Contenu | Menu | Recherche

C'est sérieux là ! On joue !

Slügs !

.

Références

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Livret à couverture souple de 36 pages au format A5

Description

Cet ouvrage, offert à l'occasion du Free RPG Day 2016, est un bestiaire. Il est uniquement peuplé de limaces, d'où son nom. Après une illustration pleine page en deuxième de couverture et une page de titre et de crédits, une introduction consacre une page à expliquer que l'establishment du jeu a retiré toute créativité aux joueurs pour pouvoir leur vendre plus et s'enrichir et que c'est pour ça que, face à leur pression pour fournir des produits standardisés pour le Free RPG Day, James Edward Raggi IV choisi de contre-attaquer avec un bestiaire utilisable dans tous les jeux. La page d'en face représente une limace géante, avec une explication en dessous sur l'utilisation du tréma sur le « u » pour signifier géante et des caractéristiques de base communes à toutes ces créatures, y compris le poids de sel nécessaire en fonction de leur taille pour s'en débarrasser.

Puis vient la description de seize limaces géantes différentes, en une ou deux pages selon le cas et systématiquement illustrées. Cela va de la Acid Slüg qui transpire une drogue psychédélique quand elle se sent en danger, avec table aléatoire des effets sur les personnes présentes, à la Vomit slüg qui se défend par une projection de vomi, avec table aléatoire des effets sur les cibles, en passant par la Christmas slüg qui est couverte de pustules lumineuses et colorées, lesquelles peuvent receler de petits trésors et la slügatron, un robot géant qui se dissimule en prenant une forme de limace quand il n'a pas à se battre.

L'auteur a un mot de la fin d'une page, suivi par deux pages de catalogue des produits de l'éditeur. La troisième de couverture représente ce qui semble être une partouze entre une dizaine d'hommes et de femmes nus et une love slüg, nue également et dotée de pédoncules oculaires particulièrement longs et musclés.

Cette fiche a été rédigée le 25 juin 2016.  Dernière mise à jour le 3 juillet 2016.

Critiques

batronoban  

D'un intérêt limité étant donné qu'il n'y a que des limaces, il est certain toutefois que je vais introduire (hin hin) un certain nombre de ces créatures dans diverses aventures personnelles et divers jeux dans le futur. Car il faut bien le dire, pour une somme dérisoire, voire gratos, ce supplément est assez efficace et offre une galerie très diversifiée de monstres marrants, grotesques et assez dégueus qui surprendront les joueurs.

Les illustrations sont toutes originales, nombreuses, tout comme le contenu ce qui est assez inédit dans ces collections du Free RPG day, où, effectivement, on nous livre en général des mini scénarios et des prétirés qui ont finalement moins d'intérêt qu'un bestiaire thématique comme celui-là.

Reste la diatribe anti-etablishment de l'auteur-éditeur qui a le culot de critiquer le RPG Day lui-même dans un livret RPG Day, et même Fred Hicks et Fate qu'il semble détester. Voilà donc aussi un livret politique. Bien que je ne partage pas son point de vue radical, agressif et quelque peu mégalomane, il est certain qu'un tel effort de proposer un livret original est tout à son honneur, et que sa fameuse gamme old-school/horreur/thrash/surréaliste a carrément remis la créativité au cœur du marché du JdR. Après, il faut de tout pour tout le monde, pour tous les goûts, et aujourd'hui on en a justement pour tous les goûts.

Je note des phallus présents dans les illustrations, tout un symbole de rébellion contre les habitudes rôlistes qui consistent à montrer des filles à poils partout, y compris en France, que j'ai découvert plus sexiste, coincée et conservatrice que je ne le pensais. 

Critique écrite en septembre 2016.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques