Contenu | Menu | Recherche

Ah, the pitter patter of tiny feet in huge combat boots

Bitume

.

Références

  • Gamme : Bitume
  • Version : deuxième édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Futur Proche
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 1986
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret de 58 pages à couverture souple et en couleurs.

Description

Le jeu se situe en 2006, 20 ans après la catastrophe. Certaines tribus sont parvenues à mettre en place un semblant d'organisation, d'autres poursuivent le pillage et la destruction et vivent de la prédation.

Après une courte présentation, le jeu démarre par la création de personnage et embraye sur la description des équipements (dont les armes). En troisième, viennent les règles concernant les véhicules : création, déplacement et poursuite. En quatrième surgissent les divers éléments liés à la survie dans le monde de Bitume : blessures, nourriture, maintenance des véhicules... On accélère ensuite sur des règles et des considérations diverses portant sur l'expérience, le prestige et les rencontres (aléatoires).

Deux annexes viennent clore cette virée dans le monde de Bitume : une description de Versailles en 2006 et un passage en revue de 16 types de tribus avec leur organisation, mentalités et croyances habituelles. Des enfants aux hell's angels en passant par les indiens ou les égalitaires yankees, il y en a pour tous les goûts. Une feuille de personnages et des tableaux récapitulatifs sont gracieusement offerts par la maison dans les dernières pages.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Stef  

De bonnes expériences de jeunesse sur ce jeu : de la rigolade et de la baston ! Mais bon, cette édition est d'une autre époque : contexte réduit au minimum : la description de Versailles se contente d'une liste de tribus et les règles représentent 90% du livret. On reste forcément sur sa faim quand on est habitué à des jeux plus consistants. De plus, le thème oriente forcément vers des scénarios musclés et plein de poursuites...à la Mad Max. Le système tourne bien et si on choisit ce jeu, c'est qu'on apprécie le thème. Alors que demander de plus !

A noter qu'une autre édition est sortie depuis mais je ne connais pas...

Munin  

Le premier jeu que j'ai maîtrisé ! 15 mn de préparation, scénar minimaliste (une route, un virage, un village de trois cahutes), beaucoup de combats.
Bitume c'est un chouette défouloir, les combats de véhicule sont très jouissifs.
Mais bon, au troisième scénar, on ressent une certaine lassitude... Je n'essaierai pas le jeu en campagne. Ceci dit, je suis sûr que ce doit être possible, avec de l'imagination.

le duc  

Bitume : LE jeu qui, avec INS/MV, comble vos week-ends désoeuvrés, quand le MJ de la campagne en cours est allé cueillir des champignons au lieu d'assumer ses responsabilités. On le dit bourrin et vite limité. On peut le jouer comme ça, oui... mais c'est sans compter le talent du MJ qui me l'a fait découvrir et qui m'a donné envie de réagir à cette vision du jeu.

Evidemment, le bouquin de base est aride et les règles en couvrent 90%. Du coup, il ne coûte pas cher, c'est sa première qualité.

La seconde est que l'univers est compréhensible par le premier venu : et paf la comète, perte de mémoire, les tribus par là-dessus et hop, emballé, c'est pesé, le joueur est prêt à s'y mettre.

La troisième est qu'avec tout ça, c'est un jeu dont on peut faire absolument ce qu'on veut... pour preuve, les suppléments (Paris Brest en particulier, et dans une moindre mesure, Pizza Piquette) qui partent dans des délires insoupçonnables à la première lecture du jeu.

On sent bien la patte de Croc dans la partie simulation : des règles très précises sur le "matos à viander" et sur les véhicules customisés. J'avoue ne m'en être jamais servi... J'ai surtout joué sur le côté caricatural de la perception par les gens de l'univers que la comète a détruit. C'est quand même pas tous les jours qu'un jeu de rôle est fait essentiellement pour rire !

Autant en profiter et essayer de tirer toute la richesse et la finesse humoristique dont on est capable de ce jeu. :)

Lionel  

Je suis d'accord avec le duc sur ce jeu ... mais je comprend la vue de Sévérian !
Moi aussi le premier scénar' m'a paru très limité, et avait un intêret purement défoulatoire ... néanmoins, les nouvelles éditions aidant, tout ça prend corps et fonctionne.

