Contenu | Menu | Recherche

No power in the verse can stop us

Atlas des 7 Cités : Samarande

.

Références

  • Gamme : Nightprowler
  • Sous-gamme : 1ère édition
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Supplément de contexte
  • Editeur : Asmodée Editions - Siroz
  • Langue : français
  • Date de publication : juin 1996
  • EAN/ISBN : 2-911103-10-6
  • Support : Papier
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livre à couverture rigide de 160 pages.

Description

Dans l’univers de Nightprowler, Samarande est la plus grande et la plus célèbre des 7 Cités. Depuis le scénario du livre de base, la ville est le décor de chaque scénario et chaque supplément de la gamme. C'est aussi le cadre des aventures des héros des romans de Pierre Jacq (pseudonyme de Pierre-Henri Pével). Cet atlas est donc entièrement dédié à la description de cette cité, et vient compléter les informations publiées auparavant.

Après une double page de couverture intérieure, viennent le sommaire et les crédits sur une autre page. Puis le supplément débute par une première partie de 21 pages qui reprend la description générale de la ville et de ses bâtiments particuliers : hôpitaux, cimetières, prisons, puits, théâtres... Dans cette partie débute aussi une nouvelle en plusieurs épisodes se déroulant dans Samarande, qu’on retrouvera au gré des autres parties du supplément.

Le supplément se poursuit par un guide de chaque quartier sur 18 pages. On y retrouve 16 plans à l'échelle 1/20.000, avec la légende des rues et des bâtiments, et la description rapide du niveau social et de l’activité des quartiers présentés.

La troisième partie détaille sur 23 pages la société de Samarande : clergé, pègre, noblesse, races non-humaines... Elle se clôture avec une liste de 100 événements citadins pouvant survenir aléatoirement et un nouvel épisode de la nouvelle.

La partie suivante (29 pages) est consacrée à des règles supplémentaires sur la gestion des guildes et des bandes. On y trouve aussi la description complète de la famille des Anciens : son histoire et l’emprise que cette dernière détient sur Samarande, ses relations avec les autres Familles, les bandes qu’elles contrôlent et quelques personnages non-joueurs (PNJ) notables avec leurs caractéristiques de jeu. La fin de la nouvelle vient clôturer cette partie.

La dernière partie du supplément (45 pages) détaille des endroits fameux de Samarande, le palais du gouverneur et d'autres lieux particuliers : un temple, une prison, une rue, le port, deux quartiers et un cimetière... Ces lieux sont présentés soit de façon factuelle et détaillée avec des inspirations de scénario, soit sous forme narrée.

Le supplément se termine sur plusieurs aides de jeu :

  • un index des lieux de Samarande (8 pages)
  • la reprise des plans de quartier présentés précédemment pour être photocopiés et assemblés afin d’avoir la carte de la Cité (8 pages)
  • une nouvelle fiche de personnage pour Nightprowler et son mode d’utilisation (3 pages)

Une double page de couverture intérieure vient clôturer l’ouvrage.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 25 novembre 2014.

Critiques

Munin  

Voilà un supplément indispensable ! Non seulement il change vraiment les parties de Nightprowler et leur permet d'être jouées facilement sur la durée (Quel plaisir que d'apprendre à connaître ses voisins, de devenir l'habitué d'une auberge, ou d'avoir ses points de chute favoris !), mais en plus il peut être réutilisé dans tout jeu de rôle médiéval-fantastique. Un modèle du genre, qui ne noie pas le M.J. sous les informations inutiles.

David  

Un supplément démentiel, même si vous n'avez pas Nightprowler : des idées de scénars à gogos, des descriptions fabuleuses des quartiers comme si on en rêvait. Le meilleur atlas que je connaisse !

Vicklay  

Un supplémant loin d'être indispensable, même s'il permet de se donner une idée de ce à quoi ressemble une des 7 Cités. De plus de nombreux éléments du livre sont inexploitables sans d'autres suppléments (Aventures à Samarande)

Fab  

Etant de ceux qui ne voient en Nightprowler qu'un (bon) supplément plutôt qu'un jeu à part entière, je ne peux que conseiller très vivement cet Atlas.

Vous qui jouez à un jeu med-fan, achetez-le : la vie en prison, les rythmes de vie cléricaux, les quartiers plein de vie... c'est du tout bon, exploitable et vivant!

Un détail : "l'Atlas des 7 Cités, volume 1", ça fait doucement rigoler, car ce fut le seul! Chez Siroz, ils ont toujours eu les yeux plus gros que le ventre!!!

Rodwolf  

Le travail est remarquable, avec un compliment particulier pour la description minutieuse d'une rue qui vaut à elle seule presque une campagne de jeu! Voilà un excellent exemple pour développer le reste et donner un charme inoubliable à une ville.

Cependant plusieurs bémols qui privent ce supplément de l'excellence.

- Pour ma part je trouve que les règles de gestion de la réputation font un peu remplissage et sont injouables. Quelques conseils avec les mêmes exemples bien choisis et savoureux auraient été plus élégants.

- Pas de belle carte de la ville en poster!??? C'est impardonnable! et le plaisir du matériel quoi? D'autant plus impardonnable que Laelith avait montré l'exemple bien avant.

- Et puis cette ville n'est pas construite sur un site original. Après lecture il ne m'en est pas resté une image d'ensemble forte, et là c'est pas bien du tout. Encore une fois, un supplément vénérable avait montré l'exemple bien avant alors quoi? Il n'y a pas de mal à reprendre les clés du succès.

sk8bcn  

Voilà, j’ai demandé à mon ex-MJ de me prêter son atlas de Samarande. J’ai lu coup sur coup Samarande et Bejofa, l’histoire de poster une critique claire sur chacun des deux ouvrages. Eh bien, l’un pèche où l’autre excelle.

L’absence de carte couleur est vraiment dommage. D’ailleurs, l’effet est que le supplément est rempli de petites cartes noir et blanc qui occupent beaucoup d’espace. La description des secteurs et des quartiers est assez succincte, orienté éléments jouables. Franchement, c’est là le plus gros défaut de Samarande. La ville et ses recoins manquent d’âme, de descriptions, d’us et coutumes. Cette ville ne vit pas.

Mais en contrepartie, tout le reste du supplément est gavé de matos à jouer. Entre accroches de scénar’, PNJ, descriptions minutieuses de rues, de lieux (la prison Ad Silencae par exemple), il y a de quoi faire pour le MJ.

Samarande aurait été parfaite avec une grande carte, des quartiers bien décrits avec leur ambiance suivi de ses PNJs, accroches de scénario et lieux typiques (ce qui aurait été moins fouillis aussi).

Là, c’est un bon supplément, un peu fourre-tout mais qui manque d’une cité mémorable.

Critique écrite en janvier 2012.

matreve  

Nul, lamentable, scandaleux ! Jugements trop abrupts ? Non, Siroz nous livre un supplément incomplet et bâclé sur une ville pourtant essentielle de Nightprowler.

D'abord, il y a un problème de taille. Samarande, c'est Berlin XVIII en version med fan : une ville tentaculaire empilant des quartiers disparates. Mais là où Berlin XVIII ne va pas au-delà de la description de son secteur XVIII dans le livre de base, on aurait attendu de l'Atlas de Samarande et de sa pagination pourtant pas négligeable une présentation bien plus dense et exhaustive.

Or, à part quelques considérations rapides et sans intérêt sur chaque quartier, Samarande se détourne rapidement de son objectif de guide urbain pour se transformer en recueil d’aides de jeu fourre-tout : PNJ soporifiques, quartiers passe-partout transposables à n'importe quel endroit de la cité, présentation tronquée de guildes et de bandes de voleurs.

Si je veux bien admettre que cette approche de se focaliser sur des éléments clés est parfois plus judicieuse dans que de faire une description fastidieuse de chaque rue, cela vaut cependant plus pour les villes réelles où il est facile de compléter la documentation, que pour les villes imaginaires.

Ici, il ne s’agit donc pas d’un choix audacieux d’avoir voulu se focaliser sur quelques parties de la Cité pour en faire des points de passage incontournables, voire bourrées d’idées marquantes. Non, au contraire : on retrouve le même poil dans la main de l’écurie Siroz qui a coulé le reste de la gamme Nightprowler. Ces gens-là écrivent bien, le savent et se contentent de remplir les pages au même pas kilomètre. Bilan à l’arrivée : cela se la raconte à mort mais en matière d’originalité, nada pour concrétiser les promesses du livre de base et faire de Nightprowler autre chose qu’un jeu med-fan de plus.

C’est d’autant plus navrant que les auteurs ne se privent pas, comme dans une mauvaise gamme américaine de jdr, de renvoyer certains passages vers d’autres ressources : Aventures à Samarande ou l’écran (or quand on connaît l’indigence du livret de ce dernier, c’est vraiment se f*** du monde). Mention aussi à l’absence complète d’unicité de la rédaction : les descriptions sont tantôt narratives, tantôt didactiques ce qui ajoute au sentiment de bric et de broc livré dans ce supplément.

Samarande n’est donc pas seulement un supplément raté et incomplet à cause de la paresse des auteurs, mais aussi parce qu’il a besoin d’être complété avec le reste de la gamme.  Aucune chance donc pour positionner cette ville dans un autre univers med-fan : Samarande est une aide de jeu pour Nightprowler, absolument pas un guide indépendant.

Terminons avec le pied de nez final de Siroz : l’absence d’un joli plan en encart de la Cité vu le prix de l’ouvrage et la proposition de se le faire soi-même en découpant et assemblant les plans des quartiers. On croit rêver !

Au final, j'aurai lu des guides de villes bien plus aboutis et / ou bien plus originaux quand je les compare avec cette livraison désolante de Siroz. Inutile donc de s'attarder dans cette Cité et espérer y passer un long séjour…

Critique écrite en novembre 2014.

 

Bienvenue au paradis des truands ! La cité de Samarande est une métropole grouillante et fort mal famée. Ce gros livret (158 pages, couverture rigide) en est un excellent guide touristique, sans doute l'un des mieux faits qu'il m'ait été donné de voir pour une cité imaginaire. Il se suffit à lui-même, mais utilisé avec "Aventures à Samarande", il peut donner quelque chose d'extraordinaire.

On y trouve absolument tout ce que peut désirer un MJ voulant faire découvrir la ville à un groupe de joueurs. On commence par un survol très bien fait de la cité, quartier par quartier, suivi de plusieurs gros plans : rues louches, cimetières, prison... avec notamment, pour quelques endroits, la liste de tout ce qu'il y a à voler, maison par maison, voire appartement par appartement. C'est le plat de résistance, mais la garniture est également appétissante : présentation des bandes de truands qui se partagent la ville, détails sur les institutions politiques et religieuses, plein de PNJ intéressants, de petites nouvelles agréables à lire...

Tout cela est joli et bien écrit, avec une maquette claire et des illustrations sympas. Que demander de plus ? Ah si, peut-être une grande carte en couleurs, la prochaine fois, plutôt que plusieurs petites en noir et blanc ? A cette minuscule réserve près, c'est du bon boulot, exécuté avec un professionnalisme sans faille. Si vous avez besoin d'une ville médiévale-fantastique prête à servir, Samarande est un excellent choix.

Tristan Lhomme - Casus Belli n° 97 (septembre 1996)

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques