Contenu | Menu | Recherche

Salut, et merci pour le jdr

Catacombes de la Ville Morte (Les)

.

Références

  • Gamme : OSRIC
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : 12 Singes (Les)
  • Langue : français
  • Date de publication : juillet 2015
  • EAN/ISBN : 978-2-918045-97-7
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre de 128 pages à couverture souple au format 15 x 24 cm.

Description

Les Catacombes de la Ville Morte est une adaptation de Ruins of the Undercity, originellement paru pour Labyrinth Lord. Il s'agit d'un module conçu pour mener des aventures sans maître de jeu, à l'aide de tables aléatoires. Il vise prioritairement le jeu en solo, mais il est également possible de jouer à plusieurs, chacun ayant un ou plusieurs personnages à gérer, toujours sans MJ. Les tables permettent en effet de générer le donjon au fur et à mesure de l'avancée des joueurs, les monstres qu'ils rencontreront, les pièges et sorts placés sur leurs routes, les trésors trouvés, etc. La version anglaise était présentée dans la gamme Labyrinth Lord, mais l'auteur et le traducteur ont choisi de rattacher cette version à OSRIC. Les informations techniques pour les PNJ rencontrés ou les monstres sont donc différentes de la version originale. Par ailleurs le texte a été retouché en différents endroits, pour ajouter des précisions.

Après le titre (1 page), l'ouvrage s'ouvre sur une page de précisions concernant la compatibilité de l'ouvrage avec divers systèmes de règles OSR, signalant au passage où télécharger les règles en français de OSRIC et Portes Monstres Trésors, ainsi que les crédits, droits et mentions légales. Il est suivi d'une Introduction (6 pages) qui présente brièvement le module et sa conception, décrit la ville de Cryptopolis, métropole bigarrée fondée en plein désert par des rebelles et des parias fuyant les "Marches de l'Est", conquise par les armées du "Grand Empire". Réfugiés autour d'oasis, les rebelles découvrirent des ruines antiques sous le désert, exhumèrent des secrets interdits (liés à la nécromancie) et ranimèrent le culte de la Lune de Sang. Bien des siècles plus tard, le Grand Empire a disparu et Cryptopolis s'est développée. Ses ruines souterraines attirent toutes sortes d'aventuriers en quête d'or et de gloire et une partie du commerce de la ville s'est développée autour de cette activité inhabituelle. Viennent alors les rubriques Premiers Pas, expliquant comment utiliser le module, et Routines, qui décrit les règles particulières mises en place, comme la fiche d'aventure qui recense plusieurs informations liées au groupe : ordre de marche, tours de garde, niveau moyen du groupe, XP et trésors récoltés, etc.

Vient ensuite Dans la Cité (16 pages) qui détaille une vingtaine de boutiques où les personnages pourront s'équiper, avec les prix et la disponibilité des produits (7 pages), quelques objets spéciaux (babouches et turbans magiques, quelques dagues ensorcelées, le tout sur 3 pages). Enfin le chapitre propose des règles et tables pour recruter des acolytes, et les tables de rencontres dans la ville.

Une nouvelle illustration pleine page précède Dans les Ruines (41 pages). Ce chapitre présente plusieurs tables, étiquetées de A à U (mais avec des tables spéciales numérotées FF, FFF et HH), permettant de générer de façon aléatoire le donjon que vont explorer les personnages : salles, portes, couloirs, escaliers, les trésors disposés (avec leurs protections). les pièges... Des sous-tables permettent "d'habiller" le décor avec force détails, eux aussi déterminés aléatoirement : éclairage, apparence, présence ou non d'objets inhabituels : statues, moisissures, traces de sang, tapisseries, piliers, graffitis sur les murs, etc. Tout au long du chapitre, cinq pages sont dénuées de tables et apportent des précisions sur certains résultats pouvant être ramenés par celles-ci.

Créatures des Catacombes (39 pages) fournit plusieurs tables pour déterminer des rencontres avec des monstres de niveau 1 à 10, en fonction du niveau moyen du groupe. Sont décrits une centaine de monstres résidents des labyrinthes s'étendant sous Cryptopolis : statues animées, horreurs tentaculaires, mort-vivants, prédateurs et démons de toutes sortes, liches... (contre 42 dans la version originale).

Le chapitre Reliques (4 pages) présente quatre artefacts laissés là par les nécromanciens qui fondèrent la Cité sous le Désert : le sceau de sang des Zibalias, le sceau de brume de Rumkhan, le sceau de discorde de Zhan et enfin le sceau de la mort des Ramshins. Chaque artefact est illustré et décrit avec ses pouvoirs, ses effets indésirables et le moyen de le détruire. Enfin, De Retour en Ville (4 pages) propose des règles spéciales pour gérer la revente des objets ramenés par les aventuriers, et les règles de passages de niveau, et les événements qui ont lieu entre chaque aventure, avec un petit bonus/malus à la clé.

Le livret se termine sur des Annexes :

  • Cadre de campagne et Objectifs Personnels (3 pages) fournit plusieurs suggestions pour utiliser ce supplément pour une véritable campagne, en donnant notamment des objectifs à long terme aux PJ.
  • Occupations et Bizarreries (4 pages) propose deux tables aléatoires pour déterminer le métier ou un trait marquant d'un personage..

Enfin, la licence OGL de OSRIC clôt le livret sur 8 pages dont une blanche.

Cette fiche a été rédigée le 9 août 2015.  Dernière mise à jour le 20 août 2015.

Critiques

Darkkeeper  

Les Catacombes de la Ville Morte est un générateur de campagne aléatoire, jouable à un ou plusieurs joueurs, avec ou sans MJ. À titre personnel, j'ai joué seul un personnage qui a atteint le niveau 2 (YEAH!), avec Portes, Monstres & Trésors (le jdr gratuit proposé comme système de jeu par défaut).

D'un point de vue matériel, c'est un sans-faute : l'ouvrage est servi par une couverture splendide, ses 128 pages en niveau de gris sont aérées, élégantes et agréables à la lecture (ce qui est rarement le cas pour un ouvrage rempli de tables) avec ce qu'il faut d'illustrations classiques mais réussies pour égayer la lecture. Il y a peut-être quelques coquilles dans l'ouvrage, mais excepté celles que j'évoque dans les défauts je n'en ai pas vu.

Alors annonçons la couleur, c'est du jeu old-school que l'ouvrage nous propose : amateur de thrash mob et de héros puissants passez votre chemin, ici on descend dans les catacombes pour survivre et non pour sauver le monde, et avec un peu de malchance le premier faux-pas peut coûter très très cher (potentiellement la mort du personnage). Le jeu est en effet conçu pour être jouer avec un système OSR (Old School Renaissance) et propose à travers les différentes tables et descriptions des défi assez ardus.

L'action prend place au beau milieu du désert, où des réfugiés d'une guerre ont fondé avec leurs camps une ville nommée Cryptopolis. Il se trouve que la ville est située sur les ruines d'une ancienne civilisation dont il ne reste principalement que les catacombes que des personnes (notamment les PJ) explorent dans l'espoir de trouver des babioles. Dans une ambiance arabisante (vives les cimeterres, les turbans et les babouches!), les PJ alterneront les explorations en ville et les explorations souterraines.

La ville est briévement décrite dans l'ouvrage, mais prend vie grâce aux règles à appliquer lorsqu'on s'y trouve et aux tables qui émulent les différents magasins : Cryptopolis est une ville dangereuse et active, on est pas sûr de trouver ce qu'on recherche, de revendre à bon prix ce qu'on rapporte, et on risque chaque jour de faire des mauvaises rencontres... Le tout géré par des règles avec jet de dés à la clé.

D'ailleurs j'espère que vous n'avez pas le poignet fragile, parce que des dés vous n'avez pas fini d'en lancer! Dès que l'on rentre dans les catacombes, après un jet de dé pour la configuration de départ, dès que vous vous rendez quelque part comptez au moins 4 jets de dés pour révéler ce qui ce trouve devant vous. Ça peut paraître pénible et long, mais pour peu que l'on se donne la peine d'ajouter des descriptions pour "orner" les résultats que les dés nous donnent, on rentre assez vite dans l'ambiance. Et le hasard prend une saveur plus particulière lorsqu'il s'agit de tirer les monstres ou les trésors!

Parlons un peu du bestiaire d'ailleurs. Très bien fourni, il comporte une grande partie des classiques mais apporte pas mal de changements et de nouveautés pour lui donner une couleur adaptée à l'ouvrage et un vent de fraicheur à ceux qui ont dérouillé le bestiaire "classique" en long, large et travers. Et ceci sans usurper la difficulté caractéristique de l'OSR : en mauvaise posture face à un monstre, courage fuyons! Les objets magiques ne sont pas en reste, et les 99 objets proposés (faire un 100 permet d'obtenir une relique) même s'ils ne sont pas tous originaux restent assez variés. Que ce soit pour les monstres ou les trésors, l'atmosphère mille-et-nuit reste assez discrète, marquant un contraste entre la ville orientale et les catacombes d'un autre temps.

Les reliques sont assez bien faites, et sans vous révéler en quoi elles consistent, sont assez puissantes pour justifier qu'il soit presque impossible d'en trouver une. L'ouvrage propose également des objectifs de campagne pour se donner un objectif à long terme. La plupart restent assez classiques, il manque à mon sens le plus évident que je vous offrirai à la fin de cette critique.

Malgré tout, 3 défauts viennent obscurcir ce tableau :

  • Une table est inachevée! Si vous faites au delà de 89 à la table des caractéristiques des salles et des pièces, vous serez supris de ne voir aucune information correspondante. Erreur de traduction, oubli dans la mise en page?
  • Rien n'indique si les couloirs font 1,5m ou 3m (important pour un jdr où l'on utilise les cases), malgré une table qui permet (avec de la chance) d'avoir des couloirs plus large (6 mètres, 9 mètres, etc).
  • Ce n'est pas vraiment un défaut mais à mon goût une légère incohérence : pour une cité sous un climat aride dans le désert, c'est un peu étrange que la majorité des couloirs souterrain que l'on croise soient "Humide et moisi" (50% de chance sur la table). Après, il est très facile de remplacer l'expression par une autre comme "Sec et poussièreux".

En résumé, une campagne qui demande pas mal d'investissement pour se mettre dedans (surtout si on n'est pas familier de l'OSR), mais qui vaut le détour et la sueur qu'on dépensera pour en venir à bout quelque soit ce qu'on a décidé de faire. Comme promis, l'objectif que je trouve manquant :

Quitter ces lieux maudits  :
Votre personnage doit au minimum se constituer une tenue correcte (chapeau + chemise + pantalon + chaussure), posséder une monture, préparer des vivres et de quoi survivre dans le désert au moins un mois (30 rations sêchées et 30 outres d'eau pour un mois) et avoir mis assez d'argent de côté pour se refaire une vie ailleurs (au moins 15 000 po). Une fois les ressources réunies, votre personnage part dans le désert. Lancez un d6 + 1 pour chaque mois de vivres. Si vous faites 6 ou plus, vous parvenez à quitter le désert et trouver une contrée accueillante. Sinon, vous mourrez en essayant.

Critique écrite en décembre 2015.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques