Contenu | Menu | Recherche

L'imagination est plus importante que le savoir (A. Einstein)

La saga de Jai, épisode 3

Par Jérôme 'Ficheur fou' Bianquis

Rubrique : Grog
Date : 29 octobre 2010

Une nouvelle étape de nos révélations, toujours aussi intriguantes...

Episode 3 : Jai et le sport

Entre Jai-le-superbe et le sport, c'est une longue histoire d'amour… vache ! En effet, Jai-le-magnifique, seigneur et maitre du codage est un être parfait, complet et donc aussi omnipotent qu'omniscient. Ceci implique que le sport est SON domaine, comme tous les domaines d'ailleurs. Or donc, parfois le sport ne rend pas à Jai-le-grand l'amour qu'il reçoit de lui.

Voici  un exemple récent : imaginez –vous que Jai, ce géant parmi les hommes de notre temps, boite ! Et qu'il doit de surcroit porter une compresse sur le mollet. Ceci fait suite à un malheureux claquage musculaire qui s'attaqua sournoisement à notre athlète favori alors qu'il était engagé à fond dans une partie endiablée de foot. Quoi de plus commun que de se claquer le mollet au foot, me direz-vous ? Oui mais nous parlons de celui que ses amis appellent affectueusement le génie du Vercors et l'Isère de la pensée.  Il ne fait rien comme les autres. Son engagement physique dans chaque sport qu'il pratique est si total qu'il est capable de se déchirer un muscle de la jambe dans une partie de foot, oui mais de BABY-foot ! Cette précision donne toute la mesure de l'ampleur de ses capacités sportives.

Mais les relations de Jai-le-tout-puissant avec le sport ne sont pas exempt de difficultés, surtout lorsque qu'un fourbissime admin, que nous nommerons F. B. pour préserver son anonymat, s'en mêle. C'est ainsi qu'avec l'aide innommable d'une complice (innommable l'aide, pas la complice, qui elle est parfaitement identifiée), il fut entrainé dans un traquenard. Jouant sur la fierté de ce gladiateur des temps modernes, ils l'entrainèrent dans une course d'endurance, sans le prévenir de ce qui l'attendait réellement. N'écoutant que son courage et surement pas son rythme cardiaque, notre héros s'élança dans les alpages. Hélas, trois fois hélas, après un épuisant et interminable marathon de 1,2 km, notre héros, arrivé au delà des limites humaines, s'effondra dans l'herbe, pantelant, au bord de l'asphyxie. Le couple infernal, à l'insondable duplicité, pris de remord, dut faire appel au SAMU !

Mais Jai-l'éternel-vivant ne renonce jamais. Pour repousser encore les limites de l'exploit, il a entamé un programme sportif drastique. Il fait des heures d'entrainement en salle par jour, en manoeuvrant souris et claviers sans cesse, tout en travaillant sa capacité à respirer assis sur une chaise. Sa maitrise de ces instruments en qualité d'art martial lui vaut bien entendu largement la ceinture noire dans tous les sports de combat sur fauteuil.  Il est à noter qu'il aurait, selon certains,  renoncé à l'alcool, au tabac et au sexe, rien que pour pouvoir améliorer encore ses performances inhumaines…

D'aucuns racontent que Jai-le-suprême aurait peur de l'eau, voir qu'il ne saurait pas nager. Billevesées et calembredaines ! Rien de ce qui est humain ne lui est étranger. C'est l'eau qui a peur de lui, et le fuit chaque fois qu'elle le peut. Ceci d'ailleurs explique l'odeur si personnelle de notre héros. Heureusement celui-ci dispose d'une ventilation ultramoderne par la technique dite du "Nuage de mouches".  Mais notons que, mesquinement, F. B. en a profité pour lui interdire sa piscine, tant qu'il n'y aurait pas quadruplé la dose de chlore.

Nous voyons ici Jai, qui avec sa modestie ordinaire, célébre une nouvelle victoire au Baby-foot.

A bientôt sur notre antenne, avec le nouvel épisode : Jai et le jeu...