Contenu | Menu | Recherche

Ramer dans la même direction

Draconomicon

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 288 pages couleur.

Description

Ce supplément présente en détails l'une des créatures les plus emblématiques de D&D : le dragon. Une introduction d'une page souligne d'ailleurs ce caractère emblématique des dragons et présente l'un des objectifs de l'ouvrage : contribuer à inspirer respect et crainte à l'égard des grands ailés. Le supplément se base notamment sur des ouvrages comme le Draconomicon et Council of Wyrms, déjà parus pour AD&D, ou sur des informations présentées dans d'autres contextes comme Dragonlance ou les Royaumes Oubliés. Ce Draconomicon est compatible avec l'édition 3.5 des règles.

Le premier chapitre est une étude approfondie des dragons. Anatomie interne et externe, physiologie, cycle de vie, modes de déplacement, capacités martiales spécifiques ou psychologie sont autant de points abordés tout au long de ce chapitre. Des points de règles émaillent la présentation, comme la possibilité d'élever un dragon, des précisions sur le souffle ou d'autres pouvoirs draconiques. Viennent ensuite quelques généralités sur la société draconique, une présentation du langage des dragons (le draconien) et un exposé de leur vision de la religion et la présentation de leurs divinités. Les spécificités des cinq espèces chromatiques et des cinq espèces métalliques sont ensuite détaillées, ce qui clôt ce premier chapitre de cinquante-deux pages. Pour chaque espèce, on trouve ses signes distinctifs, son mode de vie privilégié, un tableau présentant la taille effective, l'envergure et le poids du dragon pour chaque catégorie de taille, et des dessins présentant son anatomie extérieure et ses caractéristiques faciales.

Les quarante-quatre pages du deuxième chapitre sont destinées au meneur de jeu. Il y trouvera notamment des conseils pour inclure des dragons dans une campagne, des précisions sur leurs pouvoirs, leurs tactiques ou la manière de les utiliser au cours d'une rencontre, de nouveaux dons - dont un certain nombre de dons épiques - réservés aux dragons, de nouveaux sorts conçus ou utilisés par les grands ailés, des objets magiques conçus à leur attention et même quelques classes de prestige auxquelles les rares dragons à opter pour une classe de personnage peuvent avoir accès.

Le troisième chapitre, toujours en quarante-quatre pages, est quant à lui destiné aux joueurs. De la meilleure manière de les combattre, jusqu'à la possibilité d'interpréter des personnages draconiques, tout est ici destiné aux PJ. Là encore de nouveaux dons, sortilèges et classes de prestige ont la part belle. Sans oublier les objets créés à partir de restes de dragons ou les objets magiques spécifiquement conçus pour lutter contre ces créatures. Les possibilités d'inclure un dragon dans le groupe, comme familier, monture ou même comme PJ, concluent ce chapitre.

Les cinquante-quatre pages du quatrième chapitre présentent une cinquantaine de nouvelles créatures, dans le même format que le Manuel des Monstres. Toutes les créatures présentées sont liées aux dragons, mais on ne trouve pas seulement des dragons majeurs (c'est à dire les dragons qui évoluent naturellement avec l'âge). A côté des redoutables Dracoliches, Dragons d'Ombre ou Dragons Ethérés, on trouve donc aussi des Drakes, des dragons mineurs ou même des golems draconiques.

Le dernier chapitre, le plus imposant avec ses soixante-dix-huit pages, réunit les caractéristiques types et la présentation d'un dragon de chaque classe d'âge et de chaque type majeur, les cinq chromatiques et les cinq métalliques. A raison de douze classes d'âge, on a donc cent-vingt dragons présentés avec pour chacun un nom, ses caractéristiques et une rapide présentation de son caractère. Les caractéristiques sont extrêmement détaillées et vont par exemple jusqu'à la liste des sorts connus. Pour chaque couleur ou métal, on trouve aussi les plans d'un antre typique de la créature et une planche soulignant les changements de faciès au cours du temps et l'échelle de taille par rapport à un humanoïde.

Deux appendices concluent l'ouvrage : la première présente plus en détails les trésors des dragons et la manière de les gérer en tant que MD, la deuxième liste tous les types de dragons présentés dans le supplément, ainsi que dans le Manuel des Monstres, le Manuel des Monstres II, le Fiend Folio, Monstres de Faerûn, Magie de Faerûn, le Guide de l'Orient, Campagnes Légendaires ou Dragon Magazine.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 23 août 2015.

Critiques

Atatlab DeathArrow  

En voyant ce suplément, certains se diront, surtout ceux qui connaissent la version de ADD, "Enfin!!!!". La nouvelle version de D&D mérite sa version du recueil ultime sur les Dragons dongeonnesques.

Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de revenir sur le côté esthétique de ce volume car il est somptueux. En ce qui concerne le contenu, et là je parle pour ceux comme moi qui ont ou ont lu l'ancienne version, il est dommage qu'il n'y aie plus ce qui était le 1er chapitre sur l'histoire et les origines des dragons. C'était un petit plus, notamment la généalogie.

Mais ce que le nouveau "perd" en narration il le gagne en aspect technique. On y apprends tout sur la composition d'un dragon, leur psychologie... Disons que chaque aspect de chaque race de dragon est décrit avec moults détails, accompagné d'illustrations qui permettent de mieux apréhender ces explications.

Ce qui suis c'est une affaire de goût, les classes de prestiges spécifiques aux dragons sont plus ou moins intéressantes. De même que les classes de prestige pour les alliés ou ennemis des dragons, certaines sont somme toute classiques sauf peut être 2 d'entre elles qui paraissent plus intéressantes à pratiquer, initié des mystères draconiques et le poète draconique.

Bien sûr il est décrit tout ce qu'il faut pour jouer un dragon, ou en avoir un comme familier ou suivant. LE petit plus, surtout pour les MJ débutants ou pas trop à l'aise avec les persos un peu trop "bills" : les règles pour arriver à gérer un PJ dragon.

Le bestiaire est intéressant mais sans plus, il est surtout utile si un de vos PJ est un dragon, voire le groupe, après tout chacun fait ce qu'il veut, mais il n'est vraiment pas indispensable.

Le livre à deux plus indéniables. Tout d'abord le gros gros plus c'est le dernier chapitre, il présente des exemples exploitables de suite, donc c'est plutôt utile quand on ne veut pas prendre la peine de créer un dragon du début à la fin, surtout si les joueurs sont plutôt du genre à vouloir le tuer alors qu'on a passé 10 jours pour faire son background et le peaufiner.

Le 2ème plus, il est tout petit mais c'est un détail qui m'a beaucoup plu, c'est le petit lexique draconique au début avec quelques mots utiles!!! Pour le reste, les dons et les objets magiques, rien que du très classique.

Je finirai par un petit commentaire qui fait que je n'ai mis "que" 4. C'est que malgré ce qui est dit au début de l'ouvrage les dragons sont quand même considérés comme des grosses bébêtes sans réelle consistance. Je dirais qu'il manque encore à D&D ce qu'avait Earthdawn à son époque, et qui l'a encore puisque il existe encore. C'est le côté érudit et la capacité des dragons de fasciner par la peur c'est sûr, mais surtout par leurs connaissances des mystères et des intrigues du monde où ils évoluent, ce manque de profondeur est un peu dommage.

Mais tout cela n'enlève rien au fait que c'est un ouvrage de référence que tout bon maître de jeu de D&D se doit de posséder.

Grundahr  

S'il est intéressant par les détails qu'il renferme, ce supplément comporte quand même quelques bémols. Tout d'abord, les points positifs : il est simplement magnifique, les illustrations sont de bonne qualité, et la présentation du livre est excellente, quoique certains débuts de chapitre sont difficiles à lire en raison de l'impression du texte sur des pages de dessin, mais c'est un défaut mineur. On trouve une foultitude de détails sur les dragons, tant au niveau de leur anatomie, de leur reproduction...

Mais cet amas de détails devient justement le problème lorsqu'on passe aux classes de prestige draconiques, aux dons... Il semblerait que, comme dans la plupart des suppléments D&D 3, on soit en face d'un livre qui est partagé entre 1/3 de background, et 2/3 de détails techniques de jeu. Bizarrement, les dons servent à faire des dragons, déjà surpuissants "au naturel", des créatures encore plus puissantes (plus t'es grosbill, plus t'es uber grosbill pourrait-on dire). On aurait aimé plus d'idées concernant les machinations dont les dragons peuvent être les auteurs, leurs buts (autre qu'amasser le plus gros trésors, tuer tout ce qui passe ou être encore plus puissant), leurs ambitions... Les dragons sont des personnages pensants, et on a l'impression que c'est parfois oublié dans ce supplément. Mais il reste tout de même bon dans l'ensemble.

 

Les dragons, dans un jeu qui se nomme Donjons & Dragons, ça a forcément de l'importance. Et quand en plus on est amateur de ces petites bêtes, comme moi, on reste sur sa faim à la seule description du Manuel des Monstres. Ce Draconomicon nouvelle mouture prétend donc fournir tout ce qu'il faut pour faire des lézards volants autre chose que de simples coffres à trésors mobiles.

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que plumage comme ramage ont de la gueule ! Anatomie, physiologie, mode de vie, société, pouvoirs, tactiques de combat, forces et faiblesses des dragons sont donc passés au crible, détaillés, analysés. Les meneurs y trouveront une foule de conseils pour rendre leurs dragons aussi réalistes que dangereux, aussi intéressants que surprenants. Et si ça ne leur suffit pas, ils pourront utiliser à loisir les moult classes de prestige, dons, objets et nouvelles créatures fournis à leur intention ou à celle des PJ.

Un regret cependant : le côté catalogue de l'ouvrage. Sur presque 300 pages, on trouve quand même une très large majorité de données purement techniques, la palme allant au cinquième chapitre, qui présente les caractéristiques d'un dragon de chaque type et de chaque classe d'âge en détail (ça en fait 120, mine de rien), mais avec seulement un petit paragraphe pour présenter leurs caractères et motivations. Un scénario mettant en scène la société draconique, ou des PNJ dragons plus fouillés, aurait été bienvenu.

Thom' ¿ Casus Belli n°28

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :
  • Traductions :