Contenu | Menu | Recherche

Le site du GROG, c'est comme le dieu de l'Ancien Testament : beaucoup de règles, aucune pitié !

Pax Dei

.

Références

  • Gamme : Ars Magica
  • Sous-gamme : Ars Magica - 3ème édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : White Wolf
  • Langue : anglais
  • Date de publication : janvier 1992
  • EAN/ISBN : 1-56504-043-0
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 112 pages à couverture souple

Description

Ce supplément est entièrement consacré au Royaume Divin. Il est divisé en cinq parties : les terres chrétiennes et leurs différentes auras (19 pages), le clergé et ses pouvoirs + création de personnages religieux (25 pages), le monde invisible (jardin d'Eden, Paradis, anges ; 15 pages), les manifestations divines sur terre et le pouvoir des saints (17 pages), les mages pieux et leurs pouvoirs (19 pages). Une annexe de 12 pages présente finalement une idée de Saga centrée autour de la quête du Graal.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 2 mars 2011.

Critiques

kham  

bof. Déjà, c'est le même illustrateur que dans maleficium, j'espère qu'il est à la retraite maintenant. Ensuite le supplément a je pense été écrit en tant que pendant à fééries et maleficium. Donc le contenu s'en ressent, quelques détails intéressants mais pas de quoi casser trois pattes à un canard.

Quantifier le divin, ce n'est pas facile, en plus ça n'apporte pas grand chose au jeu. La partie sur le divin dans le livre de règle troisième édition suffit largement à mon sens. Ca ne souffre pas la comparaison avec l'excellent fééries.

Quaesitorus  

A mon avis, ce supplément ne doit pas être pris comme un vulgaire manuel de regles mais plutot comme un ouvrage d'inspiration.

En effet, quantifier la puissance divine par des chiffres et des jets de dés ne peut pas rendre credible la Foi et la spontanéité du prodige. Donc, évitez les règles (d'ailleurs trop rigides) et orientez vous vers le background et ses idées. Par exemple, la Vrai Foi est plus largement developpée que dans le livre de base. Elle permet au pj croyant de ne pas être réduit a un simple faiseur de miracles.

Bien au contraire, le croyant devient un être tiraillé par les forces divines et infernales désirant avoir ce potentiel dans leur armées. De plus, la différence entre piété et Vraie Foi ouvre de nouvelles perspectives intéressantes (exemple : je veux un chevalier super croyant, qui fait 6 prières par jour et qui tue que les hérétiques. Oui,tu peux acquérir piété mais pas Vraie Foi car cette compétence oblige ton perso a être plus spirituel et mystique.)

En résumé, prenez les bonnes idées et foutez vous des règles!

JyP  

Des idées à piocher, voire des joyaux par endroit (comment jouer un Ange, par exemple), mais le système proposé cherche trop à "contrer" les mages en terme de pouvoir brut. De plus, le Divin est vu strictement sous l'aspect catholique romain, rien sur les orthodoxes ou les hérésies. Et là encore, le système est figé dans cette posture, alors que nombre de Conteurs préfèrent définir le thème de leur saga...

Bref des idées reçues sur le moyen-âge mais développées correctement, pas d'exotismes. Assez orienté power-gaming mine de rien.

The Fixer  

Bof... Plutôt déçu par ce Pax Deï, même si on oublie les immondes grobouillis censés illustrer cet ouvrage. En gros, les auteurs ont essayé de résoudre un problème tout con : Etant donné la puissance de l'ordre d'Hermès, pourquoi craignent-ils tant l'Eglise? La réponse est simple : Dieu est LA puissance suprème. Alors bon, même si cette notion correspond au paradigme médiéval, je retire de ce bouquin une sensation de grosbillisme et d'inachevé. Les prêtres sont mêmes rendus tellement bourrins que le Dominium, qui était autrefois une gène certaine, devient maintenant anathème pour les mages, rendant souvent certaines de leurs capacités totalement innefficaces.

Par ailleurs, le supplément pose uniquement la question de l'âme d'un point de vue chrétien catholique. En gros, si on veut être sauvé, il faut se tourner vers Dieu. Mais quid des non-chrétiens ? ou des chrétiens non catholiques ? Seuls ceux avec la vraie foi peuvent tenter de s'opposer à l'Eglise, qui possède un tel pouvoir qu'on ne comprend pas qu'elle ne contrôle pas plus l'Europe, ni qu'elle ait pu être par moments menacée sur le plan matériel. Je sais pas trop ce que j'attendais exactement de ce suplément, mais j'en retire un sentiment d'inachevé et de bourrinisme. A coté, l'introduction de la piété est une bonne idée, mais trop bourrine, le mage pieux est sympa même si handicapant et difficile à jouer, et la campagne, qui met les PJs en quête du Graal, est assez sympa, renouant par certains cotés avec le mythe arthurien et parfois moins manichéenne que le reste du bouquin (i.e. même si l'Eglise bénéficie quand même de tous ses pouvoirs, elle cherche le Graal pour de mauvaises raisons et donc échoue)

Mon conseil ? Garder ces règles sous le coude au cas où, mais ignorez les, la plupart du temps, ne s'en servant qu'exceptionnellement, pour indiquer la volonté de Dieu, et ne pas hésiter à dénier à l'église le support de ce dernier : les prêtres seraient des hommes ordinaires, mais, parfois, ils bénéficieraient du soutien de Dieu, matérialisé par ces règles.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques