Contenu | Menu | Recherche

Ah, the pitter patter of tiny feet in huge combat boots

Larmes d'Ashani (Les)

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Miroir des Terres Médianes n°3 :
Livre de 50 pages, format A4 + poster.

Description

Les Miroirs des Terres Médianes sont des magazines professionnels dédiés à la première édition de Rêve de Dragon. Chaque Miroir contenait principalement un scénario, et quelquefois des règles supplémentaires ou alternatives pour Rêve de Dragon.

Dans ce troisième numéro, on trouve tout d'abord une description de l'univers de Rêve de Dragon, ainsi qu'une grande carte qui vous permettra de vous orienter dans ce monde.

L'aventure présentée dans ce numéro emmènera les personnages dans la cité de Miark, aussi appelée la cité des chats. Dans cette ville, les chats sont privilégiés, et font l'objet d'une bien étrange coutume...

Ce Miroir contient également quelques nouveaux sortilèges, ainsi que quelques règles optionnelles, et notamment une nouvelle table pour les souffles et les queues de Dragon.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.

Critiques

Dude  

Après un résumé révisé du monde, comme le voient les sages, la part belle de ce troisième "Miroirs des Terres médianes" est dédiée à un gros scénario. Après une rencontre avec un autre groupe de voyageurs, baladins dans l'âme, et celle d'un charmant petit chat noir, les pas des voyageurs les mènent à Miark, une cité où depuis les premiers ages, les chats sont rois. Ils ont beau être traités comme des "vaches sacrées", un filet aux mailles fines entoure néanmoins la cité, empêchant tout chat de sortir. Pour des ménestrels, Miark a tout de la cité idéale. S'il y a bien une caste qui se rapproche des chats, c'est bien celle-là, celle des "sacrés chanteurs".

Mais voilà, une fois en ville, tout comme les chats, les ménestrels ne peuvent plus sortir. Ils doivent avant toute chose, chanter avec les matous, les soirs de pleine lune, et parfois, c'est un voyageur, plutôt qu'un chat, qui est désigné "Grand Sacré Chanteur", et ce titre n'est pas si plaisant à porter qu'il y semblait de premier abord. S'ensuit une épopée onirique, comme seul Denis Gerfaud sait nous offrir en ce temps-là, avec une ruée en terre groïne et sauvage pour remonter à la source d'une rivière où pleure Ashanishadishade, et où ses larmes se transforment en gemmes.

Pour compléter ce "Miroir", nous pouvons y trouver de nouvelles règles, de nouvelles tables de souffles et queues de Dragon permettant de renouveler les premières, ainsi qu'un florilège de sorts d'invocation sous Hypnos, dont les célèbres Kanailloux, qui faisaient là leur apparition en compagnie des vierges d'Olis et des coursiers de Psark.

En encart central, une carte du monde de rêve apparaît, et c'est peut-être le point le plus négatif et le plus anti-onirique de ce supplément. Le monde n'est qu'un rêve, pourquoi vouloir le cartographier ? Si par la suite, les scénarios se sont enchaînés sans que jamais d'allusion à cette carte ne fut faite, une grande partie des cités apparaissant dans les futurs "Miroirs" sont mentionnées sur cette carte. Ceux qui voulaient transformer cet univers Onirique, en univers fantastique, pouvaient enfin le faire, mais pour ma part, jamais je n'ai eu à utiliser cette carte.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques