Contenu | Menu | Recherche

Recommandé par les éleveurs de rôlistes

Chosen Ones

.

Références

  • Gamme : Chosen Ones
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Posidonia Editions
  • Langue : français
  • Date de publication : février 2020
  • EAN/ISBN : 978-2-490807-01-7
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 512 pages en quadrichromie.

Description

Chosen Ones, les Protecteurs du Rêve est un épais ouvrage à la mise en page dense dont l’ambition est de décrire un vaste univers où tous les types de pouvoirs cohabitent, qu’ils soient de nature magique, technologique ou autre.

L’ouvrage commence par les introductions habituelles (une page chaque) : page de titre, remerciements, liste de contributeurs de la souscription, crédits, table des matières (5 pages) dont un index des planètes, introduction du concept de jeu de rôle, mot de l’auteur sur la genèse du jeu. (11 pages au total).

La nouvelle d’introduction (6 pages) raconte le recrutement de Sesskil, un guerrier martien qui va se trouver confronté à un adversaire du Néant, lors d’une soirée dans un club, et être recruté parmi les Chosen Ones.

Enfin, 2 pages de conseils de jeux, accompagnés d’un lexique, éclairent le lecteur sur la difficulté à créer d’emblée un personnage de Chosen One pour des débutants, et à les amener progressivement à cette révélation au cours de plusieurs aventures.

Le premier chapitre présente la Toile de Fond (13 pages) et décrit la genèse de l’univers, de la première frustration du Néant jusqu’à l’an 3025 du calendrier terrien, avec la création du Consortium et de l’Empire, qui se partagent l’univers, et elle donne une idée de la vie quotidienne dans un monde à la technologie si avancée.

Les Chosen Ones (4 pages)  sont des individus qui découvrent brutalement la réalité du monde, grâce à l’ouverture d’un seuil qui les mène vers un monde de science, de magie ou de pensée pure. Chaque choisi acquiert son Onirateria, une arme légendaire qui peut prendre n’importe quelle forme et lui permet d’affronter les agents du Néant.

Les chapitres suivants détaillent alors les différents aspects qui permettent de les définir.

  • Les 22 Races (47 pages)  sont en réalité des espèces différentes originaires de nombreux recoins de l’univers. On y trouve aussi bien les avaloniens originaires d’une dimension magique, le Diamonde, aussi appelé Avalon, que les Cadmusiens qui sont des métamorphes, les Centauriens qui peuvent modifier leur densité, les Cybermancers, des programmes conscients et autonomes qui viennent d’une autre dimension parallèle qu’est le cyberespace, les Darkasiennes qui présentent une morphologie féminine exagérée, les Insectians qui parcourent l’univers dans leur Sanctiruche, les Jupitériens qui sont de grands cristaux immobiles (sauf les personnages qui peuvent adopter une forme humanoïde), les reptilians, allant jusqu’à 3m50 de hauteur, etc. Les espèces sont accompagnées d’une description de leurs planète natale.
  • Les Personnages (108 pages)  sont façonnés en 19 étapes allant du choix de la race et de la profession, jusqu’aux traits de caractères, en passant par des calculs de caractéristiques, d’avantages et d’inconvénients, d’historiques, de compétences, de Ki, de pouvoirs, d’équipement, de sorts, de destin.
    Les 17 professions possibles allant du diplomate au voleur en passant par le technicien, le pilote ou le scientomancien qui manipule la magie comme une science, sont présentée chacune sur deux pages dont un exemple de personnage (il est cependant aussi possible de choisir touche à tout pour piocher librement ses compétences).
    On y trouve aussi des tables avec les avantages raciaux, les avantages et inconvénients, très nombreux, permettant de davantage personnaliser son Chosen One avec différents pouvoirs ou responsabilités, les historiques représentant l’expérience passée du personnage et rajoutant de nouveaux bonus aux compétences. Les personnages ont également de nombreux contacts plus ou moins puissants. Il y a plus de 80 compétences notées sur 10 rangs ou plus. Les capacités sont de nouvelles façons d’utiliser les pouvoirs, et sont acquises par l’expérience.
  • Les Pouvoirs (35 pages)  sont des capacités d’adaptation exceptionnelles, corporelle, magique ou psychique, qui permettent de dépasser les capacités normales d’une race. Ils s’achètent à l’état latent ou aux premiers niveaux à la création de personnage.
  • Les Magies (79 pages)  peuvent prendre différentes formes qui sont représentées par des couleurs, rouge, bleue, noire, jaune, verte, violette, incolore, pourpre et argent. Le magicien peut lancer sans dommages des sorts qu’il connait dont le niveau ne dépasse pas son score de Lien, ou imiter tout type de sorts avec la canalisation, développer de puissantes arcanes, invoquer des créatures, créer des runes ou des tatouages, pratiquer l’alchimie. 7 écoles de magie sont décrites. Le grimoire des sorts les classe par couleur. Le grimoire arcanique décrit une vingtaine d’effets plus puissants que les sorts, comme la téléportation ou l’enchantement d’objets. On trouve aussi une douzaine d’invocations, huit runes, un grand nombre de katas de couleur qui permettent de mettre en œuvre des pouvoirs variés pour les combattants, les théorèmes de la scientomancie, les techniques ki.

Les Règles (chapitre 7, 21 pages) expliquent alors les mécanismes utilisés pour la résolution des actions, tournant autour du lancer de deux D10 avec un total devant dépasser un seuil. On peut y ajouter des D6 calculés en fonction du score de caractéristique, ou l’indice de compétence, et en cas de compétences favorisée par une profession des D6 par point de professionnalisme dépensé. Un calcul particulier est effectué pour l’ouverture de seuil entre les mondes. Les soins, les déplacements, l’initiative en combat, l’attaque, le stress en combat, les manœuvres sont des variantes des règles de test. L’expérience peut être convertie en nouveaux pouvoirs en suivant les tables fournies.

Les Réalités (19 pages) sont au nombre de quatre avec la Réalité, l’AEther, le Diamonde et le Cyberespace. Les règles et les caractéristiques sont différentes dans les autres mondes, mais les Chosen Ones peuvent explorer les Oniries qui sont des mélanges de réalité, les rives qui sont les frontières du Néant, et les Vergences qui sont des univers naissants.

L’Univers (29 pages) est vaste, mais il obéit à de nombreuses règles comme celles du Consortium qui régissent le commerce, les rencontres spatiales, la vie dans le cyberespace, les Marshals qui font régner la loi. Au-delà du Consortium, on trouve la Frange et l’Empire de B’Yst et le mystérieux Empire des Ombres. Il est possible de dépasser la vitesse de la lumière en utilisant le Transespace. Il y a également de puissantes créatures qu’il vaut mieux ne pas avoir à affronter.

Le dixième chapitre, Matériel (103 pages)  contient tout ce qui peut être utile pour renforcer un personnage depuis la cybernétique qui renforce de nombreuses parties du corps, la biomécanique qui permet des effets inouïs comme les glandes à Napalm ou les déchireurs sexuels, les armes avec de nombreuses tables, et beaucoup d’options de munitions, les explosifs, les armures, les boucliers et beaucoup d’outils divers technologiques, alchimiques, informatiques ou magiques. On trouve également des véhicules et des drones, des vaisseaux spatiaux.

Les Secrets (23 pages)  concernent des créatures, institutions, technologies, sociétés secrètes, personnalités dangereuses, sources d’immortalité, dieux, et agents du Néant. Le rôle du Néant y est décrit sur une page et demie. Le bestiaire contient surtout des espèces animales courantes. Et une dernière table permet de créer rapidement des PNJ antagonistes.

Les annexes (12 pages)  sont très variées comme un tableau périodique des éléments, des équipements, des temps de trajet, des tables de compétences, et bien sur une fiche de personnage sur deux pages. La dernière page présente des messages passant à la radio.

Cette fiche a été rédigée le 1 novembre 2021.  Dernière mise à jour le 17 novembre 2021.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

L'auteur l'avoue dans le préambule, il n'aime pas devoir faire des choix pour s'adapter à un univers et il a donc créé un jeu qui est un gloubi boulga de pouvoirs inspirés d'à peu près tout et n'importe quoi en SF et Fantasy.

Et puis il a eu l'illumination, pour donner un sens à tout ça, on va leur faire combattre le néant, un puissant adversaire qui veut tout détruire depuis le début, ce sont donc des élus, les Chosens Ones, choisis par le Rêve (dont on n'entend presque pas parler dans l'ouvrage, le Néant pas trop non plus) pour permettre au chaos de continuer.

On y trouve donc de l'absurde (les cristaux jupitériens fans de western), du très absurde (les modifications biomécaniques pour broyer les organes sexuels de son partenaire dans un moment d'intimité), et du bizarre à profusion. Il y a des listes interminables de pouvoirs, de professions, de magies, d'historiques, d'avantages, d'inconvénients qui ne sont là que pour assurer une immense variété d'options incohérentes.

C'est généralement assez drôle tant ça reste dans le registre de l'univers perso qui n'aurait jamais du être édité pour le plus grand nombre, tant c'est décousu et tant l'imagination débridée confine à l'absurde dans la description de l'univers (Jean Moulin découvreur du premier vaisseau extraterrestre que Pétain voulait cacher au monde, alors que de Gaulle l'a révélé) ou de batailles titanesques entre des forces cosmiques absurdes, de mondes parallèles qui ne sont là que pour mêler SF, fantasy et Cyberpunk.

Pourquoi ce titre en anglais Chosen Ones alors que rien d'autre dans l'ouvrage ne justifie l'emploi de l'anglais ? Pourquoi ce sous titre "protecteurs du Rêve" alors que cet antagonisme rêve/néant n'est évoqué qu'à de rares occasions et que l'ensemble de l'histoire de l'univers se résume à des bastons entre Empires et tyrans aux ambitions démesurées ? Pourquoi se situer en 3250 ? Pourquoi, pourquoi tout en fait ?

Visuellement, c'est assez laid entre les illustrations fourre tout qui n'illustrent pas vraiment le texte auxquels elles font face et la mise en page par gros blocs de texte.

Une pensée pour la centaine de souscripteurs qui auront reçu cet OVNI qui est hors sujet de lui même.

Critique écrite en novembre 2021.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques