Contenu | Menu | Recherche

N'est pas mort celui qui peut être l'objet d'un crowdfunding

Dark Side Sourcebook (The)

.

Références

  • Gamme : Star Wars d20
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Wizards of the Coast
  • Langue : anglais
  • Date de publication : juillet 2001
  • EAN/ISBN : 0-7869-1849-7
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 160 pages

Description

Comme son nom l'indique, ce supplément traite du côté obscur de la force. Sa particularité c'est de ne pas se limiter au MJ, mais d'offrir la possibilité aux joueurs de pouvoir jouer un personnage tombé dans les affres du côté obscur. L'histoire de la force et l'évolution du côté obscur sont présentées au cours du premier chapitre : depuis la naissance de l'Empire Sith jusqu'à l'établissement de la nouvelle république.

Bien des joueurs seront intéressés par le second chapitre puisqu'il permet de jouer des personnages du côté obscur de la force. Il est possible de jouer des personnages souillés par celui-ci, mais ayant encore la possibilité de changer, ou un personnage déjà perdu dans le côté obscur de la force. La corruption du côté obscur fournit des bonus à l'utilisation des pouvoirs obscurs, et des malus à l'utilisation des pouvoirs de la force. De nouvelles compétences sont fournies, y compris des compétences liées à l'utilisation de la force, pour drainer les connaissances de quelqu'un par exemple. De nouveaux dons liés au côté obscur sont présentés, permettant de se laisser pénétrer par la haine, d'entrer en furie, ou de faire appel aux esprits des seigneurs Sith défunts. Enfin, de nouvelles classes de prestige font leur apparition : le dévôt du côté obscur qui suit la force comme une voie mystique vers le pouvoir, le "marauder" du côté obscur est un guerrier brutal et imprévisible, la main de l'Empereur est un assassin au service de l'Empereur, la sorcière s'est élevée à un haut rang sur un monde primitif grâce à ses pouvoirs, l'inquisiteur impérial est chargé du recrutement... ou de l'élimination de jeunes Jedi prometteurs, l'acolyte Sith est un manipulateur, le seigneur Sith est le pilier de la tradition Sith, et le guerrier Sith est dédié au combat et à la conquête.

Comme vous vous en doutez, on ne maîtrise pas une campagne mettant en scène des personnages du côté obscur comme n'importe quelle autre. Tel est le propos du troisième chapitre. On distingue deux stades dans la corruption : lorsque le nombre de points du côté obscur excède la moitié du score de sagesse, on dit que le personnage est souillé. Il surfe à la limite du côté obscur mais peut encore faire marche arrière. Quand le nombre de points du côté obscur dépasse son score en sagesse, le personnage passe définitivement du côté obscur. Des considérations expliquent les effets à long terme du côté obscur, la difficulté à gagner des points de forces, les manières de gagner des points du côté obscur. Les piliers du côté obscur sont bien entendu présentés : la peur, la colère, la haine, la souffrance, la fierté, l'agression, la vengeance, la cupidité, la jalousie, l'amour (vous lisez bien... il existe des amours malsaines). Des conseils sont donnés aux joueurs et aux MJ pour jouer une campagne du côté obscur ou mettre en scène le côté obscur dans une campagne plus standard, du côté des PJ comme des PNJ. De même, on nous explique le "cycle" de la corruption, depuis la première tentation du côté obscur jusqu'à une éventuelle rédemption.

Le court chapitre quatre traite de l'équipement. On y trouve le fameux double sabre laser mis en scène lors de l'épisode 1, mais aussi des droïdes et de nombreuses pièces de matériels, artefacts et vaisseaux spatiaux Sith. Le cinquième chapitre quant à lui présente de nombreuses personnalités du côté obscur de plusieurs traditions à travers les âges (l'Empire Sith, les nouveaux Sith, les sorciers de Tund, les sorcières nocturnes de Dathomir, les Jedi sombres, le retour des Sith - dont fait partie le fameux Darth Maul-, les chasseurs de Jedi, l'Ordre Nouveau - dont fait partie l'Empereur et Darth Vader-, les prophètes du côté obscur, les mignons de l'Empereur, et l'Académie de l'ombre), avec leur background et leur fiche chiffrée. Tout cela retrace l'histoire détaillée des structures du côté obscur à travers les âges. Il faudra aller du coté du sixième chapitre pour trouver des créatures maléfiques ou des espèces extra-terrestres particulièrement proches du côté obscur, dont les tristement célèbres mutants Sith créés par les seigneurs Sith passés maîtres dans l'art de manipuler les gènes. On y trouve également des esprits du côté obscur, les manifestations post-mortem d'anciens Jedi corrompus. Toute une série d'archétypes est fournie à l'attention du MJ qui voudrait des adversaires rapides à opposer aux joueurs.

Le septième chapitre traite des campagnes de jeu liées au côté obscur selon les époques, des sites maléfiques avec quelques exemples tels que la caverne de Dagobah dans laquelle Luke Skywalker est testé. Des éléments permettent également de mettre en place une campagne axée sur les Sith. L'ouvrage se termine sur un index.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Agent  

Le meilleur supplément pour Star Wars D20. Belle mise en page, illustrations superbes, un bel objet. Le contenu est à la hauteur, les informations sont précieuses et l'ambiance excellente, sans trop de concessions.

Les limitations optionnelles des personnages du côté obscur sont plus politiquement correctes que réalites, plutôt que de perdre des points en FOR, CON et DEX (ce qui est idiot, les guerriers du Sith sont très forts), des règles plus psychologiques auraient été bienvenues, par exemple l'obligation de réussir un jet pour faire ou ne pas faire certaines actions. Plus que la décrépitude physique, c'est bien la morale du personnage qui est en jeu. Mais je pinaille, surtout que de nombreux conseils et idées d'aventures permettent de gérer ces personnages, PJ ou PNJ.

Que l'on fasse jouer des Jedi sombres ou simplement pour le background des opposants, ce livre est indispensable, même si on a la nouvelle impression des règles. L'édition révisée reprend la majorité des informations techniques, dons et classes de prestige importantes (à l'exception notable du Sith Lord), mais pas le background. Une mise à jour gratuite en PDF est disponible sur le site de Wizards pour adapter les classes aux règles révisées.

Notez que le Jedi Sourcebook est moins bien, son background est du remplissage et techniquement il repompe une partie des clases adaptées au bien (le Sith Warrior devient un Jedi Warrior, mêmes dons, même fonction).

Totalement indispensable pour le MJ. Optionnel pour les joueurs et même à déconseiller pour ne pas déflorer le sujet, sauf pour PJ du côté obscur. Le Darkside Sourcebook est un peu cher mais il vaut le moindre Euro dépensé.

cgone  

En fait ce supplément entraîne principalement deux critiques.

La première, trés élogieuse concernant toute les informations et le coté Background, aide de jeu pour le coté obscur.

La deuxième concerne le coté remplissage du livre dont on se serait passé. En effet il y a au total une bonne vingtaine de pages consacrées à la description de personnages obscurs, avec entre autres pour la quatrième fois, celle de l'empereur. Ca devient lourd et on s'en serait bien passé car ça n'apporte rien au jeu et donne vraiment l'impression de faire du remplissage par manque d'idée pour le livre.

C'est dommage car sans celà le livre aurait couté moins cher et aurait été plus utile, d'où ma note. Sinon pour le reste pas grand chose à reprocher.

willmanx  

Ce supplément sur le Côté Obscur transcende la bibliothèque d'un rôliste pour trouver sa place sur les étagères de tout fan de star wars. On y apprend des choses issues des films et de l'univers étendu, comprenez l'ensemble toujours cohérent des BD, romans, dessins animés et autres supports contenant des aventures de Star Wars. Bien sûr ce côté encyclopédie de l'univers peut gaver, mais le supplément qui traite du côté obscur se doit de compiler tout ce (et ceux... les pnjs) qui existe(ent) dans la galaxie.

Et pour les fans du système d20 de Wizard, il y a des classes et des feats à souhait, du leveling à gogo...

La qualité soutenue de la mise en forme et des illustrations ainsi que le papier glacé couleur du début à la fin font de ce supplément un bel objet. Et non, il n'y a pas que la beauté intérieure qui compte.

Une révision des règles est disponible sur internet et le supplément colle de toute façon quasiment à l'Edition Révisée de Star Wars d20. A se procurer absolument si on comprend l'anglais des étoiles.

Khentar  

A mon sens le seul supplément de la gamme qui vaille franchement le coup. On apprend énormément de choses sur le côté Obscur, détaillé sur une longue période.

L'objet est bien présenté, classieux, un peu cher peut être mais valant le coup. La maquette est claire, agréable. Note de 4.

Le fluff est la matière première de cet opus. Reprenant des informations disponibles dans l'univers étendu, ce "sourcebook" est une vraie mine d'or pour tout MJ - voire tout fan - qui se respecte. Sans conteste un 5.

Le crunch est inégal en revanche. On a droit à une énième version des grands méchants officiels, des classes de prestige en veux tu en voilà à l'équilibre incertain. Comme dirait l'autre, il y a à boire et à manger. Pour ma part je mettrais 3.

On peut donc en moyennant lui donner un bon 4, ce qui est surprenant dans cette gamme. Pour ma part, je m'en sers en traduisant les informations en D6 mais je ne doute pas qu'un adepte du D20 l'utilisera tel quel avec bonheur !

Critique écrite en janvier 2013.

 

Il faut dire ce qui est, les récentes sorties pour Star Wars n'étaient pas franchement géniales. Si l'on met à part le livret de campagne Living Forces, qui se contentait d'être intéressant et utilisable, le reste de la gamme était sans surprises et souvent navrant. C'est donc avec un a priori négatif que j'ai commencé la lecture du Dark Side Sourcebook.

A priori négatif, oui et non : il est vrai que l'ouvrage tout en couleur, papier glacé, couverture cartonnée et illustrations de bonne qualité (en majorité) donne envie de lire. Mais ce ne serait pas la première fois qu'une présentation aguicheuse cacherait un supplément de piètre qualité.
Le sourcebook contient tout ce que l'on s'attend à trouver dans un tel ouvrage : nouvelles classes de prestige, compétences, équipements, lieux, créatures, etc. L'ensemble est clair et intéressant à lire, toujours additionné de conseils d'utilisation et de rappels quand à la présence possible ou non de ces éléments suivant les différentes périodes de jeu. Il semble donc que le ramage suive de près le plumage.
Mais ce qui, bien plus que cela, rend ce supplément intéressant, c'est tout le background qui est distillé au fil de ses pages et toutes les explications données sur la Force, le Côté Obscur et les différents acteurs de leur histoire. Bien entendu, le nombre de PNJ ou de créatures citées et les nouvelles classes de prestige, peuvent effrayer certains en leur laissant présager des campagnes déséquilibrées où les intervenants appartenant au Côté Obscur deviendraient pléthore. Il n'en est rien, si l'on garde à l'esprit l'étendue de la période traitée. A noter, à ce sujet, l'ouverture d'un nouveau cadre de campagne par l'ajout d'un grand nombre d'informations sur l'empire Sith.
Mieux encore : l'analyse et la description du Côté Obscur, bien utilisées, permettront au maître de jeu de faire naître dans l'esprit de ses joueurs cette envie sous-jacente de rejoindre le camp des méchants et par la suite, de s'en mordre les doigts ! Sans parler des nombreuses pistes données pour jouer au service du mal.

Au final, nous nous trouvons devant le premier supplément digne de ce nom pour Star Wars D20, dont la seule faiblesse reste le prix, particulièrement élevé.

Grégory Privat

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Traductions :