Contenu | Menu | Recherche

Le jdr, et plus si affinités

Realms of Cthulhu

.

Références

  • Gamme : Savage Worlds
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de règles et de contexte
  • Editeur : Reality Blurs
  • Langue : anglais
  • Date de publication : novembre 2009
  • EAN/ISBN : 978-0-9819874-4-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 160 pages en couleurs.

Description

Realms of Cthulhu est un supplément de règles et de contexte permettant de jouer avec les règles de Savage Worlds dans l'univers de Howard Phillips Lovecraft,  déjà présenté notamment dans l'Appel de Cthulhu et Cthulhu. Les personnages sont d'ailleurs appelés Investigateurs comme dans ses prédécesseurs.

Après une double préface de Shane Hensley et Sean Preston, l'introduction (7 pages) présente les adaptations des règles de création de personnages de Savage Worlds afin de les conformer à l'univers proposé : archétypes de personnages, processus de création, statistiques dérivées, etc. Deux caractéristiques supplémentaires par rapport aux règles de base, la Santé Mentale et la Corruption, sont introduites. La dernière croît avec l'exposition au Mythe et ce faisant fait décroître la Santé Mentale, jouant ainsi un rôle similaire à la compétence Mythe de Cthulhu de l'AdC.

En plus des compétences, un Investigateur est défini par des Intérêts qui regroupent les divers domaines de connaissances qu'il peut avoir. Quelques nouvelles compétences, de nouveaux avantages et désavantages sont également proposés.

Le chapitre suivant détaille rapidement les principaux équipements dont les Investigateurs peuvent vouloir se munir pour se déplacer et se battre (8 pages).

Le troisième chapitre consacre une quinzaine de pages aux cadres de campagnes possibles, les principaux étant bien entendu les mêmes que pour l'AdC : Angleterre victorienne, USA durant les années 1920 ou l'époque contemporaine. Realms of Cthulhu prévoit quatre types de campagnes possibles, mesurées par deux ajustements gritty / pulpy appliqués aux combats et à la Santé Mentale. Un cadre gritty/gritty correspondra au mode de jeu le plus classique dans l'univers de Lovecraft, celui où les personnages ne font pas long feu. Le chapitre détaille comment gérer les dommages physiques ou mentaux selon le mode choisi pour chacun, les conséquences de la plongée dans la folie et comment appliquer certaines compétences pour un usage précis, comme utiliser l'Intimidation en lieu et place d'Interrogation par exemple.

La suite de l'ouvrage est destinée au Meneur, ici appelé  Gardien, tout comme dans l'Appel de Cthulhu, encore une fois.

Le chapitre The Cthulhu Mythos (17 pages) étudie les différents cadres de campagnes, bâtis autour de quatre canevas selon les choix gritty/pulpy faits par le Gardien : Heroic Horror, Slippery Slope, Dangerous Action ou Dark Spiral. Quatre types de campagnes sont alors brièvement décrits : Seekers of Lost Fortune, Final Defense, The Lamplighters et The Frequency of Madness. L'ouvrage présente la façon d'aborder et de maîtriser l'horreur et l'utilisation de la caractéristique Corruption.

Matters of Magic présente sur une vingtaine de pages les livres maudits du folklore lovecraftien et le système de magie utilisé dans ce cadre.

Mythos Tales aborde le domaine de la conception des scénarios : types d'histoires possibles, créatures susceptibles de les peuples, avec dans les deux cas un ensemble de tables permettant d'aider à démarrer un Gardien bloqué devant sa page blanche. Quatre histoires sont présentées succinctement en deux pages chacune : Fragments of Mu, Paradise Lost, False Idols, Bayhaven Lights (24 pages).

Mysteries of Drake Manor (16 pages) est un scénario bâti autour du manoir ayant donné son nom à l'histoire et d'un meurtre qui y est commis.

Citizens and Denizens présente sur 52 pages un panel de personnages types de diverses professions, divers types de sectateurs à opposer aux Investigateurs, des créatures du Mythe, serviteurs, races diverses, Dieux Extérieurs, Anciens Dieux et Grands Anciens.

L'ouvrage se clôt sur cinq pages consacrées à un guide de conversion des suppléments de l'Appel de Cthulhu, deux pages d'index et une feuille de personnage.

Cette fiche a été rédigée le 25 juillet 2010.  Dernière mise à jour le 12 août 2010.

Critiques

Shaman Chat  

Un sans faute.
Je dirais même qu'il a réussi un exploit alors que je ne jure que par le système D100 (même si je l'ai simplifié en nombre de compétences), je me tâte à l'utiliser pour faire ma prochaine campagne Cthulhu.
Et attention, ce n'est pas parce que Savage Worlds est pulp que vous êtes obligés de le jouer pulp.
Moi, je ne conçois pas d'autres modes. Parce que franchement, j'ai du mal à croire à l'horreur absolue de certains monstres du mythe et que l'époque où ont été écrits les textes de Lovecraft est l'essence du genre pulp.
Mais passons.
Vous trouverez effectivement de quoi adapter vos personnages du D100 à Savage Worlds, vous aurez l'occasion de choisir votre style de jeu, vous avez matière à réaliser que certains monstres ont du répondant et chose intelligente les Dieux n'ont pour une fois pas de fiche. C'est vrai que c'est un peu ridicule de mettre une fiche à un Dieu.
Je dirais que si vous voulez un peu plus de punch dans votre Cthulhu, c'est à prendre.

Si vous voulez rajouter de l'horreur dans votre Savage Worlds, c'est à prendre aussi.
Il reste bien sûr la magie qui ne correspondra pas toujours à l'idée que vous vous en faisiez en système D100 mais après tout correspond-elle vraiment la magie de toutes les manières à l'idée qu'on peut se faire des nouvelles ou des romans.
La force de l’œuvre de Lovecraft c'est de pouvoir se la réapproprier et je dirais que l'essai est réussi.

Le scénario livré avec le livre est peut-être un peu léger au début en terme d'implication des pjs qui tombent par hasard sur un crime. Mais c'est pas comme si c'était pas le défaut souvent majeur de tous les scénarios Cthulhu...
Il y a d'excellentes idées dans cet ouvrage à repomper allègrement pour d'autres campagnes. D'ailleurs, c'est simple, c'est mon deuxième livre utilisé avec le supplément horreurs dans ma campagne super héros fantastique... Parce que le mythe, c'est bon, mangez-en, et selon le degré qu'il vous plaira de distiller ma brave dame.

Bref, je ne pensais pas que ce supplément me plairait autant ou que je le lirais si vite, ce qui est un gage de qualité bien souvent.
Et ce fut fait.
N'hésitez donc pas camarades.
:)

Critique écrite en mai 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques