Contenu | Menu | Recherche

Non, pas l'auteur de Bitume...

Thoan

.

Références

  • Gamme : Thoan
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Descartes Editeur
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 1995
  • EAN/ISBN : 2-7408-0100-9
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

livre à couverture rigide de 430 pages

Description

Ce volumineux livre de base contient, dans l'ordre des chapitres :
- Une introduction aux jeux de rôle en général et à Thoan en particulier. Cette présentation inclut un court récit interactif (sur le modèle des "livres dont vous êtes le héros"), qui initie aux mécanismes de jeu de Thoan.
- Le système de jeu, qui présente une liste exhaustive des actions fréquemment rencontrées dans Thoan (le combat, mais aussi les déplacements et les poursuites, etc.).
- La création du personnage, à partir d'une liste d'archétypes que les joueurs adaptent ensuite selon leurs préférences. Ces archétypes vont du terrien au thoan amnésique, en passant par l'amazone ou le satyre.
- La présentation de l'histoire des Thoans, de leur culture, et de quelques uns de leurs représentants les plus célèbres.
- Des conseils de jeu et un résumé des romans.
- La description de la technologie thoanne, et notamment des portes qui permettent de passer d'un univers à l'autre.
- Un bestiaire, qui va de l'antilope au redoutable waganassit, et une liste de créatures intelligentes.
- Un index, une bibliographie, et des feuilles de personnage à photocopier.

Mais le coeur de l'ouvrage, c'est la description d'Alofbethmin, le monde à étages, qui est l'univers le plus présent dans la saga. Cette description s'étend sur plus de 150 pages, le monde à étages ayant vocation à devenir le décor de campagne du jeu.

Ce monde flotte dans un ciel vert, tel une pièce montée gigantesque de cinq étages. Chacun des étages, sauf le dernier, est donc surplombé par la falaise en son centre, qui supporte le reste de la structure. Du fait des dimensions du monde, et de la taille des falaises, chaque étage est isolé des autres et possède un écosystème et des cultures qui lui sont propres. Beaucoup sont inspirées des cultures et de l'histoire de la Terre, les premiers habitants du Monde à Etages ayant été importés de notre monde.

- Le premier étage, appelé Okéanos, héberge des créatures issues des mythologies grecques (satyres, faunes, dryades, centaures,...), qui vivent sans connaître la vieillesse une existence de plaisirs et d'agapes.

- Le second étage, Amérindia, regroupe des cultures inspirées du Nouveau-Monde : Amérindiens, vikings, indiens pré-colombiens, et féroces hommes-chevaux anthropophages. C'est l'étage le plus vaste, et il est économiquement dominé par la civilisation tishquetmoac, qui rayonne à partir d'une capitale creusée dans une pyramide de jade.

- Le troisième étage, Dracheland, puise à une autre source : on y trouve des chevaliers médiévaux, des sarrasins, et des sémites appelées khamshems. La culture et la technologie sont médiévales, il y a un certain niveau d'urbanisation, même si les khamshems ont souvent à pâtir des ambitions de leurs voisins.

- Le quatrième étage, Atlantide, est un monde de jungle déchiré par la guerre que se livrent atlantes, amazones, anthropoïdes, et négroïdes.

- Enfin, le dernier étage, au sommet du monde, est le siège du palais au seigneur régnant.

Afin d'exploiter les possibilités de ce monde, trois scénarios sont fournis à la fin de l'ouvrage. Indépendants, ils peuvent aussi s'enchaîner, et servir de prologue à la campagne d'Arwoor. Le premier se déroule sur Okéanos, le second sur Amérindia, et le troisième débute sur Dracheland.

Une version "de luxe" de ce livre existe, avec une couverture en cuir noir, et une illustration plus petite.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Munin  

Bon, j'avoue que je ne suis pas tres objectif : j'adore les bouquins de Ph. J. Farmer. Aussi je n'allais pas passer à côté de Thoan. Mais impossible d'être déçu par ce jeu : la masse de données de jeu est énorme, les 43O pages regorgent de renseignements. Les esprits chagrins diront que c'est dommage que le livre de base ne parle que du Monde à Etages, mais je reponds que :

- mieux vaut un monde décrit dans ses moindres détails et parfaitement jouable que de courtes descriptions inutilisables de tous les mondes apparaissant dans la serie.

- le Monde à Etages est un fantastique décor de campagne.

- si Descartes n'avait pas arrêté le jeu, on aurait bien plus de matériel aujourd'hui.

- les fans de Thoan sont très actifs et il n'est pas difficile de trouver des scénarii et des mondes inédits sur Internet.

Ce que j'apprécie aussi dans Thoan, c'est son côté "héroïsme et aventure", rafraîchissant, dépaysant et réjouissant. En fait, par rapport à des jeux comme Hero Wars ou Feng Shui, Thoan fait figure de précurseur.

En plus, le jeu est bien conçu, bien illustré, bien rédigé. Mon seul rapproche ? Un système de combat un peu lourd, mais rien qui ne soit irrémédiable.

sarozen  

Le meilleur jeu de role auquel j'ai joué: un bon systeme de jeu, original et clair, et surtout simple à comprendre!

Ce jeu de rôle est en lui même original puisqu'il allie technologie et primitif, il est assorti de races aussi différentes qu'interressantes. Une agreabilite de jeu sans egal ou les actes héroïques sont de rigueur!

bref tout ca pour dire que Thoan est un des meilleurs jeu de role que j'ai connu!

Alfange (dryade)  

Un beau jeu à l'univers intéressant. Le système de jeu peut paraître lourd et ardu au premier abord, mais se révèle relativement réaliste au final.

Finrod  

Voici l'article que j'ai écrit pour le Fanzine Zombi
http://fanzinezombi.free.fr/Le monde des Thoans
Thoan est un Jeu de Rôle Français publié en 1994 par Jeux Descartes. Tiré du cycle en 7 volumes de Philip José Farmer, La saga des Hommes-dieux, c'est un jeu de rôle riche et exotique qui détonne dans le Paysage Ludique Français ( Le PLF ;-) ). Les joueurs sont invités à évoluer dans un des nombreux univers de poches crées par une race d'être très en avance technologiquement : Les Thoans.

L'univers décrit dans le livre de base est celui du Monde à étages, un monde en forme de Plateau superposés, les étages étant séparés pas une immense montagne, presque une falaise, très dure à franchir et formant la base du plateau suivant. Le monde comporte 4 grands plateaux et le palais du seigneur, créateur Thoan du monde, trônant au sommet.

Les quatre étages du monde
Le premier étage en partant de la base, Okéanos, est une sorte de plage paradisiaque infinie où vivent des créature tout droit tirées de la Mythologie grecque, Dryade, satyre, centaure... le second plateau, Amérindia ressemble à une version idéalisée des grandes plaines de l'Amérique bien avant l'arrivée des occidentaux, on y trouve aussi des populations importées de la terre comme les Indiens ou des descendants des Vikings et des peuples Mayas, la capitale de ces derniers étant une pyramide de Jade titanesque, véritable labyrinthe urbain. Dracheland est un plateau périlleux ou se côtoient des populations très diverses et souvent antagonistes, des tribus proto-sémites vivant dans la jungle qui encercle le plateau et des peuples vivant dans un style médiéval/féodal n'ayant rien à envier aux chevaliers de la table ronde en bravoure qui occupent le centre fertile du plateau. Le plateau d'Atlantide est lui aussi ceinturé d'une jungle dangereuse dans laquelle vivent des tribus de farouches négroïdes, de féroces amazones et de singes intelligents, les anthropoïdes. Au centre se trouve les ruines du glorieux Empire Atlante, détruit pas les incessantes tempêtes provoquées par Le Seigneur en colère...

Thoan est un Jdr multiunivers permettant des aventures d'une grande diversité, aussi bien d'Aventure que d'Intrigues. Les personnages à incarner sont originaux et intéressant, du Terrien égaré sur un autre monde au satyre d'Okéanos en passant par le Chevalier Drachelander, la Dryade ou même le Thoan Seigneur déchu...

Projets
Malheureusement, bien que le jeu se soit suffisamment vendu pour être rentable, une mauvaise politique éditoriale à empêché qu'il connaisse le développement qu'il aurait mérité. Seul l'écran de jeu et la première moitié d'une campagne : Arwoor, sont publiés à ce jour. Cependant, des fans déterminés ne baissent pas les bras et ont réussis à faire publier, sous forme amateur, la suite officielle d'Arwoor : La Chute d'Arwoor. D'autres suppléments sont en préparation, il s'agit surtout de mettre en forme les suppléments qui existaient déjà pour la publication officielle. Un fan club très actif existe et va sortir très bientôt un Fanzine trimestriel dédié à Thoan. Le premier numéro est prévu pour Septembre. Un Anneau de Sites à été mis en place par les fans dont la page de départ est http://www.thoan.fr.st. Un véritable mouvement de soutien au jeu est en train de se former et les choses bougent énormément. Vous entendrez parler de Thoan dans les mois qui viennent c'est sûr.

Erythéïa  

La saga des Hommes-Dieux de Philip José Farmer est l'un de mes cycle préféré. C'est donc avec enthousiasme que j'ai commencé à jouer à Thoan. Je n'ai pas été déçue!

Ce JDR est une réelle réussite, grâce à lui vous pouvez jouer des heures et des heures sur le Monde à Etages. Très fidèle à la saga, j'ai retrouvé dans ce jeu le souffle épique et l'exotisme qui font le charme des aventures de Wolff, Chryséis, Kickaha et Anania.

N'hésitez plus franchissez la porte :-)

Duncan  

Un coup de Coeur !!! Que dire de plus !!!

Que le jour ou j'ai eu le malheur d'arrêter Thoan à mon groupe ceux-ci au bout d'un mois m'ont supplié THOAN pour qu'il revienne ! :) Ce qui est frappant c'est que l'on peut pratiquement tout faire avec ce jeu : jouer du med-fantastique, de la science fiction, des enquêtes à la Ctulhu, dans des mondes imaginaires ou non, avec des règles claires qui offre au MJ des marges de sécurité et ne le noie pas sous les tableaux !

On me dit "Thoan ! Ahh les règles sont compliquées je crois !!!" Conneries !!!! C'est simple pratique épique et ceux qui disent qu'il y manque la magie, alors, qu'ils me trouve un magicien capable de créér un monde, des sociétés, de lancer des boules de feux "ravageant" 15 km de terrain et alors on verra quelle est la véritable "magie" !!!

THOAN est EXTRA ! THOAN n'est pas MORT !!! Et si vous voulez l'essayer : www.thoan.fr.st !!!

Cyril Pasteau  

Si vous avez parfois des visions d'un futur où le pouvoir absolu habiterait seul dans son palais chromé, tandis que les malchanceux de l'Histoire croupiraient dans les bas-fonds du monde.

Si vous pensez que la science-fiction se doit d'avoir un pied dans la réalité pour nous faire rêver. Et que la science est un magnifique moyen de tester l'esprit humain.

Si vous aimez les héros pleins de panache.

Si vous avez envie de jeter aux orties le space-opéra hyperspatial classique, et expérimenter un genre à part. Explorer des mondes dominés par les derniers représentants d'une race mourante, chasser un jour le bison sur les plaines du Monde à Etages et se glisser le lendemain dans les rues de Paris, à la faveur de la découverte d'une porte thoanne.

Si vous cherchez un monde où les humains ont vraiment une raison d'être la race dominante de tous les mondes, plutôt que les autres humanoïdes.

Si vous aimez Macbeth et ces tragédies shakespeariennes dans lesquelles des familles royales s'entredéchirent.

Si vous aimez Ambre, et que vous voulez vous mettre à la science-fiction, par exemple en explorant le monde qui a inspiré Zelazny et lui a donné l'idée d'Ambre.

Si vous aimez l'idée de pouvoir inventer un monde de A à Z, en décidant quelle forme aura l'espace, quelle couleur aura le soleil, quelle langue parleront les habitants.

Si vous aimez jouer des personnages mégalomaniaques, des génies du mal immortels, ou au contraire des créatures révoltées contre leurs créateurs, cherchant à survivre libres de leur joug.

Si vous avez envie de secouer la diversité de cent siècles et de cent paysages dans un mixer, et de vous amuser des contrastes ainsi créés, tout en étant assurés qu'il ne s'agit pas d'une excentricité autre que celle du maître des lieux.

Et bien, dans ce cas-là, cela sera peut-être aussi le coup de foudre pour vous. Je l'espère, car pour moi il y a eu un avant et un après Thoan.

Ashram  

Vraiment décevant... Le système de jeu, d'un autre âge, est trop lourdingue, notamment les combats qui sont vraiment indigestes!!! Dommage, le background est pourtant intéressant et aurait gagné à être servi par des règles plus fluides...

Omnios  

Visiblement, les critiques précédentes (à l'exception de celle d'Ashram) ont été écrites par des fans du jeu. On sent l'enthousiasme suinter de chaque mot :)

Cependant, je me dois d'apporter un bémol :

Le système de jeu est relativement dense, et les combats sont trop complexes. Le principe des échelles est intéressant, mais il est rarement utilisé. Etait(il nécessaire de créer 6 échelles de valeur, quand seulement 2 - voire 3 - sont utilisées ? A l'exception de la technologie thoanne, des scores de force, ou de la vitesse de nage, je n'en vois pas les applications concrètes. Le système, au final, tourne, mais il n'est pas très digeste. les combats sont trop longs (pour ma part, je l'ai réécrit, en me servant de Feng Shui : Shaolin Kickaha !!!)

Les romans ont vieilli, et pas très bien : ce sont des successions de courses poursuite et de scènes d'action, avec ce qu'il faut de jolies pépées et de méchants machiavéliques. Zelazny a fait beaucoup mieux avec Ambre.

Les aventures sont linéaires, et se résument à des jets de dés : survie, chasse, pistage, combat, course poursuite, combat, désamorçage de pièges.Le monde à étages est rigolo, mais bon... on s'en lasse.

Bref, un jeu sympa, pour les vacances à la rigueur, mais pas le setting du siècle. Il a pour lui d'être très bien réalisé et illustré (si on accroche au style, et qu'on n'est pas rebuté par les poitrines féminines dénudées).

Emmanuel 'ketzol' LANDAIS  

Le système de jeu est très bien fait et à mon avis adaptable à un système générique tel que gurps. L'univers quant à lui est riche et le nombre de possibilités infini !

On rigole bien à jouer à ce jeu. Les illustrations sont superbes ! A essayer.

Nyckeau  

Pas mal. L'univers est original, permet beaucoup de choses, mais ressemble un peu à un gros fourre-tout par certains cotés. Mais la liberté qu'on en retire est cependant extraordinaire si le MJ à du temps pour développer les choses, et notamment les mondes.

Le système de jeu lui est original et épouvantablement lourdingue: ça plombe un peu le jeu, et les combats ne sont pas facile à gérer. Descartes n'édite plus rien, mais il existe une très active communauté de fans sur le Web (présents au monde du jeu), qui éditent des suppléments, un zine... Bref le jeu n'est pas mort, et mériterait une réédition avec un système plus fluide, convenant plus à son aspect Héroique. Sinon le livre de base est épais et très bien fait...

Kobal  

Je vais être totalement subjectif puisque fan de cet univers : ce jeu est excellent.

Il compile toutes les informations décrites dans la saga tout en y ajoutant de nombreux éléments originaux totalement en accord avec les écrits de PJ Farmer. A la limite, il est bien difficile de dire de qui provient un paragraphe particulier. C'est là l'une des grandes forces de cet ouvrage.

Les règles, bien que relativement simulationnistes, permettent de ressentir le souffle des aventures épiques des héros de la série. Un univers grandiose, des héros d'exception, des pièges abominables, des êtres fous et surpuissants, que demander de plus ?

anonyme  

Un cher mais superbe jeu très fidèle à l'oeuvre de Farmer, et meilleur que les romans. Nous y avons joué un an, avec beaucoup de plaisir : l'action y est à son summum, et le monde admirablement décrit. Quant à l'art, rien à redire.

Thoan se démarque également par la quantité de femmes dévêtues qu'on y trouve, et de fait je ne crois pas qu'un autre jeu publié à ce jour (2002) ait montré à un tel point les mystères de l'anatomie féminine, sans sombrer dans le vulgaire toutefois. À noter que l'aspect "érotique" assez présent dans Thoan reste léger et n'a rien de sordide.

Seul défaut, une relative lourdeur du système de jeu.

Sven  

L'ambiance et l'univers du jeu sont excellents. La possibilité de jouer des personnages complètement différents les uns des autres dans un même groupe (genre: chevalier teutonique et Marine américain...) rend les parties imprévisibles.

Mais par contre, le système de combat est le plus mauvais que j'aie jamais vu. Tout est basé sur le nombre d'actions que l'on peut faire dans un round !!! Et la création de personnage est à surveiller par le MJ. Car il est possible de créer des gros bills invulnérables qui pulvérisent tout d'un coup de griffe.

Conclusion : système de points d'action à changer, création de Pjs à surveiller.

Arnaud Vidal Bertran  

J'ai été joueur à ce jeu, et j'ai adoré jouer un aviateur allemand de la première guerre mondiale échoué sur un monde paradisiaque et mythologique. Le jeu était superbe, poétique (et ça j'adore), mais le MJ jouait sur le dialogue et évitait les jets de dés. Puis j'ai basculé du côté du MJ, et là, j'ai vite compris pourquoi...

Le système est lourd sur les interactions, les combats (souvent nécessaires pour un souffle épique) sont très longs, avec ce système de codage des intentions d'actions avant de faire jouer le round en cours... et le réalisme cause une énorme mortalité chez les joueurs.

Même avec le principe des portes dimensionnelles, il est difficile de faire respawner le nouveau personnage du joueur qui n'a pas eu de bol au milieu du groupe, surtout quand ce joueur veut continuer à jouer un "fae" du RdC du monde à étages et que le groupe est dans un autre univers ; cela ressemblait trop à Paranoïa.

Pourtant le jeu est beau, je ne sais pas encore comment le prendre pour bien le maîtriser. Surtout certaines inégalités, qui poussent les joueurs à mettre un maximum en Réflexes pour cartonner sur le nombre d'actions par round... Peut-être, comme mon ancien MJ, évaluer les actions, et ne solliciter les jets de dés qu'extemporanément. Une chose est sûre, ce n'est pas un jeu qui laisse indifférent !

Groumphillator  

Saluons la prestation ! Il faut bien avouer que ce bouquin est vraiment énorme. J'étais un peu sceptique en ouvrant Thoan car je n'aime pas Farmer, mais ce que j'ai apprécié dans ce livre, c'est qu'il n'y a pas besoin d'avoir lu l'oeuvre dont il est inspiré, on peut facilement s'en passer. Le background est décrit dans les plus petit détails, on sait tout de chaque monde : les fêtes, les coutumes, les habits ou les prénoms courants.

J'aime bien également la création de personnage, car le choix des classes est vaste, trés vaste. Certains diront trop. D'ailleurs, cela aurait même tendance à peser sur le lecteur novice. Pour une fois j'aurais préféré un petit peu moins d'infos, quoique je ne vois pas pas où en enlever.

Le bouquin est énorme. Vraiment. Je pense qu'il faut être sacrémenent motivé ou fan pour le lire d'une seule traite. Pour ma part j'ai décroché de temps en temps. Le système est lourd à crever. Mais bon, comme cela est précisé à plusieurs reprises, cela doit être fait pour être en adéquation avec les bouquins.

Un truc qui me gène aussi et la présence quasi-systématique de la fameuse harpie. Si elle tient un rôle important dans le bouquin visiblement, ce n'est pas le cas dans le jeu puisque c'est une race presque interdite. A quoi bon faire réver les joueurs ? Mais bon c'est du chipotage. Thoan est un très bon jeu, très complet. Au final, un jeu vraiment honnête et dépaysant.

Belial  

Je me suis récemment replongé dans ce jeu que je n’avais pas pratiqué depuis plus de quinze ans à l’occasion d’une partie d’initiation (pour lesquelles il est particulièrement bien adapté, je pense). Et ô joie il m’a procuré les mêmes bouffées d’adrénaline et élans de ravissement qu’au bon vieux temps.


Clairement pour moi Thoan est un super jeu d’aventure. Le monde à étages qu’il décrit dans le livre de base est une source inépuisable de scénarios hauts en couleurs, épiques et bourrés d’action. Je m’étais toujours demandé, gamin, si un jour un type aurait le courage de pondre un univers en forme de pièce montée. Eh bien Farmer l’a fait.


Le second point intéressant du jeu c’est la cohabitation de civilisations (humaines ou assimilées) relativement primitives avec des êtres supérieurs employant une technologie qui les dépasse. Les Seigneurs Thoan apparaissent aux yeux des PJs exactement comme ils le devraient : mystérieux, dangereux, puissants, déments.


Personnellement je suis très indulgent avec le système de jeu : certes en 2013 il apparaît lourd, trop mathématique, trop « simulationniste », mais il a le mérite de tourner parfaitement et de bien émuler la face héroïque du jeu. Le système de combat est intéressant et efficace, les règles subsidiaires type course, etc. sont bienvenues. Les points d’héroïsme semblent très classiques aujourd’hui mais à l’époque c’était plutôt innovant. Au final le système n’est pas une faiblesse du jeu, même s’il n’est pas sa principale force.


Pour la forme c’est le sans faute. Les règles sont complètes, le Monde à Étages est décrit en long, en large et en travers, un super boulot a été fait, il faut le reconnaître. Point de vue graphique pour l’époque c’était bluffant et même aujourd’hui ça a encore de la gueule et rappelle avec sa maquette et ses illustrations tout en rondeurs et douceur qu’on peut rendre quelque chose de plaisant sans y mettre des louches de dark ou une énième imitation de parchemin.


J’ai quelques reproches qui m’empêchent de monter la note à 5 : d’abord c’est le problème récurrent des jeux où on se retrouve avec un groupe très hétéroclite d’individus venues d’étages voire de mondes différents sans qu’on sache exactement ce qu’ils fichent ensemble. Ensuite il manque un trait d’union entre les PJs et les Seigneurs (vraisemblablement leurs ennemis/alliés à long terme). Enfin l’aspect multivers du jeu (le Monde à Étages n’est qu’un des nombreux mondes de l’univers puisque chaque Seigneur a créé le sien) n’est pas du tout exploité, la faute au manque de suivi de Descartes. Enfin j’aurais voulu que le jeu propose au PJ d’incarner des Seigneurs, une option à mon avis très intéressante. Là encore impossible sans suivi.


Bref à défaut d’avoir un très bon jeu complet on a un excellent demi-jeu qui a encore de quoi satisfaire quelques légions de joueurs. Moyennant un investissement conséquent du MJ il y a de quoi monter quelque chose d’exceptionnel.

Critique écrite en juin 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques