Contenu | Menu | Recherche

Le jdr, tout le jdr, rien que le jdr (levez la main droite et dites je le jure)

Tribunals of Hermes : Rome

.

Références

  • Gamme : Ars Magica
  • Sous-gamme : Ars Magica - 3ème édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : White Wolf
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1993
  • EAN/ISBN : 1-56504-050-3
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 124 pages à couverture souple.

Description

Ce supplément est consacré au Tribunal de Rome, en d'autres termes, à l'Italie.

Il est divisé en cinq parties :

  • histoire mythique (quasiment la véritable histoire depuis la chute de l'Empire Romain, 19 pages)
  • histoire de l'Ordre en Italie (11 pages)
  • description de l'Italie, émergence des communes (17 pages)
  • Alliances du Tribunal (nombreuses, décadentes et ennemies, 41 pages)
  • lieux mythiques (15 pages).

Le supplément est complété par une série d'archétypes de personnages romains.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 2 mars 2011.

Critiques

Kham  

un bon supplément, assez complet. La partie sur l'histoire hermétique est très intéressante, de même que la description des covenants (3 domae magnae, excusez du peu!). Ajoutez à cela quelques bonnes intrigues politiques, un descriptif de quelques regios et un historique de la fondation mythique de l'italie, et on obtient un supplément correct.

Il manque tout de même plus de descriptif de la vie vulgaire à cette période, ainsi que du contexte politique. Il semble que la richesse de la partie hermétique ait pris le pas sur le reste.

Une réflexion plus personnelle et destinée aux joueurs d'Ars magica: j'aimerais savoir pourquoi les noms des primi décrits diffèrent des noms donnés dans le supplément l'ordre d'hermès? De plus j'ai été surpris pas les libertés prises avec le système de règles: les vertus et les faiblesse ne tiennent pas compte du principe d'équilibre. Certaines caractéristiques de mage m'ont étonné: il semble qu'aucun primus (verditius, guernicus, mercere) n'ait de talisman ni de familiers. Et quant à leurs créations magiques (notamment verdi), pitoyables...

Jérôme Darmont  

Le supplément serait encore acceptable si les dark-boys de chez White Wolf n'avaient pas introduit tous ces éléments en rapport avec la décadence de l'Ordre d'Hermès (démons, rivalités), tout ça pour inclure Ars Magica de force dans le WoD (ce qui ne s'est pas produit, na !). À réserver à ceux qui veulent faire jouer en Italie, et encore, il y aura pas mal à jeter.

JyP  

Supplément de l'époque White Wolf d'Ars Magica, ce qui transparaît dans l'épaisse couche d'infernal gothique qui a été appliquée à ce supplément. C'est au point que dans l'histoire antique les romains ont été corrompus par les démons, qui pressentaient l'avènement du Christ...

Bon. Quand on vire toute cette couche inutile, on peut voir que le sujet a été traité correctement, sur un thème de disparition de la magie dans la péninsule. Pas de folklore médiéval par contre, on doit se contenter de Polyphème et de la dernière forêt féérique. Mais par ailleurs le lien entre l'Ordre et l'Eglise est un peu fouillé, avec l'Alliance de Literatus. Bref, à compléter !

The Fixer  

Hum... Un supplément assez moyen, car autant certaines choses sont sympas, autant d'autres sont vraiment pas terribles. Ainsi, ce bouquin regorge d'idées de scénarios et de campagne, permettant de jouer pendant longtemps pour peu qu'on ait un minimum de cervelle. Quand à la description du background, au lieu de séparer franchement histoire et histoire hermétique, les 2 sont assez mélangées, montrant comme des évènements historiques "réel" peuvent être réinterprétés d'un point de vue fantastique.

Alors bon, bien sur, il y a des démons partout (on se demande comment ils font quand on a lu Pax Dei, mais bon...), mais cela reste conforme au paradigme médiéval comme quoi les démons étaient à l'oeuvre partout dans le monde (vous vous rappellez cette histoire du millier de démons sur la tête d'épingle), tout en donnant matière à jouer. Cependant, ils en ont quand même beaucoup trop fait au niveau corruption, sans compter toute cette histoire comme quoi ces derniers corrompraient le pays depuis 3 plombes pour saper l'influence de l'Eglise, et ce, avant même l'avènement de celle-ci.

De même, les rivalités entre les diverses alliances sont quand même exagérées. On regrettera également la faiblesse des Domus Magna, avec des librairies généralement pitoyables, et des primus tout aussi faibles, à quelques exceptions.

Mais cette impression vient probablement de la comparaison avec des suppléments postérieurs, donc fatalement plus bourrins ;-) De même, ça manque d'infos sur la vie de tous les jours, mais ces éléments sont compensés par l'abondance des idées d'intrigue.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques