogue des dieux de Faerûn" m'énerve assez, d'autant plus qu'il aurait suffi des carracs de quelques dieux servant d'exemples, vu que les règles sur les dieux sont déjà données...

Cela est d'autant plus regrettable que le reste du supplément est très bien fait, décrivant intelligemment les dieux et leur clergé, avec des illustrations de qualité pour chacun d'entre eux et pour leurs symboles, et une présentation toujours impeccable, comme c'est toujours le cas avec les RO.

Mais il reste que la place perdue avec les stats des dieux aurait bien mieux servi pour compléter la description de certains dieux mineurs. Je reste donc sur mon 3 en regrettant une fois encore cette politique du remplissage qui énerve toujours autant ceux qui cherchent avant tout du background.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :