Contenu | Menu | Recherche

Anything that provides an alternative to popular commercial mass media can't be all that bad (Hewitt)

Star Wars

.

Références

  • Gamme : Star Wars D6
  • Version : deuxième édition révisée
  • Type d'ouvrage : Livre de base
  • Editeur : Descartes Editeur
  • Langue : français
  • Date de publication : mai 1997
  • EAN/ISBN : 2-7408-0149-1
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 288 pages couleur.

Description

Cet ouvrage reprend et étend considérablement la deuxième édition des règles de Star Wars. La maquette est totalement revue : chaque chapitre est introduit par un PNJ qui intervient dans certains encarts. De nombreuses informations issues de suppléments sont incluses dans ce livre de base. Et le tout est en couleur et abondamment illustré.

De nombreux ajouts parsèment l'ouvrage, que ce soit au niveau du système ou des informations de background. On peut citer, entre autres :
- dans la section des joueurs : la notion de compétences avancées, la description des compétences beaucoup plus détaillée, l'ajout de certaines options des suppléments comme la possibilité d'améliorer les véhicules, les vaisseaux ou les armes des personnages ;
- dans la section du meneur de jeu : la possibilité d'endommager les armes, la simplification du système d'échelle, des conseils supplémentaires pour gérer les poursuites, un système plus détaillé de gestion des déplacements s'inspirant notamment des wargames comme Guerriers des Etoiles, les règles et conseils pour la mise en place de batailles à grande échelle, un plus grand nombre de pouvoirs de la Force, etc.
- dans la section des aventures : l'ajout d'un scénario d'introduction de onze pages nommé Les pirates de Prexiar, où les personnages attaqueront une base pirate pour récupérer un transport dérobé ;
- dans la section univers : la chronologie est largement étendue, les caractéristiques de plusieurs créatures - montures et prédateurs - un catalogue de matériel considérablement étendu, des règles de création de planètes et les caractéristiques de quelques planètes bien connues, les vingts archétypes présentés sur une pleine page au lieu des demi-pages des éditions précédentes.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 25 décembre 2012.

Critiques

Cédric 'Sethmes' CHAILLOL  

Mouture réactualisée de l'ancêtre D6 qui se distinguait par son accessibilité et le respect de l'atmosphère des films (à la différence de l'ambiance plus sombre et nuancée de l'univers étendu que nous connaissons maintenant via la seconde trilogie, les livres et les comics), la 2°ed révisée constitue un beau livre qui prend toujours le joueur ou le MJ par la main. Bouquin en couleurs, encarts d'ambiance, photos et documents immersifs, on plonge toujours aussi facilement dans l'univers de Star Wars old school.

Encore fondées sur le principe du D6 des origines, les règles sont précisées et deviennent presque trop détaillées compte tenu de l'application réelle en partie. Pas mal de place est consommée par une liste de compétences affinée dont la pertinence n'est pas évidente (attention, piloter un transport corellien YT-1300 n'a rien à voir avec faire voltiger un Aile A...) et les règles des déplacements, des poursuites et des combats (notamment spatiaux) sont lourdes, pas spécialement réalistes ni amusantes ce qui est vraiment dommage quand on s'imagine échapper aux forces impériales en faisant force tonneaux dans l'atmosphère avant de passer en hyperespace avec une escadrille de chasseurs TIE aux trousses.

Cela dit, l'ensemble reste simple, cohérent et surtout, modulable, riche en conseils à l'intention des débutants. La bidouille est très simple et le postulat de base du système autorise toutes les improvisations.

Bien que proposant plus de contenu sur le contexte que dans les éditions précédentes, il faudra néanmoins s'abreuver aux nombreux suppléments D6 (tous exploitables sous réserve de modifs mineures) et autres sites web officiels pour avoir réellement une image précise de l'univers.

Quoi qu'il en soit, malgré quelques lourdeurs à ignorer et une certaine déconnexion avec la richesse actuelle du background, SW2eR est à mon sens tellement frais et taillé pour se jeter dans un scénario en quelques minutes qu'il mérite amplement un beau 4/5.

Jérôme, Le P'tit Timonier  

Cette version de Star Wars D6 est la plus aboutie de toutes. Etant allergique au D20, c'est donc ma préférée toutes gammes confondues.

Pas besoin de présenter l'univers du jeu, c'est Star Wars, on aime ou on n'aime pas, et moi j'aime beaucoup.

Les règles revisitées permettent de passer du système un peu antique de la première édition à quelque chose de plus actuel, avec pleins d'exemples pour ne pas être perdu, et une présentation irréprochable, tout en couleur, ce qui pour l'époque était encore très rare.

Ensuite, les modifications sont agréables, mais pas majeures. Ainsi, un possesseur de la 1ere ou de la 2nde édition non revisité n'aura qu'une lecture très rapide de l'ouvrage. Pour eux, on restera sur du 3 étoiles.

Je me permet de mettre 5 étoiles, chose rare pour moi, car en plus de ne pas avoir de majeur défaut, ce jeu a le grand avantage d'être très accessible à des débutants, et donc se place dans mon top 5 des jeux d'initiation.

Obiatn  

Quand on aime l'univers et l'ambiance d'un Star Wars, difficile de ne pas s'amuser avec cette version D6 au système plutôt cohérent, quoiqu'un peu daté aujourd'hui

C'est un très bon jeu de rôle d'initiation ou de one-shot pour une soirée fun et remplie d'action. Le plus agréable étant d'y jouer de manière stéréotypée d'ailleurs, afin de faciliter encore plus le roleplay général et d'immiscer les joueurs dans l'esprit des films (du moins, des trois premiers..)

Au final, malgré l'aspect un peu kitsch de certaines illustrations, et de la lourdeur d'un système pas toujours fluide, on passe un bon moment avec ce Star Wars D6

Critique écrite en mai 2009.

matreve  

Commençons par une évidence sous forme d’attaque gratuite : le système D6 est au système D20 ce que la trilogie des épisodes IV à VI est à la trilogie des épisodes I à III. Avec ses brouettes de dés, le système D6 retranscrit magnifiquement l'ambiance larger than life de la saga et cette édition 2.5 en est la version la plus aboutie.

Réunissant le meilleur des 2 éditions précédentes (richesse iconographique et archétypes de la 1ere édition, ajout du dé libre et description de l'univers de la 2nde édition), cette édition réussit le tour de force (ha ha) de satisfaire le vieux briscard qui a parcouru les parsecs de la galaxie et le novice, aidé tout au long des pages très didactiques.

Star Wars est un modèle de jeu en symbiose avec son système ; le déroulé est comme dans les films, ça démarre en fanfare (10 min pour créer un perso, background compris) et ça permet tout (les règles pour organiser des batailles comme le débarquement des Impériaux sur Hoth sont tout bonnement excellentes).

Grâce à ce précieux ouvrage, vous aurez la clé pour continuer la légende à moindre coût, là où George s'est vautré faute de maîtriser sa Création : explosion de planète, attaque de destroyers stellaires, destruction de bases entières impériales à coup de détonateur thermal, affrontement au sommet entre le Bien et le Mal – forcément caricatural mais so what ? – the show must go on !

Car bande de padawans, je vous parle là de vécu pour tenter de vous convaincre que ce jeu mérite de rentrer dans le panthéon des jeux de rôle et qu'un vrai jeu d'ambiance est un jeu d'où on sort avec la voix cassée et des étoiles plein les yeux, et non pas ceux où on parle à voix feutrée au milieu de volutes d'encens et de jabots en dentelle même pas gothiques !

Star Wars reste un de mes grands trips de ma vie rôliste, que ce soit avec les copains autour de notre table dont la dimension de 80cm x 1m80 avait pris pour le coup les dimensions de la galaxie, ou en convention avec des joueurs survoltés, tant le jeu est simple à lancer et les références partagées par tous. Pour tous ces souvenirs, j’en ai encore des frissons dans le dos, le générique résonant à fond dans ma tête.

Critique écrite en mai 2012.

