Contenu | Menu | Recherche

9mm de diplomatie

Something Stirs in the Blackscale Brakes

.

Références

  • Gamme : Dungeon World
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Scénario / Campagne
  • Editeur : Awful Good Games
  • Langue : anglais
  • Date de publication : septembre 2013
  • EAN/ISBN : Pas d'ISBN ou non saisi
  • Support : Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Document électronique de 57 pages avec couverture couleur.

Description

Cette campagne prévue pour Dungeon World lance de nombreuses pistes qui permettront aux héros de jouer un rôle déterminant dans une région corrompue. Celle-ci est en proie au chaos, au moment où de nombreuses forces tentent d’en prendre le contrôle.

Après les crédits en seconde de couverture et la table des matières (4 pages), Using this book (1 page) rappelle qu'à Dungeon World, les scénarios ne sont pas vraiment écrit et donc qu'à ce titre, cet ouvrage n’est pas un scénario mais une série de fronts, de créatures et de mots clés pour pouvoir construire une histoire autour des actions des joueurs. Il reste suffisamment de blancs pour jouer à Dungeon World en créant au fur et à mesure.

Campaign History (2 pages) raconte l'histoire de la région de Backscale : elle était vibrante de vie naturelle et féerique jusqu’à ce que le dragon noir Vuthacaesinsvent vienne la ravager et en fasse son fief,  puis se fasse emprisonné par un cercle de druide et d’elfes grâce à un rituel qui devait le lier et utiliser sa force pour restaurer le pays. L’emprisonnement réussit mais la force vitale du dragon corrompit la forêt.

First session (1 page) propose une série de questions pour lier les personnages aux événements clé de la campagne. Ensuite, Fronts and dangers (6 pages) propose plusieurs fronts : la libération du dragon, les ambitions des hommes lézards, les fées qui veulent restaurer leur royaume. Les enjeux sont présentés en cinq questions. Pour ceux qui auront bu le sang du dragon, il sera possible de voler ses pouvoirs avec une classe de Compendium.

Welcome to the Brakes (12 pages) décrit la région, avec notamment trois villages qui pourront servir de base de départ. Quelques actions reflètent les spécificités de ces communautés. Dungeons and Dangers (17 pages) présente les cinq principaux lieux d’aventure, avec pour chacun d’entre eux des actions spécifiques pour le maître et pour les joueurs, mais aussi des monstres et des trésors. 

Equipment (4 pages) propose trois nouvelles armes, une armure, quatre équipements de donjon et quatre objets magiques mineurs avec le moyen de les régénérer après usage. Bestiary (6 pages) comporte quelques créatures corrompues par le sang du dragon et des cultistes.

La troisième de couverture est une carte de la forêt sans légende et la quatrième est un résumé de la campagne.

Cette fiche a été rédigée le 26 septembre 2013.  Dernière mise à jour le 3 octobre 2013.

Critiques

Stephane 'Docteur Fox' Renard  

Something stirs est plein de propositions d’aventure, mais à la lecture, j’ai plus l’impression d’un sandbox un peu bigarré que d’un univers bien structuré. Il y a l’influence maléfique d’un ancien dragon et elle est assez bien rendue à travers certaines descriptions, et bien sûr un des fronts dont l’issue serait la libération de ce dragon, mais on reste sur sa faim car ça ne se traduit pas vraiment dans les rencontres proposées. On imaginerait quand même un combat contre le dragon à la fin de la campagne mais ce n’est pas proposé. Il y a un autre front qui aboutit au résultat inverse, la libération de la forêt mais pour ce front là, l’ennui c’est que le côté catastrophique des événements ne ressort pas vraiment.

Même si les mots clés utilisés pour rendre la corruption du marais sont corrects, différents éléments de l’univers manquent largement de pep’s: la carte à la fin de l’ouvrage est minable, les villages ou forts proposés manquent largement de caractère et il manque aussi des éléments pour s’y attacher, quelque chose qui donne envie de les défendre, on a plutôt envie de se dire qu’ils auraient tout intérêt à déménager ailleurs et qu’ils y vivraient mieux. Les donjons sont assez diversifiés mais il manque un petit quelque chose au delà des simples mots clés: un secret à y découvrir, un gros danger, une légende qui donne envie d’y aller...

Bref, c’est quand même 50 pages en tout petit format et ça laisse sur sa faim. Quand on fait le rapport qualité/prix, il est au final assez faible malgré le tout petit prix. ça reste plutôt au niveau d’une production amateur sympa à poster sur son blog. Ça n'empêchera pas de faire d'excellentes parties, le principe de dungeon world, c'est quand même que l'imagination se débride au fur et à mesure de l'aventure !

Critique écrite en septembre 2013.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques