Contenu | Menu | Recherche

Ce qui ne te tue pas te rend plus fort

Ecran du Maître de Jeu (L')

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

  • écran à 4 volets
  • livret de 16 pages couleur sous couverture souple
  • sticker à coller côté MJ corrigeant le tableau des Gains et Pertes de Gloire (sauf toutes premières livraisons de l'écran à sa sortie)

Description

Côté joueur, les deux volets du centre de l'écran présentent une illustration unique, et les deux volets extrêmes chacun une illustration différente. A noter que ces derniers sont légèrement plus courts que les volets centraux. Les illustrations sont de Drew Baker et Miguel Coimbra.

Côté meneur, les principales tables de jeu sont rappelées, en quatre grandes catégories, dans cet ordre de gauche à droite :

  • conditions préjudiciables : liste des conditions et de leurs effets, rappel des règles de peur
  • règles essentielles : séquence des événements, niveaux de difficulté, exemples d'action, manoeuvres, postures, utilisation des Points de Vide
  • compétences et spécialisations : tableaux des armes et liste des compétences et de leurs spécialisations par type - compétences nobles, d'armes, de bugei, de marchand et compétences dégradantes
  • gains et pertes d'honneur : tableau des gains et pertes d'honneur par acte, tableau des gains de gloire

Le livret qui accompagne l'écran propose un scénario pour personnages de Rang de Réputation 2 ou 3. Il se situe dans le village de Mushi Mura, que le MJ peut situer à presque n'importe quel endroit et époque de l'univers de L5A en fonction de ses besoins. Les PJ sont envoyés sur place par un magistrat ayant reçu une missive aussi courte qu'explicite du village : "Besoin d'aide. Envoyez des renforts rapidement".

La première étape consiste à se rendre au village pour y mener l'enquête. Celle-ci met rapidement les PJ sur la piste de bandits... qui ne sont en réalité pas ce qu'ils semblent être. Si les PJ ne se sont pas laissé tromper par les apparences, ils peuvent maintenant remonter jusqu'à la véritable source du problème de Mushi Mura et tenter de le régler.

Après une introduction (2 pages), le scénario lui même se décompose en 4 parties occupant 9 pages. Les annexes comprennent les caractéristiques des PNJ (4 pages) et une carte commentée du village (2 pages, dont l'une sur la couverture intérieure).

Cette fiche a été rédigée le 21 juillet 2012.  Dernière mise à jour le 7 janvier 2015.

Critiques

batronoban  

L'ECRAN

J'aime pas les écrans tout bas, c'est pas possible, je suis peut être vieille école mais je râle depuis que D&D4 a inauguré cette arnaque. Mon ordinateur est plus grand que ce truc (sens vertical) du coup il dépasse beaucoup l'écran de jeu, ce qui est un peu moche. Ben oui, je suis moderne aussi, du coup j'utilise un ordinateur en cours de partie pour gérer musique et documents.

Par contre, l'illustration est belle, c'est une scène de combat plus deux autres images séparées de personnages sympathiques. Il en jette, oui.

Et c'est hyper solide, ça aussi j'aime.

 

Attention, il y a un sticker pour recouvrir un tableau qui était plein d'erreurs. Grrr, bon une fois posé on ne voit pas la différence, donc c'est bon.

LE SCENARIO

Le scénario est disons sympathique mais un peu casse-gueule. Il risque d'être assez court à jouer (je dirais 3h au jugé avec des personnages faits).

En fait, l'intrigue est basique : un sorcier maléfique veut transformer des ruines Naga en morceau de l'Outremonde. pour cela, il doit faire le coup classique : un grand sacrifice de villageois - et d'enfants surtout. L'un des hommes qui a tenté d'arrêter toute cette corruption maléfique est en fuite, et en plus il est souillé par l'Outremonde, ce qui lui fait honte...

Les PJs arrivent, et tout le monde fait comme si tout allait bien.

Les PJs sont appelés à la rescousse d'une manière très peu subtile, il faudra changer ce début calamiteux en un truc plus crédible (à moins que vous décidiez comme moi de faire des PJs un groupe de Magistrats missionnés par l'Empereur pour rétablir l'ordre et la justice dans Rokugan), puisque c'est une mission sortie de nulle part, et comme par hasard y'a personne d'autre pour s'en occuper, tout le monde est parti aux chiottes, très honorables.

Bref, les PJs, je les vois déjà en train de sentir le coup fourré, ils vont comprendre le pot aux roses direct (et les auteurs semblent penser que les joueurs sont des crétins, c'est assez incroyable) à moins que vous ne déployez une certaine imagination à les envoyer sur la fausse piste/quiproquo proposé. Ce quiproquo est très cool en soit, encore faut-il l'amener d'une bonne manière pour que les joueurs ne comprennent pas que vous voulez les embrouiller grave...en fait, ils faut qu'ils pensent que les gentils sont des méchants et que les méchants sont les gentils !

La fin est digne de n'importe quel scénario med-fan : faut tuer le grand méchant avant que les cultistes ne réussissent leur rituel satanique. bof.

Les quelques éléments purement asiatiques comme les ruines Nagas et la nécessité de tuer les personnes "souillées" ou le sentiment de honte culturelle ne sont pas assez mises en valeur.

Un scénario très passable donc, à retravailler, qui comme d'habitude manque d'ambition, on en est encore à sauver le village d'à côté... les grandes scènes de bataille sur le mur contre les Onis et les beaux dessins qui inspirent les joueurs et les meneurs à la lecture du livre de base sont bien loin dans la pratique... 

Critique écrite en avril 2013.

Alexandre Masset  

Moshi moshi

Pour cet écran je mettrai un petit 4 car il mériterai plus un 3,5 qu'autre chose

En premier l'écran en lui même:

les +

  • Très beau 
  • Solide pour du 4 volets paysage
  • Les volets extérieurs rendent bien l'esprit de Rokugan
  • Des tables claires et lisibles

 

Les -

  • les volets intérieurs qui représentent une scène de bataille (guerre des clans), le Bushido n'est pas que du combat .
  • Le scénario ne casse pas trois pattes à un canard mais se tient tout de même.

Pour résumer:

Malgré ses quelques défauts, cet écran de la quatrième édition du livre des cinq anneaux remplit ce qu'on attend de ce genre d'accessoire: des tables lisibles et suffisament claires et bien mises pour s'y rapporter rapidement sans perdre trop de rythme pour la partie, solide pour des utilisations et transports réguliers, ne coupe pas trop le contact entre joueurs et MJ.

Un scénario qui met plutôt bien l'ambiance du jeu, même s'il aurait pû être mieux fait, les fausses pistes sont bienvenues.

Bref

Un écran qui remplit son contrat et qui permet d'éviter de se rapporter au livre de base , une aide bienvenue pour des  novices.

Critique écrite en avril 2016.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques

Autres versions

  • Ouvrage original :