The King  

Alors que la plupart des jeux de SF sont souvent de véritables usines à gaz (je citerai en exemple le système successeur), le système D6 reste simple pour simuler toutes les situations en détail, du combat spatial à la mission de diplomatie et les niveaux de difficultés se retiennent très facilement. Ensuite, il n’y a pas besoin de se rappeler du type de dé à lancer selon la situation. Ici, on n’utilise que le dé à six face et rien d’autre. Les détracteurs parlent de brouettes de dés, mais il faut savoir que les personnages les plus puissants de la galaxie connue ne dépassent pas 15-16 et arriver à ce niveau demandera plusieurs années de jeu. Et même si d’autres système n’utilisent qu’un dé à la fois, on ne perd ici pas de temps à calculer les bonus, malus et autres modificateurs. Cette fluidité en fait l’un des meilleurs système pour retranscrire les scènes d’action, y compris tout ce que l’on voit dans les films actuels (toutes proportions gardées). Bref, il n’a pas pris une ride, si ce n'est des décors un tantinet kitsch à une époque où le tout numérique n'existait pas encore.

Les paliers de blessure sans points de vie en font un système anti-bourrin par excellence, ce qui n’empêche pas les PJ de se transcender pour accomplir d’authentiques exploits, grâce aux points de personnage et de force qui ne sont pas inépuisables, mais qui permettent de se tirer de l’embarras ou de surmonter une éventuelle malchance aux dés.

Je noterai 2 défauts mineurs : la répétitivité relative si l’on joue les rebelles contre l’empire et la gestion de la force/magie. Nombre de jeux détaillent les sorts ou pouvoirs psy avec précision (limite, durée, puissance, portée, aire d’effet, etc.), alors qu’ici les pouvoirs sont moins bien cernés. Cela reste néanmoins mineur avec un peu d’organisation, d’autant plus que cette absence de précision permet de créer plus facilement de nouveaux pouvoirs, le seul facteur à prendre en compte étant le niveau de difficulté.

 

Critique écrite en octobre 2012.

Khentar  

Peut-être le meilleur livre de jeu de rôle qui soit. J'écris cette critique en janvier 2013, soit 16 ans après la parution du bouquin et force m'est de constater qu'il n'a presque pas vieilli.

Commençons, comme toujours avec moi, par l'objet. Une maquette claire toute en couleur, une prise en main facile avec des chapitres bien amenés, un personnage qui explique le contenu de chaque chapitre. Des illustrations, photos des films un peu partout et des (fausses) pubs sur l'Empire pour se mettre dans l'ambiance. Sérieusement, que demander de plus ? Je note donc 5 le contenant.

Concernant le background maintenant, il y a presque tout ce qu'il faut. Bien sûr, voir les 3 films reste indispensable pour totalement cerner l'univers (bien que le livre les résume). L'univers est très largement repris dans la foultitude de suppléments mais déjà se trouve entre vos mains potelées tout ce qu'il faut au MJ ingénieux pour envoyer une horde de PJs rebelles un peu casse-cou pour ennuyer l'Empire. Vous avez les caractéristiques des héros (un peu fumée à mon goût, vive Leia et son score honteux en blaster, meilleure que Boba Fett), de quelques vaisseaux dont le bon vieux YT-1300 Correllien, les pouvoirs de la Force, la tentation du Côté Obscur et tout ce qui va avec. Je note donc 5 le fluff.

Terminons par les règles. La version 2.5 du système D6 est un peu datée maintenant (à l'heure de D6 Intégral ou de MiniSix, mon chouchou) avec des attributs parfois bizarre (Mécanique et Technologie) donnant lieu à des aberrations comme le fait d’être bon en monte de Tauntaun via caractéristique t'apporte également l'assurance d’être bon en Astrogation. Je n'aime guère l'idée qu'un point de Force puisse doubler une poignée de dés. A part ces points qui font ronchons, il faut dire que le système est héroïque à souhait et effectue ce qu'on lui demande facilement. Il est même très facilement modifiable pour changer ce qu'on lui reproche. Je le note donc 4.

En conclusion, on a l'un des meilleurs jeu de rôle jamais créé, auquel on revient comme par magie, avec croit-on beaucoup de nostalgie adolescente, mais non, cela n'a rien à voir. Une fois que l'on a goûté un grand cru, on aime à y revenir, tout simplement. A mon sens, la meilleure des itérations possibles de Star Wars, idéal pour l'initiation comme pour le jeu débridé.

Bref, ce jeu mérite son 5 amplement.

Critique écrite en janvier 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :