Ecran de Tenga

.

Références

  • Gamme : Tenga
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Ecran
  • Editeur : John Doe
  • Langue : français
  • Date de publication : janvier 2013
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

  • Ecran à 4 volets au format 16 par 24 cm
  • Livret de 36 pages au format 16 par 24 cm

Description

L'écran se compose d'une illustration côté joueurs et de tables côté meneur de jeu. Celles-ci comprennent la liste des compétences, un résumé du système (faire un test, porter une armure, gestion du karma) et les tables qui l’accompagnent (jets en opposition, réussite...) et de combats (portée et modificateurs de tir, blessures et récupération...). Le dernier volet propose des listes de plats et mets usuels, un générateur de scénario, le calendrier des travaux des champs et un rappel des six étapes clés d'un scénario.

Le livret fournit un cadre de jeu ouvert accompagné d'accroches d'aventures et de campagnes. Il est consacré au domaine Ukita. Riche de pas moins de 450000 âmes, ce domaine, qui s'étend sur quatre provinces dont deux disputées, est un parfait exemple des vifs changements qui secouent le Tenga. Unifié par Ukita Naoie à force d'intrigues et de guerres, le domaine vient de passer à son jeune fils. Pour conserver sa succession, il est obligé de renforcer son alliance avec les Oda, ses principaux opposants se voyant octroyer l'administration du domaine. Il en résulte un équilibre fragile qui n'attend qu'une goutte d'eau pour être rompu...

La couverture, qui reprend aussi les crédits, est suivie par une page expliquant comment utiliser ce supplément. Celui ci se divise ensuite en deux grandes parties.

La première (9 pages) décrit le domaine des Ukita. Elle en brosse un portrait général accompagné d'un plan, puis s'attache à son histoire et à son organisation politique et militaire. Des pistes d'évolutions possibles de cette situation sont fournies. Cette partie offre ensuite des idées de scénarios ou campagnes exploitant le cadre décrit et se termine par une liste des personnalités de la région - dont certaines sont historiques.

La seconde partie (24 pages) détaille quelques uns des principaux lieux du domaine :

  • Le chateau du corbeau doré, siège du pouvoir, et la ville d'Okayama qui le borde, capitale des Ukita
  • La demeure des nobles Yotsursuyi
  • Le sanctuaire de Kibitsu
  • L'auberge Sanba
  • Le champ de bataille de Makiyama
  • Le village d'Akimura
  • Le fort du mont Ryûô

Chaque lieu comprend, outre sa description elle-même, plusieurs exemples de personnages l'occupant, chacun venant avec une liste d'interactions possibles avec les PJ (un médecin en fuite peut avoir besoin de leur aide pour trouver un ingrédient, un rescapé leur demander une escorte, etc.).

L'ouvrage se termine par un synopsis de scénario d'une page.

Cette fiche a été rédigée le 15 janvier 2013.  Dernière mise à jour le 18 janvier 2013.

Critiques

Hybban  

Vous l'attendiez depuis près de 2 ans, le voilà enfin. Et le moins qu'on puisse dire c'est que l'attente fut méritée. Bon, je vais faire la conclusion tout de suite pour ceux qui n'aiment pas lire. Cet écran est indispensable et il ne faut pas passer à côté si vous aimez Tenga. Je lui mettrais bien un 9/10; mais étant limité à une note sur 5, ça sera 4. Nul n'est parfait !

Alors qu'est-ce que cet écran et ce supplément ont de si bon. Tout d'abord l'écran possède côté joueur une très jolie image, c'est toujours appréciable et côté meneur toutes les tables nécessaires pour mener à ce jeu. Il est très bien fait, très pratique.

Mais c'est le supplément qui à lui seul vaut l'achat. En effet, aussi excellent que Tenga soit, le jeu vaut surtout son pesant de cacahouétes en campagne, mais il est difficile de savoir comment aborder cette période historique, quoi faire, comment le faire et avec qui.

En proposant une région précise, une liste impressionnante de PNJ, tous pris dans une toile d'intrigues qui les dépasse, en donnant des dizaines d'accroches de scénar, ce supplément propose un bac à sable des plus intéressant. A part les 2-3 lectures nécessaires au MJ pour s'approprier le tout (c'est qu'on en a de l'info en 36 pages), je crois que laisser ses joueurs se mettre seul dans les ennuis et dans l'embarras sera parfait. L'équilibre de la région est précaire et il suffit d'un grain de sable pour...

Bon, si c'est si génial, pourquoi ne pas mettre la note maximale. D'abord, parce que le synopsis qui se trouve en dernière page mérite bien mieux. Le supplément aurait du avoir 4 pages de plus avec un exemple d'arc de campagne. Ca donnerait un exemple des répercussions possibles des actions des joueurs. Enfin, même si les illustrations des différents endroits sont superbes, une galerie de portrait des principaux protagonistes aurait été appréciable. Surtout quand on voit la qualité des portraits du LdB.

Bref du pinaillage, mais qui laisse à penser que l'auteur peut nous fournir d'autres suppléments de qualité pour ce jeu (ou d'autres jeux hein) sans se reposer sur ses lauriers :)

Critique écrite en février 2013.

Glorieux, Thomas  

Bon, pour moi l’écran de Tenga  se place directement dans les meilleurs que j’ai eus. Son livret donne en effet un cadre de jeu des plus réussi.

Il décrit en effet  les principaux lieux d’une région (ville, château, monastère, village..) avec pour chaque lieu, ses pnjs principaux.

On commence d’abord par le lieu, sa description physique, son histoire et les enjeux qui tournent autour. Puis on passe à la description de plusieurs PNJs plus ou moins liés à l’endroit ils se trouvent.

Chaque PNJ peut donner lieu à une aventure et est bien souvent relié à un autre personnage. Il est souvent issu d’un lieu différent, ce qui permet d’inciter les joueurs  à les visiter et  du coup rencontrer de nouveaux PNJs et ainsi recommencer le cycle. On peut donc  lancer les PJs dans une campagne de longue haleine.

Cerise sur le gâteau chaque PNJ et lieu ont droit à un générateur aléatoire de scenario. (C’est fort pratique quoique quelques-uns sont assez abscons.. genre "vous voyez un dessin de renard qui vient de vous sourire". Euh …oui…). Un index avec pour chaque personnage son numéro de page permet de s’y retrouver.

Un reproche tout de même : j’aurais aimé avoir la fin, c’est-à-dire ce qu’il va arriver aux Ukita après la mort de Nobunaga... Bon du coup j’ai regardé sur Wikipédia.

Concernant l’écran je n’ai pas accroché à l’illustration même si elle est parfaitement dans le ton... Je le trouve un peu trop « dépouillé »...Mais bon c’est plus une question de gout qu’autre chose.

Bref je suis content de mon achat ! Honnêtement si je devais me lancer dans une campagne je pense que j'essayerais d'imiter la forme tant je la trouve pratique : elle permet par différentes accroches de faire plonger les pjs dans les intrigues principales d'une campagne et ce quelles que soient leurs origines, fonctions...

Critique écrite en février 2013.

thex  

Aller, j'y vais de mon petit retour moi aussi :

J'ai aimé :

  • L'écran solide à durée de vie longue et possédant un résistance certaine aux verres renversés.
  • Les illustrations. Magnifiques, inspirantes, utilisables pour le contexte proposé mais pas que.
  • Les nouveaux archétypes/PNJ qui sont bien travaillés et vraiment profonds. Impossible de trouver un perso creux, vite fait et passe partout dans ce livret. Le moindre intervenant à un BG formidable. En tant que joueur j'aurais du mal à choisir au milieu de tant de possibilités.
  • Les accroches. très utiles pour pimenter un scénario, une campagne ou encore pour démarrer carrément sa campagne (et comme tous les éléments sont donnés ensuite, ça devient très (plus) facile).
  • La lecture multiple. Pour moi c'est un plus. Je l'ai lu, puis relu, puis feuilleté et chaque fois des info se combinent, des idées naissent. Très inspirant.
  • Pas cher surtout au vu de la qualité.

J'aurais voulu mais on peut pas tout avoir:

  • Plus de plans, d'illustrations (vu le niveau, difficile de ne pas en redemander). L'univers particulier du japon médiéval passe notamment par son architecture et, mis à part dans "what is japanese architecture?", difficile de proposer à ses joueurs des supports visuels de qualité.
  • Il n'y a pas dans l'écran la table concernant le rapport niveau du perso/difficulté de la tâche. Il n'y a que celle concernant les oppositions. Un gros manque selon moi. De même, le générateur de scénario et les six étapes clé de la destinée n'y ont pas leur place, toujours selon mon point de vu.
  • Une liste de matos, même très succincte, avec des prix de référence aurait été un plus pour le jeu et pour le mj.

Dernier point : le "ça n'engage que moi"

  • Je n'aime pas le visuel de l'écran, j'aurais préféré un château, les rues d'une ville animée, des personnages variés et typiques...
  • Ce supplément est deux à trois fois moins cher que d'autres que j'ai acheté et qui se sont révélés deux à trois fois moins intéressants. C'est ce que j'appelle une excellente affaire.
  • Sauf erreur de ma part, la collection DOA ne devait pas accueillir autre chose qu'un LdB. Je suis très heureux qu'il y ait eu une exception pour Tenga.
  • Ce jeu, encore amélioré par ce supplément, est d'une richesse incroyable, rien n'y est superflu puisque chaque point de règle repose du BG et/ou du RP.
  • Brand, merci t'es mon idole... exæquo avec Akae.

 

Critique écrite en février 2013.

Yanick 'Amaranth' Porchet  

Bon aller, je ne vais pas faire dans la demie teinte, et c'est directement un 5 que je vais mettre à l'écran de Tenga ! Oui oui, 5, parce que quand je l'ai reçu puis lu, je n'en ai pensé que du bon.

Sur la forme d'abord, du petit format bien pratique, avec côté MJ toutes les tables nécessaires, et côté joueur une superbe illustration ! Et je pèse mes mots, depuis qu'elle avait été révélée sur le web, je ne cessais de m'extasier dessus, attendant avec impatience de recevoir l'objet. En fait, je la trouve particulièrement dans le ton et l'ambiance du jeu, très japonaise : simple, épurée, elle suggère à elle seule une histoire dans un blanc dramatique... La première chose à quoi j'ai pensé c'est à l'excellente BD Kogaratsu dans la puissance évocatrice du dessin. Bref, j'adore, c'est beau !

Sur le fond ensuite, le fameux livret qui accompagne l'écran, comme mes petits camarades qui ont posé leurs critiques avant moi je l'ai trouvé vraiment très bien fait, et rares sont les écrans qui m'ont donné autant de matière à travailler. Le décors de campagne qui est présenté est tout simplement indispensable ! En effet, l'impression que j'avais eu à la lecture du livre de base, c'est que je ne savais pas vraiment par quel bout commencer, de quelle manière présenter le jeu à une table de joueurs. Et là, j'ai maintenant toutes les clés pour ça : chaque lieu, chaque PNJ, chaque intrigue est tellement détaillé qu'il n'y a presque plus rien à faire, le background vit tout seul n'attendant qu'un groupe de PJ..., Même les petites accroches de scénario sont une trouvaille fabuleuse et inspirante.

Non vraiment, je n'ai que deux regrets après avoir fait cet achat : ne pas avoir encore lancé une campagne, et pourquoi est-il sorti si tard après le jeu ?

Critique écrite en février 2013.

Muad'Dib  

Je serai bref ! L'écran de Tenga est un bon achat. Pour moi, il apporte une plus-value au livre de base.

Alors, je vais être honnête, l'écran en tant que tel ne m'intéressait pas dans l’acquisition. C'est le livret qui l'accompagne que je désirais. En soi, l'écran me semble bien, mais comme je n'utilise pas d'écran lorsque je joue, celui-ci n'a pas beaucoup d'utilité pour moi. Bref, mon avis, ainsi que la note, ne s'attache qu'au livret. 

Celui-ci est très bien conçu. Court et clair tout en étant particulièrement complet. On sent qu'il y a une masse d'informations mobilisables en jeu. C'est prévu pour être joué et c'est agréable. 

A la lecture, j'ai senti qu'il y avait une multitude de manière d'entrer dans ce qui est proposé. Une grande liberté est offerte pour jouer.

Au final, le livret est bien foutu et adéquat pour un MJ comme moi qui veut : 

  • Un cadre clair;
  • Des amorces de scénarios à foison;
  • Une grande liberté pour les joueurs et le MJ dans ce cadre.

En gros, nickel pour moi.

Critique écrite en mars 2013.

Solaris  

L'écran est splendide, c'est à se demander si l'illustration n'est pas la copie d'une œuvre artistique japonaise ! Les tables intérieures sont très bien choisies et surtout, l'écran est solide avec un format idéal pour dissimuler ce qui est nécessaire tout en permettant de ne pas servir de mur entre meneur et joueurs. Un bel objet.

Le livret présente en détails le domaine Ukita et pour un meneur de jeu créatif, il y a tout ce qu'il faut pour constituer un décor de campagnes clefs en main, avec des pistes de scénarios à chaque page : les personnages et le décor sont soigneusement exposés. Sur la forme, cela peut vite se révéler déroutant : c'est dense et surtout, si c'est bien écrit, c'est rédigé d'une manière surprenante qui peut dérouter le meneur qui veut ensuite concrétiser le livret en campagne. Mais ça reste un travail de rédaction exceptionnel ! Sans être indispensable, je conseille vivement sa lecture !

C'est avec impatience que j'attends donc la suite de la gamme pour ce jeu vraiment passionnant.

 

Critique écrite en janvier 2014.

 

Deux ans ! Putain, deux ans ! Voilà ce qu'il nous a fallu pour enfin voir et toucher l'écran de Tenga ! Dans mon souvenir, le prototype d'il y a deux cycles était un gros morceau de carton plié avec un post-it attaché et quelques notes du MJ-créateur, le père Brand…

Que de chemin parcouru, que de mots alignés, que de dessins tracés ! En parlant de dessins, il faut souligner les estampes qui parcourent le livret accompagnant l'écran. Elles sont de toute beauté, bien qu'un peu trop modernes à mon goût, mais néanmoins accessibles aux Européens que nous sommes. Si les dessins originaux japonais sont bien plus marquants, il faut avouer qu'ils se basent sur une interprétation qui leur est propre et que bien peu d'entre nous maîtrisent, et encore moins parmi les joueurs. Une bonne illustration doit se comprendre en un coup d’œil et celles du livret font leur boulot.

Sinon, Brand a décidé de consacrer ce livret à la présentation d'une zone géographique avec ses quelques lieux typiques et une série, assez longue, de « nanopitchs » (2-3 lignes maximum, 136 au total). C'est un choix que je ne partage malheureusement pas. Je m'attendais à une belle campagne bien documentée, surtout après deux ans à attendre désespérément ce livret, et là ça tombe un peu à plat.

Comprenez bien que je ne suis pas du genre à m'extasier sur un ouvrage « ouvert » qui « laisse plein de liberté au MJ » – bref sur un truc incomplet, sans réelle fin prévue ni fil conducteur, rouge si possible. Bien souvent, ce genre de livres est dû à une volonté de finir au plus vite ce qui avait été promis aux lecteurs, histoire de faire passer la pilule ; on parlera de « liberté créative » plutôt que d'utiliser le mot « bâclé ». Attention, je ne fais pas de procès à Brand, libre à lui de produire ce qu'il veut comme il veut. Mais je mets en garde celui qui s'attend à trouver un objet tout prêt. Ici, il va falloir bosser et bosser dur.

D'abord, il faudra recoller les pitchs dans le bon ordre. Ensuite leur donner un liant basé sur vos personnages. Après, à vous d'expliquer ce que les persos foutent dans ce coin du Japon vu qu'il n'est pas réellement lié aux scénarios précédents. Enfin, n'oubliez pas d'adapter l'époque… Pour un jeu aussi exigeant que Tenga en termes de travail et de préparation de MJ, là on tape dans du lourd. Vous voilà prévenus.

Sinon, on est bien dans du Tenga. Il y a de la trahison, de l'honneur perdu, des querelles remontant à pas d'âge, des guerriers discrets, des voleurs qui le sont encore plus, des femmes obligatoirement fatales quand elles ne sont pas des victimes en puissance… bref tout ce qu'on espère dans ce jeu et qui lui donne cette touche si particulière que Brand a réussi à faire ressortir tout au long des pages.

Ah, j'oubliais ! Il n'y a toujours pas de fantastique ! Ce qui, pour moi, reste un gros plus de Tenga.

En résumé, un livret pour MJ prêt à mouiller sa chemise et qui fournit de quoi jouer encore deux années. Peut-être en attendant une vraie campagne détaillée pour 2015 ?

Critique de Romuald « Radek » Finet publiée dans le Maraudeur n°9

Critique écrite en août 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques