Contenu | Menu | Recherche

L'imagination n'est fertile que lorsqu'elle est futile (V. Nabokov)

In the Shadows

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple format US letter de 52 pages.

Description

Ce supplément est un recueil de trois scénarios indépendants.

Le premier, "Le Trou du Diable" (Devil's Hole - 23 pages), est un grand classique de l'Appel de Cthulhu : un ami des investigateurs a disparu et ceux-ci accourront à sa rescousse. Ils découvriront qu'il est en fait un hybride dont l'origine de Profond prend le dessus sur sa nature humaine, et qu'il a donc été appelé auprès des siens au fond des océans. Principales originalités de ce scénario : l'action se déroule en Ecosse, et si les investigateurs s'en donnent les moyens ils pourront découvrir une cité de Profonds en bathyscaphe (il est vraiment horrible de contempler une larve stellaire de Cthulhu par un hublot sans pouvoir rien faire...).

Le second scénario, "L'ombre de la mort" (In the shadows of death - 16 pages), réserve aux investigateurs un huis clos dans une vieille maison de maître en Louisiane. Ils devront sauver un de leurs amis atteint par la corruption de ses ancêtres, sorciers de père en fils, et devront l'empêcher de communiquer avec ses aïeux mort-vivants, de devenir fou et d'invoquer une divinité impie.

Le dernier scénario, "Le Chant des Sphères" (Song of the spheres - 13 pages), se déroule en Nouvelle Angleterre. Les investigateurs, enquêtant sur l'étrange catatonie d'un de leurs amis, seront amenés à s'intéresser à la disparition d'une talentueuse diva italienne. Ils découvriront que ces deux crimes sont à imputer à un sorcier mélomane qui projette de réaliser des disques invoquant une divinité extérieure. La fin proposée du scénario mérite d'être évoquée : ayant vaincu le sorcier, les investigateurs sont invités à la magnifique représentation de la diva, la soirée se terminera par un cocktail où le disque maudit leur sera diffusé...

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 8 septembre 2009.

Critiques

le gnome  

Deux précisions avant d'entamer le vif du sujet, je suis l'auteur de la fiche de cet ouvrage et je n'ai encore fait jouer aucun des scénarios.

D'abord au niveau de la présentation, j'aime beaucoup la couverture évoquant la mort par la faux et les gravures de danses macabres. Malheureusement l'intérieur ne suit pas, les plans sont quelconques et les illustrations pas spécialement réussies. Encore pire, les aides de jeu sont sur fond gris ce qui est totalement stupide car difficile à photocopier.

Le premier scénario me semble être un échec, le thème est archi-classique et le développement sans originalité. Je pense qu'il est à réserver à des joueurs connaissant très peu le mythe, mais à mon goût il aurait été préférable qu'il se déroule en Nouvelle Angleterre et non pas en Ecosse. Seule la scène d'exploration sous-marine en bathyscaphe mérite une mention spéciale.

Le second scénario est mon préféré et celui qui se rapproche le plus d'un film d'horreur. La réussite du scénario dépend de la capacité du gardien à mettre en scène les personnages non joueurs : un ami qui cède à la corruption et sombre dans la folie, son demi-frère monstrueux, sa soeur pervertie et manipulatrice, une simple d'esprit dangeureusement jalouse, un vieux serviteur noir muet qui a vu d'indicibles horreurs et enfin une femmme innocente future victime de la maisonnée. C'est donc avec cette belle brochette de personnages que l'histoire se composera au gré du gardien.

Enfin le troisième scénario est assez original puisqu'il se déroule dans le milieu du spectacle New-yorkais. Par contre il ne permet que difficilement de suggérer l'horreur car peu d'éléments inquiétants interpelleront les personnages dans leurs investigations. Si le scénario est joué avec la fin catastophique (voir fiche) il reste assez proche de l'oeuvre de Lovecraft dans le sens où tout est désespéré et finalement l'homme ne peut rien face aux grands anciens, ceux-ci reviendront lorsque les astres seront propices.

Ce n'est donc pas le meilleur recueil de la gamme mais il est tout de même de qualité correcte, d'où la note moyenne.

Franz  

Note moyenne pour un recueil moyen. Ce petit ouvrage est sympathique, mais malheureusement les scénarios en sont ultra-classiques, avec des amorces éculées ("Bon alors tu reçois la lettre d'un vieil ami..."). Bien sûr on peut toujours reprendre cette partie là, mais la suite, quoi que bien écrite, manque d'originalité. Du coup c'est parfait pour un one-shot, une convention (l'origine du recueil) ou une initiation, mais les joueurs expérimentés vont être déçus. Quant à la maquette, les illustrations sont rares mais plutôt pas mal, par contre les aides de jeux sur fond sombre sont assez peu lisibles. Enfin, ce supplément est un peu cher pour son épaisseur.

Tristan Lhomme  

Trois scénarios en 52 pages, pour un résultat à peu près aussi enthousiasmant que la lecture de l’annuaire.

On commence par Devil’s Hole, qui est juste une paraphrase soporifique du Cauchemar d’Innsmouth en mer du Nord, avec des Ecossais à la place des Yankees. Je ne vois pas l’intérêt, mais quelqu’un a dû se dire qu’il en avait un...

Vient ensuite In the Shadow of Death, avec ses morts-vivants qui guettent les investigateurs dans une plantation délabrée en Louisiane. Des trois, c’est celui qui a un petit embryon de potentiel, mais il est trop court et ne décolle jamais vraiment (et je crois bien qu’il y avait quelque chose de très proche dansMansions of Madness).

Enfin, Song of the Spheres propose une petite balade musicale à New York mais manque sérieusement de peps. 

L'ensemble, assez typique de la "basse-époque" de Chaosium, est loin d'être aussi mauvais que certains autres recueils de cette période, mais n'en reste pas moins médiocre.

Critique écrite en août 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :