Contenu | Menu | Recherche

La société pardonne souvent au criminel, jamais elle ne pardonne au rêveur (O. Wilde)

Storytellers Companion

.

Références

  • Gamme : Demon : the Fallen
  • Version : première édition
  • Type d'ouvrage : Ecran
  • Editeur : White Wolf
  • Langue : anglais
  • Date de publication : décembre 2002
  • EAN/ISBN : 1-58846-751-1
  • Support : Papier et Electronique
  • Disponibilité : Paru

Contributeurs

Contenu de l'ouvrage

Matériel

Ecran à 4 volets et livre de 72 pages à couverture souple.

Description

L'écran à 4 volets présente côté joueur des illustrations de différents démons. De son côté, le meneur de jeu y trouve des tableaux sur le système de jeu, le système de combat, la gestion de la foi et quelques caractéristiques d'animaux. Le livret accompagnant l'écran est divisé en 5 chapitres contenant des aides de jeu diverses.

Après une page de couverture intérieure, les crédits sur une autre page et une page de sommaire, le livret débute par une Introduction (4 pages). Elle présente le contenu ainsi qu'un aperçu de l’évolution de la storyline et des révélations du jeu envisagées par White Wolf afin de prévenir les Conteurs.

Le premier chapitre, Dark Gods (10 pages), fournit l'historique sur les Earthbounds, ces démons monstrueux échappés de l’Abysse depuis des temps plus anciens. On y retrouve brièvement leurs origines et les capacités et pouvoirs auxquels ils ont accès, ainsi que leurs plans dans le contexte du retour en masse des démons de Demon : The Fallen.

Le second chapitre, The Factions (24 pages), décrit avec plus de détails les cinq factions démoniaques, à savoir : les Faustians, les Luciferans, les Cryptics, les Raveners et les Reconcilers. Chaque faction est décrite de la même façon : vision et objectifs, personnalités majeures de ces factions et autres personnalités (sans caractéristiques), ressources et comment utiliser les membres de chaque faction soit comme protagonistes (joueurs ou alliés des joueurs), soit comme adversaires.

Le troisième chapitre, Lords of the Abyss (6 pages), est consacré aux rituels. Il explique comment invoquer et lier les démons les plus puissants des enfers.

Le quatrième chapitre, The Spirit Realm (10 pages), décrit le royaume des esprits, ses origines, sa géographie, ses habitants, et plus particulièrement le personnage de Charon. Y sont aussi présentés les liens possibles avec le monde physique.

Enfin, le cinquième chapitre, Monsters (15 pages), donne des informations sur les vampires, loup-garous, mages et chasseurs, leur organisation ainsi que les possibles interactions des démons avec chaque groupe. Les pouvoirs des démons sont redétaillés afin de les adapter pour ces créatures surnaturelles.

Cette fiche a été rédigée entre le 8 mai 2000 et le 8 mai 2009.  Dernière mise à jour le 5 novembre 2014.

Critiques

batronoban  

Assez indispensable si vous souhaitez ne pas forcément acheter les suppléments de cette gamme, l'écran, outre son illustration de qualité discutable (j'aime pas) propose cependant un excellent livret : en peu de pages vous avez les profils des autres races surnaturelles, mais surtout quelques infos hyper utiles :

- sur les Exterminateurs qui semblent être des némésis,

- un petit résumé de la storyline qui n'est pas dégueulasse du tout,

- les Earthbound

- le monde des esprits

- les factions démoniaques à L.A. si vous voulez faire de la politique façon vampire. Ce côté là me gêne car du coup Demon marche sur les plates bandes de Vampire... Bien sûr aucun problème si vous n'avez pas vampire, du coup vous pouvez ajouter la politique dans ce jeu.

Les auteurs ont mis une grande quantité d'infos utiles en peu de place, et malgré l'illustration de l'écran que je n'aime pas, le livret vaut le coup ! En fait je vous conseillerai d'acheter le livre de base en même temps que celui-ci tellement on dirait que ce livret aurait dû être intégré au corebook...

Critique écrite en novembre 2013.

matreve  

Bonjour, ça ne peut plus durer ! Après 7 jeux dans la gamme de l’Art du Conteur et même plusieurs éditions, White Wolf n’est toujours pas capable à ce stade de fournir un écran avec une illustration un tant soit peu potable. Un comble pour cet éditeur qui aura fait travailler Bradstreet et DiTerlizzi, et la preuve d’un foutage de gueule intégral.

Alors oui, comme pour pas mal de ses autres écrans, on pourra se réfugier sur le livret rempli jusqu’à la gueule. Mais cette fois-ci, cela ne suffira pas. Mince quoi, 7 jeux et 12 ans d’expérience pour un écran comme ça ! Et un livret au contenu qui n’aura pas su me convaincre. La partie sur les autres créatures du Monde des Ténèbres aurait dû être dans le livre de base si White Wolf n’avait pas voulu positionner Demon le cul entre deux chaises entre un jeu à part et le 7e jeu de la pentalogie (sic !). Et cette partie est bien trop allusive pour qu’on en fasse quelque chose car White Wolf semble être réticent pour faire de Demon un tome officiel de la gamme : quelles que soient les créatures mentionnées, les auteurs se brident pour ne rester qu’à la surface des choses et ne pas rentrer dans la riche cosmogonie proposée dans les autres jeux de la gamme. On se demande bien pourquoi.

L’autre partie qui constitue le plat de résistance de ce livret est une présentation bien plus fournie des factions. Manque de pot, c’est un des éléments qui m'aura le moins intéressé dans Demon. Conçues pour ne pas enfermer les joueurs dans le carcan de leurs Maisons, elles ratent complètement leur cible. Super caricaturales, le fait d’y affilier dès la création de personnage les joueurs ne permet pas de les aider à gagner en subtilité. Je comprends que White Wolf ait cherché avec ce concept à introduire un facteur politique moins binaire qu'une Maison = une façon unique pour les membres de voir les choses (et ne pas répéter ainsi l’erreur des Clans dans Vampire). Mais les factions auraient bien plus gagné à être des courants de pensée et / ou des groupes d’influence bien plus en retrait. On peut avoir des opinions politiques sans être forcément encarté dans un Parti.

Le reste du livret est moins inintéressant mais est largement plus développé dans les autres suppléments de la gamme à ce que j’en ai compris (les Earthbounds, les origines de Charon). Donc à moins d’être foncièrement radin, ce supplément s’avère plus redondant qu’incontournable.

Une très grosse déception doublée d’une très grosse colère, pour un écran lamentable et un livret parfaitement dispensable. 

Critique écrite en novembre 2014.

Les éditions mentionnées sont celles de la version originale. Vous avez décelé une erreur ou une correction nécessaire, ou encore vous souhaitez compléter la description ? N'hésitez pas à contacter la passerelle !

Mots des auteurs

Aucun mot d'auteur sur cet ouvrage pour le moment.

Critiques

  • Moyenne des critiques