Contenu | Menu | Recherche

War doesn't determine who's right, only who's left.

Bestiaire : Les Classiques Revus et Corrigés

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture souple de 64 pages en couleurs

Description

Ce bestiaire fait le point sur dix créatures emblématiques du dungeonverse, en réunissant en une vue d'ensemble les données existantes sur ces créatures, et en proposant de nouvelles pistes d'utilisation spécifiques à Golarion. Les dix créatures choisies sont les gnolls, les gobelins, les gobelours, les hobgobelins, les homme-lézards, les kobolds, les minotaures, les ogres, les orques et les trolls.

Chaque créature se voit consacrer un chapitre de six pages. Ces six pages donnent tout d'abord une vue d'ensemble sur la créature, puis des informations sur son écologie et sa physionomie, ainsi que sur son habitat, sa société et sa culture. Des petits encarts parsèment le texte pour aborder des points spécifiques. Viennent ensuite des informations plus spécifiques à une campagne : conseils d'utilisation, les trésors habituels, d'éventuelles variantes culturelles ou ethniques, les noms usuels. Sans oublier quelques paragraphes sur les spécificités des représentants de cette race dans Golarion. Enfin, la dernière page de chaque chapitre présente un exemple de créature avec ses caractéristiques complètes et un dessin de la créature.

Cette fiche a été rédigée le 7 juin 2009.  Dernière mise à jour le 15 février 2014.

Critiques

Thom'  

Ce supplément est à ranger dans la catégorie des très bons bestiaires, qui génèrent des idées d'aventures plutôt que de simples listes de chiffres, et fournissent de quoi donner corps aux rencontres. Si je ne mets pas la note maximale, c'est que certaines des créatures (les gobelours pour ne pas les citer) ne font vraiment pas partie de mes créatures favorites. En outre, les minotaures ont toujours eu à mon sens une utilisation assez banale dans le dungeonverse, à quelques exceptions près (Dragonlance et Dawnforge)

Mais en dehors de ça, franchement, il n'y a quasiment rien à jeter. Et surtout pas les illustrations, qui vont du bon au génial, avec sans doute certaines des meilleures illustrations de tous les temps pour les gnolls et les trolls. Il ne reste plus qu'à utiliser tout ça pour redonner un peu le frisson des premières fois aux joueurs !

Critique écrite en juin 2009.

krater  

Je viens de finir la lecture de ce volume, en voici donc la critique.

Sur la forme, pour commencer :
Il s'agit d'un livret d'une soixantaine de page, semblable à un petit supplément. La qualité des illustrations, du papier et de l'impression est superbe. Un petit bémol, pourquoi ne pas avoir fait un supplément qui une fois mis dans le sac en ressort plié (bon j'avoue c'est à cause de moi, mais il fallait bien que j'évoque ce triste passage de l'histoire de mon livre, surtout que je suis totalement dégoûté qu'il soit abîmé à présent). Bref pour conclure, le livre est de très bonne facture. Évidemment faudra voir à l'usage après une trouzaine de partie si ça supporte le café, le coca et les chips.

Sur le fond (la vrai critique) :
Une première impression, c'est : "quoi seulement 10 monstres". Mais on se rend compte à la lecture que chacun sont traité avec amour par les auteurs. Un amour certes, mais un amour sournois et malsain destiné a rendre ces créatures si communes plus dangereuses, plus inventives que jamais pour que chaque MJ puisse donner des vrais adversaires à ses joueurs.

Au delà d'un bloc de stats élaboré qui donne un accès rapide aux informations pertinentes et qui ajoute des indications sur les tactiques et le moral des combattants, chaque monstre est accompagné de 4/5 pages de textes sur l'écologie, le mode de vie, ... Plein de renseignements pas forcément utiles lorsque les montres ne sont qu'un ensemble de point d'XP à décapiter, mais qui prennent toute leur saveur si on veut centrer une aventure sur un ou plusieurs de ces monstres. Et là, c'est magnifique : il y a au minimum deux ou trois pistes d'aventures par monstre (mention au gobelours pour un scénario en huis-clos d'horreur). En plus il est possible de jouer sur les variantes des monstres lorsqu'on en a utilisé un (genre les kobolds) et qu'on veut surprendre le groupe avec des kobbolds d'une autre couleur, n'ayant pas les même pouvoirs.

Chaque monstre est en outre agrémenté de petits éléments d'ambiance particulièrement savoureux comme le système numérique des orques qui est à hurler de rire. En effet le texte est rempli d'éléments d'humour qui rajoutent de la consistance aux créatures sans pour autant les rendre parodiques. Bon il est vrai que les gobelins le sont mais ils l'étaient déjà avant.

Bémol et défaut (car il y en a un peu quand même)
C'est moins terrible que par le passé (sans vouloir jeter la pierre bien sûr) mais il y a encore quelques fautes. Dans l'absolu cela ne me gène pas tant que ça, mais là ou ça choque c'est que j'en ai vu dans les textes mis en valeur, ce qui fait que je ne voie plus que ça à présent.
Un défaut, mais qui n'est pas du ressort de l'éditeur, mais plutôt dû à une mauvaise compréhension de ma part : j'étais persuadé qu'il y avait plusieurs jeux de stat par monstres. Et c'est un ajout que j'aurais trouvé pertinent : genre les archers gobelins, les guerriers à lame, les chamans, etc. Bref tout un jeu en fonctions des variantes ou des fonctions dans le clan. Peut être une aide de jeu amateur pourrait voir le jour... Donc ce défaut n'en est pas vraiment un, mais manque au livre.

Conclusion
Ce livre est une merveille pour tout MJ de monde méd-fan de type Donjons et Dragons. Il revisite les classiques (comme son nom l'indique) d'une manière pertinente très souvent et contrairement à beaucoup de bestiaires, n'est pas tombé dans le travers courant consistant à faire des quantités de monstres qui ne peuvent vraiment vivre dans le même monde. Bien sûr il ne réinvente rien, et un MJ avec beaucoup de temps et d'imagination peut se passer de l'ouvrage, mais le gain de temps pour une qualité assurée est la force du livre.

Son utilisation est directe pour la majorité des univers qui se basent sur le postulat classique ou le bien domine et les races civilisées comme les humains aussi. C'est adaptable avec peu d'effort pour Midnight (le principal problème que je vois c'est que majorité de l'écologie des monstres est basée sur une vie de paria et non d'envahisseur, bref rien d'insurmontable). Les petits défaut ne sont pas gênants (pour les fautes) ou peuvent être ajoutés par la suite (les jeux de stat). Un achat utile pour donner de la couleur et de la vie a des aventures trop classiques.

Critique écrite en juin 2009.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :