Contenu | Menu | Recherche

N'est pas mort celui qui peut être l'objet d'un crowdfunding

Junky Joe

Illustrateur

Illustrateur de couverture

Identité

Biographie

Je suis originaire de Marseille. J'ai découvert les JdR au début des années 80... 81? avec un Jeux & Stratégie : "Qu'est-ce que le jeu de rôle ?"... Très vite le concept m'a emballé, et j'ai entraîné des potes dans une partie improvisée, avec des figurines de schtroumpf... pas très convaincant... J'ai ensuite embrayé avec les wargames, les International Team et autre Squad Leader. Tout allait pour le mieux dans la meilleure des blitzkrieg, entre une partie de Cthulhu et de Légendes Celtiques, jusqu'à ce qu'un pote de lycée me parle de son séjour aux "semaines de l'hexagone". Ce fut le début de la spirale fatale. Je me suis quand même frappé deux "migrations barbares" à cheval, je me rappellerai toujours de François Marcela-Froideval me poursuivant avec son katana pour une  barre de Mars... oui... ca marque ce genre de truc...

Résident de la session 85 des "semaines de l'Hex", je rencontrai Croc. Nos penchants communs pour la musique métal et ma propension à lui dessiner des fils du métal chantonnant l'air de la pub des sentorettes lui fit découvrir en moi le dessinateur jeune, brillant, punk et plein de conneries qu'il cherchait, et ce fut le début d'une collaboration de quelques années, brèves mais riches en partage en biberine. J'étais jeune à l'époque, et pour tout vous dire, le premier paravent de Bitume fut quasi essentiellement réalisé en cours d'anglais (c'était une autre époque mes amis...). Nous étions djeunz, nous étions fous, les concerts se succédaient au rythme des festivals de JdR (le Jet d'Or de Vitrolles, le méga festival SFO à Toulon sur le Fort faron, etc., etc., etc.).

C'est d'ailleurs un funeste été... 91? 92? sur ce même Fort Faron que ma collaboration avec Croc cessa. Pourquoi ? Je n'en suis pas sûr moi-même, il est évident que j'étais très jeune, que je ne tenais pas la route à côte d'un Vatine, Siroz commençait à se professionnaliser, pi l'éloignement géographique, j'avais un peu trop sympathisé avec Mathias Twardowski (aaah, ce concert de Slayer...), et surtout Jérémy Le Gall, l'auteur de Aliénoïds, et malheureusement d'un pamphlet anti "monde du JdR" où j'avais été malheureusement impliqué en faisant des caricatures à l'insu de mon plein gré. Pamphlet qui s'était avéré peu amène envers Croc, et la blague de potache s'était transformée en bain de sang sur fond de guerres de droit d'auteur, enfin, un truc bizarre et compliqué d'adultes.

Je préfère vous prévenir de suite, aucune aménité ni mauvaises ondes dans mes propos, je témoigne à titre historique pour la base de données du vaisseau Grog et garde de cette époque un souvenir enchanté. Nous vivions à 200 % tous azimuts, nous emmerdions le Front Nazional et la Sarkozie relevait de la science-fiction Dark Fantasy, brefle, c'était achteuh bien et vous avez raté quelque chose les djeunz !

Du coup, ça a été un peu creux après, avant que je ne me fasse happer par le monde des images de synthèse, et que je perde du coup quasi toute vie sociale... J'ai gardé de loin contact avec le monde du jeu grâce à mes incursions dans les cinématiques des jeux vidéo (Prisoner of Ice, Dungeon Keeper II...), mais l'époque JdR hardcore était bien révolue, pour moi.

J'ai depuis, ça devait être au début du siècle, croisé par accident au métro Stalingrad une grande figure bitumineuse, Zlika, en pleine cohue, ses rollers au pied, et comme dans un mauvais film, handicapé par la foule, je n'ai pu le rattraper et l'ai vu disparaître, se glissant avec aisance au milieu du chaos tel un elfe du patin à roulette (un elfe mal rasé quand même). Depuis, aucune niouze de la bande.

Etant un peu à fond dans le monde de l'informatique, j'ai plongé avec délices dans les adaptations des wargames de mon enfance, fini les heures de placement de pions et les chats destructeurs de front de l'Est. J'ai par contre toujours refusé de rentrer dans le MMORPG... mon expérience humaine fondatrice du "vieux" JdR autour d'une table me faisait appréhender cette option comme une trahison inexpiable... Il a fallu que ces salauds de Biélorusses sortent "World of Tanks"... AAAARGH !

Mes projets actuels ? Ben là (août 2011) je suis toujours sur les FX, je suis responsable de la superbe (j'insiste) autochenille du "chat du rabbin", et là je suis sur un projet de monstres à tentacules et de chut me dit le producteur...

Depuis, je regarde, de loin et d'un air amusé, les Kaamelott et autres donjons de Naheulbeuk. C'est quand même bien maintenant, ya plein de meufs qui jouent au JdR, et les épées et costumes de GN ressemblent à autre chose que les costumes de clochard qu'on se fabriquait tant bien que mal avec des rebuts de Prisunic. Et pi ya le Grog, ces saints archivistes, dont la noble tâche fait remonter d'agréables moments à des vieux cons de ma trempe (pour faire crédible, je vais tirer sur ma pipe... là... c'est bon).

Salut les gens, salut les bitumineux, salut le Grog, BONS JEUX !

Le bon mot de la fin : "L'humour germano-tracté, c'est quand même tiré par les schleus".

Ouvrages Professionnels

Illustrateur(s)
Parution
Gamme
Editeur
Bitume
quatrième édition
janvier 1987BitumeFutur Proche
France 2009
première édition
janvier 1987BitumeFutur Proche
Illustrateur(s) de couverture
Parution
Gamme
Editeur
Compagnie de l'Ombre (La)
première édition
janvier 1987BitumeFutur Proche
Ecran (L')
première édition
janvier 1986BitumeFutur Proche
Sur la Piste des Drakkars
première édition
janvier 1988BitumeFutur Proche

Cette bio a été rédigée le 25 novembre 2009.  Dernière mise à jour le 9 août 2011.