Je dis fonctionne parce que l'intêret de Bitume est de faire jouer tous les délires dans un monde très ouvert (de très bon exemples :"le camion de tous les dangers", scénar' de Croc, mais aussi le zeppelin skin ou l'autobus pirate sur le site de Kadnax (vous trouverez l'adresse sur ffjdr)).

Et hônnetement, "sur la piste des drakkars" est un des meilleurs scénar' que j'ai joué, tous styles confondus

Erick N. Bouchard  

"CAR WARS: Le Jeu de Rôles" aurait tout aussi bien pu servir de nom pour Bitume... Un background extrêmement ténu et plutôt absurde (quoiqu'amusant) perdu au milieu d'une tonne de règles et de tables sur les armes et autres. Un jeu d'une autre génération, celle de la boîte rouge de D&D, qui malheureusement n'a pas très bien vieilli...

Les implications sociales et politiques de la chute ont du potentiel mais hélas le concept de tribu s'avère plutôt réducteur. À jouer avec plusieurs litres de bière dans le corps, et préférablement avec les règles d'Extreme Vengeance.

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Je n'ai qu'un avis de joueur, il n'est pas très pertinent. Mais l'univers ne m'a pas semblé si sympa que cela et le système de jeu plutôt moyen.

J'y jouais un motard jésuite et j'étais entouré de paranos qui faisaient de l'anti-jeu. On passait notre temps à être confronté à des types plus forts que nous qui venaient de sous la terre et on comprenait rien.
Le MJ peut être?

Cédric Ferrand  

Quand votre MJ vous annonce par téléphone qu'il est malade et qu'il ne pourra pas assurer sa partie du soir, vous faites la liste des trucs facile à organiser dans l'urgence et 2 titres se détachent de votre ludothèque : Toons et Bitume. Mais si le premier n'a pour but que de vous faire rire et revendique haut et fort son statut de JDR d'apéritif, Bitume lui est plus ambitieux. Il vous promet de la violence gratuite, un background écrit sur un coin de table après un repas bien arrosé, des tribus aussi débiles qu'iconoclastes, de la bière, de la barbarie à outrance et des scénarios que vous mettrez des années à tenter vainement d'oublier.

Personnellement, jouer un viking sur une moto avec une tronçonneuse dans une main et de l'antipathie dans l'autre, ce n'est pas mon trip. Les orgies de combats sans but ni raison sur fond de hard-rock énervé de circonstance, bof. A l'époque, nous avions l'excuse de l'innocence et de la bêtise propre à l'adolescence. Avec le recul je me dis que nous nous contentions de peu. Une situation tendue, des armes, un profil, des dés et zou, l'après-midi est bien rempli. Mais de nos jours, jouer à Bitume, c'est aussi déraisonnable que de partir sur la Lune pour trouver le Graal.

Bitume m'a volé les plus belles après-midi de ma vie. Au lieu de patiemment suivre mes camarades dans leurs incroyables raids guerriers contre les tribus voisines à grands coups de hache ou de harpon, j'aurais mieux fait d'aller draguer les filles. Pour cette raison, j'attribue à Bitume la note de 1 pour lui faire payer le prix de son infamie.

Kadnax  

Fan inconditionnel de Bitume, cela fait des années que j'y joue sans m'en lasser. Le système de règles est à la fois simple, efficace, et bien rodé : il permet de plus de fabriquer toute sorte de véhicules, qu'ils soient "roulants", "flottants", "volants", et même "coulants" avec les sous-marins.

Mais la raison principale de mon intérêt pour ce jeu génial, outre l'humour décapant et le fait que j'aime jouer dans des univers post-apo, vient de la très grande liberté laissée aux joueurs pour créer des personnages vraiment originaux : il s'agit d'un monde sans règles, sans lois et où il est donc possible de créer des personnages complètement délirants et irrésistibles qui ne pourraient absolument pas évoluer dans un univers plus structuré ou plus réglementé.

Parce que tout ou presque y est à (re)construire, les jeux post-apo comme Bitume, donnent une liberté d'action aux joueurs et aux MJ qui est fort appréciable. En plus, le jeu n'est pas très cher...

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques