Contenu | Menu | Recherche

Well, my days of not taking you seriously are certainly coming to a middle

Années Folles (Les)

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Boîte cartonnée (32 x 22,5 cm) contenant :
- Panomara des Années Folles, un livret de 112 pages à couverture souple,
- Guide du Paris des Années Folles, un livret de 112 pages à couverture souple,
- Règles optionnelles et Scénarios, un livret de 48 pages à couverture souple,
- un écran à quatre volets,
- un dépliant 60 x 80 cm : Carte de la France mystérieuse au recto, Plan de Paris vue d'en haut au verso.

Description

La couverture de la boîte, mariage contre-nature de Lovecraft et de Victor Margueritte, donne le ton. Encadrée par des motifs dans le plus pur style Art déco, se détachant sur un fond enténébré qu'une tour Eiffel illuminée peine à éclaircir, une garçonne à la silhouette longiligne typiquement androgyne (cheveux courts, col de cygne, fesses et poitrine menues) tient un verre d'alcool d'une main, un fume-cigarette de l'autre, dans une pose nonchalante élégamment calculée... tandis qu'une horreur tentaculaire s'agite à ses pieds.

- Panomara des Années Folles (livret de 112 pages)
Le premier livret s'ouvre sur les traditionnels crédits, une note de l'auteur, une bibliographie générale, une introduction de Sandy Petersen et le sommaire (4 pages). Ledit livret se décompose comme suit :

La France au lendemain de la Grande Guerre (7 pages)
Une France victorieuse mais exsangue... examine les pertes militaires et civiles ainsi que l'essor de l'immigration. Un encadré indique trois recensements de la population totale (à la veille du conflit et après-guerre), fait état de l'exode rural, de la croissance urbaine et de la distribution par âges et par sexes. Une France triomphante mais appauvrie... se penche sur les ruines matérielles et financières occasionnant la vie chère. Une France gagnante mais stressée... s'intéresse au bouleversement moral, soit la difficile réinsertion des soldats démobilisés (un encadré dissèque la mentalité "ancien combattant") et l'émancipation féminine, ensuite au bouleversement social : victimes et bénéficiaires de l'inflation (un encadré est consacré aux "nouveaux riches"), puis nouvelle attitude des Français face à l'argent. Une France politiquement stable... considère les présidents de la République successivement en exercice (Deschanel, Millerand, Doumergue) et les idées politiques du Français moyen.

Modes et moeurs des années folles (13 pages)
Ce chapitre étudie la "libération des moeurs" ayant caractérisé cette période de l'entre-deux-guerres, jusqu'à lui donner ce nom significatif. Sont passés en revue le déclin des tabous sexuels, l'émancipation sexuelle de la femme, les "lettres de noblesse" de l'homosexualité, le renouvellement de l'amour tarifé et la vogue des soirées de frotti-frotta. Des encadrés fournissent tour à tour une liste de pseudonymes fleurant bon le tenancier de bordel, des considérations sur deux maisons closes de renom ainsi que sur les personnalités typiques de ce genre d'établissement (patron et patronne, sous-maîtresse, fille d'amour...). La revue des jouissances se poursuit avec la fureur des cocktails (sont inclus quelques noms piquants, dosages, façons de servir et types de consommateurs habituels), la mode de la toxicomanie (un encadré indique les effets des psychoses cocaïniques) et un mot sur le suicide, porte de sortie définitive d'une fiévreuse vie de plaisirs. La frénésie des distractions évoque la dansomanie (jazz à gogo et tarifs des séances de dancing), la mode des suprise parties et la passion pour les spectacles, a fortiori pour les grands noms du Music-Hall ayant détrôné le désuet Caf'conc' (Mistinguett, Maurice Chevalier, la "Revue nègre" et sa beauté d'ébène ceinte de bananes). Ne sont pas oubliés : les opérettes, le théâtre, le "ciné" (dont une liste commentée de films marquants tels "Un Chien andalou" de Luis Buñuel ou "Napoléon" d'Abel Gance) et... le traditionnel cirque, véritable "ville de travail et de plaisir" où l'on suit la journée typique d'un banquiste en voyage. L'engouement pour le sport revient sur ce récent phénomène de masse, à la fois mode de vie (pratique de l'escrime, du tir, de la chasse) et spectacle : matches de boxe (c'est l'époque du champion Carpentier), grands raids automobiles, jeux olympiques... La passion du jeu aborde les jeux de salon, de hasard, les jeux en plein air, le pari mutuel, les machines à sous et les ruées au Palais de la Bourse. L'enthousiasme pour les Expositions offre un rapide aperçu des lieux de l'Exposition coloniale (Marseille, 1922) et de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes (Paris, 1925). La révolte intellectuelle est illustrée par le mouvement dadaïste (photo de groupe réunissant les collaborateurs de la revue "391"), puis par les surréalistes.

La vie quotidienne (7 pages)
La vie citadine passe en revue le logement (en sus, une courte étude sur la concierge, personnage quasi-institutionnel), l'ameublement et l'habillement. Ce dernier aspect est traité en détail : la mode féminine (vogue des cheveux courts, des cosmétiques et des jambes découvertes), son évolution de 1920 à 1929 ainsi que la tendance "femme fatale". La mode masculine a ensuite droit au même examen ; les différents styles sont illustrés par les reproductions de plusieurs modèles. La vie à la campagne évoque la vétusté de l'habitat rural et les traditions campagnardes. Le chapitre La santé s'intéresse quant à lui à l'état de la médecine (médications usuelles, maladies courantes et outils du diagnostic), puis au système hospitalier (hôpitaux généraux, asiles), enfin à l'exercice de la médecine par les différents praticiens (des "grands patrons" aux médecins de quartier).

Les moyens de communication (17 pages)
Où l'on débute par les transports et notamment par l'automobile : sa démocratisation, l'essor de cette industrie (dominée par les figures patronales d'André Citroën, Louis Renault et Ettore Bugatti), les voitures de grande diffusion ou de luxe, l'état des routes, la circulation urbaine et les sorties du dimanche, sans oublier les autres engins automobiles (scooters et motocyclettes) ; une série de gravures illustre les différents modèles. On passe ensuite au train (compagnies du réseau ferré, train électrique, vitesse de circulation, conditions de sécurité, voyages internationaux), au bateau (exemples de paquebots, croisières, relations maritimes), puis à l'avion (principales liaisons régulières, carte des lignes aéronautiques françaises avec leurs relations postales, plan d'un avion à six places). Ensuite, c'est au tour de la presse d'être décortiquée : son évolution, la presse nationale et provinciale, un aperçu de maints journaux (selon les inclinations politiques) et de plusieurs "unes", hebdomadaires et revues. Un encadré présente les journalistes (articliers, critiques et chroniqueurs, reporters en tout genre), leurs conditions de travail, leurs salaires et leur outil privilégié : l'appareil photographique. La T.S.F., la voix venue d'ailleurs retrace l'histoire de la radiodiffusion (Journal parlé, Radio-Journal), les divers postes de Téléphonie Sans Fil (postes à galène, récepteurs à lampes), leur emploi au service de l'aventure ainsi que les radio-amateurs. Pour finir, on se penche sur le téléphone (comment s'en servir, règles à observer par les abonnés) et les balbutiements de la télévision.

Le guide du citoyen (9 pages)
Les libertés et les devoirs du citoyen rappelle les libertés physiques, les libertés de la pensée et le devoir du service militaire (les conditions pour bénéficier du sursis, les exclus et les tristement célèbres bataillons d'Afrique). L'article Les papiers d'identité fournit des informations relatives à l'obtention de la carte d'identité et du passeport (où s'adresser, formalités, délais) ainsi que les modalités des contrôles d'identité. La police et ses mystères rend compte des polices préventive et répressive, des innovations et de l'organisation hiérarchique de cet organisme ainsi que de sa répartition en deux administrations distinctes : la Sûreté générale et la Préfecture de police (police municipale, police judiciaire et Renseignements généraux). Le paragraphe Les principes de la recherche criminelle examine le procès-verbal, les sections du service de l'Identité judiciaire, les services des archives criminelles, le bulletin de police criminelle et les inévitables indicateurs. S'ensuivent des extraits du code pénal, articles relatifs aux délits couramment commis par ces filous d'investigateurs (près d'une vingtaine de méfaits, d'"arrestations illégales et séquestrations de personnes" jusqu'aux "vols"). Les derniers articles reproduits traitent des diverses peines encourues (peine de mort, travaux forcés, déportation, détention, réclusion, emprisonnement).

Chronologie de la décennie 1920-1929 (13 pages)
Rappel des événements marquants, qu'ils soient politiques, économiques, artistiques, littéraires, sportifs ou judiciaires (célèbres "affaires à épisodes" tels le procès Landru et la mort mystérieuse du fils de Léon Daudet). Bien entendu, les accidents, les catastrophes et les phénomènes climatiques exceptionnels sont rapportés, de même que les dates des éclipses et des changements de saison.

Biographies (6 pages)
Ce chapitre est une sorte de "Who's Who" comprenant une centaine de notices biographiques rédigées selon le modèle "nom, prénom, année et lieu de naissance, qualité, oeuvres marquantes et éventuellement traits de la personnalité". Sans jamais s'étendre au-delà de la décennie 1920-1929, chaque notice retrace la vie d'une personnalité historique que les investigateurs seront peut-être amenés à croiser selon les divers milieux qu'ils fréquenteront. Etant donné le rayonnement culturel parisien à l'époque, artistes et écrivains se taillent naturellement la part du lion : près d'une quinzaine d'hommes et femmes de lettres (d'Antonin Artaud à Saint-Exupéry) ainsi que des metteurs en scène de cinéma (Buñuel, Delluc, Gance), des peintres (Chagall, Dali, Picasso), des architectes (Le Corbusier), des acteurs (Dullin, Jouvet) et, bien entendu, les emblématiques artistes de variété des Années folles (Joséphine Baker, Fernandel, Maurice Chevalier, Mistinguett). Plus sérieusement, les PJ pourraient être amenés à s'engager dans un parti politique (le jeune PCF des "camarades" Thorez, Vaillant-Couturier et Ho Chi Min ; la SFIO et ses grandes figures : Salengro, Willard ; les ligues de politiciens de droite tels La Rocque et Valois), rencontrer l'escroc Stavisky ou le préfet Chiappe, côtoyer de grands industriels (Coty, Michelin, Rothschild, Taittinger, Wendel), jouer de leurs relations dans le monde de la presse (les journalistes Léon Daudet, Joseph Kessel) et dans le milieu scientifique (l'ethnologue James Frazer, les physiciens Joliot-Curie, l'anthropologue Paul Rivet, le psychologue Henri Wallon) ou philosophique (Bachelard, Gilson...), voire dans le milieu sportif (le boxeur Carpentier, l'aviateur Mermoz, le champion de tennis Borotra...).

Paris - Généralités (13 pages)
Le reste du premier livret est consacré à la capitale française : sa situation (site, climat, position centrale), ses origines (mythiques et historiques), ses visages (îles, rive droite et rive gauche, Paris populaire), ses vues en altitude (de la Tour Eiffel aux Buttes-Chaumont), ses limites (les "fortifs" et ses chiffonniers). La banlieue parisienne considère une commune type de banlieue, la fièvre des lotissements, les banlieusards et l'afflux des étrangers. Les Parisiens scrute les origines de la population, le caractère parigot, l'opinion des provinciaux sur les Parisiens et les "étrangers à Paris" (des grands noms aristocratiques au vaste flot d'étrangers anonymes). Paris pratique traite les questions usuelles de ce genre de guide : où loger (appartements, hôtels, meublés) ? Où boire et manger (débits de boissons : cafés, bistrots; brasseries, etc.) ? Comment se déplacer (taxis, tramways et autobus, métropolitain : ses cent visages et sa faune, bateaux-mouches, chemin de fer de ceinture) ? Comment communiquer (la poste, le télégraphe, le téléphone, etc.) ?

Paris - Aventures (22 pages)
Paris des plaisirs et de la pègre... Montmartre propose une excursion dans la cité des plaisirs, autrement dit Pigalle, avec les fêtards de la nuit montmartroise, les étrangers en goguette (Nord-Américains, Anglais, Sud-Américains) entichés du quartier, les partenaires habituels des fêtards (gigolos, belles de nuit, travestis, malfaiteurs étrangers et français) ainsi que les membres et les activités (trafic de drogue, vol et cambriolage) de la pègre montmartroise. Paris des études : le Quartier Latin offre une petite visite du Paris universitaire et intellectuel : sa situation géographique (notamment la place Maubert), ses étudiants blagueurs, ses professeurs... Paris des arts : Montparnasse exhibe le prestigieux Gay Paris emblématique des Années folles, ses lieux (cafés, restaurants, boîtes de nuit, hôtels et cités d'artistes), ses gens (cosmopolis et rush américain), sa vie agitée... Paris de la mort : les cimetières présente les nécropoles de la capitale, en s'attardant sur le Père Lachaise (histoire et description) et les étranges rites pratiqués sur les tombes de célébrités occultistes ("Mme Chantelouve", Papus, Mlle Lenormand, Nerval, Allan Kardec). Paris souterrain explore la faune et la petite histoire des égouts, carrières et catacombes (horaires de visite inclus), sans oublier une curieuse découverte archéologique.

- Guide du Paris des Années Folles (livret de 112 pages)
Le deuxième livret, comme il est précisé dans l'introduction, se veut un "guide touristique" d'une précision équivalente aux guides touristiques non-rôlistes. Après avoir abordé la capitale française de manière large dans le premier livret, le Guide passe tour à tour en revue les vingt arrondissements parisiens : plan d'époque, administration (mairie, sapeurs-pompiers, commissariats de police...), ambassades, bibliothèques, culte, espaces verts, foyers intellectuels, hôpitaux, monuments, musées, théâtres, tourisme, vie pratique, etc. Chaque arrondissement est gratifié d'une rubrique ballade (brève description du quartier) ainsi que de quelques reproductions de gravures et photos d'époque. En outre, les plans de cinq édifices publics sont proposés : Bibliothèque Nationale, Conservatoire national des arts et métiers, Palais de Justice, Jardin des Plantes et Palais-Garnier. Enfin, le Guide est pourvu d'un index.

- Règles optionnelles & scénarios (livret de 48 pages)
Le troisième livret s'ouvre par une série de conseils permettant de "mieux jouer à L'Appel de Cthulhu" ainsi que par une introduction expliquant le mode d'emploi du présent supplément. (2 pages).

La Création d'investigateurs français (8 pages)
Comme son titre l'indique, ce chapitre propose des règles de création de personnages spécifiquement français, détaille l'éventuel impact de la Grande Guerre sur ces derniers (séquelles physiques et psychologiques, compétences acquises au cours du conflit), offre neuf nouvelles professions (artiste, bateleur, bouquiniste, instituteur, gendarme, gigolo, malfrat, monte-en-l'air, officier colonial en retraite) ainsi que douze nouvelles compétences bien de chez nous (argot, art, bicyclette, combat de rues : canne et savate, jeu, oenologie, savoir-vivre, etc.), puis un classement des compétences susdites selon chaque type de profession. Une fiche vierge de personnage et un exemple annoté de création d'investigateur complètent le chapitre.

Le spiritisme (4 pages)
Ce chapitre explore les multiples définitions du spiritisme, tout en présentant de nouvelles règles d'invocation des esprits selon la doctrine du théoricien Allan Kardec. La description des sept sphères du monde éthéral précède les règles du contact médiumnique ainsi que les effets des manifestations résultantes (celles-ci sont énumérées dans deux tables : "rencontres dans le plan éthéral" et "rencontres démoniaques").

Deauville (9 pages)
La cité balnéaire est le cadre d'une enquête policière mêlant mondanités et médiumnité. A priori sans lien avec les Grands Anciens, ce scénario est parsemé d'indications annonçant l'aventure suivante.

Paris, rêve ou réalité (20 pages)
Mythe de Cthulhu et légendes arthuriennes : de la résurgence de deux antiques traditions découle un scénario à l'atmosphère dantesque, sur lequel plane l'ombre de Merlin. Les annexes de cette aventure comportent une bibliographie.

Découvertes récentes sur le Mythe propose des créatures originales (une divinité, un grand ancien, deux races de serviteurs), deux nouveaux livres maudits et deux sorts inédits, l'ensemble étant utilisable dans les scénarios précités. Un sommaire conclut le troisième livret.

- L'écran du Gardien se compose de quatre volets. Il comporte au verso plusieurs tables (tables des armes blanches, armes à feu, nouvelles armes, table de résistance, table des folies et phobies, etc.), des récapitulatifs de règles (pertes typiques de SAN, folie à durée indéterminée, dommages...), une liste de prix divers (communication, hébergement, nourriture, accessoires, entre autres) ainsi que les vitesses moyennes des modes de transport.

- Le dépliant représente au recto une Carte de la France mystérieuse où sont situés châteaux fantastiques, forêts sacrées, fontaines miraculeuses et autres lieux hermétiques (selon le modèle des "Guides noirs" des éditions Tchou). Au verso, le Plan de Paris vue d'en haut est une reproduction d'un plan d'époque.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 13 octobre 2009.

Critiques

Fab  

A l'époque, on savait les remplir, les grosses boîtes de jeu !!! Que de matériel pour cette vision de l'Appel dans la France des Années folles !!! Il y en a tellement qu'on ne sait pas par quoi commencer, et que les lectures prennent un temps fou.

Cela étant dit, il n'y a pas grand chose à laisser de côté : que ce soit l'historique, la vie quotidienne (100 pages !), le détail de Paris (pâté de maison par pâté de maison, avec les horaires d'ouverture et les prix !), les scénarios et aides de jeu... tout est bon ET utilisable en cours de partie. Une gageure.

C'est bien simple, c'est un supplément qui ressemble vraiment à un manuel d'histoire, et on apprend des tas de choses dans l'unique optique de les faire jouer. Quelle belle occupation que le jeu de rôles!

Seul point noir : il est quasiment impossible de se le procurer. Quoique avec un peu de chance, on ne sait jamais...

jeremy N  

Cette fois j'ai décidé de la ramener chez Descartes et j'invite tous les amoureux de "l'Appel" à lancer un Appel aussi grand que cette extension! Envoyez des emails pour une réédition de ce joyau, français de surcroit! Innondez les, c'est un crime de jeter "Les Années Folles" aux oubliettes comme d'ailleurs "les Fungi de Yuggot" et autre "Rejeton d'Azathoth". Cette extension est l'une des plus complètes qui m'ait été donné de lire, un travail historique, sociologique, psychiatrique (effets de la Grande Guerre sur la Santé mentale des personnages) avec un sens du détail impressionnant. Alors je vous invite à défendre ce qui élève le jeu de role au niveau "d'art". On est ici dans l'exellence et dans l'invitation à la connaissance. Brillant!

Olivier  

Ce supplément est tellement bon que je vais directement commencer par son seul mauvais point: un scénario exceptionnellement médiocre.

Le reste, tout le reste, est utile, passionnant, étonnant. Peut être le supplément le plus complet et le plus utile que vous lirez jamais sur la présentation d'un endroit 'réel' et son adaptation au Jdr.

Les lieux, les mentalités, la loi, la grande et la petite historie, les aspects les plus pratiques comme les plus pittoresques, la mode, les prix, les salaires...tout, absolument tout vous sera révélé sur le Paris des années 20.

Et la qualité d'écriture est excellente !

 

L'invasion continue !

Après avoir étendu ses tentacules sur le monde anglo-saxon, Cthulhu s'installe en France ! "Le Guide..." est un supplément français, permettant de mener des investigateurs dans notre beau pays. Que trouve-t-on dans cette énorme boîte (deux fois plus épaisse que d'habitude) ?

- le "Panorama" (112 p.) nous dit tout sur les années 20 en France. Passent successivement à la loupe : la "vie quotidienne" (tout y est, moeurs, arts, mode, politique, etc.), les "personnalités" (une centaine, du milliardaire au clochard), les "Droits et Devoirs du Citoyen" (enfin, on sait quoi faire avec les investigateurs qui enfreignent la loi), la chronologie, etc. Parfaitement documenté, c'est de loin le meilleur "Guide" historique pour L'Appel de Cthulhu.

- On quitte la loupe pour un microscope avec le "Guide de Paris" (112 p.) qui recense, quartier par quartier, tous les lieux pouvant servir de cadre à des investigations : écoles, bordels, journaux, musées, etc. Adresses, heures d'ouverture, numéro de téléphone, historique, tout y est (même les plans de certains bâtiments).

Ces deux livrets sont une base documentaire précieuse non seulement pour L'Appel de Cthulhu, mais aussi pour tous les jeux (Daredevils, Maléfices...).

- "Règles et Scénarios" (48 p.) explique ce que la Grande Guerre a pu faire à votre personnage (blessures, expérience supplémentaire), propose de nouvelles compétences et professions "d'époque", quelques nouveaux affreux-visqueux, et s'achève sur deux scénarios très originaux, étayés par une étude "technique" du spiritisme. Il y aussi une nouvelle feuille de personnage (plutôt moche), un plan de Paris, une carte de France (avec sites mégalithiques, châteaux mystérieux, etc.) et écran (beau mais fragile) avec des listes de prix en francs.

Bref, ce supplément est une petite merveille, à acheter d'urgence. Prix : 210 FF (cher, mais ça vaut le coup).

Tristan Lhomme - Casus Belli n°45

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques