Contenu | Menu | Recherche

"I have an army !" "We have a GRoG..."

From the Vault

.

Références

  • Gamme : Cthulhu Hack / Cthulhu Hack (The)
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Ecran
  • Editeur : 12 Singes (Les)
  • Langue : français
  • Date de publication : novembre 2018
  • EAN/ISBN : 978-2-37441-048-7
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Ecran à trois volets au format paysage et livre de 80 pages à couverture souple.

Description

L'écran de Cthulhu Hack comporte, de gauche à droite :


    • les rappels de règles sur les Ressources
    • la table d'oppositions puissantes
    • les résultats de se retrouver "hors-jeu"

    • les tables de gestion des Sauvegardes
    • la table des armes
    • la table des adversaires moyens

    • la table des folies
    • la table des réactions
    • les tables des armures et protections

 

Le livre From the Vault propose plusieurs scénarios pour Cthulhu Hack. Ces scénarios sont précédemment parus dans la première série du magazine Casus Belli (1980-1999) et réécrits ici pour harmoniser le format de présentation. Il s'ouvre sur deux pages contenant les crédits, une présentation du contenu et le sommaire.

Nocturne Pour Violon (11 pages, originellement paru dans Casus Belli n°17, automne 1983, pour le jeu l'Appel de Cthulhu) voit des investigateurs en vacances à Arkham attirés dans un vieux quartier par un air de violon, pour y rencontrer un enfant qui s’avérera plus mystérieux qu'il n'y paraît à première vue.

La Malédiction de la Famille Ashdale (15 pages, originellement paru dans Casus Belli n°28, octobre 1985, pour le jeu Chill) va voir un groupe d'investigateurs amené à enquêter sur une maison prétendument hantée. Les événements auxquels ils pourront assister pourraient cependant laisser croire qu'il ne s'agit pas simplement d'une prétention.

L'Homme Invisible (12 pages, originellement paru dans Casus Belli n°16, été 1983, pour le jeu Daredevils) commence lors d’une réception mondaine où les investigateurs rencontrent une jeune femme qui a reçu une lettre de menace de mort. Lorsqu'une tentative de meurtre à son encontre se produit, commise par ce qui semble un homme invisible, ils vont devoir tenter de trouver qui est derrière ce mystère.

La Disparition (20 pages, originellement paru dans Casus Belli n°20, printemps 1984, pour l'Appel de Cthulhu ou Daredevils) amène, à la suite d'un problème de voiture, les investigateurs dans une étrange maison vide. Le retour des domestiques le lendemain matin, ainsi que l'arrivée d'invités du maître de maison conviés par télégramme, ne lèvera pas le mystère qui entoure cette demeure.

Peur Sur Providence (18 pages, originellement paru dans Casus Belli n°19, hiver 1984, pour le jeu l'Appel de Cthulhu) commence alors que la ville subit depuis plusieurs jours une pluie continue et déprimante. Lorsqu'un ami des investigateurs affirme que cette pluie n'est pas naturelle, et les invite chez lui pour le leur prouver, avant de reporter la visite, plusieurs événements pourront venir semer le doute chez les investigateurs.

L'ouvrage se termine sur un plan de Providence et une page de publicité pour l'Affaire Jonathan Deluze.

Cette fiche a été rédigée le 27 décembre 2018.  Dernière mise à jour le 7 mars 2021.

Critiques

Guillaume hatt  

La même qualité de livre que pour le Livre de Base, plutôt bonne donc. Dans ce PDF même en version 2, il y a beaucoup d'erreurs typographiques et de fautes de frappes. C'est franchement dommage car cela se ressent à la lecture.

Très chouette de ressortir et rééditer des scénarios anciens, remis en forme pour Cthulhu Hack !

Nocturne pour un violon 4/5

Un scénario d'introduction qui va plonger nos personnages au cœur de l'horreur. La structure en est assez simple et le MJ doit préparer son sujet pour la mise en ambiance et pour les description et dialogues car le scénario est assez pauvre en cela, de même pour les plans et mise en situation. MAIS, il va permettre de confronter les personnages (et joueurs) à l'un des ... principaux instigateurs des malheurs de l'Humanité, le pourvoyeur de leurs cauchemars peut-être ?

La malédiction de la Maison Ashdale 4/5

Une histoire de famille hantée, bizarre, auxquels les personnages sont rattachés et dont ils doivent démêler les écheveaux et essayer de faire disparaître la malédiction. Au fur et à mesure qu'ils s'approchent de ce manoir anglais, les cauchemars s'amplifient. Pius, alors qu'ils découvrent (sans doute) les différentes marques du passé et les éventuelles horreurs, ils risquent leur vie et leurs esprit dans une confrontation terrible. MAIS, peut-être arriveront-ils à nettoyer cet endroit ?

L'homme invisible. 4/5

Une enquête qui va surprendre et sans doute décevoir les personnages par sa simplicité.. Au début. J'ai beaucoup aimé le contre-pied qui est mis en œuvre dans ce scénario. En effet, il y a de fortes chances que les personnages partent sur l'hypothèse ésotérique immédiatement et soient bien surpris par la suite. De bonnes idées et de bonnes surprises.

La disparition. 5/5

Ce scénario nous fait une revisite des "10 petits nègres", d'une bien belle façon. En effet, les personnages se retrouvent dans une situation bien compliquée, dans une maison isolée, après s'être perdus en Nouvelle Angleterre. Ils arrivent dans une maison, vide. Ils seront rejoint par les domestiques, qui ne comprennent pas où a bien pu passer leur patron. Puis arrivent de multiples invités, convoqués par des télégrammes. Les uns après les autres, ils vont mourir. Aux personnages d'essayer de débrouiller tout cela afin d'éviter des morts supplémentaires.

Peur sur Providence. 3/5

Un des scénarios qui m'a le moins convaincu à la lecture. Il est bien possible qu’ à jouer il soit très bon, mais ceci dit, j'ai trouvé ça un peu abrupt et ça tombe comme un cheveu sur la soupe pour certains enchaînements. Le fond est plutôt bon, mais j'ai trouvé que les personnages vont devoir faire des suppositions et des conclusions, qui, lors de la lecture, ne me sont pas parues simples. Le sujet global est bon, il y a de la matière à se faire peur et à mettre les personnages (et les joueurs) sous pression en effet, mais j'ai l'impression qu'il va falloir que je le mature pas mal avant d'en faire quelque chose.

 

 

Critique écrite en novembre 2019.

matreve  

Entendons-nous bien ! Ma note vient d’une très grosse déception sur cette parution, mais pas parce que celle-ci est bâclée. Vous trouverez en effet avec cet écran et son livret la qualité des produits auxquels les XII Singes nous habituent régulièrement : l’écran est de bonne qualité, le livret est certes sobre, mais aussi de qualité et bien fini.

Qu’est-ce que je n’ai pas aimé alors ? D’abord l’écran, ou plutôt son illustration. Je fais partie de cette école – mais je pense que nous sommes majoritaires – qui préfère distiller le Mythe de façon angoissante, plutôt que de le faire éclater à la face des joueurs. Bref, mes écrans de prédilection sont ceux des 6ème et 7ème éditions de l’Appel de Cthulhu de Sans Détour ou celui de Gumshoe par le 7ème Cercle, plutôt que celui du 30ème anniversaire, ou celui réalisé pour le 5ème édition par Caza, ou encore celui de Chroniques Oubliées Cthulhu. L’écran des XII Singes appartient manifestement à cette deuxième catégorie sur laquelle je ne suis pas acheteur. Mais bon, les goûts et les couleurs, hein !

Sur le livret, très bonne idée par les XII Singes de reprendre les écrits de Marcin Latallo qui a précédé Tristan chez Casus sur la gamme Appel de Chtulhu. Seulement voilà, les scénarios de Marcin auront moins fait date. Surtout, cette nouvelle édition reprend les textes de façon identique – seule l’adaptation au système Hack et la maquette changent, contrairement à un certain Musée de Lhomme qui avait repris et ré-écrit toute une production parue initialement chez Casus.

Pour les veinards comme moi qui possèdent les Casus d’origine, le livret From the Vault n’aura donc aucune utilité à part de protéger des affres de la manipulation des Casus très anciens et très vénérables. Comme la critique le détaille ci-dessus, il y aura certainement matière à les exploiter mais je tiens à avertir pour ma part le lecteur, et potentiel acheteur, que ces scénarios des premiers temps ont été écrits quand tout le Mythe Petersenien était encore peu développé. Ces scénarios sont donc assez simplistes et n’exploitent pas de facto plein de joyeusetés parues ultérieurement et qui encombrent désormais nos étagères.

Le MJ courageux y verra de formidables opportunités de développement, le MJ paresseux restera sur sa faim.

Critique écrite en octobre 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques